Musées royaux des beaux-arts de Belgique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux-arts.
Musées royaux
des beaux-arts
de Belgique
Image illustrative de l'article Musées royaux des beaux-arts de Belgique
Informations géographiques
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Ville Bruxelles
Adresse Rue de la Régence 3
1000 Bruxelles
Coordonnées 50° 50′ 31″ N 4° 21′ 28″ E / 50.841944, 4.35777850° 50′ 31″ Nord 4° 21′ 28″ Est / 50.841944, 4.357778  
Informations générales
Date d’inauguration 1803
Collections Peintures
Dessins
Sculptures
Nombre d’œuvres env. 35.000
Superficie inconnue
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an inconnu
Site web fine-arts-museum.be

Géolocalisation sur la carte : Bruxelles

(Voir situation sur carte : Bruxelles)
Musées royauxdes beaux-artsde Belgique

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Musées royauxdes beaux-artsde Belgique
Le Massacre des Innocents (1611-1612) d'après Pierre Paul Rubens.
La Sagesse victorieuse de la guerre et de la discorde sous le gouvernement de Jacques 1er d'Angleterre (1632-1633) de Pierre Paul Rubens.

Les Musées royaux des beaux-arts de Belgique (MRBAB), situés à Bruxelles, conservent quelque vingt mille œuvres, peintures, sculptures et dessins. Ils intègrent six musées : le musée d'art ancien (XVe - XVIIIe siècle), le musée Magritte, le musée Wiertz, le musée Meunier, le musée Fin de siècle et enfin le musée d'art moderne (XIXe - XXe siècle).

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1794, de nombreuses œuvres furent saisies et rassemblées par les révolutionnaires français. Quatre ans plus tard, Guillaume Bosschaert fut désigné comme conservateur de ces œuvres, et s'efforça de récupérer d'autres œuvres saisies.

En 1801, le premier consul Bonaparte fonda par l'Arrêté Chaptal le Musée des beaux-arts de Bruxelles, alors ville française, qui reçut de nombreuses œuvres en provenance du Louvre. Le musée ouvrit ses portes en 1803, date à laquelle la ville de Bruxelles en devint propriétaire. Le musée était accessible au public le jeudi et le samedi, les artistes étant autorisés à y travailler les autres jours.

À l'époque du Royaume uni des Pays-Bas, le roi Guillaume Ier essaya d'agrandir les collections et l'édifice de l'ancienne Cour (où se trouve encore actuellement le musée).

Après l'indépendance de la Belgique, le musée, qui appartenait à la ville de Bruxelles, fut cédé à l'État belge. Une section consacrée à l'art belge moderne fut ajoutée au musée en 1845.

En 1919, le musée changea d'appellation pour devenir le Musée royal des beaux-arts de Belgique. Ce nom est de nouveau modifié en 1927 pour son appellation actuelle : Musées royaux des beaux-arts de Belgique .

Musée Old Masters[modifier | modifier le code]

Le musée d'art ancien comprend une vaste collection de peintures, de sculptures et dessins du XVe au XVIIIe siècle. L'essentiel de la collection est formé autour de la peinture des anciens Pays-Bas méridionaux, présentée par ordre chronologique.

On y trouve par exemple de précieux panneaux des Primitifs flamands (dont Rogier de le Pasture, Petrus Christus, Dirk Bouts, Hans Memling et Jérôme Bosch) et une salle consacrée à Pieter Brueghel l'Ancien, à Pierre-Paul Rubens, Jacob Jordaens ou encore Antoine Van Dyck.

Musée Magritte[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musée Magritte .

Avec plus de 200 œuvres, le musée Magritte possède la plus riche collection de l'artiste peintre surréaliste belge. Inauguré le 20 mai 2009, le musée Magritte a ouvert ses portes le 2 juin 2009 dans un des bâtiments des Musées royaux des beaux-arts de Belgique. Les œuvres exposées proviennent principalement de dons ainsi que des legs Irène Scutenaire-Hamoir et Georgette Magritte.

Musée Wiertz[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musée Wiertz.

La vie et l'œuvre d'Antoine Wiertz (1806-1865) sont mis à l'honneur au cœur du quartier Léopold, dans l'ancien atelier du peintre. Rattaché aux Musées royaux des beaux-arts de Belgique depuis 1868, le musée-atelier présente l'ensemble des œuvres qui furent léguées à l'État après la mort de l'artiste. Ce musée à l'atmosphère unique offre une vue saisissante des peintures monumentales, des statues et des esquisses marquées par le mouvement romantique belge.

Musée Meunier[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musée Meunier.

En 1899, Constantin Meunier fit construire sa maison, qui lui servit également d'atelier jusqu'à sa mort, six ans après. Rachetée par l'État en 1936, elle fut reconvertie en musée en l'honneur du peintre et sculpteur réaliste. Elle abrite aujourd'hui 150 œuvres et documents témoignant d'un passé industriel belge en pleine expansion. Pour la première fois depuis 1909, les Musées royaux des beaux-arts de Belgique présentent, du 20 septembre 2014 au 11 janvier 2015 une grande exposition rétrospective consacrée à Constantin Meunier.

Musée Fin de siècle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musée Fin de siècle.

Peinture, sculpture, photographie, poésie, littérature, opéra, architecture... C'est tout l'art de 1865 - fondation de la Société libre des beaux-arts à Bruxelles - à 1914, qui est présenté au musée Fin de Siècle. Inauguré le 6 décembre 2013, le musée présente les collections d'artistes comme Constantin Meunier, James Ensor, Henri Evenepoel, Fernand Khnopff, Léon Spilliaert ou encore George Minne.

Axé sur une approche pluri-disciplinaire, le musée Fin de siècle est aujourd'hui en partenariat avec la Bibliothèque royale, le Théâtre royal de la Monnaie, les Musées royaux d’art et d’histoire, la Cinematek, la Bibliotheca Wittockiana et la Fondation Roi Baudouin, ainsi que la Région Bruxelles-Capitale (dépôt de la collection Gillion Crowet).

Musée d'art moderne[modifier | modifier le code]

La collection d’art moderne fait aujourd'hui l’objet d’un projet de réinstallation. Les expositions temporaires "Le choix des conservateurs" permettent de présenter les œuvres en attendant que cette riche collection prenne place dans le ‘PostmodernLab’ Museum, ex-établissements Vanderborght.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]