Ange-Jacques Gabriel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gabriel.
Ange-Jacques Gabriel
Image illustrative de l'article Ange-Jacques Gabriel
Portrait par Jean-Baptiste Greuze
Présentation
Naissance 23 octobre 1698
Paris
Décès 4 janvier 1782 (à 83 ans)
Paris
Nationalité Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Activité(s) Premier architecte du roi (1742-1775)
Ses élèves Louis Le Dreux de la Châtre
Œuvre
Réalisations Château de Compiègne
Petit Trianon, Versailles
École militaire du Champ-de-Mars
place de la Concorde, Paris
Place de la Bourse (Bordeaux)
Distinctions directeur de l'Académie royale d'architecture
Entourage familial
Père Jacques Gabriel

Ange-Jacques Gabriel est un architecte français (Premier architecte du Roi) né à Paris le 23 octobre 1698 et mort le 4 janvier 1782.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ange-Jacques Gabriel est le fils de l'architecte Jacques V Gabriel (1667-1742), Premier architecte du Roi, et le petit-fils de l'architecte Jacques Gabriel (1630-1686). Il réalise la résidence royale du château de Compiègne, le Petit Trianon à Versailles, et l'École militaire. Il aménage deux grandes places, celle de la Bourse à Bordeaux et la place Louis XV à Paris. Il épousa le 2 février 1728 à Paris, Catherine Angélique de la Motte, fille de Jean de la Motte, intendant des bâtiments du Roi et de Catherine Anne Magnier, sœur de Robert-Philippe de la Motte aussi intendant des bâtiments du Roi. Il décède rue des Orties aux galeries du Louvre le 4 janvier 1782. Ses obsèques ont lieu à Saint-Germain l'Auxerrois.

Gabriel à Versailles[modifier | modifier le code]

Dès 1730, Ange-Jacques Gabriel remplace Robert de Cotte, presque aveugle, comme architecte du château de Versailles pour le compte des Bâtiments du Roi. En 1742, il devient Premier Architecte du Roi et directeur de l'Académie royale d'architecture. Il jouit alors de la pleine confiance de Louis XV.

Avec l'ornemaniste Jacques Verberckt, il crée le décor versaillais des années 1730-1760, caractérisé par le recours à des lambris blancs rehaussés d'or et disposés en panneaux étroits occupant toute la hauteur de la plinthe (avec parfois une cimaise très basse) à la corniche, l'amenuisement voire la suppression de la corniche, la disposition de glaces en vis-à-vis, parfois jusqu'à quatre dans la même pièce.

Louis XV décide en 1751 de reconstruire en totalité le château de Compiègne. Louis Le Dreux de la Châtre est son élève, puis son collaborateur.

À partir des années 1760 et dans les années 1770, Gabriel invente un décor plus sobre, inspiré de l'antique. L'opéra royal de Versailles (1765-1770), œuvre majeure de l'architecte, la salle de bains de Louis XV, ou encore la bibliothèque de Louis XVI (1774) sont entièrement du nouveau style dit Louis XVI, avec retour à la ligne droite, colonnades et médaillons.

Château du Petit Trianon

Dans ce nouveau style, le chef-d'œuvre de Gabriel est incontestablement le Petit Trianon (1760-1764), destiné à Madame de Pompadour mais achevé après la mort de la marquise et dont le premier occupant sera Marie-Antoinette. Petit château de campagne, le Petit Trianon présente l'originalité d'être construit à l'angle d'une terrasse, de sorte que deux des façades présentent un niveau de soubassement qui ne se retrouve pas sur les deux autres ; sur ces deux façades, l'ordre colossal se retrouve donc reposant directement sur le sol.

Vers 1771, Gabriel arrache à Louis XV l'approbation d'un projet de réfection complète des extérieurs du château autour de la cour de Marbre : le Grand Dessein. Il s'agit de rhabiller entièrement en pierre les façades brique et pierre, en supprimant les maniérismes baroques du Grand Siècle, qui apparaissent comme des fautes de goût aux yeux des architectes du XVIIIe siècle, et en remplaçant les combles apparents par des toits en terrasse. Le projet est engagé et poursuivi malgré la mort de Louis XV en 1774 et le retrait de Gabriel en 1775, avant que le manque d'argent ne conduise à interrompre les travaux, créant une regrettable dissymétrie que les travaux d'Alex Dufour au XIXe siècle répareront en partie.

Louis Le Dreux de la Châtre lui succède en 1776 à Compiègne et achève la construction du château de Compiègne. Avec ce château construit entre 1751 et 1788, Ange-Jacques Gabriel et Louis Le Dreux de la Châtre réalisent l'un des monuments les plus sobres de l'architecture néo-classique française.

Gabriel à Paris[modifier | modifier le code]

Parmi les réalisations majeures de Gabriel, on compte également la place Louis XV (aujourd'hui place de la Concorde) et l’École militaire à Paris.

La descendance de Gabriel[modifier | modifier le code]

Aujourd’hui, la famille de Gabriel s'est perpétuée dans la famille De Gayardon de Fenoyl.

Principales constructions[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Il existe une avenue Gabriel à Paris, située à proximité de la la place de la Concorde.
Plaques de rue de l’avenue Gabriel à Paris

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marie Pérouse de Montclos, Ange-Jacques Gabriel (coll. « Monographies d'architectes »), Paris, Éd. du Patrimoine, 2012, 152 p., 170 ill. en couleurs.