Vittore Carpaccio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carpaccio (homonymie).
Présentation de Jésus au temple, Gallerie dell'Accademia, Venise
Le Rêve de sainte Ursule, Venise
La Prédication de saint Étienne à Jérusalem, Musée du Louvre

Vittore Carpaccio (Venise~1460 - ~1526), de son vrai nom Scarpazza, est un peintre italien narratif de l'école vénitienne, émule de Gentile Bellini et de Lazzaro Bastiani, influencé par la peinture flamande.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vittore Carpaccio fut l'un des premiers à utiliser la présence de l'architecture, préfigurant un genre, les vedute (paysages urbains). Il traitera invariablement de manière grave et naïve, parfois pittoresque, la réalité vénitienne, en marge de la mode picturale de son époque.

Il fut toute sa vie au service des Scuole (écoles), confréries charitables et de bienfaisance qui employaient des artistes dont les mécènes étaient d’illustres familles vénitiennes, ce qui explique que leurs emblèmes figurent en bonne place dans ses œuvres.

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

  • L’Arrivée de sainte Ursule à Cologne
  • Les grands cycles (Venise), comprenant, d'une part, les neuf toiles de la Légende de sainte Ursule, d'autre part, le cycle de Saint Jean l'Évangéliste, puis celui de la Scuola di San Giorgio degli Schiavoni illustrant la vie de trois saints : Georges, Jérôme et Tryphon, ou celui de la Scuola degli Albanesi illustrant des scènes de la vie de la Vierge ;
  • Saint Augustin dans sa cellule recevant la vision de saint Jérôme (v. 1502), Scuola di San Giorgio degli Schiavoni, (Venise) ;
  • Saint Jérôme ramenant le lion au monastère (v. 1502), Scuola di San Giorgio degli Schiavoni, (Venise) ;
  • La Vierge trônant et quatre saints (Vicence) ;
  • La mort de saint Jérôme ;
  • Christ (Udine) ;
  • Méditation de la Passion du Christ, (v.1480-1510), huile et détrempe sur bois, 70,5 x 86,7 cm, Metropolitan Museum of Art, (New York) ;
  • Sainte Conversation (Musée du Petit Palais (Avignon)) ;
  • Christ mort avec Job et saint Jérôme (New York) ;
  • Mise au tombeau (Berlin) ;
  • Présentation de Jésus au temple (Venise) ;
  • Scènes de la vie de saint Étienne (Venise) ;
  • Les Deux Courtisanes ou Les deux dames vénitiennes (Venise) ;
  • Portrait d'un chevalier (Madrid) ;
  • Nativité de la Vierge (Accademia Carrara, Bergame) ;
  • Six saints (Jacques le Majeur, Antonio Abate, André l'apôtre, Dominique de Guzman, Laurent et Nicolas de Bari ; Accademia Carrara, Bergame) ;
  • Saint Roch (et portrait du donateur; Accademia Carrara, Bergame) ;
  • Page dans un paysage (Accademia Carrara, Bergame) ;
  • La Prédication de saint Étienne à Jérusalem (v. 1511) (Musée du Louvre) ;
  • Le Rêve de sainte Ursule (Venise) ;
  • Le Miracle de la relique de la Croix, (1494-1495), 365 × 389 cm, Venise, Gallerie dell'Accademia.

Anecdote[modifier | modifier le code]

En 1950, le nom du peintre sera donné à un plat, le carpaccio, composé de très fines tranches de filet de bœuf cru servies avec un assaisonnement[1]. L'appellation viendrait de la prédominance des tons rouge vif dans la peinture de Vittore Carpaccio, mais d'aucuns affirment que c'est la scène du triomphe de saint Georges qui en serait à l'origine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carpaccio, Le Petit Robert, 2004, p.359

Articles connexes[modifier | modifier le code]


Giorgio Vasari le cite et décrit sa biographie dans Le Vite :
et le cite sous le nom de Vittore Scarpaccia, page ?? - édition 1568
081 le vite, vittore carpaccio.jpg

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. Conférence de M-H.Viviani : Vittore Carpaccio - Venise au temps de Carpaccio (toiles et commentaires) ;
  2. Fondation Berger : Carpaccio
  3. Web Gallery of Art
  4. Catalogue illustré de l'Accademia Carrara de Bergame