Journées européennes du patrimoine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Logo des Journées européennes du patrimoine
Pays participants aux Journées européennes du Patrimoine en 2007[1]

Les Journées européennes du patrimoine sont des manifestations européennes annuelles, instaurées en 1991 par le Conseil de l'Europe (avec le soutien de l'Union européenne) sur le modèle des « Journées Portes ouvertes des monuments historiques » créées en 1984 par le ministère de la Culture français.

Organisées aujourd'hui dans plus d'une cinquantaine de pays et régions d'Europe, les manifestations locales dont les dates s'étalent de fin août à début novembre, permettent la découverte de nombreux édifices et autres lieux souvent ouverts exceptionnellement au public, ou de musées dont l'accès est gratuit ou à prix réduit.

Ces journées sont l’occasion d’entrevoir l’unité et la diversité du patrimoine culturel commun à l’Europe.

Historique[modifier | modifier le code]

Les premières Journées du patrimoine ont été lancées en 1984 par le ministère de la Culture français, à l'initiative du ministre Jack Lang, sous le nom de Journée portes ouvertes dans les monuments historiques, le troisième dimanche de septembre[2].

Suite au succès des Journées du patrimoine organisées par la France, plusieurs pays européens décident d’organiser leurs journées du patrimoine dès 1985.

Jack Lang propose alors de donner une dimension européenne à cette initiative, ce qui est fait en 1991, lorsque le Conseil de l’Europe institue officiellement les Journées européennes du patrimoine, auxquelles l’Union européenne s’associe en soutenant le bureau de coordination dans sa mission de promotion internationale dont la création est alors confiée aux Pays-Bas.

En 1993, la Fondation Roi-Baudoin (France)[Laquelle ?] prend en charge le bureau de coordination. Cette même année, ce sont 24 pays qui participent aux Journées européennes du patrimoine, puis en 1995 ce sont 34 pays européens qui s'associent à la manifestation et 13 millions d'Européens qui visitent les 26 000 monuments ouverts pour l'occasion.

En 2000, six pays supplémentaires (Andorre, Monaco, Islande, Vatican, Macédoine, Ukraine) ouvrent les portes de leur patrimoine. Deux ans plus tard (1998), la Turquie rejoint les 44 pays européens participants. En 2001, Taïwan se lie aux 47 pays déjà associés à la manifestation, pourtant toujours qualifiée d'européenne. Ainsi, en 2003, dans 48 pays, 19,8 millions de visiteurs partent à la découverte de leur patrimoine. En 2010, cinquante états européens participent à l'évènement.

Organisation en France[modifier | modifier le code]

Ces journées sont un moment privilégié permettant aux Français de visiter leur patrimoine national, monuments, églises, théâtres, châteaux, mais aussi des demeures privées, des banques, des tribunaux, des préfectures, palais de justice, hôtels de ville, chambres de commerce, etc., toutes sortes de bâtiments qui, habituellement, sont fermés au public ou peu fréquentés par lui.

Contrairement à une idée très répandue, les ouvertures ne sont pas obligatoirement gratuites.

La gratuité est presque systématique dans les monuments publics dépendant de l'État et les musées ayant le label Musée de France, en ce qui concerne les domaines privés ou ceux qui dépendent de collectivités locales ou d'établissements publics, les tarifs sont laissés à l'appréciation du propriétaire du lieu.

Ces journées du patrimoine sont lancées chaque année le 3e week-end du mois de septembre.

Les monuments les plus visités sont ceux de la capitale et en particulier tous les lieux officiels du gouvernement (palais de l'Élysée, ministères, palais Bourbon, palais du Luxembourg), mais des sites scientifiques et industriels font également découvrir leurs secrets.

Les villes de province ne sont pas en reste pour présenter au public leur patrimoine culturel, industriel, architectural et historique ayant participé à l'histoire de la commune. De plus en plus de propriétaires privés se lancent dans cette opération pour présenter leur patrimoine.

En 1992, la manifestation change de nom en France et devient les Journées nationales du patrimoine (précédemment Journée portes ouvertes dans les monuments historiques) et sa durée passe de un à deux jours.

L’appellation Journées européennes du patrimoine devient officielle en France en 2000.

En raison des attentats du 11 septembre 2001 intervenus aux États-Unis, la manifestation initialement programmée les samedi 15 et dimanche 16 septembre est annulée.

Lors de l'édition 2005, plus de 12 millions de visiteurs ont investi 15 480 sites et profité des 20 000 animations proposées dont 1 000 sites ouverts pour la première fois cette année-là et 3 129 lieux ouverts exceptionnellement.

Depuis 1995, un thème général est proposé mettant en avant un aspect (ou plusieurs aspects) du patrimoine.

  • 1995 : 100e anniversaire du cinéma - 10e anniversaire des CoRePHAE (Commissions régionales du patrimoine historique, archéologique et ethnologique) - Les parcs et jardins
  • 1996 : Patrimoine et littérature - Patrimoine et lumière
  • 1997 : Patrimoine, fêtes et jeux - Patrimoine industriel - Patrimoine et lumière
  • 1998 : Métiers et savoir-faire
  • 1999 : Patrimoine et citoyenneté - L'Europe, un patrimoine commun
  • 2000 : Patrimoine du XXe siècle
  • 2001 : Patrimoine et associations (dans le cadre de la commémoration du centenaire de la loi du 3 juillet 1901)
  • 2002 : Patrimoine et territoires
  • 2003 : Patrimoine spirituel - Le bicentenaire de la naissance de Mérimée - La restauration du Château de Lunéville
  • 2004 : Patrimoine, sciences et techniques
  • 2005 : J'aime mon patrimoine. Deux jours pour manifester son attachement au patrimoine
  • 2006 : Faisons vivre notre patrimoine
  • 2007 : Les métiers du patrimoine : des hommes et des femmes au service des biens culturels
  • 2008 : Patrimoine et création
  • 2009 : Un patrimoine accessible à tous.
  • 2010 : Les grands Hommes - Quand femmes et hommes construisent l'Histoire.
  • 2011 : Le voyage du patrimoine.
  • 2012 : Les patrimoines cachés.
  • 2013 : Cent ans de protection.
  • 2014 : Patrimoine culturel - Patrimoine naturel.

Organisation en Belgique[modifier | modifier le code]

Depuis 1989, les journées du patrimoine sont organisées séparément par les trois régions du pays, compétentes pour la gestion du patrimoine. Chaque région fixe la thématique et les dates de l’événement, le deuxième ou troisième week-end de septembre.

Organisation à Bruxelles[modifier | modifier le code]

L'organisation des Journées du patrimoine en Région de Bruxelles-Capitale est dirigée par la direction des Monuments et sites régionale. Les Journées bruxelloises du patrimoine ne se déroulent pas aux mêmes dates que celles organisées dans les deux autres régions du pays.

Depuis 2005, les Journées du Patrimoine sont suivies du Lundi du Patrimoine, spécialement destiné aux écoles bruxelloises primaires (5e et 6e primaires) et secondaires, à qui sont proposées des visites de lieux ou des activités en lien avec le thème des Journées.

  • Thème de l'édition 2006 : Corps & esprit. Par ce thème, la Région souhaite revaloriser les lieux liés à l’éducation, au savoir et au sport.
  • Thème de l'édition 2007 : Lumière et éclairage. Découverte du patrimoine et de l'espace publics sous l'angle de l'usage de la lumière naturelle et artificielle.
  • Thème de l'édition 2008 : Expo 58 : avant-après. Le patrimoine bruxellois depuis la Seconde Guerre mondiale.
  • Thème de l'édition 2009 : Venus d'ailleurs.
  • Thème de l'édition 2010 : Pierre & Co.
  • Thème de l'édition 2011 : Restauration(s) & conservation.
  • Thème de l'édition 2012 : L'art de construire.
  • Thème de l'édition 2013 : Bruxelles, m'as-tu vu ?
  • Thème de l'édition 2014 : Histoire et mémoire

Organisation en Wallonie[modifier | modifier le code]

  • Thème de l'édition 1989 ///
  • Thème de l'édition 1990 ///
  • Thème de l'édition 1991 ///
  • Thème de l'édition 1992 ///
  • Thème de l'édition 1993 Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches
  • Thème de l'édition 1994 Patrimoine industriel
  • Thème de l'édition 1995 Patrimoine civile public
  • Thème de l'édition 1996 Patrimoine rural
  • Thème de l'édition 1997 Patrimoine archéologique
  • Thème de l'édition 1998 Patrimoine en fête ... Faites du patrimoine
  • Thème de l'édition 1999 1850-1950: un siècle d'architecture moderne
  • Thème de l'édition 2000 Itinéraires au fil de l'eau
  • Thème de l'édition 2001 Itinéraires au fil des idées
  • Thème de l'édition 2002 Itinéraires au fil du labeur
  • Thème de l'édition 2003 Château & demeures privées
  • Thème de l'édition 2004 Patrimoine et Réafectation
  • Thème de l'édition 2005 Regard sur le Moyen Âge
  • Thème de l'édition 2006 Patrimoine & Citoyenneté : Un avenir pour notre passé.
  • Thème de l'édition 2007 Patrimoine militaire : De la préhistoire à nos jours, les bâtiments et les sites liés aux systèmes défensifs et offensifs et à la mémoire des conflits.
  • Thème de l'édition 2008 Patrimoine et Culture
  • Thème de l'édition 2009 Patrimoine & Modernité
  • Thème de l'édition 2010 Les métiers du Patrimoine
  • Thème de l'édition 2011 Des pierres et des lettres
  • Thème de l'édition 2012 Grandes figures en Wallonie
  • Thème de l'édition 2013 Patrimoine "extra"ordinaire
  • Thème de l'édition 2014 Lieux de mémoire 14-18 40-45

Organisation en Flandre[modifier | modifier le code]

  • Thème de l'édition 2007 Vivre (en néerlandais Wonen (habiter) : habitation et lieux de vie au sens large, visite de monuments et d’habitations privées, promenades et randonnées cyclistes guidées au travers de quartiers d’habitations
  • Thème de l'édition 2008 20e édition - 20e siècle (en néerlandais 20e editie - 20e eeuw)

Organisation en Suisse[modifier | modifier le code]

Liste des thèmes des journées suisses[3] :

  • 1994 : Hôtels de ville, bâtiments publics et d'autres monuments historiques en Suisse.
  • 1995 : Châteaux, maisons fortes et manoirs historiques.
  • 1996 : Maisons et jardins en ville et à la campagne.
  • 1997 : L'édifice religieux et son environnement bâti : La vie dans les résidences épiscopales, les couvents, les cures, les synagogues et les collèges.
  • 1998 : Les citoyens, l'État et leurs œuvres: Les édifices de la Confédération, des cantons et de leurs représentants.
  • 1999 : À toute vapeur! Transports et énergie du moyen âge à nos jours.
  • 2000 : Le monument au pluriel. Du rapport entre maisons, rues et places.
  • 2001 : Habiter un monument historique.
  • 2002 : Métiers du patrimoine.
  • 2003 : Verre et vitrail.
  • 2004 : Prochain arrêt : patrimoine.
  • 2005 : Avant:après – conserver, transformer, continuer de bâtir dans le contexte historique.
  • 2006 : Les jardins, cultures et poésie.
  • 2007 : Das Holz – Le bois – Il legno.
  • 2008 : Lieux de délices.
  • 2009 : Au fil de l'eau.
  • 2010 : Cycles de vie[4].
  • 2011 : Les lieux insolites du patrimoine ou un monde sous nos pieds.
  • 2012 : Structure et revêtement – la pierre et le béton.
  • 2013 : Feu et lumière.
  • 2014 : Cuisine et ingrédients.
  • 2015 : Echange – Influence[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Poirrier, L'État et la culture en France au XXe siècle, Paris, Le Livre de Poche, 2006.
  • Philippe Poirrier, Les politiques culturelles en France, Paris, La Documentation française, 2002.

Pays participants[modifier | modifier le code]

50 pays participent[1] :

Albanie, Allemagne, Andorre, Arménie, Autriche, Azerbaïdjan, Biélorussie, Belgique, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Croatie, Chypre, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Géorgie, Grèce, Hongrie, Islande, Irlande, Italie, Kazakhstan, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Malte, Moldavie, Monténégro, Pays-Bas, Macédoine, Norvège, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Fédération de Russie, Saint-Marin, Serbie, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse, Turquie, Ukraine, Vatican.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Autres manifestations du ministère français de la culture[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sites officiels[modifier | modifier le code]

Sites institutionnels entièrement consacrées aux journées du patrimoine[modifier | modifier le code]

Dossiers[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Source : Conseil de l'Europe, « L'Histoire des JEP en bref », sur http://www.jep.coe.int,‎ après 2005 (consulté le 16 septembre 2007).
  2. Selon Valéry Giscard d'Estaing, les premières Journées du patrimoine ont été décidées par lui-même et organisées en 1980 (année déclarée "Année du Patrimoine" par le gouvernement français, le 9 août 1978 (Chronologie de la politique du patrimoine), alors qu'il était Président de la République(« Sarkozy salue la très bonne idée de Lang »), la première journée "Portes ouvertes" au Palais de l'Élysée ayant d'ailleurs été inaugurée par lui en 1977 (Portes ouvertes au Palais de l'Élysée).
  3. Thèmes des JEP des années précédentes en Suisse. Centre national d'information pour la conservation des biens culturels NIKE, site nike-kultur.ch, consulté le 8 septembre 2010.
  4. Thème 2010. Centre national d'information pour la conservation des biens culturels NIKE, site nike-kultur.ch, consulté le 8 septembre 2010.
  5. Thèmes des Journées européennes du Patrimoine 2011 - 2015. Centre national d'information pour la conservation des biens culturels NIKE, site nike-kultur.ch, consulté le 15 septembre 2010.