Empire du Japon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

35° 41′ N 139° 46′ E / 35.683, 139.767 ()

Empire du Japon
大日本帝國
Dai Nippon Teikoku (ja)

18681945

Drapeau
Drapeau.
Blason
Emblème.
Description de cette image, également commentée ci-après

L'Empire du Japon à son apogée (1942)

Vert foncé: Territoire japonais (1870-1905)
Vert: Acquisitions (1905-1930)
Vert clair: Occupation et états satellites (1930-1942)

Informations générales
Statut Monarchie absolue de droit divin (1868-1888)
Monarchie constitutionnelle de droit divin (1889-1947)
Capitale Kyoto (jusqu'à 1868)
Tokyo (après)
Religion Shintoïsme
Monnaie yen [I 1]
Démographie
Population c.1935 97 770 000
Densité c.1935 144,8 hab./km2
Superficie
Superficie c.1935 675 000 km2
Histoire et événements
Restauration Meiji
29 août 1871 Abolition du système han
1er Constitution
1894-1895 Première guerre sino-japonaise
1904-1905 Guerre russo-japonaise
1912 Début de l'Ère Taishō
1926 Début de l'Ère Shōwa
1931-1932 Invasion de la Mandchourie
1937-1945 Seconde guerre sino-japonaise
1941-1945 Participation à la guerre mondiale
Capitulation
Empereur du Japon
1867 - 1912 Mutsuhito
1912 - 1926 Yoshihito
1926 - 1989 Hirohito
Premier ministre
1885 - 1888, 1892 - 1896, 1898, 1900 - 1901 Hirobumi Itō
1888 - 1889 Kiyotaka Kuroda
1889 - 1891 Aritomo Yamagata
1906 - 1908, 1911 - 1912 Kinmochi Saionji
1901 - 1906 1908 - 1911 Tarō Katsura
1913 - 1914 1923 - 1924 Gonnohyōe Yamamoto

Entités précédentes :

Entités suivantes :

  1. Le yen coréen était officiel en Corée depuis 1910 et le yen taïwanais à Taïwan depuis 1896.

L'Empire du Japon ou Japon impérial (Kyūjitai: 大日本帝國; Shinjitai: 大日本帝国; Dai Nippon Teikoku, soit littéralement Empire du Grand Japon, simplifié généralement par Empire du Japon), était la désignation officielle du Japon durant la période allant de l'ère Meiji à l'ère Shōwa et englobant la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale.

Après deux siècles et demi de fermeture au monde extérieur, le Japon connaît une réorganisation politique avec la fin du Shogunat et se transforme en nation moderne - adoptant sa première constitution en 1889 - ainsi qu'en puissance d'envergure mondiale. Le pays se caractérise également par une forte politique expansionniste et impérialiste, qui culmine durant la première partie de l'ère Shōwa et la participation du pays au second conflit mondial.

Avec la conclusion du pacte anti-Komintern, puis du pacte tripartite, l'empire japonais finit par s'allier à l'Allemagne nazie, rejoignant ainsi l'Axe formé avec l'Italie fasciste dans le conflit contre les Alliés. Par la réalisation du hakko ichiu, un concept lié au Kokka shinto et pouvant se traduire par «la réunion des huit coins du monde sous un même toit», l'empereur Hirohito devient un symbole de l'Empire colonial du Japon.

Après la défaite du Japon dans le conflit mondial et l'adoption en 1947 de la nouvelle constitution, le pays est désigné officiellement sous le nom de Nippon ou Nihon, et parfois Nippon-koku ou Nihon-koku (日本国, soit littéralement l’État du Japon) tout en gardant une monarchie constitutionnelle .

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte montrant l'expansion jusqu'en 1942 de l'empire du Japon.
Article détaillé : Histoire du Japon.

Ère Meiji[modifier | modifier le code]

L'Empereur Meiji (Mutsuhito).
Article détaillé : Ère Meiji.

Le Japon de l'ère Meiji s'impose comme une nouvelle puissance du Pacifique. Bien avant le contact avec l'Occident, le Japon connait des tendances proto-capitalistes qui semblent préparer son décollage industriel. De riches cultivateurs constituent des entreprises artisanales notamment dans le tissage et prêtent aux moins fortunés, dont ils finissent par récupérer les terres : c'est le début d' un processus d'accumulation du capital. Avec l'ouverture au commerce international, l'afflux de produits manufacturés entraîne un déficit qu'il faut équilibrer en exportant des produits de base (comme le riz et la soie), ce qui augmente les prix ; d'autre part, l'artisanat se voit concurrencé par les produits européens. D'où une crise sociale qui se manifeste contre les étrangers et contre le système du shogunat.

Politiquement, le début de l'histoire du Japon impérial se confond avec celui de l'Ère Meiji. L'Empereur Meiji Tennō est intronisé en 1867. En avril 1868, il supprime le shogunat. L'ère Meiji (le renouveau) s'achèvera à la mort de l'empereur en 1912, mais la modernisation se poursuivra sous son successeur Taishō Tennō (1912-1925) Le Meiji est une révolution par le haut. L’Empereur gouverne avec ses conseillers : il est de droit divin et le shinto est déclaré shintoïsme d'État. À travers le culte de l'Empereur, c'est le culte de l'État qui régit la vie des citoyens qui est célébré. La première réforme consiste à supprimer la féodalité et à lui substituer l'élite des marchands et de la petite noblesse des guerriers (les samouraïs). Les grands seigneurs (les daimyos) sont privés de leur terres et des droits qui s'y attachent dès 1869.

Le 14 juillet 1871, des préfectures remplacent officiellement les domaines féodaux (廃藩置県, Hai-han Chi-ken).

En 1881, Itō Hirobumi est mis à la tête d'une administration chargée d'étudier les formes modernes de gouvernement, en vue d'établir une constitution pour le Japon. En 1888, un projet de constitution, élaboré en secret, est soumis à l'Empereur. La Constitution de l'Empire du Japon (Kyūjitai: 大日本帝國憲法 Shinjitai: 大日本帝国憲法, Dai-Nippon Teikoku Kenpō), dite Constitution Meiji, inspirée des modèles prussien et américain, est approuvée par l'Empereur le 11 février 1889 et entre en application le 29 novembre 1890. La Diète du Japon, premier parlement du pays, est créée. L'Empereur, chef des forces armées, conserve l'autorité sur les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, tandis que les droits et les devoirs des sujets sont clairement définis. L'aristocratie est réorganisée, avec l'instauration de titres nobiliaires sur le modèle européen. La liberté de cultes est assurée, l'Empire faisant néanmoins une très large place au shintoïsme.

Le pays connaît une modernisation rapide, utilisant la technologie occidentale et les experts étrangers. L'économie japonaise adopte un capitalisme à l'occidental, le pays devenant la nation asiatique la plus développée, et une grande puissance régionale.

L'idéologie nationaliste japonaise se développe et se concrétise par les premiers signes d'expansionnisme politique du pays. En 1894-1895, lors de la première guerre sino-japonaise le Japon bat militairement l'Empire de Chine : la guerre se conclut par le traité de Shimonoseki, par lequel le Japon annexe Taïwan et plusieurs autres territoires, transformant également en protectorat japonais la Corée, dont la Chine a dû reconnaître l'indépendance. Le budget de l'État japonais explose littéralement passant entre 1893 et 1897 de 89 à 240,5 millions de yens dont 55 % sont, la dernière année, consacré au budget de la défense[1].

En 1904-1905, la guerre russo-japonaise se termine par la victoire du Japon sur la Russie impériale : tout en préservant sa domination sur la Corée et ses intérêts économiques en Mandchourie, le Japon s'affirme en tant que grande puissance mondiale, capable de vaincre militairement un pays occidental de premier plan.

La participation majeure du Japon à la répression de la Révolte des Boxers, puis l'établissement du protocole de paix Boxer, permettent à l'Empire d'affermir un peu plus son influence sur la Chine.

En 1910, la Corée est annexée.

L'impérialisme japonais est en partie lié aux problèmes nés du modernisme, incluant un besoin de matières premières pour une industrie en plein essor, la recherche de débouchés commerciaux, le besoin de nouvelles terres et une production agricole insuffisante pour une population toujours croissante. Enfin, la volonté de puissance japonaise est alimentée par la persistance des traditions guerrières.[réf. nécessaire]

Ère Taishō[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ère Taishō.

Durant l'Ère Taishō, règne de l'Empereur Yoshihito, le Japon poursuit sa rapide modernisation économique et sociale, poursuivant une politique d'industrialisation et de militarisation rapide.

Durant la Première Guerre mondiale, le Japon rejoint le camp des alliés et déclare la guerre à l'Empire allemand : la Marine impériale japonaise attaque la Kaiserliche Marine dans le Pacifique sud et l'Océan Indien, et les troupes japonaises occupent les possessions allemandes en Chine. En 1915, le Japon tente d'affermir sa domination économique sur la Chine en présentant au gouvernement de Pékin ses Vingt et une demandes, qui constituent en pratique une tentative de mise sous tutelle de l'économie chinoise. Devant les réticences occidentales et les mouvements d'opinion en Chine, le Japon doit finalement reculer. À la fin du conflit mondial, le Japon s'est malgré tout affirmé comme une puissance mondiale et une grande nation industrielle. Le traité de Versailles lui permet de prendre officiellement possession des concessions allemandes en Chine dans le Shandong.

Durant la guerre civile russe, le Japon intervient en Sibérie, dont il occupe le territoire jusqu'en 1922.

Ère Shōwa[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ère Shōwa (1926-1989).
L'Empereur Showa et l'impératrice Kojun présidant une cérémonie en l'honneur du 2 600e anniversaire de la fondation mythique de l'empire, en novembre 1940.

L'Empereur Hirohito, régent depuis plusieurs années, succède à son père en 1926. Le Japon est frappé par la crise mondiale de 1929. Le pays, faible en matières premières, a du mal à nourrir une population sans cesse croissante (un million de citoyens en plus chaque année). Le chômage sévit dans tous les centres industriels du pays, des krachs financiers se produisent en chaîne. La caste des militaires veut réagir face à l'inaction du gouvernement et reprend son emprise sur le gouvernement.

L'opinion publique accorde une audience enthousiaste, comme en Allemagne et en Italie, aux leaders politiques proposant des conquêtes faciles, des marchés nouveaux ainsi que des politiques de « prestige ». Le Japon poursuit et amplifie sa politique expansionniste et, en 1931, envahit la Mandchourie, annexant de fait la région et créant sur son territoire le protectorat du Mandchoukouo, qui lui garantit le contrôle de très importantes ressources naturelles. Dans les années suivantes, le Japon continue d'étendre son influence sur la Chine, multipliant les heurts avec l'armée chinoise et favorisant des soulèvements indépendantistes en Mongolie-intérieure, dans le but de rééditer l'opération du Mandchoukouo.

Le Japon, se basant sur un empire extensif comprenant Taïwan, la Corée, la Mandchourie et des régions du nord de la Chine, reprend sa croissance économique. L'expansion est considérée comme une nécessité politique et économique, visant à interdire aux états étrangers d'étouffer le pays en bloquant son accès aux matières premières et ses principales voies maritimes. La grande force militaire que possède le Japon est vue comme essentielle pour la défense et la prospérité de l'Empire à travers l'approvisionnement en ressources naturelles, dont l'archipel manque cruellement.

À partir de 1932, sous l'influence d'idéologues militaires comme Sadao Araki, le Japon s'oriente vers une politique militariste et nationaliste de plus en plus prononcée, concevant le pays comme le seul garant légitime de la paix en Asie, et l'Empereur comme le garant divin de l'expansionnisme national, agrémentant la nostalgie du bushido et du shogunat d'une émulation des régimes fascistes européens. En 1936, le Japon signe avec l'Allemagne nazie le pacte anti-Komintern.

Conflits ouverts avec la Chine, puis l'Occident[modifier | modifier le code]

"Les derniers moments de l'Amiral Yamaguchi", 1942, peinture commémorative de la Guerre de la Grande Asie Orientale
Fumimaro Konoe, premier ministre à trois reprises entre 1937 et 1941.
Hideki Tōjō, premier ministre de 1941 à 1944.

En 1937, après plusieurs années de conflit larvé et de heurts récurrents, le Japon réalise une invasion en règle de l'est de la Chine. L'Empire vise à poursuivre une politique expansionniste en Asie, prenant le contrôle des pays de la région, sous le couvert d'un indépendantisme pan-asiatique théorisé par le concept de sphère de coprospérité de la grande Asie orientale. En septembre 1940, pour faire contrepoids à l'hostilité des pays occidentaux ayant des colonies en Extrême-Orient, le Japon conclut une alliance militaire avec l'Allemagne nazie et le Royaume d'Italie, le pacte tripartite constituant officiellement l'Axe Rome-Berlin-Tokyo. Le mois suivant, le gouvernement décrète le pays en état de mobilisation nationale, sous l'égide du Taisei Yokusankai, parachevant la mue totalitaire du régime impérial.

À la fin 1941, le Japon entre officiellement dans la Seconde Guerre mondiale, attaquant les possessions occidentales en Asie et en Océanie. Le pays remporte initialement de nombreuses victoires : la Malaisie britannique, les Indes orientales néerlandaises, le Commonwealth des Philippines, la Birmanie sont occupés par le Japon, qui reçoit en Birmanie le soutien de la Thaïlande. Des combats féroces ont lieu aux Îles Salomon, en Nouvelle-Guinée et dans l'Océan Pacifique. Face à l'effort de guerre des Alliés, la tendance du conflit s'inverse progressivement : les combats en Chine s'enlisent, les Japonais étant incapables de réduire la résistance chinoise; une offensive menée contre l'Inde britannique depuis la Birmanie est un désastre qui aboutit à l'effondrement du front birman; à l'automne 1944, les Américains débarquent aux Philippines.

Défaite militaire[modifier | modifier le code]

En août 1945, le Japon, n'ayant pas répondu à l'ultimatum émis par les Alliés lors de la conférence de Potsdam, subit successivement un bombardement nucléaire américain sur Hiroshima, une invasion massive de l'Union soviétique en Mandchourie, et un second bombardement nucléaire américain sur Nagasaki. Le 15 août, l'Empereur Hirohito annonce lui-même la reddition du pays. La capitulation est officiellement signée le 2 septembre.

Après 1945[modifier | modifier le code]

Après sa défaite dans le conflit mondial, le Japon connaît une période d'occupation militaire par les Alliés. Désireux de conserver le Japon comme allié en Asie, les États-Unis ne mettent pas à bas le système impérial, Hirohito lui-même ne faisant l'objet d'aucune poursuite pour crimes de guerre. Le pays adopte en 1947 une nouvelle constitution, établissant un système de gouvernement parlementaire, et réduisant explicitement le rôle de l'Empereur à sa fonction cérémonielle. Le Japon renonce à son armée, et le terme d'« Empire » disparaît du nom officiel du pays. Le Japon s'oriente désormais vers un fonctionnement politique démocratique, le miracle économique japonais de l'après-guerre garantissant le redressement du pays.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Félix Martin, Le Japon vrai,‎ Première édition 1898, réédition 2001, 336 p. (ISBN 978-1421214474, lire en ligne), p. 240