Millicent Fawcett

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fawcett.

Millicent Fawcett

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Millicent Fawcett

Nom de naissance Millicent Garrett
Naissance 11 juin 1847
Aldeburgh, Suffolk, Angleterre
Décès 5 août 1929 (à 82 ans)
Bloomsbury, Londres, Angleterre
Nationalité Anglaise
Profession
femme politique et féministe
Distinctions
Dame grand-croix de l'ordre de l'Empire britannique
Famille
Époux : Henry Fawcett
Fille : Philippa Fawcett

Dame Millicent Fawcett GBE (née Garrett le 11 juin 1847 à Aldeburgh dans le Suffolk et morte le 5 août 1929) est une femme politique et féministe anglaise. Elle fit partie du mouvement des Suffragists dans lequel ses positions modérées la poussèrent à promouvoir l'éducation des femmes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Millicent Fawcett naquît dans une famille libérale où elle reçut, comme ses sœurs, une éducation convenable. En 1859, sa sœur Elizabeth Garrett partit faire des études de médecine à Londres qui lui permirent de devenir la première femme médecin du Royaume-Uni. En 1860, Elizabeth revint chez ses parents accompagnée de son amie Emily Davies. C'est à ce moment-là que les trois jeunes femmes décidèrent de faire carrière dans des domaines différents afin d'élargir le droit des femmes. Elizabeth choisit la médecine, Emily l'éducation et Millicent la politique.

C'est lors d'une visite à sa sœur en 1865 que Millicent fit la connaissance de John Stuart Mill, un des grands philosophes libéraux de l'époque militant pour le droit des femmes. C'est lui qui la présenta à son futur époux Henry Fawcett, un député libéral qui devint plus tard Postmaster General dans le second gouvernement de William Gladstone.

Henry Fawcett était atteint de cécité et Millicent servit d'assistante notamment en prenant en notes pour lui certaines réunions, activité qui permit d'acquérir une connaissance du monde politique. Ils se marièrent en 1867 et eurent une fille l'année suivante, Philippa Fawcett, qui devint plus tard enseignante à la Birkbeck Literary and Scientific Institution de l'Université de Londres.

C'est dans les années 1870 que Millicent commença à militer pour l'obtention du droit de vote des femmes avec l'appui de son mari, mais c'est à sa mort, en 1868, qu'elle s'investit pleinement dans la politique. Elle prit part en 1871 à la fondation du Newnham College à l'université de Cambridge. À la mort de Lydia Becker en 1897, elle devint la présidente de la principale organisation du mouvement des Suffragists, la National Union of Women's Suffrage Societies (NUWSS), poste qu'elle quitta en 1919, un an après l'obtention du droit de vote pour les femmes de plus de 30 ans.

Blue plaque sur la maison en Gower Street où Fawcett habitait et mourut.

En juillet 1901, elle fut nommée par le gouvernement à la tête de la Fawcett Commission qui avait pour but d'enquêter sur les conditions de vie dans les camps de concentration institués par Lord Kitchener pendant la Seconde Guerre des Boers de 1899-1902 en Afrique du Sud.

Elle fut élevée au rang de Dame de l'Ordre de l'Empire britannique en 1925 et mourut à sa maison, Nº 2 Gower Street à Bloomsbury, quatre ans plus tard en 1929. Le Millicent Fawcett Hall de Westminster a été inauguré l'année de sa mort pour permettre aux femmes de débattre des grands problèmes auxquels elles sont confrontées dans la société. Aujourd'hui, son nom reste lié à la Fawcett Society, une organisation féministe visant à établir l'égalité hommes/femmes.

Militantisme[modifier | modifier le code]

L'activisme de Millicent Fawcett était plutôt modéré en comparaison des actions coups de poing de la famille Pankhurst et de la Women's Social and Political Union (WSPU). Elle pensait que leur attitude leur aliénait la reconnaissance de nombreux députés et du grand public.

Dans les années 1870, Fawcett s'est également élevée contre les Contagious Deseases Acts qui imposaient aux prostituées des villes portuaires et des environs des bases militaires un dépistage obligatoire d'éventuelles maladies vénériennes et les condamnaient en cas de test positif à des séjours en hôpital pouvant aller jusqu'à un an. Le refus du dépistage était également passible d'emprisonnement bien que ce dernier consistait en un examen invasif et douloureux, et les clients qui contaminaient les prostituées n'encouraient quant à eux absolument rien. Ces lois finirent par être abrogées en 1886 en partie grâce à l'action de Fawcett.

Lorsque la Première Guerre mondiale éclata en 1914, la NUWSS refusa de participer à l'effort de guerre au contraire de la WSPU car bon nombre de ses membres étaient également pacifistes. La WSPU fut à l'époque qualifiée de jingoiste en raison de son soutien inconditionnel à l'économie de guerre. Fawcett, bien que n'étant pas elle-même pacifiste, n'impliqua pas son organisation de peur que de nouvelles scissions en son sein entraînent une baisse des aides financières allouées par le gouvernement. Ainsi la NUWSS se contenta de continuer sa campagne pour l'obtention du droit de vote pour les femmes tout en pointant du doigt l'importance du travail fournit par les femmes durant le conflit.

Source[modifier | modifier le code]