Bataille de Manille (1945)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille de Manille.
Bataille de Manille
Vue aérienne de Manille en mai 1945
Vue aérienne de Manille en mai 1945
Informations générales
Date Du 3 février au 3 mars 1945
Lieu Manille, Philippines
Issue Victoire alliée
Belligérants
Drapeau des États-Unis États-Unis
bordrt Philippines
Drapeau : Japon Empire du Japon
Commandants
Drapeau des États-Unis Oscar Griswold
Drapeau des États-Unis Robert S. Beightler
Drapeau des États-Unis Joseph M. Swing
Drapeau des États-Unis Verne D. Mudge
Flag of the Philippines.svg Alfredo M. Santos
Drapeau : Japon Iwabuchi Sanji
Forces en présence
35 000 soldats américains
3 000 résistants philippins
14 000 hommes
Pertes
1 010 morts, 5 565 blessés
Plusieurs dizaines de milliers de civils philippins tués
12 000 morts
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Batailles et opérations de la Guerre du Pacifique

Chine · Indochine française (1940) · Guerre franco‑thaïlandaise · Eaux australiennes · Nauru · Pearl Harbor · Atoll de Wake · Hong Kong · Philippines (1) · Invasion japonaise de la Thaïlande · Attaque du Prince of Wales et du Repulse  · Malaisie ·Ceylan · Bataan · Singapour · Indes orientales néerlandaises · Bornéo (1)  · Birmanie · Nouvelle-Guinée · Timor · Java · Mer de Java · Détroit de la Sonde · Îles Salomon · Australie · Taungû · Île Christmas · Yenangyaung · Mer de Corail · Corregidor · Midway · Îles Aléoutiennes · Komandorski · Attu  · Îles Gilbert et Marshall · U-Go · Kohima  · Imphal · Peleliu · Angaur · Tinian · Guam · Opération Forager · Saipan · Mer des Philippines · Philippines (2) · Morotai · Leyte · Golfe de Leyte (navale) · Singapour (air) · Cabanatuan · Luçon · Manille · Kita · Iwo-Jima · Indochine française (1945) · Okinawa · Opération Ten-Gō · Bornéo (2) · Détroit de Malacca · Bombardements navals sur le Japon · Invasion soviétique de la Mandchourie (Kouriles) · Bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki · Capitulation du Japon


Guerre sino-japonaise


Front d'Europe de l’Ouest


Front d'Europe de l’Est


Bataille de l'Atlantique


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Théâtre américain

Coordonnées 14° 35′ N 120° 58′ E / 14.58333333, 120.96666667 ()14° 35′ Nord 120° 58′ Est / 14.58333333, 120.96666667 ()  

Géolocalisation sur la carte : Philippines (relief)

(Voir situation sur carte : Philippines (relief))
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Manille (1945).

La bataille de Manille s'est déroulée durant la seconde campagne des Philippines de la Seconde Guerre mondiale, du 3 février au 3 mars 1945. Les combats dans la capitale des Philippines furent particulièrement sanglants et laissèrent la ville dévastée. La prise de Manille fut l'un des moments clés de la reconquête des Philippines, occupées par l'Empire du Japon depuis trois ans.

Contexte[modifier | modifier le code]

La bataille de Luçon commença le 9 janvier, par un premier débarquement américain dans le golfe de Lindayen. Les troupes américaines et philippines, aidées par les différents mouvements de résistance locaux, progressèrent dans les semaines suivantes sur deux fronts, et prenant la capitale en tenaille. Le général Tomoyuki Yamashita, commandant les troupes japonaises aux Philippines, déplaça l'essentiel de ses forces à Baguio. Yamashita considérait la capitale comme difficilement défendable, et ordonna à ses subordonnés d'évacuer la ville dès l'arrivée des troupes américaines, en faisant sauter tous les ponts. Le contre-amiral Iwabuchi Sanji, souhaitant au contraire défendre Manille jusqu'au bout, ordonna à ses troupes d'établir des lignes de défenses renforcées par des tranchées et des barbelés, tout en détruisant la plupart des ponts et des chemins praticables.

Bataille[modifier | modifier le code]

Le 3 février, la 1re division de cavalerie américaine prit sur le fleuve Tuliahan un pont conduisant à la capitale. Les troupes américaines et les résistants philippins se dirigèrent vers l'Université de Santo Tomas, utilisée comme camp de prisonniers depuis l'invasion japonaise. Les détenus furent libérés après de brefs combats, qui marquèrent les premières pertes alliées. La prison de Bilibid, utilisée pour détenir des soldats capturés à Bataan et Corregidor, fut également prise. Plus de 5 000 prisonniers furent libérés au total.

Après la percée américaine des 3 et 4 février, les combats se poursuivirent à Manille, dégénérant en batailles de rue. Le 5 février, le général Oscar Griswold divisa la ville en deux secteurs, donnant à la 37ème division d'infanterie la responsabilité du secteur ouest, et à la 1ère division de cavalerie, celle du secteur est. Le 8 février, les Japonais étaient en grande partie repoussés hors du secteur ouest, mais au prix de la destruction d'un grand nombre de bâtiments. Dans le centre industriel de Provisor Island, la résistance des Japonais fut particulièrement acharnée et se prolongea jusqu'au 11 février.

Douglas MacArthur, souhaitant épargner le plus possible les populations civiles, avait limité les actions de forces aériennes et d'artillerie. Les destructions massives ne purent cependant être évitées : les Américains durent recourir à l'emploi d'obus et de chars de combats. Les échanges de tirs entrainèrent la destruction de nombreux bâtiments, ensevelissant les civils qui s'y étaient réfugiés.

Cernées par les Américains, certaines troupes japonaises s'acharnèrent sur les civils philippins, commettant viols et massacres : l'ensemble des atrocités commises par les Japonais est désigné sous le nom de massacre de Manille.

Le quartier d'Intramuros, où plus de 4000 civils étaient retenus en otages par les Japonais, fut complètement dévasté, entraînant la mort de plus d'un quart des otages. Environ 1 000 victimes furent causées par les exactions japonaises, d'autres étant victimes des tirs d'obus américains.

La dernière poche de résistance japonaise fut écrasée le 3 mars. Avant même l'arrêt total des combats, Douglas MacArthur convoqua une assemblée provisoire composée de notables philippins, et proclama le rétablissement officiel du Commonwealth des Philippines.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul-Yanic Laquerre, ­Manille : une Cité Sacrifiée, 2e Guerre Mondiale #29, octobre-novembre 2009