Lafcadio Hearn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hearn.

Lafcadio Hearn

alt=Description de l'image Lafcadio hearn.jpg.
Nom de naissance Lafcadio Hearn / Yakumo Koizumi
Naissance 27 juin 1850
Leucade, république des îles Ioniennes
Décès 26 septembre 1904 (à 54 ans)
Tokyo, Japon
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni puis Drapeau : Japon Empire du Japon
Profession journaliste
Autres activités
traducteur

Lafcadio Hearn (Leucade, république des îles Ioniennes, 27 juin 1850 - Tōkyō, Empire du Japon, 26 septembre 1904) est un écrivain irlandais qui prit ensuite la nationalité japonaise sous le nom de Yakumo Koizumi (小泉八雲, Koizumi Yakumo?).

Biographie[modifier | modifier le code]

Le deuxième prénom, Lafcadio, sous lequel Patrick Lafcadio Hearn se fera connaître, tire son origine de l'île de Leucade, en grec Lefkada (Λευκάδα), qui fait partie du groupe des Îles ioniennes grecques.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né d'un père irlandais, chirurgien militaire dans l'armée britannique, et d'une mère grecque, Patrick Lafcadio Hearn est élevé par sa tante à Dublin à la suite de la mort de ses parents. Il perd un œil à 13 ans dans un accident en jouant avec des camarades de classe. Rejeté par sa famille, il fait un passage à Londres, puis à Paris.

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Lafcadio s'installe ensuite à 19 ans en Amérique à New York puis à Cincinnati, et devient journaliste. Il y découvre la culture japonaise par l'intermédiaire de contacts avec l'ambassadeur de l’empire du Japon.

En 1874, il épouse en cachette Althea « Matthie » Foley, une cuisinière métisse, alors que les mariages mixtes sont illégaux. Lorsque cette union est découverte, il est renvoyé de son journal l’Enquirer et rejoint le journal rival, le Cincinnati Commercial.

En 1877 il quitte Cincinnati et part en Louisiane à La Nouvelle-Orléans. Il s'intéresse alors à la culture créole de La Nouvelle-Orléans et publie en 1885 un dictionnaire de proverbes créoles Gombo Zhèbes et un recueil de cuisine La cuisine créole.

En Martinique[modifier | modifier le code]

En 1889, le journal Harper's Monthly où travaille Hearn, l'envoie comme correspondant aux Antilles. Il restera deux ans à Saint-Pierre en Martinique. L'île qu'il qualifie de « Pays des revenants » lui inspire son roman Youma. S'intéressant de près aux contes traditionnels martiniquais, il en recueillera un grand nombre et publiera plusieurs ouvrages (« Trois fois bel conte… », « Contes créoles (II) » ).

Au Japon[modifier | modifier le code]

Sur l'invitation de son ami ambassadeur du Japon, Hearn débarque à Yokohama en 1890 et devient journaliste pour la presse anglophone. Au Japon, Hearn fait la connaissance de la fille d'un samouraï, Koizumi Setsu. Il l'épouse et prend en 1896 la citoyenneté japonaise et le nom de Koizumi Yakumo.

Hearn commence alors à rédiger ses œuvres sur le Japon et la culture japonaise. Il s'intéresse notamment aux histoires traditionnelles de fantômes japonais. Grand voyageur, il déménage souvent et s'installe successivement à Kobe, Matsue, puis Tōkyō, où il est nommé professeur d'université. Il effectue également l'ascension du Mont Fuji.

Il meurt à Tōkyō d'une attaque cardiaque en 1904 et est enterré selon les rites bouddhiques. L'écrivain Natsume Sōseki lui succède à la chaire de littérature anglaise de l'université de Tokyo.

Par ailleurs, Hearn est l'importateur du judo en Amérique, ayant convaincu son ami Theodore Roosevelt, alors président, d'inviter aux États-Unis l’un des principaux experts du Kodokan, Yoshiaki Yamashita (en). Cette visite japonaise déclenche alors une mode pour ce sport en Amérique. Grand admirateur de Pierre Loti, Hearn est également le traducteur en anglais de Maupassant, Théophile Gautier, Flaubert, Mérimée, Hugo, Zola, de Nerval et Anatole France.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Études créoles :

  • La Cuisine créole : A Collection of Culinary Recipes., 1885
  • Gombo Zhèbes, Little Dictionary of Creole Proverbs in Six Dialects, 1885
  • A Midsummer Trip to the West Indies., 1888
  • Youma, The Story of a West-Indian Slave , 1890
  • Two Years in the French West Indies, 1890
  • Youma, roman martiniquais, trad. Marc Logé, Mercure de France, 1923
  • Esquisses Martiniquaises, trad. Marc Logé, Mercure de France, 1924
  • Contes des Tropiques, trad. Marc Logé, Mercure de France, 1926
  • Un voyage d'été aux Tropiques, trad. Marc Logé, Mercure de France, 1931
  • Fantaisies créoles, suivi de Rêveries Floridiennes, trad. Marc Logé, Mercure de France, 1938
  • Trois fois bel conte, trad. Serge Denis, Mercure de France, 1939
  • Réédition : Aux vents caraïbes, avant-propos de Raphaël Confiant, Éditions Hoëbeke, coll. Étonnants voyageurs, 2004. Contient : Un voyage d'été aux Tropiques, Esquisses martiniquaises, Contes des tropiques

Études japonaises :

  • Chita-Koroko Chita, Un Souvenir de l’Île Dernière, trad. Marc Logé, Mercure de France
  • Esquisses japonaises
  • Fantômes du Japon. Six légendes, trad. Marc Logé, Union Générale d'Éditions, coll. Les Maîtres de l'Étrange et de la Peur... (ISBN 2-264-00305-7), 1980
  • Feuilles éparses de littératures étranges, trad. Marc Logé, Mercure de France
  • Kokoro, au cœur de la vie japonaise (1896), trad. Mme Léon Raynal, Albin Michel, Éditeur
  • En glanant dans les champs de Bouddha (1897)
  • Kotto
  • Le Roman de la Voie Lactée (1905)
  • La Lumière vient de l’Orient. Essais de psychologie japonaise, trad. Marc Logé, Mercure de France
  • Au Japon spectral (1900)
  • Le Japon inconnu. Esquisses psychologiques, trad. Mme Léon Raynal, Albin Michel, Éditeur
  • Pèlerinages japonais
  • Voyage au pays des dieux. Fêtes religieuses et coutumes japonaises.
  • Kwaidan ou Histoires et études de choses étranges (1904)
  • Le Japon (1905), trad. Marc Logé, Mercure de France
  • Lettres japonaises (1890-1893)
  • Écrits sur le bouddhisme japonais, trad. Marc Logé, Éditions Minerve, coll. Traversées, (ISBN 2-86931-066-8), 1993

Hommages[modifier | modifier le code]

Buste au parc Lafcadio Hearn d'Okubo, Shinjuku

De nombreux hommages ont été rendus à Lafcadio Hearn aussi bien en littérature, en bande dessinée, qu'au cinéma ou à la télévision.

Littérature
  • Statue de Lafcadio Hearn, poème d'Aimé Césaire, 1913.
  • Le voyage de Lafcadio Hearn (1887), dix poèmes de Daniel Thaly, 1964.
  • Saint-Pierre, poème d'Auguste Joyau, 1959.
  • Lafcadio Hearn, Stefan Zweig, 1911 (publié en français dans le recueil "Hommes et Destins").
Bande dessinée
  • Lafcadio Hearn apparaît dans Colt Walker, BD de Yann et Lamy.
  • Lafcadio Hearn apparaît dans le premier tome de Au temps de Botchan, BD de Jirô Taniguchi.
  • Plusieurs allusions à Lafcadio Hearn sont faites dans NonNonBâ, par Shigeru Mizuki.
Cinéma
  • Wall Eyed Nippon (ou Yabunirami Nippon), film de Hideo Suzuki, 1963.
  • Kwaïdan, film de Masaki Kobayashi, prix spécial du jury au festival de Cannes, 1965.
  • The Snow Woman, film de Tanaka Tokuzo, 1968.
  • Lafcadio Hearn : Glimpses of Unfamiliar Japan, Série télévisée biographique, 1982.
  • Irish People Flying High in Japan, documentaire pour la télévision, 1992.
Divers

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jonathan Cott, La Vie de Lafcadio Hearn, Paris, Mercure de France, 542 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]