José P. Laurel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
José P. Laurel
Image illustrative de l'article José P. Laurel
Fonctions
3e président de la République des Philippines
14 octobre 194317 août 1945
Vice-président Benigno Aquino, Sr.
Ramón Avanceña
Prédécesseur Manuel L. Quezon
Successeur Sergio Osmeña
Biographie
Nom de naissance José Paciano Laurel y García
Date de naissance 9 mars 1891
Lieu de naissance Tanauan City, CALABARZON (Philippines)
Date de décès 6 novembre 1959 (à 68 ans)
Lieu de décès Manille (Philippines)
Nationalité Philippine
Parti politique Parti nationaliste (-1942 ; 1945-1959)
KALIBAPI (1942-1945)
Diplômé de Université de Santo Tomas
Yale Law School
Profession Avocat

Signature

José P. Laurel
Présidents de la République des Philippines

José Paciano Laurel y García, né le 9 mars 1891 à Tanauan City, mort le 6 novembre 1959, était un homme politique philippin. Il fut le chef du régime collaborateur philippin durant la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé en droit en 1915 à l'université de Quezon City, il étudie ensuite aux États-Unis à Yale, d'où il sort docteur en droit. Impliqué en politique durant ses études, il devient à son retour de Yale sous-secrétaire puis secrétaire au Ministère philippin de l'intérieur. Indépendantiste convaincu, il s'oppose régulièrement au gouverneur américain des Philippines Leonard Wood. Il démissionne finalement de son poste en 1923 pour protester contre l'administration américaine. En 1925, il est élu au Sénat. Battu en 1931, il retrouve son siège en 1934. Il participe à l'élaboration de la constitution du Commonwealth des Philippines, qui doit amener le pays à l'indépendance. En 1936, il est nommé à la Cour suprême du pays.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

À la fin 1941, l'Empire du Japon envahit les Philippines. Le gouvernement du Commonwealth doit fuir le pays. Connu des Japonais pour son opposition à l'administration coloniale américaine, il est nommé à la Commission exécutive des Philippines, qui assure le gouvernement provisoire du pays. Le 5 juin, il est blessé dans une tentative d'assassinat, peut-être commise par des résistants philippins. Le 19 juin 1943, il prend la tête de la commission pour l'indépendance, chargée par les Japonais de préparer la nouvelle constitution du pays. Le 14 octobre 1943, il devient président de la Seconde République des Philippines. Le 5 novembre, il participe à Tokyo à la Conférence de la grande Asie orientale aux côtés des autres représentants pro-japonais des États asiatiques au sein de la Sphère de coprospérité de la grande Asie orientale.

Durant son mandat, l'économie du pays souffre beaucoup du fait de la guerre, et la population doit affronter une situation de quasi-famine.

Le 22 mars 1945, Laurel et son gouvernement doivent fuir devant l'avance des troupes alliées et se réfugient au Japon. Le gouvernement du Commonwealth des Philippines reprend le contrôle du pays. Le 17 août, après l'annonce de la capitulation du Japon, Laurel proclame la dissolution de la République.

Après la guerre[modifier | modifier le code]

Arrêté, il est ramené aux Philippines et fait l'objet de 132 mises en examen pour trahison. Mais, en 1948, après l'indépendance, l'amnistie générale décrétée par le président Manuel Roxas lui permet de retrouver la liberté sans avoir été jugé. En 1949, il se présente à l'élection présidentielle, mais n'est pas élu. En 1951, il obtient sa revanche politique en étant à nouveau élu au Sénat. Il est ensuite chargé de mission du président Ramon Magsaysay dans des négociations commerciales avec les États-Unis. Il prend sa retraite en 1957.