Empire colonial suédois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
LocationSwedishEmpire.png
La Nouvelle-Suède, à l’embouchure du fleuve Delaware

L'« empire colonial suédois » a existé de 1638 à 1655, puis de 1785 à 1878. L'expression n'est pas reconnue et son utilisation est controversée, étant donné que les possessions coloniales suédoises étaient limitées à quelques petites zones, souvent jamais possédées simultanément. L'apogée territoriale des colonies suédoises se situe au milieu du XVIIe siècle.

Les anciennes colonies suédoises sont les suivantes :

Colonies[modifier | modifier le code]

Nouvelle-Suède[modifier | modifier le code]

La première colonie suédoise est la Nouvelle-Suède, fondée en 1638 par la Compagnie du Sud sur la côte atlantique de l'Amérique du Nord, à l'embouchure du Delaware. Cette colonie, centrée autour de Fort Christina (actuellement dans la ville de Wilmington, dans l'État du Delaware), nommé en honneur de la reine Christine de Suède, est partagée entre des colons suédois, finlandais et allemands.

Les Néerlandais sont déjà présents dans cette zone d’Amérique avec la colonie des Nouvelle-Néerlande, plus au nord. En 1655, l'administration suédoise capitule devant l'arrivée de Pieter Stuyvesant, à la tête de 300 soldats de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales. Le delta du Delaware, ainsi que les quelque 500 colons scandinaves, furent intégrés à la colonie néerlandaise.

Antilles[modifier | modifier le code]

Pendant les guerres napoléoniennes, la Suède soutient les Alliés contre la France. Grâce à cet appui, elle obtient la Guadeloupe, mais l’île redevient française à la suite du traité de Paris. La Suède fait alors pression et obtient le paiement de 24 millions de francs en dédommagement. Le dernier paiement a eu lieu en 1983.

Gustave III de Suède installe une colonie suédoise à Saint-Barthélemy en 1785. La France achète l’île à la Suède en 1878, qui la vend en raison de son manque de rentabilité. Elle est la dernière colonie suédoise.

Afrique[modifier | modifier le code]

La Suède fonde en 1649 la Compagnie suédoise d'Afrique et contrôle brièvement différents postes sur la Côte-de-l'Or (actuel Ghana) à partir d’avril 1650, mais perd le dernier moins de quinze ans plus tard : en 1657 puis le 20 avril 1663, Carolusburg et Fort Christiansborg sont pris par le Danemark.

En 1652, les Suédois s'emparent de Cape Coast, auparavant sous le contrôle portugais, puis néerlandais. Cape Coast est centrée autour de Carolusburg, comptoir suédois de 1650, nommé d’après le roi Charles X Gustave de Suède, fortifié en 1653 et rebaptisé Fort Carlsborg par les danois en 1657 puis Fort de Cape Coast par les anglais qui s'en emparèrent en 1665, pour ensuite le conserver durant 300 ans.

Commerce[modifier | modifier le code]

Durant cette période, une petite traite négrière suédoise débute, mais elle prend fin avec la perte de la Nouvelle-Suède. Elle est relancée sous le règne de Gustave III avec la fondation de la colonie de Saint-Barthélemy en 1785, qui devient un centre du commerce d’esclaves. La Compagnie suédoise des Indes occidentales s’établit dans l’île en 1786.