Saitō Makoto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Makoto.
Saitō Makoto est un nom japonais traditionnel ; le nom de famille (ou le nom d'école), Saitō, précède donc le prénom (ou le nom d'artiste).
Saitō Makoto
斎藤 実
Le vicomte Saitō Makoto
Le vicomte Saitō Makoto

Naissance 27 octobre 1858
Drapeau du Japon Domaine de Mizusawa, Province de Mutsu, Japon
Décès 26 février 1936 (à 77 ans)
Drapeau du Japon Izunokuni, Préfecture de Shizuoka, Japon
Origine Japonais
Allégeance Drapeau : Japon Empire du Japon
Grade Amiral
Années de service 18791928
Conflits Guerre sino-japonaise (1894-1895)
Guerre russo-japonaise
Première Guerre mondiale
Commandement Drapeau de la marine impériale japonaise Marine impériale japonaise
Distinctions Ordre du Chrysanthème
Ordre du Soleil levant
Ordre des fleurs de paulownia
Ordre du Bain
Autres fonctions Premier ministre du Japon
Gouverneur-général de Corée
Ministre de l'Éducation
Ministre des Affaires étrangères
Ministre de la Marine
Gardien du sceau privé du Japon

Liste des Premiers ministres du Japon

Le vicomte Saitō Makoto (斎藤 実?) ODB, né le 27 octobre 1858 dans le domaine de Mizusawa dans la province de Mutsu au Japon et assassiné à l'âge de 77 ans le 26 février 1936 à Tokyo, est un amiral de la marine impériale japonaise qui fut deux fois gouverneur-général de Corée de 1919 à 1927 et de 1929 à 1931 et le 30e premier ministre du Japon du 26 mai 1932 au 8 juillet 1934.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Saitō est né en 1858 dans le domaine de Mizusawa dans la province de Mutsu (aujourd'hui dans la ville d'Ōshū dans la préfecture d'Iwate). Fils d'un samouraï du clan Mizusawa, il sort diplômé de la 6e classe de l'académie navale impériale du Japon en étant classé troisième sur une classe de 17 cadets.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

En 1884, Saitō est envoyé étudié pendant quatre ans aux États-Unis en qualité d'attaché militaire. Après son retour au Japon en 1888, il sert à l'état-major de la marine impériale japonaise.

Après avoir été promu capitaine de corvette le 20 décembre 1893, il devient commandant en second sur le croiseur Izumi et sur le cuirassé Fuji.

Durant la guerre sino-japonaise (1894-1895), Saitō commande les croiseurs Akitsushima et Itsukushima. Le 10 novembre 1898, il devient vice-ministre de la Marine et est promu contre-amiral le 20 mai 1900.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Saitō est encore vice-ministre de la Marine lors qu'éclate la guerre russo-japonaise (1904-1905). Il est promu vice amiral le 6 juin 1906. Il reçoit l'ordre du Soleil levant (1re classe) en 1906. Après la fin de la guerre, il devient ministre de la Marine pour 6 ans de 1906 à 1914, période durant laquelle il s'efforce de favoriser l'expansion de la marine.

Le 21 septembre 1907, Saitō est anobli du titre de baron (danshaku) sous le système de noblesse kazoku. Le 16 octobre 1912, il est promu amiral. Cependant, le 16 avril 1914, il est forcé de démissionner de sa fonction de ministre de la Marine à cause de son implication dans le scandale Siemens et entre officiellement dans les réserves.

En 1919, il devient le troisième gouverneur-général de Corée, une nomination qui tombait juste après le soulèvement du 1er Mars, et il mit en œuvre une série de mesure visant à modérer la politique japonaise. Il fut gouverneur-général deux fois (de 1919 à 1927 et de 1929 à 1931). Il reçut l'ordre des fleurs de paulownia en 1924. Le 29 avril 1925, il est élevé au titre de vicomte (shishaku).

En 1927, Saitō est membre de la délégation japonaise lors de la conférence navale de Genève sur le désarmement et il devient plus tard conseiller privé.

Premier ministre[modifier | modifier le code]

Après l'assassinat du premier ministre Inukai Tsuyoshi le 15 mai 1932 par des officiers de la marine qui pensaient qu'Inukai avaient une attitude trop conciliante (incident du 15 mai), le prince Saionji Kinmochi, l'un des plus proches et influents conseillers de l'empereur, tente d'arrêter la prise de contrôle du gouvernement par les militaires. Par compromis, Saitō est choisi pour succéder à Inukai. Sadao Araki reste ministre de la Guerre et commence à faire des demandes au nouveau gouvernement. Durant le mandat de Saitō, le Japon reconnait l'indépendance du Mandchoukouo et se retire de la Société des Nations.

Le gouvernement de Saitō fut l'un des durables de la période de l'entre-guerre. Il prit fin le 8 juillet 1934 quand ses membres démissionnèrent en masse à cause de l'incident de Teijin, un scandale de corruption. Keisuke Okada succéda à Saitō à la fonction de premier ministre.

Saitō continua à être une figure importante de la politique en devenant le gardien du sceau privé du Japon le 26 décembre 1935 mais il fut assassiné en 1936 durant l'incident du 26 février à son domicile de Yotsuya à Tokyo. Takahashi Korekiyo, son prédécesseur au poste de premier ministre, fut abattu le même jour avec plusieurs autres politiciens de haut rang.

Saitō reçut l'ordre du Chrysanthème à titre posthume.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]