Mandchoukouo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

43° 53′ N 125° 19′ E / 43.883, 125.317 ()

满洲国
滿洲國
満州国

Mǎnzhōuguó
Mandchoukouo
manshūkoku
(Nation de Mandchourie)

19321945

Drapeau Blason
Description de cette image, également commentée ci-après

Le Mandchoukouo (en vert) et le Japon (en rouge) en 1932

Informations générales
Statut Monarchie, État satellite de l'Empire du Japon
Capitale Changchun
Monnaie Yuan du Mandchoukouo
Démographie
Population 30 880 000 hab. 1 133 437 km² (est. 1934)
Histoire et événements
18 février 1932 Création
Août 1945 Dissolution
Empereur
1932-1945 Puyi
Premier ministre
1932-1935 Zheng Xiaoxu
1935-1945 Zhang Jinghui

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le Mandchoukouo, Manchukuo ou Manzhouguo (chinois simplifié : 满洲国 ; chinois traditionnel : 滿洲國 ; pinyin : Mǎnzhōuguó ; Wade : Man-chou-kuo ; EFEO : Man-tcheou-kouo ; littéralement : « Nation de Mandchourie » ; japonais : manshūkoku (満州国?) ; en kyūjitai : 滿洲國) a été un État indépendant de jure, mais mis en place et contrôlé en réalité par l'Empire du Japon au Nord-est de la Chine. Il a existé de 1932 à 1945.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1903, la Mandchourie est sous influence russe, avec la mise en place du chemin de fer de l’Est chinois (Китайско-Восточная железная дорога [Kitaïsko-Vostotchnaïa Jeleznaïa Doroga] en russe, К.В.Ж.Д. (KVJD) dans sa forme abrégée), dernier tronçon ferroviaire du Transsibérien joignant Harbin à Vladivostok. Après la guerre russo-japonaise en 1904-1905, le Japon se substitue à l'Empire russe dans le Nord de la Chine. En 1906, les Japonais installent la ligne du Sud mandchou à partir de Port-Arthur (en japonais Ryojun, aujourd'hui Lüshunkou, près de Dalian).

L'empereur Puyi.

Durant l'entre-deux-guerres, la Mandchourie est un champ de bataille politique et militaire. L'influence japonaise s'y étend dans le sillage de la Révolution russe. En 1925, l'Union soviétique reprend le contrôle de la Mandchourie. Pendant l'époque des seigneurs de la guerre en Chine, Zhang Zuolin s'établit en Mandchourie mais, étant trop indépendant et menaçant pour le Japon voisin (qui occupait la Corée), il est assassiné.

En 1931, l'incident de Mukden incite l'invasion de la Mandchourie par le Japon qui est donc formellement détaché de la Chine. Avec l'investissement japonais et ses riches ressources naturelles, il devient une puissance industrielle. Le gouvernement d'occupation est directement financé par le régime Shôwa. Le 18 février 1932, le Japon déclare la zone indépendante de la République de Chine sous le nom de « Grand État mandchou (Mandchoukouo) de Chine ». Changchun (長春), choisie comme capitale, est renommée Xinjing (新京) ou « nouvelle capitale ». En 1932, installé par les Japonais comme chef de l'exécutif, Aixinjueluo Puyi est le dernier empereur de la dynastie Qing. En 1934, Puyi, sous le nom de Kangde, est nommé empereur du Mandchoukouo, pays renommé « Grand Empire mandchou ».

Le trône impérial.

De 1931 à 1935, le Premier ministre est, dans un premier temps, Zheng Xiaoxu. Peu apprécié, tant par l'empereur que par le peuple, il est démis de ses fonctions, et remplacé par Zhang Jinghui qui reste à ce poste jusqu'en 1945.

Selon un document retrouvé en 2007 par le journaliste Reiji Yoshida, la Kōa-in (Agence de développement de l'Asie orientale) fournit des fonds aux trafiquants de drogue en Chine, en vue de l'utilisation d'une partie des bénéfices de la vente de l'opium, de l'héroïne et de la morphine au profit des gouvernements d'occupation du Mandchoukouo, de Nankin et de Mongolie[1].

La majorité des États ne reconnaissent pas le Mandchoukouo, la doctrine Stimson des États-Unis, par exemple, étant très claire sur le sujet. Les déclarations de la Société des Nations affirmant que le Mandchoukouo est toujours une partie de la Chine entraînent le retrait du Japon de cette organisation en 1934. Certains États reconnaissent officiellement le Mandchoukouo entre 1932 et 1944. Les premiers sont le Salvador (mars 1934) et le Vatican (avril 1934)[2], puis l'Espagne et les deux partenaires japonais de l'Axe, l'Italie (29 novembre 1936) et l'Allemagne (20 février 1938) et enfin d'autres états, membres ou partenaires de l'Axe ou occupés : la Hongrie, la Slovaquie, la Roumanie, la Bulgarie, la Finlande, le Danemark, la Croatie.

Le cabinet de 1940, avec le premier ministre Zhang Jinghui, en uniforme militaire, troisième au premier rang en partant de la droite.

Selon la politique d'expansion de l'Empire, sous les gouvernements d'occupation pro-Japonais de la République de Chine et des Philippines, ainsi que de la Thaïlande, alliée du Japon[3], le pays est utilisé comme base de départ pour les invasions de ses voisins, notamment pour des offensives menées lors de la guerre sino-japonaise. Durant les opérations de répression menées en Chine par les Japonais, des Chinois sont déportés en grand nombre au Mandchoukouo, comme travailleurs forcés[4].

Le 9 août 1945, après les bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki, en conformité avec ses promesses faites aux Alliés lors de la conférence de Yalta, l'Union soviétique envahit le pays. L'armée du Mandchoukouo est écrasée par l'offensive de l'Armée rouge, ainsi que les troupes japonaises de l'Armée du Guandong lors de l'évacuation du Mandchoukouo. Puyi et son premier ministre Zhang Jinghui sont arrêtés par les Soviétiques et emmenés en Union soviétique.

Les Soviétiques démantèlent certaines installations industrielles et infrastructures de Mandchourie, conformément à un accord conclu en 1945 entre Staline et Tchang Kaï-chek[5]. Les communistes chinois peuvent néanmoins étendre leur pouvoir sur la région, et installer leur autorité à Harbin[6]. Jusqu'à la fin de la guerre civile chinoise, en 1948, l'ex-Mandchoukouo devient, en partie grâce au soutien de l'URSS, une base pour l'Armée populaire de libération (communistes) dans sa lutte contre le Guomindang (nationalistes).

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

En 1934, le Mandchoukouo a été organisé en quatorze provinces (省) et deux municipalités spéciales (特別市).

Carte du Mandchoukouo.
Province Chinois Pinyin Wade-Giles Capitale
Andong 安東
Fengtian 奉天
Jinzhou 錦州
Jilin 吉林
Rehe 熱河
Jiandao 間島
Heihe 黑河
Sanjiang 三江
Longjiang 龍江
Binjiang 濱江
Xing'anbei 興安北
Xing'andong 興安東
Xing'annan 興安南
Xing'anxi 興安西
Municipalité Chinois Pinyin Wades-Giles
Xinjing 新京 Xīnjīng Hsin-ching
Harbin 哈爾濱 Hā'ĕrbīn Ha-erh-pin

En 1939, le Mandchoukouo a été réorganisé en dix-neuf provinces et une municipalité spéciale. La municipalité de Harbin a été supprimée et quatre nouvelles provinces ont été ajoutées.

Province Chinois Pinyin Wade-Giles Capitale
Mudanjiang 牡丹江 Mǔdānjiāng
Tonghua 通化 Tōnghuà
Dong'an 東安 Dōng'ān
Bei'an 北安 Běi'ān
Siping 四平 Sìpíng

Forces armées[modifier | modifier le code]

Cet état à disposé de forces armées qui ont joué un rôle symbolique dans les opérations. Ses effectifs étaient de plus de 110 000 hommes à l'origine montant jusqu’à 200 000 hommes répartit dans les armes suivantes :

Unité de recherche bactériologique[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Unité 731 et Shirō Ishii.

L'administration japonaise établit dès 1932 à Beiyihe, près de Harbin, une unité de recherche bactériologique dont la mission est l'étude de maladies comme la peste, le choléra et le typhus. Dirigée par Shirō Ishii, cette unité est transférée à Pingfang en 1936. Agrandie par mandat impérial et incorporée à l'armée du Kantôgun sous le nom d'unité 731, elle procède jusqu'en 1945 à des expérimentations sur des prisonniers humains, en majorité des civils chinois, coréens et russes, dont des femmes et des enfants.

En échange des résultats de leurs recherches, Shirō Ishii et les membres de son équipe ne sont pas assignés à comparaître par les Américains devant le Tribunal de Tōkyō[7].

Les travaux forcés[modifier | modifier le code]

Afin de développer le territoire au bénéfice de l'Empire, le gouvernement japonais créa la Kōa-in, l'Agence de développement de l'Asie orientale, chargée, d'une part, d'assurer le contrôle des richesses pillées par l'armée du Kantôgun, et, d'autre part, de structurer l'occupation et de soutenir l'effort de guerre.

Selon les travaux menés par un comité conjoint d'historiens composé de Zhifen Ju, Mitsuyochi Himeta, Tōru Kubo et Mark Peattie, la Kōa-in a supervisé un système de travaux forcés impliquant dix millions de civils chinois enrôlés dans les mines et les usines du Mandchoukouo[8].

«Avec la coopération du Japon, de la Chine et du Mandchoukouo, le monde peut vivre en paix.» Affiche de propagande du Bureau d'Information du gouvernement du Mandchoukouo. Le drapeau du Mandchoukouo et du gouvernement collaborateur chinois - à droite - arbore les couleurs des "Cinq races sous une union" (Hans, Mandchous, Mongols, Huis et Tibétains

Population japonaise[modifier | modifier le code]

En 1931-1932, il y a 100 000 fermiers japonais ; d'autres sources mentionnent 590 760 habitants de nationalité japonaise. D'autres parlent d'une population japonaise forte de 240 000 personnes, augmentant plus tard à 837 000 individus. À Xinjing, elles composent 25 % de la population. Le gouvernement japonais projette, dans des plans officiels, l'émigration de cinq millions de Japonais au Mandchoukouo entre 1936 et 1956. Entre 1938 et 1942, un contingent de 200 000 jeunes fermiers arrive dans le pays ; en adjoignant ce groupe, après 1936, ils sont 20 000 familles complètes au Mandchoukouo. Quand le Japon perd la maîtrise des mers et des airs en mer Jaune, cette migration cesse.

Quand l'Armée rouge envahit le Mandchoukouo, elle capture 850 000 colons japonais.

Éducation[modifier | modifier le code]

Pendant l'occupation japonaise, l'éducation se développe beaucoup, afin de satisfaire les besoins des immigrants du régime Shōwa. Ainsi, les Japonais installent beaucoup d'écoles et d'universités techniques, jusqu'à compter douze mille écoles primaires au Mandchoukouo, deux cents collèges, cent quarante écoles normales (pour préparer des professeurs), et cinquante écoles techniques et professionnelles. Au total, le système scolaire gère alors six cent mille enfants et jeunes élèves avec vingt-cinq mille professeurs. Il y a également mille six cents écoles privées (avec l'autorisation japonaise), dont cent cinquante écoles de missionnaires, ainsi que vingt-cinq écoles russes à Harbin.

Timbres et histoire postale[modifier | modifier le code]

Timbre de 1935 arborant le visage de Puyi

Le Mandchoukouo déclare son indépendance le 1er mars 1932 et, le 20 mars, le nouveau gouvernement annonce que le département des communications va remplacer l'administration chinoise à partir du 1er août. Cependant, les militaires japonais maintiennent une telle pression sur les postiers chinois que les autorités de Nankin ordonnent un blocus des activités postales. Ces dernières, sous administration chinoise, cessent totalement le 24 juillet 1932. Le département des communications de Xinjing met en place une nouvelle administration avec une telle promptitude que les bureaux sont rouverts le 26 juillet 1932 avec l'émission d'une première série courante.

Pour ces timbres, le gouvernement retient deux dessins : la pagode blanche de Liaoyang et le portrait de Puyi. De juillet 1932 à avril 1934, les timbres porteront une inscription de quatre caractères chinois signifiant « administration postale de l'État mandchou » ; à partir de mars 1934, l'inscription est composée de cinq caractères signifiant « administration postale de l'Empire mandchou », indiquant par là le changement de régime. Ces inscriptions ne figurent pas sur des séries de timbres émis à partir de 1935 et destinés à affranchir le courrier à destination de la Chine car cette dernière ne reconnaîtra jamais le Mandchoukouo. Une orchidée (reconnue comme symbole impérial) apparaît dans le dessin des timbres en 1935. Durant son existence, le Mandchoukouo émet douze séries de timbres courants (y compris ceux pour la Chine), treize séries de timbres commémoratifs, quinze séries d'entiers postaux, deux séries de timbres pour la poste aérienne, des livrets officiels destinés à l'UPU et quelques dizaines de produits philatéliques. Les derniers timbres du Mandchoukouo (une série pour la poste aérienne) ne sont pas émis. Commandés tardivement, ils arrivent à Xinjing courant 1945, pour une mise en circulation prévue pour le 20 septembre. L'histoire en décide autrement, puisque le Mandchoukouo cesse d'exister le 15 août 1945.

Après la dissolution du gouvernement, les timbres en réserve sont surchargés localement avec des sinogrammes signifiant « République de Chine ». Beaucoup le sont par l'administration de Lüshunkou et Dalian entre 1946 et 1949.

Publications[modifier | modifier le code]

Le Manchuria Daily News, a publié, pour les cérémonies du couronnement, un Souvenir Enthronement supplement avec une typographie très particulière, la couverture est ornée d'un dessin de Catherine Balliet Lum et Eleanor Peter Lum.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Japan profited as opium dealer in wartime China, http://search.japantimes.co.jp/cgi-bin/nn20070830f1.html
  2. Voir page 130-131 in The recognition of states: law and practice in debate and evolution, Thomas D. Grant, Praeger, 1999
  3. Voir « Colonial Sovereignty in Manchuria and Manchukuo » par David Tucker, page 87 in The state of sovereignty: territories, laws, populations, sous la direction de Douglas Howland & Luise White, Indiana University Press, 2009
  4. Zhifen Ju, "Japan's Atrocities of Conscripting and Abusing North China Draftees after the Outbreak of the Pacific War", Joint study of the Sino-Japanese war, 2002,
  5. Iliyas Sarsembaev, La Question territoriale, enjeu géopolitique et idéologique dans les relations sino-russes, thèse de doctorat, IEP Paris, 2004-2005, p. 47.
  6. Philippe Masson, La Seconde Guerre mondiale - Stratégies, moyens, controverses, chronologie, filmographie, Tallandier, 2003, page 725
  7. Philippe Pons, « Les crimes indicibles de l'Unité 731 », Le Monde, 3 février 1997.
  8. Zhifen Ju, Japan's atrocities of conscripting and abusing North China draftees after the outbreak of the pacific war, Joint study of the sino-japanese war, 2002. De ce nombre, 2,7 millions ont trouvé la mort lors des opérations de la Politique des Trois Tout (三光作戦, Sankō Sakusen?, « tue tout, brûle tout, pille tout »), une stratégie de la terre brûlée

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]