1929

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de redirection Cette page concerne l'année 1929 (MCMXXIX en chiffres romains) du calendrier grégorien. Pour l'année -1929, voir -1929. Pour les autres significations, voir 1929 (Chronologie de Dada et du surréalisme).

Années :
1926 1927 1928  1929  1930 1931 1932

Décennies :
1890 1900 1910  1920  1930 1940 1950
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique, Amérique (Canada (Alberta, Colombie-Britannique, Île-du-Prince-Édouard, Manitoba, Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick, Ontario, Québec, Saskatchewan et Yukon) et États-Unis (Louisiane)) et Europe (Belgique, France, Italie et Suisse)


Chronologies thématiques :
Aéronautique Architecture Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Économie Fantasy Football Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Événements[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

  • Au Kenya, la crise économique internationale atteint les cultures de zones tempérées (la superficie consacrée au maïs et blé baisse de 60 % entre 1929 et 1934) mais les cultures tropicales (café, cacao, thé et fruits) résistent ou se redressent rapidement.

Amérique[modifier | modifier le code]

Krach de 1929. La foule se presse devant la Bourse après le krach.


Asie[modifier | modifier le code]

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

23 août : massacre d’Hébron. Une maison saccagée par les émeutiers arabes.
  • 29 mars : bataille de Sibilla[5]. Alors que l’Ikhwan entre en dissidence, Abdelaziz Ibn Sa'ud réunit les chefs tribaux et éradique par la force la confrérie après plusieurs mois de guerre et avec le soutien des Britanniques. L’aide de ces derniers l’oblige à reconnaître officiellement l’Irak et la Transjordanie.
  • 11 août : Chaïm Weizmann crée à Zurich l’Agence juive, branche palestinienne de l’Organisation sioniste mondiale fondée en 1920, chargée d’organiser le développement des implantations juives en Palestine.
  • 23 août : massacre d’Hébron et de Safed.
    • Troubles en Palestine mandataire en août contre la politique britannique de création d’un foyer national juif. À la suite d’une manifestation juive (23 août), la population arabe de Jérusalem et d’Hébron attaque les quartiers et les nouveaux faubourgs juifs. Elle est rejointe par les communautés paysannes des alentours. L’état de siège est proclamé par les autorités mandataires. Le bruit se répand que les Juifs sont sur le point de s’emparer de la mosquée d'Omar, et les tribus bédouines de Transjordanie passent le Jourdain pour aider leurs coreligionnaires et prennent d’assaut les casernes britanniques. Les affrontements causent la mort de 133 Juifs et 116 Arabes. Le gouvernement mandataire envisage à la fin du mois d’août de se transférer de Jérusalem à Jaffa. Des troupes britanniques d’Égypte sont dépêchées, et une vigoureuse répression touche particulièrement les populations arabes.
  • Les Britanniques acceptent le principe d’une indépendance du Royaume d'Irak négociée par un nouveau traité.

Europe[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : 1929 en France, 1929 en Italie et 1929 en Suisse.
  • 5 mars : naissance officielle de la télévision publique au Royaume-Uni (Standard 30 lignes ; 12,5 images par seconde).
  • 7 mars - 1er avril[6] : agitation estudiantine en Espagne orchestrée par la Federación Universitaria Española.
  • 23 mars : élection législatives en Italie. La liste du Grand Conseil du fascisme est approuvée par 8 506 575 « oui » contre 136 198 « non ». Le taux de participation est de 89,63 %.
  • 8 avril : loi soumettant les sociétés religieuses à autorisation en URSS[7]. Politique antireligieuse : Staline ferme 1500 églises. La persécution est systématique.

Allemagne[modifier | modifier le code]

Océanie[modifier | modifier le code]

  • 28 décembre : « Samedi noir » . La police coloniale néo-zélandaise abat onze manifestants sans armes à Apia. En réponse, le mouvement Mau réclame l'indépendance des Samoa. Bien plus tard, en 2002, la premier ministre néo-zélandaise Helen Clark présentera ses excuses au peuple samoan pour cette tuerie[9].

Chronologies thématiques[modifier | modifier le code]

Arts et culture[modifier | modifier le code]

Économie et société[modifier | modifier le code]

Amérique latine[modifier | modifier le code]

  • La crise de 1929 aux États-Unis plonge l’Amérique latine dans un marasme économique dont elle ne sortira qu’après la Seconde Guerre mondiale. Quatre mécanismes conjuguent leurs effets. Les importations des pays développés baissent fortement, privant les pays en voie de développement de leurs principales sources de revenus. Les termes de l’échange évoluent dans un sens défavorable aux pays latino-américains. Le marché international de capitaux s’effondre, et les transferts de capitaux vers l’Amérique latine s’inversent et deviennent négatifs entre 1929 et 1932. Le niveau des prix mondiaux diminue fortement ce qui pénalise les pays débiteurs.
  • Au Mexique, la crise provoque une chute drastique du pouvoir d’achat, mais les gouvernements se montrent plus enclins à tenter d’attirer les capitaux étrangers et répriment tous les mouvements sociaux.
  • Le Brésil, déjà en pleine crise depuis 1924, double la mise. Il subit de plein fouet les retombées du crach boursier américain. Les marchés européens se ferment, les cours des matières agricoles s'effondrent avec en particulier ceux du caoutchouc et du café. Le gouvernement ne peut plus résister et le régime dictatorial tombe. Les devises ne rentrent plus, les Brésiliens ne peuvent plus acheter à l’extérieur, ce qui stimule l’activité industrielle. La capacité de production est utilisée à plein.
  • L'Équateur est profondément touché par la crise économique mondiale du fait de sa dépendance à la monoculture du cacao. Cette crise aboutira à 15 ans de chaos politique.
  • Les investissements américains en Colombie sont passés de 2 millions en 1922 à 124 millions de dollars.

Indonésie[modifier | modifier le code]

  • La crise secoue l’économie indonésienne. La culture de la canne à sucre s’effondre et 140 sucreries sur 178 doivent être fermées. Le sucre ne retrouvera jamais son importance (7 % des importations en valeur en 1938 contre 22 % en 1930). Le caoutchouc, le thé et le café sont atteints. Au total les exportations diminuent des deux tiers passant de 1,577 milliard de florins en 1928 à 541 millions en 1932. La crise entraîne un chômage qui touche les employés européens et les travailleurs indonésiens, principalement dans le sucre. Les chômeurs regagnent leurs villages surpeuplés, ce qui provoque des troubles.

Europe[modifier | modifier le code]

  • 2 356 000 chômeurs en Allemagne en mars. La crise économique mondiale atteint le pays à la fin de l’année.
  • Les banques américaines demandent le remboursement immédiat des prêts accordés au Royaume-Uni, mettant beaucoup d’entreprises en difficultés. L’agriculture anglaise souffre de l’engorgement des marchés mondiaux et de la chute des prix ; sous l’effet de la contraction des échanges internationaux (de deux tiers entre 1929 et 1933), les exportations chutent. Hausse importante du taux de chômage.
  • La paysannerie roumaine souffre de l’effondrement des cours des denrées agricoles.
  • En Tchécoslovaquie, la crise économique provoque une chute de 40 % de la production industrielle en quatre ans.
  • La production d’acier a doublé en France depuis 1913 (4,7 millions de tonnes en 1913, 9,7 en 1929).
  • Constitution du géant chimiste Unilever aux Pays-Bas.
  • La France compte 22 entreprises employant plus de 10 000 personnes, l'Allemagne 27, et le Royaume-Uni 39.

Naissances en 1929[modifier | modifier le code]

Décès en 1929[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]