Préhistoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
« Lucy », un fossile relativement complet d’Australopithecus afarensis découvert en Éthiopie en 1974

La Préhistoire est généralement définie comme la période comprise entre l’apparition de l’Humanité et l’apparition des premiers documents écrits, même si cette définition n’est pas sans poser des problèmes.

Le terme « préhistoire » (alors typographié sans majuscule initiale) désigne aussi la discipline scientifique qui étudie cette période (voir préhistoire)[1].

Problèmes liés à la définition de la Préhistoire[modifier | modifier le code]

La définition classique de la Préhistoire pose un certain nombre de problèmes, notamment en ce qui concerne les critères retenus pour son début et sa fin, mais aussi pour la datation de ses limites.

Début de la Préhistoire[modifier | modifier le code]

Galet aménagé, Melka Kunture, Éthiopie

La Préhistoire commence avec l'apparition de l’Homme, or celle-ci est le fruit d’une lente évolution sur plusieurs centaines de milliers d’années, depuis un Hominidé indéterminé[2]. Ce début varie selon les chercheurs en fonction des critères utilisés pour définir l’Homme, qui peuvent être anthropologiques, culturels, voire philosophiques…

Le genre Homo apparaît avec Homo rudolfensis (-2,9 Ma[3]) puis Homo habilis (-2,4 Ma), deux espèces qui ont coexisté en Afrique de l’Est. Ces deux espèces avaient adopté une locomotion bipède et produisaient probablement des outils, deux traits qui ont longtemps été considérés comme propres au genre humain. Des découvertes plus récentes ont montré que les Australopithèques qui ont précédé avaient eux aussi adopté une locomotion partiellement bipède, mais c'est l'une des espèces des Hominines qui a disparu. D’autre part, les plus anciennes industries lithiques sont contemporaines de représentants du genre Homo, mais aussi des Paranthropes, formes robustes d’Australopithèques, et il est impossible de déterminer quel est l’auteur de ces industries.

Selon que l’on considère que l’Homme est représenté par le seul genre Homo ou également par le genre Australopithecus, la Préhistoire débute donc respectivement il y a environ 3 Ma ou 5 Ma.

Fin de la Préhistoire[modifier | modifier le code]

Tablette archaïque retrouvée à Kish.

L’utilisation de l’apparition de l’écriture, vers 3500 ans avant notre ère, comme critère marquant la fin de la Préhistoire est problématique à plus d’un titre:

  • celle-ci n’apparaît pas à la même date dans toutes les zones géographiques ;
  • il existe des sociétés n’ayant pas adopté l’écriture, dont la tradition orale est très forte, comme certaines civilisations d’Amérique précolombienne ou d’Afrique subsaharienne, qui ont peu de choses en commun avec les sociétés préhistoriques.

La notion de Protohistoire a été introduite pour les populations ne possédant pas elles-mêmes l’écriture, mais qui sont mentionnées par des textes émanant d’autres peuples contemporains[4]. Cette notion n’est pas entièrement satisfaisante.

Vers une définition économique et sociale[modifier | modifier le code]

La tendance actuelle est de se baser sur des critères non plus chronologiques (trop fluctuants) mais économiques et sociaux :

Aspects historiques[modifier | modifier le code]

Mâchoire de renne de Paul Tournal - Muséum de Toulouse
Jacques Boucher de Perthes, l'un des pères de la Préhistoire

La chronologie de la Préhistoire a commencé à être établie au XIXe siècle, à la suite des travaux des grands systématiciens du siècle précédent, Carl von Linné, et surtout Buffon, qui avaient largement fait reculer la date de l’origine de la vie sur Terre.

En 1820, Christian Jürgensen Thomsen ordonne les collections de son musée en fonction des principaux matériaux utilisés et crée une classification dite des « trois âges » :

Si les deux dernières expressions sont encore couramment employées, la première est désormais tombée en désuétude. On lui préfère selon les cas les termes Paléolithique et Néolithique, introduits par John Lubbock en 1865[8].

  • Le Paléolithique, étymologiquement « âge de la pierre ancienne », est la période la plus ancienne, durant laquelle la pierre est seulement taillée (d'où aussi l'ancienne appellation d'« âge de la pierre taillée »).
  • Le Néolithique, étymologiquement « âge nouveau de la pierre », est la période plus récente, durant laquelle la pierre est taillée mais aussi travaillée par polissage (d'où aussi l'ancienne appellation d'« âge de la pierre polie »).

Les découvertes et les écrits de pionniers tels que Paul Tournal[9] (1827)[10], Jean-Baptiste Noulet (1851)[11] et surtout Jacques Boucher de Perthes[12] contribuent à faire accepter l’idée de la très haute antiquité de l’Homme.

S’inspirant de la chronologie utilisée en Géologie, Édouard Lartet propose en 1861 une chronologie fondée sur les espèces successives de grands mammifères dominants. Seul l’Âge du Renne est encore parfois utilisé pour désigner le Magdalénien.

En 1869, Gabriel de Mortillet propose une nouvelle chronologie de la Préhistoire, en 14 époques successives nommées d’après les sites où elles ont été décrites et où elles sont bien représentées ; si certaines ont été abandonnées, la plupart de ces époques sont encore utilisées aujourd’hui comme l’Acheuléen, le Moustérien, le Solutréen ou le Magdalénien[13],[14].

La chronologie a également été précisée par Henri Breuil, notamment en ce qui concerne la position stratigraphique de l’Aurignacien[15].

Divisions actuelles de la Préhistoire[modifier | modifier le code]

La classification actuelle fait toujours référence à un certain nombre de périodes, de durées très inégales, fondées sur les particularités de leurs cultures matérielles. Ces catégories basées sur l’étude des vestiges durables (industrie lithique essentiellement, mais aussi industrie osseuse, puis céramique et métallurgie) se sont beaucoup affinées avec les outils de recherche modernes.

Ces périodes ont avant tout une signification chronologique, rarement une signification culturelle. Pour les périodes anciennes du Paléolithique, les différences culturelles entre les industries sont difficiles à mettre en évidence et les variations peuvent aussi être liées à la fonction des sites ainsi qu’aux types de matériaux utilisés.

Le Paléolithique est un terme à connotation chronologique, créé par John Lubbock en 1865 ; il désigne l’époque de la Préhistoire durant laquelle l’Homme était encore partout un chasseur-cueilleur.

Le Paléolithique est subdivisé en trois ou quatre grandes périodes selon les auteurs :

Préhistoire de l'Afrique et de l'Eurasie[modifier | modifier le code]

Préhistoire de l'Europe[modifier | modifier le code]

Paléolithique[modifier | modifier le code]

  • Paléolithique supérieur (arrivée de Homo sapiens en Europe)
    • Industries dites de transition (40 000 - 30 000 ans environ), au sein desquelles le débitage laminaire se généralise, comme le Châtelperronien, en France et en Espagne[39],[40], et l'Uluzzien en Italie[41].
    • Artisans : probablement l'homme de Néandertal pour le Châtelperronien[42], inconnu pour les autres industries de transition.
    • Aurignacien (40 000 – 29 000 ans) : première culture de l’Homme moderne en Europe[43],[44]. L’Aurignacien se caractérise par un débitage laminaire et lamellaire[45], des outils caractéristiques comme les grattoirs sur lame d’une forme étranglée ainsi que des pointes de sagaies à base fendue pour faciliter leur emmanchement. L'art mobilier et pariétal font leur apparition, avec de nombreuses statuettes et des figurations pariétales en grottes, notamment dans la grotte Chauvet[46],[47]. La domestication du chien[48] pour la chasse aurait permis selon certains auteurs aux Homo sapiens d'Eurasie de bénéficier d'un avantage face à l'Homme de Néandertal dans sa recherche de nourriture[49],[50].
    • Gravettien (29 000 – 21 000 ans) : il se caractérise par l’apparition d’une retouche abrupte particulière, permettant de créer un dos sur les lames, une surface plane plus facile à encoller sur une sagaie avec de la glu ou du mastic[51]. Les grottes sont toujours ornées (grotte Cosquer[52], Gargas[53], Mayenne-Sciences[54]), avec en particulier des mains négatives et des ponctuations. Dans toute l’Europe, apparaissent des statuettes féminines aux fesses rebondies, surnommées Vénus, aux hanches généreuses et à la poitrine énorme et tombante, comme la Vénus de Willendorf[55],[56]. Il pourrait s’agir de symboles de fécondité.
    • Solutréen (21 000 – 18 000 ans), seulement identifié à l'ouest du Rhône, en France[57],[58],[59], en Espagne[60] et au Portugal[61]. Les tailleurs solutréens façonnaient des outils extrêmement fins, retouchés sur les deux faces, au tranchant fin et effilé[62]. Le plus célèbre est l'outil surnommé « feuille de laurier », en raison de sa finesse. C’est également au Solutréen qu’apparaissent deux outils majeurs : l’aiguille à chas, qui permet de coudre les vêtements, et le propulseur, qui permet de démultiplier la puissance et la distance de jet des sagaies[63].
    • Épigravettien, présent à l'Est du Rhône, en France et en Italie[64].
    • Badegoulien (19 000 - 17 000) : connu seulement en France et en Suisse, il correspond à l'ancienne dénomination « Magdalénien ancien ». Il se différencie nettement du Magadalénien stricto sensu du point de vue technique (débitage d'éclats) et typologique (abondance des grattoirs et des outils archaïques, rareté des burins et des lamelles à dos)[65],[66],[67],[68].
    • Magdalénien (17 000 – 9 000 ans) : le Magdalénien est le dernier complexe du Paléolithique supérieur, qui voit la fin de la dernière glaciation et l’apparition progressive des conditions climatiques actuelles[69]. Le grand développement du travail de l’os et du bois de cervidé culmine avec l’invention du harpon. Ces matériaux sont utilisés pour réaliser des armes de chasse[70]. Les magdaléniens pratiquent une chasse souvent considérée comme spécialisée, car certains sites ne livrent les restes que d'une seule espèce, comme le cheval ou le renne[71]Des sites spécialisés dans l'abattage d'une seule espèce sont toutefois connus dès le Paléolithique moyen (cf. Coudoulous, La Borde) ; les sites spécialisés n'impliquent pas pour autant que les groupes ne consommaient qu'une seule espèce tout au long de l'année et donc qu'ils pratiquaient une chasse spécialisée[72],[73]. Sur certains sites, le saumon est pêché de façon intensive[74]. L’exploitation des territoires acquiert une plus grande extension : il arrive que des matières premières ou des coquillages soient retrouvés à des centaines de kilomètres de leur lieu d'origine, mais il est alors difficile de savoir s'il s'agit d'acquisitions directes ou par échange[75]. L'art pariétal est particulièrement riche et diversifié (Rouffignac[76], Niaux[77], Roc-aux-Sorciers[78], Altamira[79], etc.). Le Magdalénien est présent en Europe occidentale (Péninsule ibérique, France, Suisse, Allemagne et Pologne[80]).

Épipaléolithique[modifier | modifier le code]

Parfois appelé Paléolithique final[81], l'Épipaléolithique marque la fin des temps glaciaires et est caractérisé par un radoucissement généralisé, accompagné en Europe d'un important développement du couvert forestier et donc d'une modification des faunes (disparition des espèces grégaires de milieu ouvert, en particulier du renne, et développement des espèces forestières, notamment le cerf ou le sanglier). Des cultures matérielles plus localisées et changeant plus rapidement succèdent au Magdalénien. Les expressions artistiques se font nettement plus discrètes (galets striés ou peints) et sont rarement figuratives[82].

Mésolithique[modifier | modifier le code]

Le Mésolithique est la période durant laquelle les humains, encore chasseurs-cueilleurs, sont confrontés à la fin de l’époque glaciaire et à la modification de l’environnement, avec en particulier le développement des forêts[81],[83].

Néolithique[modifier | modifier le code]

Le Néolithique est la période marquée par de profondes mutations techniques et sociales, liées à l’adoption par les groupes humains d’une économie de production fondée sur l’agriculture et l’élevage, et impliquant le plus souvent une sédentarisation[84].

Préhistoire de la Chine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Préhistoire de la Chine.

Préhistoire du Japon[modifier | modifier le code]

Préhistoire de l'Amérique[modifier | modifier le code]

Dates importantes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Leclerc, J. et Tarrête, J. (1988), « Préhistoire », in Dictionnaire de la Préhistoire, Leroi-Gourhan, A., (Éd.), PUF, p. 899-900.
  2. Le terme scientifique utilisé pour désigner la lignée des ancêtres des humains actuel est « hominines » ou Hominina en latin scientifique.
  3. a et b Ma = Million d'années
  4. Leclerc, J. et Tarrête, J. (1988), « Protohistoire », in: Dictionnaire de la Préhistoire, Leroi-Gourhan, A., (Éd.), PUF, p. 905.
  5. « Mode d'acquisition de la nourriture par la chasse et la cueillette », TLFi
  6. Cf. notamment Otte, M. (2001), La Protohistoire, De Boeck - Wesmael, 396 p.
  7. Ledetraad til Nordisk Oldkyndighed, 1836.
  8. Lubbock, J., Prehistoric Times, Londres, Williams and Norgate, 1865.
  9. Paul Tournal sur le site Le Petit Narbonnais.
  10. Some account of the progress of natural history, during the year 1828, as reported to the academy of sciences at Paris by the baron Cuvier par Mrs. Bowdich, The magazine of natural history, Vol. II, no 10, p. 409-428 (1829).
  11. Sur un dépôt alluvien, renfermant des restes d'animaux éteints, mêlés à des cailloux façonnés de la main de l'homme, découvert à Clermont près de Toulouse (Haute-Garonne) par J.-B. Noulet, Mémoires de l'académie impériale des Sciences, Inscriptions et Belles lettres de Toulouse, 5e série, T. IV, p. 265 (1860).
  12. Jacques Boucher de Perthes, Antiquités celtiques et antédiluviennes, Treuttel&Wurtz, 1847.
  13. Mortillet, G. de (1869) - « Essai d'une classification des cavernes et des stations sous abri, fondée sur les produits de l'industrie humaine », Matériaux pour l'Histoire primitive et naturelle de l'Homme, cinquième année, 2° série, no 3-4, p. 172-179.
  14. Mortillet, G. de (1872) - « Classification de l'Âge de la pierre », Matériaux pour l'Histoire primitive et naturelle de l'Homme, huitième année, 2° série, T. 3, p. 464-465.
  15. Breuil, H. (1937) - « Les subdivisions du Paléolithique supérieur et leur signification », in: Congrès International d'Anthropologie et d'Archéologie préhistoriques, Compte rendu de la XIVe session, Genève, 1912, p. 5-78.
  16. Roche, H. (1980) - Premiers outils taillés d'Afrique, Société d'Ethnographie, 264 p.
  17. Semaw, S., Rogers, M.J., Quade, J., Renne, P.R., Butler, R.F., Domínguez-Rodrigo, M., Stout, D., Hart, W.S., Pickering, T. et Simpson, S.W. (2003) - « 2.6-Million-year-old stone tools and associated bones from OGS-6 and OGS-7, Gona, Afar, Ethiopia », Journal of Human Evolution, 45, p. 169–177.
  18. Torre, I. de la (2004) - « Omo Revisited - evaluating the technological skills of Pliocene Hominids », Current Anthropology, 45, no 4, p. 439-465.
  19. a et b Leakey, M.D. (1971) - Olduvai Gorge - vol. 3 : Excavations in Beds I and II, 1960-1963, Cambridge, Cambridge University Press, 306 p.
  20. Torre, I. de la et Mora, R. (2005) - Technological strategies in the Lower Pleistocene at Olduvai Beds I & II, ERAUL 112, 255 p.
  21. Roche, H., Delagnes, A., Brugal, J-P., Feibel, C., Kibunjia, M., Mourre, V. et Texier, P-J. (1999) - « Early hominid stone tool production and technical skill 2.34 Myr ago in West Turkana, Kenya », Nature, vol. 399, p. 57-60.
  22. Delagnes, A. et Roche, H. (2005) - « Late Pliocene hominid knapping skills : the case of Lokalalei 2C, West Turkana, Kenya », Journal of Human Evolution, vol. 48, 5, p. 435-472.
  23. a et b Jaubert, J. (1999) - Chasseurs et artisans du Moustérien, Paris, La Maison des roches, 157 p.
  24. Vandermeersch, B. et Maureille, B. (2007) - Les Néandertaliens, biologie et cultures, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, Documents préhistoriques 23, p. 342
  25. Tixier, J. (1984) - « Lames », in: Préhistoire de la pierre taillée - 2. économie du débitage laminaire, Paris, IIIe Table-Ronde de technologie lithique, CREP, p. 13-19.
  26. Hublin, J.-J. (2001) - « La conquête des vieux continents », in: Aux origines de l'humanité - de l'apparition de la vie à l'homme moderne, Coppens, Y. et Pick, P., (Éds.), Fayard, p. 348-377.
  27. Gabunia, L.K., Jöris, O., Justus, A., Lordkipanitze, D., Nioradze, M et Vekua, A.K. (2000) - « Homo erectus aux portes de l'Europe - découvertes d'Hominidés de 1,75 million d'années à Dmanisi (Géorgie, Caucase) », L'Archéologue - Archéologie nouvelle, no 45, p. 46-50.
  28. Tixier, J., Roe, D., Turq, A., Gibert, J., Martinez, B., Arribas, A., Gibert, L., Gaete, R., Maillo, A. et Iglesias, A. (1995) - « Présence d'industries lithiques dans le Pléistocène inférieur de la région d'Orce (Grenade, Espagne) : quel est l'état de la question ? », Compte Rendu de l'Académie des Sciences, Paris, t. 321, série II a, p. 71-78.
  29. Turq, A., Martínez-Navarro, B., Palmqvist, P., Arribas, A., Agustí, J. et Rodríguez Vidal, J. (1996) - « Le Plio-Pléistocène de la région d'Orce, province de Grenade, Espagne : bilan et perspectives de recherche », Paléo, no 8, p. 161-204.
  30. E. Carbonell et al., 2008 - « The first hominin of Europe », Nature, vol. 452, p. 465-469.
  31. Lumley, H. de (dir.) (1981) - Les premiers habitants de l'Europe, Paris, Laboratoire de Préhistoire du Musée de l'Homme, 199 p.
  32. Villa, P. (2001) - « Early Italy and the colonization of Western Europe », Quaternary International, 75, p. 113-130.
  33. Gabunia, L., Lumley, M.-A. de, Vekua, A., Lordkipanidze, D. et Lumley, H. de (2002) - « Découverte d'un nouvel hominidé à Dmanissi (Transcaucasie, Géorgie) », Comptes Rendus Palevol, vol. 1, 4, p. 243-253.
  34. Mallegni, F., Carnieri, C., Bisconti, M., Tartarelli, G., Ricci, S., Biddittu, I. et Segre, A. (2003) - « Homo cepranensis sp. nov. and the evolution of African-European Middle Pleistocene hominids », Comptes Rendus Palevol, 2, p. 153-154.
  35. Bermúdez de Castro Risueño, J.M., Arsuaga, J. L., Carbonell, E., Rosas, A., Martínez, I. et Mosquera, M. (1997) - « A Hominid from the Lower Pleistocene of Atapuerca, Spain: Possible Ancestor to Neandertals and Modern Humans », Science, 276, p. 1392-1395.
  36. Tuffreau, A. (2004) - L'Acheuléen - De l'Homo erectus à l'homme de Néandertal, Paris, La Maison des roches, 125 p.
  37. Cervera, J., Arsuaga, J.L., Bermudez de Castro, J.M. et Carbonell, E. (2000) - Atapuerca - Un millón de años de historia, Madrid, Plot Ediciones, Editorial Complutense, 240 p.
  38. Hublin, J.-J. (2007) - « Origine et évolution des Néandertaliens », in: Les Néandertaliens, biologie et cultures, Vandermeersch, B. et Maureille, B., (Éds.), Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, Documents préhistoriques 23, p. 95-107.
  39. Baffier, D. (1999) - Les derniers Néandertaliens - Le Châtelperronien, Paris, la maison des roches, 120 p.
  40. Pelegrin, J. et Soressi, M. (2007) - « Le Châtelperronien et ses rapports avec le Moustérien », in: Les Néandertaliens, biologie et cultures, Vandermeersch, B. et Maureille, B., (Éds.), Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, Documents préhistoriques 23, p. 283-296.
  41. Djindjian, F., Kozlowski, J. et Bazile, F. (2003) - « Europe during the early Upper Palaeolithic (40000–30000 BP): a synthesis », in: The Chronology of the Aurignacian and of the Transitional Technocomplexes Dating, Stratigraphies, Cultural Implications, Zilhão, J. et D'Errico, F., (Éds.), Lisboa, Istituto Português De Arqueologia, p. 29-48.
  42. Lévêque, F., Backer, A.-M. et Guilbaud, M. (1993) - Context of a late neandertal. Implications of multidisciplinary research for the transition to Upper Paleolithic adaptations at Saint-Césaire, Charente-Maritime, France, Monographs in World Archaeology, Prehistory Press, Madison, Wisconsin, 130 p.
  43. Bon, F. (2002) - L'Aurignacien entre Mer et Océan - Réflexion sur l'unité des phases anciennes de l'Aurignacien dans le sud de la France, Société Préhistorique Française, Mémoire XXIX, 253 p.
  44. Teyssandier, N. (2007) - En route vers l'Ouest : les débuts de l'Aurignacien en Europe, Oxford, British Archaeological Reports, int. ser. 1638, 312 p.
  45. Le Brun-Ricalens, F., Bordes, J.-G. et Bon, F. (2005) - Productions lamellaires attribuées à l’Aurignacien : chaînes opératoires et perspectives technoculturelles, Luxembourg, XIVe Congrès de l'UISPP, Liège 2-8 septembre 2001, Musée national d'histoire et d'art du Luxembourg, Archéologiques 1.
  46. * Jean Clottes (sous la dir. de), 2001, La Grotte Chauvet - l'art des origines, Éd. du Seuil.
  47. Jean-Michel Geneste (sous la dir. de), 2005, Recherches pluridisciplinaires dans la grotte Chauvet, Société préhistorique française / Karstologia.
  48. Germonpré M., Sablin M.V., Stevens R.E., Hedges R.E.M., Hofreiter M., Stiller M. et Jaenicke-Desprese V., 2009, « Fossil dogs and wolves from Palaeolithic sites in Belgium, the Ukraine and Russia: osteometry, ancient DNA and stable isotopes », Journal of Archaeological Science, 2009, vol. 36, no 2, p. 473-490.
  49. « La domestication du chien aurait-elle aidé sapiens à supplanter Néandertal ? », Maxisciences, 16 mai 2012.
  50. Shipman, P., « Dog domestication may have helped humans thrive while Neandertals declined », American scientist, mai-juin 2012, vol. 100, no 3, p. 198
  51. O'Farrell, M. (2004) - « Les pointes de La Gravette de Corbiac (Dordogne) et considérations sur la chasse au Paléolithique supérieur ancien », in: Approches fonctionnelles en Préhistoire, Bodu, P. et Constantin, C., (Éds.), XXVe Congrès Préhistorique de France, Nanterre 24-26 novembre 2000, p. 121-128.
  52. Clottes, J., Courtin, J. et Vanrell, L. (2007) - « La grotte Cosquer à Marseille », in: Grottes ornées en France, Les dossiers d'archéologie, no 324, p. 38-45.
  53. Foucher, P., San Juan-Foucher, C. et Rumeau, Y. (2007) - La grotte de Gargas, un siècle de découvertes, Communauté de communes du canton de Saint-Laurent-de-Neste, 128 p.
  54. R. Pigeaud, M. Bouchard et É. Laval, 2004, « La grotte ornée Mayenne-Sciences (Thorigné-en-Charnie, Mayenne) : un exemple d'art pariétal d'époque gravettienne en France septentrionale », Gallia Préhistoire, no 46, p. 1-154.
  55. Delporte, H. (1993) - L’image de la femme dans l’art préhistorique, Éd. Picard, 287 p.
  56. Cohen, C. (2003) - La femme des origines - images de la femme dans la Préhistoire occidentale, Belin - Herscher, 192 p.
  57. Smith, P.E.L. (1966) - Le Solutréen en France, Bordeaux, Delmas, 451 p.
  58. Boccaccio, G. (2005) - Les industries lithiques du Solutréen supérieur et du Salpêtrien ancien en Languedoc : ruptures et continuités des traditions techniques, Université d'Aix-Marseille I, Thèse de Doctorat, 528 p.
  59. Renard, C. (2008) - Les premières expressions du Solutréen dans le Sud-Ouest français. Évolution techno-économique des équipements lithiques au cours du Dernier Maximum Glaciaire, Université Paris X-Nanterre, Thèse de doctorat, 448 p.
  60. Strauss, L.G. (1983) - El Solutrense Vasco-Cantábrico una nueva perspectiva, Centro de Investigación y Museo de Altamira, Monografia no 10.
  61. Zilhão, J. (1997) - O Paleolítico superior da Estremadura portuguesa, Lisbonne, Colibri.
  62. Plisson, H. et Geneste, J.-M. (1989) - « Analyse technologique des pointes à cran solutréennes du Placard (Charente), du Fourneau du Diable, du Pech de la Boissière et de Combe-Saunière (Dordogne) », Paléo, no 1, p. 65-106.
  63. Geneste, J.-M. et Plisson, H. (1986) - « Le Solutréen de la grotte de Combe Saunière 1 (Dordogne). Première approche palethnologique », Gallia Préhistoire, t. 29, no 1, p. 9-27.
  64. Montoya, C. (2004) - Les traditions techniques lithiques à l'Épigravettien: Analyses de séries du Tardiglaciaire entre Alpes et Méditerranée, Université de Provence - Aix-Marseille I, Thèse de doctorat, 574 p.
  65. Fourloubey, C. (1998) - « Badegoulien et premiers temps du Magdalénien - un essai de clarification à l'aide d'un exemple, la vallée de l'Isle en Périgord », Paléo, no 10, p. 185-209.
  66. Cretin, C. (1996) - « Vers une nouvelle perception du Badegoulien des Jamblancs - Premiers éléments techno-économiques », Paléo, no 8, p. 243-268.
  67. Cretin, C. (2007) - « « Arrêt sur » le Badegoulien. Historique, état de la question et perspectives », in: Un siècle de construction du discours scientifique en Préhistoire, Congrès du Centenaire de la Société Préhistorique Française, 26e session du Congrès préhistorique de France, Avignon, 21-25 septembre 2004, p. 367-378.
  68. Ducasse, S. (2010) - La "parenthèse" badegoulienne : fondements et statut d'une discordance industrielle au travers de l'analyse techno-économique de plusieurs ensembles lithiques méridionaux du Dernier Maximum Glaciaire, Université Toulouse 2 - Le Mirail, Thèse de Doctorat, 460 p.
  69. Langlais, M. (2007) - Dynamiques culturelles des sociétés magdaléniennes dans leurs cadres environnementaux. Enquête sur 7 000 ans d’évolution de leurs industries lithiques entre Rhône et Èbre, Université de Toulouse II - Le Mirail et Universitat de Barcelona, Thèse de Doctorat, 552 p.
  70. Pétillon, J.-M. (2006) - Des Magdaléniens en armes. Technologie des armatures de projectile en bois de Cervidé du Magdalénien supérieur de la grotte d'Isturitz (Pyrénées-Atlantiques), CEDARC, 302 p.
  71. Pigeot, N. (dir.) (2004) - Les derniers magdaléniens d'Étiolles - Perspectives culturelles et paléohistoriques (l'unité d'habitation Q31), CNRS, XXXVIIe supplément à Gallia Préhistoire, 351 p.
  72. Costamagno, S. et Laroulandie, V. (2003) - Mode de vie au Magdalénien : les apports de l’archéozoologie, Oxford, BAR International Series, Liège, XIV° Congrès UISPP, 2-8 septembre 2001.
  73. Costamagno, S. (2004) - « Si les Magdaléniens du Sud de la France n’étaient pas des chasseurs spécialisés, qu’étaient-ils ? », in: Approches fonctionnelles en Préhistoire, Bodu, P. et Constantin, C., (Éds.), XXVe Congrès Préhistorique de France, Nanterre 24-26 novembre 2000, p. 361-369.
  74. Cravinho, S. (2009) - Les poissons d'eau douce à la fin du Paléolithique supérieur en France. Réexamen et étude complémentaire du site de Pont d'Ambon (Bourdeilles, Dordogne), Université de Provence Aix-Marseille I, Thèse de Doctorat, 3 vol., 913 p.
  75. Féblot-Augustins, J. (1997) - La circulation des matières premières au Paléolithique, Liège, ERAUL 75, 275 p.
  76. Plassard, J. (1999) - Rouffignac. Le sanctuaire des mammouths, Paris, Coll. Arts rupestres, Le Seuil, 99 p.
  77. Clottes, J. (2010) - Les cavernes de Niaux - Art préhistorique en Ariège-Pyrénées, Paris, Errances, 256 p.
  78. Pinçon, G. (2009) - Le Roc-aux-Sorciers : art et parure du Magdalénien, Catalogue des collections, Paris, RMN.
  79. Beltrán, A. (1998) - Altamira, éditions du Seuil.
  80. F. Djindjian, J. Koslowski, M. Otte : Le Paléolithique supérieur en Europe, A. Colin (1999), p. 257-287.
  81. a et b Ghesquière, E. et Marchand, G. (2010) - Le Mésolithique en France - Archéologie des derniers chasseurs-cueilleurs, La Découverte, Inrap, 177 p.
  82. Barbaza, M. (1999) - Les Civilisations postglaciaires. La vie dans la grande forêt tempérée, Histoire de la France préhistorique, La Maison des Roches, 128 p.
  83. Valdeyron, N. (2008) - « The Mesolithic in France », in: Mesolithic Europe, Bailey, G. et Spikins, P., (Éds.), Cambridge University Press, p. 182-202.
  84. Cauwe, N., Dolukhanav, P., Kozlowski, J. et van Berg, P.-L. (2007) - Le Néolithique en Europe, Paris, Armand Colin, coll. U Histoire.
  85. Sandrine Prat, « Homo rudolfensis et Homo habilis, De la difficulté de définir Homo habilis »
  86. Monnier, J.-L., Hallegouet, B., Hinguant, S., Van Vliet-Lanoe, B., Falguères, Ch., Laurent, M., Bahain, J.-J., Marguerie, D., Mercier, N., Geigl, E. et Molines, N. (1996) - « Menez Dregan (Plouhinec, Finistère) et le Paléolithique inférieur à l’ouest de la France », in: Actes du XIIIe Congrès UISPP, Facchini, F., Palma di Cesnola, A., Piperno, M. et Peretto, C., (Éds.), Forlì, ABACO éd., vol. 2 - Lower and Middle Palaeolithic, p. 99-108.
  87. Perlès, C. (1977) - Préhistoire du feu, Paris, Masson, 180 p.
  88. Maureille, B. (2004) - Les premières sépultures, Paris, Le Pommier, Cité des sciences et de l'industrie, 123 p.
  89. Maureille, B. et Vandermeersch, B. (2007) - « Les sépultures néandertaliennes », in: Les Néandertaliens, biologie et cultures, Vandermeersch, B. et Maureille, B., (Éds.), Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, Documents préhistoriques 23, p. 311-322.
  90. Aujoulat, N. (2004) - Lascaux. Le Geste, l'Espace et le Temps, Seuil.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire de la Préhistoire, sous la direction d'A. Leroi-Gourhan, PUF, Paris, 1988 (réédition de 1994).
  • La Préhistoire dans le monde, sous la direction de J. Garanger, PUF, Paris, 1992.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Classement encyclopédique
Autres

Liens externes[modifier | modifier le code]