1944

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de redirection Cette page concerne l'année 1944 (MCMXLIV en chiffres romains) du calendrier grégorien. Pour les autres significations, voir 1944 (Chronologie de Dada et du surréalisme).

Années :
1941 1942 1943  1944  1945 1946 1947

Décennies :
1910 1920 1930  1940  1950 1960 1970
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologie de la Seconde Guerre mondiale :
Jan - Fév - Mar - Avr - Mai - Jun
Jul - Aou -Sep- Oct - Nov - Déc


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada (Alberta, Colombie-Britannique, Île-du-Prince-Édouard, Manitoba, Nouveau-Brunswick, Ontario, Québec), États-Unis) • Asie • Europe (Belgique, France (Paris), Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Aéronautique Architecture Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Économie Football Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Événements[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

Dakar : fresque commémorant le massacre de Thiaroye
  • Création à Londres de la Panafrican Federation (PAF).
  • Augmentation de la production agricole et baisse du prix des denrées au Congo belge.
  • Recul de l’instruction en Algérie coloniale : huit Algériens sur neuf sont illettrés, alors qu’en 1847 « l’instruction en Arabe était assez générale, du moins en ce qui concerne lire, écrire et compter ».

Amérique[modifier | modifier le code]

  • 20 octobre : révolution au Guatemala (fin en 1954). Les militaires s’emparent du pouvoir et annoncent des élections législatives et présidentielle pour décembre. Un universitaire exilé, J.J. Arévalo, est élu avec 85 % ses suffrages exprimés, ouvrant une période de dix ans de démocratisation (début le 15 mars 1945). Les communistes soutiennent activement son gouvernement tandis que la droite complote (près de trente tentatives de coup d’État en cinq ans).

États-Unis[modifier | modifier le code]

Océanie et Pacifique[modifier | modifier le code]

  • Australie : démobilisation des Black Diggers, soldats d’origine aborigène. Plusieurs milliers d’Aborigènes mobilisés pendant la guerre, qui ne touchaient qu’une part infime de la solde, sont privés de pension de guerre.

Asie[modifier | modifier le code]

  • Devant la dégradation de la situation aux Indes britanniques, lord Wavell presse Londres de négocier la formation d’un gouvernement intérimaire mais se heurte à Churchill. Les grèves et les manifestations se multiplient. Les difficultés consécutives à la guerre (pénurie alimentaire, inflation), provoquent des émeutes.
  • Révolte paysanne provoquée par l’abus des réquisitions de riz par les Japonais en Indonésie.
  • Famine au Vietnam (hiver 1944-printemps 1945).
  • Tibet : ouverture d’une école britannique à Lhassa, qui doit rapidement fermer en raison de l’opposition monastique.

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

  • 25 septembre : congrès préparatoire au protocole d'Alexandrie.
  • 7 octobre : protocole d'Alexandrie. Création d’une ligue des États arabes, formée de tous les États arabes indépendants souhaitant y adhérer. Un conseil de la Ligue représentera sur pied d’égalité les États membres. Les décisions du conseil seront exécutoires et obligatoires. Le retour à la force est proscrit entre les pays de la LEA et le conseil assurera la médiation dans tout différend. La souveraineté et l’indépendance du Liban sont rappelées. Le comité rappelle son soutien à la cause de l’indépendance des arabes de Palestine, demande le maintien de l’arrêt de l’immigration juive et la sauvegarde des terres arabes.
  • 10 octobre (Égypte) : le roi Farouk Ier renvoie le gouvernement wafdiste de Nahha Pacha et appelle au pouvoir des membres des partis minoritaires libéraux, dirigés par Ahmad Maher.
  • 6 novembre : au Caire, deux jeunes Juifs du groupe Lehi, Eliahou Hakim et Eliahou Bet Zouri, abattent dans sa voiture lord Moyne, haut-commissaire de Londres au Proche-Orient. Ce dernier avait refusé l’accostage du Struma, un bateau roumain amenant 700 réfugiés d’Europe centrale dont 300 enfants. Le bateau repoussé avait été torpillé en mer Noire. Arrêtés aussitôt, Hakim et Bet Zouri sont condamnés à mort et pendus.
  • La Grande-Bretagne et les États-Unis signent un acte pétrolier, s’accordant sur le « principe d’un accès égal » au pétrole du Moyen-Orient.
  • La CASOC, compagnie américaine disposant des plus importantes concessions pétrolières du Moyen-Orient, prend le nom d’Arabian American Oil Company (ARAMCO) et renforce ses liens avec le royaume saoudien.
  • Arabie saoudite : les Américains se lancent dans un programme de construction d’infrastructure de transports, de dispensaires, d’écoles professionnelles et d’irrigation.
  • 1,76 million d’habitants en Palestine mandataire, dont 1,2 million d’Arabes et 550 000 Juifs. La population arabe a doublé depuis 1922.

Europe[modifier | modifier le code]

Europe occidentale[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : 1944 en France, 1944 en Italie et 1944 en Suisse.
25 août : libération de Paris. Défilé des troupes américaines sur les Champs-Élysées le 29
  • 10 juin :
    • massacre de 642 victimes d'Oradour-sur-Glane par les SS;
    • Italie : les partis antifascistes exigent le départ de Badoglio et forment un nouveau gouvernement sous la direction d’Ivanoe Bonomi, avec Gronchi, Croce, Sforza, De Gasperi, Togliatti, Saragat. Ce dernier mène l’épuration avec mollesse. Il prévoit de confier provisoirement les terres incultes aux coopératives paysannes, mais ce projet de réforme agraire souffre de la mauvaise volonté des propriétaires et de la lenteur calculée de l’administration. La question des institutions divise le gouvernement (retrait des socialistes et du parti d’action), qui est sauvé par les libéraux et les démocrates-chrétiens attachés à la monarchie et les communistes qui refusent de poser le problème constitutionnel avant la libération complète du pays.
  • 7 décembre : à Rome, l’état-major allié accepte de collaborer avec le Comité de libération nationale de Haute-Italie (CLNAI) lui fournissant armes et matériel pour protéger le potentiel économique de la région et d’y maintenir la loi jusqu’à l’arrivée des Alliés. Le gouvernement Bonomi délègue au CLNAI ses pouvoirs en zone occupée.
  • 16 décembre : contre-offensive allemande dans les Ardennes. Contre-offensive alliée dans les Ardennes. L’encerclement de Bastogne est brisé (26 décembre).
  • Espagne : misère générale, pénurie, famine.
  • Le ministère de l’Agriculture britannique accorde 215 millions de £ d’aide aux fermiers en 1944 (+198 % en quatre ans).
  • Environ un million d’Italiens sous les drapeaux à la fin de la guerre : 50 000 combattent avec les Alliés dans les divisions régulières (plus 200 000 hommes dans les services non combattants) ; 250 000 dans le maquis ; 400 000 dans les divisions fascistes et allemandes.

Europe orientale[modifier | modifier le code]

  • 17 mars :
    • Entrevue orageuse de Klessheim-Obersaltzberg entre Miklós Horthy et Hitler, à l’issue de laquelle les troupes allemandes occupent la Hongrie par crainte d’un rapprochement du pays avec les Alliés (19 mars).
    • Négociation du Caire entre la Roumanie et les Alliés[9] : cessation des combats contre l’Union soviétique, déclaration de guerre à l’Allemagne, libre passage des troupes alliées en Roumanie et réparations en contrepartie de la restitution de la Transylvanie du Nord. Le Premier ministre roumain Ion Antonescu refuse les propositions du Caire.
  • 23 mars : avec le consentement d’Horthy, les Allemands installent un gouvernement, qu'ils contrôle plus étroitement, dirigé par Döme Sztójay. Celui-ci se lance dans une campagne de terreur contre tous les dissidents et les Juifs hongrois dont plusieurs centaines de milliers sont déportés (premier convoi sur Auschwitz le 28 avril).
  • 8 juillet : Miklós Horthy réussit à stopper les déportations de Juifs à Budapest.
    • Depuis 1941, environ 63 000 Juifs hongrois sont morts au « service du travail » sur le front russe ou déportés en tant qu’apatrides. 440 000 Juifs hongrois sur 762 000 sont rassemblés dans des ghettos et déportés entre le 15 mai et le 8 juillet 1944. Une centaine de milliers survivra dans les camps. 105 000 Juif de Budapest sur 230 000 seront victime des déportations après octobre 1944.
  • 10 juillet : offensive soviétique sur le Front Nord, contre la Finlande.
  • 13 juillet : prise de Vilnius. Les Soviétiques réoccupent la Lituanie, qui redevient une république soviétique. Ils exécutent environ 2 000 personnes pour collaboration avec les Allemands et déportent de nombreux anticommunistes vers la Sibérie.
  • 18 juillet : avance russe en Europe de l’Est. L’Armée rouge du maréchal Constantin Rokossovski, aidée de quelques contingents polonais, entre en Pologne.
  • 23 juillet : le gouvernement soviétique encourage la création d’un Comité polonais de libération nationale, composé principalement de communistes qui s’installe à Lublin et se proclame gouvernement provisoire de Pologne en décembre.


  • L’Union soviétique est le plus touché des pays combattants avec 7,5 millions de soldats tués entre 1941 et 1944. La Russie d’Europe est totalement dévastée. 20 millions d’hommes sont morts pendant la guerre.

Chronologies thématiques[modifier | modifier le code]

Art et culture[modifier | modifier le code]

Naissances en 1944[modifier | modifier le code]


Décès en 1944[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]