Cooptation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sur les autres projets Wikimedia :

La cooptation, du latin coopatio est un mode de recrutement consistant, pour une assemblée, à désigner elle-même ses membres.

Il existe un autre type de cooptation créé depuis 2012 en France et aux États-Unis qui consiste à permettre à tous les internautes ou aux seuls employés d'une entreprise de recommander (désigner) eux-mêmes des candidats potentiels pour une offre au sein de leur société. En France ce mode de recrutement porte aussi le nom de recrutement participatif.

Sociétés anonymes en France[modifier | modifier le code]

Dans les sociétés anonymes en France, la cooptation est un mode de nomination d'un administrateur. Lors du décès ou de la démission d'un des administrateurs, les autres administrateurs ont l'obligation de nommer provisoirement un autre administrateur de leur choix si le nombre d'administrateurs en fonction est devenu inférieur à la limite statutaire (qui peut être un nombre (6 administrateurs) ou une plage (entre 8 et 10)).

Un administrateur ne peut être valablement nommé que par l'assemblée générale ordinaire des actionnaires. C'est donc cette dernière qui se prononcera sur la validité de la cooptation. Si elle ne valide pas la cooptation, les décisions prises par le Conseil d'Administration pendant la période où l'administrateur coopté était présent ne sont pas remises en cause.

Cas où la cooptation est interdite : si le nombre d'administrateurs devient inférieur à la limite légale, la cooptation est interdite. En février 2004, la limite légale était de 3.

Exemples[modifier | modifier le code]

  • Limite statutaire = 8 administrateurs
Il y a 8 administrateurs mais l'un d'entre eux décède. Le Conseil d'administration DOIT nommer un administrateur jusqu'à l'assemblée des actionnaires.
  • Limite statutaire = // (statuts muets)
Le nombre d'administrateurs passe à 2. La cooptation est INTERDITE ; une assemblée générale ordinaire (AGO) doit être convoquée immédiatement.
  • Limite statutaire = Entre 8 et 10 administrateurs
Il y en avait 9, mais à la suite de la démission de l'un d'entre eux, ils ne sont plus que 8. La cooptation n'est pas nécessaire.

Sénat belge[modifier | modifier le code]

En Belgique, le Sénat est composé de 71 sénateurs, dont 40 sont élus directement, 21 sont des membres des parlements des communautés flamande, française et germanophone et 10 sont cooptés. Ces derniers sont principalement des personnalités de la société civile, expertes dans leur domaine, parfois des candidats sénateurs non élus[1].

Recrutement[modifier | modifier le code]

Appelé aussi recrutement par recommandation ou recrutement participatif, la cooptation est une alternative à la recherche de profils de candidats diversifiés[2].

Depuis 2011, on assiste à une évolution de l’utilisation de ce procédé par les directions des ressources humaines des entreprises.

Cette pratique est d’ailleurs le premier réflexe de tout recruteur. Avant d’envisager un autre moyen, il sollicite généralement son propre réseau pour "sourcer" des candidats. Cette action ne connait qu’une limite : celle du réseau du recruteur[3]

Le recrutement participatif apparu en 2012 est une alternative au cabinet de recrutement « classique », aux sites d’emplois (en anglais, jobboard ou job board) ou aux réseaux sociaux en ligne. Le recrutement participatif permet aux entreprises d’atteindre de nouveaux viviers de candidats. Avec l’émergence des réseaux sociaux, les personnes ont beaucoup plus de relations.

En France[modifier | modifier le code]

Depuis quelques années, nous assistons à une démultiplication des services en ligne pour le recrutement par cooptation.

Des plateformes comme Keycoopt[4] ou Myjobcompany[5] permettent de dépasser les pratiques artisanales encore souvent en vigueur, en mettant à disposition des recruteurs : soit un réseau qualifié de coopteurs indépendants, soit une plateforme dédiée aux collaborateurs de l’entreprise.

La sollicitation par une connaissance personnelle ou professionnelle, renforce la portée de la transmission de l’offre d’emploi. Dans le cas de la cooptation, ce recrutement participatif est conjugué à des gratifications, le plus souvent des primes de cooptation, qui permettent de récompenser le professionnel qui aura permis la rencontre avec le candidat finalement recruté[6]. Le recrutement participatif profite donc au recruteur comme à la personne qui recommande (encore appelé coopteur) à qui on alloue une prime (le plus souvent monétaire) en cas de recrutement.

Auparavant réservée aux postes élevés, la cooptation se répand aujourd’hui à tous les échelons de l’entreprise. Managers intermédiaires, consultants, commerciaux, équipes techniques, sont désormais recrutés par ce biais, qui consiste à inciter les professionnels à proposer la candidature de connaissances lorsqu’un poste est à pourvoir.

Ce mode de recrutement est un moyen pour les professionnels du recrutement, de « sourcer » des candidats en utilisant le réseau professionnel des personnes.

Études[modifier | modifier le code]

  • 40% de professionnels ont trouvé le poste dont ils « rêvaient » grâce à une relation personnelle (moyen qui arrive en tête). Ce chiffre est en accord avec ce que pensent les recruteurs : 64% d’entre eux estiment en effet que les meilleurs candidats sont ceux qui ont été recommandés[7].
  • Les candidats recommandés sont embauchés plus rapidement (29 jours pour un candidat recommandé, 39 jours pour un candidat issu d’un job board, 45 jours pour un candidat passé par un site carrière)[7].
  • 30 % des recruteurs s’appuient sur la recommandation lors de leur recrutement de Cadre[8].
  • 43 % des candidats recrutés issus de la recommandation restent ainsi plus de trois ans dans l’entreprise contre 14 % des candidats issus des job boards[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]