1864

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page concerne l'année 1864 (MDCCCLXIV en chiffres romains) du calendrier grégorien.

Années :
1861 1862 1863  1864  1865 1866 1867

Décennies :
1830 1840 1850  1860  1870 1880 1890
Siècles :
XVIIIe siècle  XIXe siècle  XXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada (Nouveau-Brunswick, Québec), États-Unis) • Asie • Europe (France (Paris), Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Architecture Chemins de fer Droit Littérature Musique populaire Musique classique Parcs de loisirs Photographie Science Sociologie Sport Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Événements[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

  • 14 juillet, Madagascar : le Premier ministre Raharo est renversé par son frère Rainilaiarivony sans rencontrer d’opposition (fin en 1895). Rainilaiarivony épouse la reine Rasoherina. Comme il est roturier, la classe des nobles lui est hostile et fomente plusieurs complots contre lui[2].
  • 8 septembre : le maréchal Mac-Mahon est nommé gouverneur de l'Algérie (fin en 1870). Il ne peut rétablir le calme, car les tribus révoltées trouvent refuge au Maroc. Les troupes prélevées en Algérie, en particulier la Légion étrangère, pour la guerre au Mexique et l’interdiction de poursuivre les rebelles au Maroc rendent la pacification du Sud-Oranais difficile. L’insécurité règne jusqu’en 1880.


  • Régence de Tripoli : le territoire est divisé en deux provinces. La Cyrénaïque, placée sous l’administration directe du sultan ottoman, et la Tripolitaine, gouvernée par un wali, au titre de pacha, qui peut négocier avec des représentants étrangers[3].
  • Tunisie : révolte menée par Ali Ben Ghedhahem au début de l'année. Suspension de la Constitution de 1861 sous la pression des conservateurs. Les réformateurs ne peuvent s’appuyer sur les consuls européens, qui considèrent comme inefficace les réformes politiques sans ouverture économique. Le mécontentement populaire se transforme en révolte à la période de collecte des impôts (révolte des Kroumirs et des populations du Sud tunisien). Le mouvement se répand, considérant les nouvelles taxes et la nouvelle législation comme non conforme aux prescriptions coraniques. Les réformateurs sont écartés du pouvoir.
  • Le sultan du Maroc règle l’indemnité de guerre à l’Espagne : 25 millions de pesetas sont payés par le trésor, 15 par les tribus et 10 au moyen d’un emprunt anglais. Son appel à la solidarité de ses sujets le contraint à créer des impôts exceptionnels qui ne sont pas prévus par la tradition coranique.
  • Conférence des Darquawa. Ses appels respirent une haine féroce des Français.
  • Le gouvernement français veille à franciser rapidement les Juifs d’Algérie. Des Grands Rabbins nommés par Paris, choisis dans le Nord de la France, sont envoyés à Alger. L’ashkénaze Meïr Charleville, venu de Metz, est nommé Grand Rabbin d’Oran.
  • Échec militaire du Dahomey face aux Egba d’Abeokuta.
  • Mort du négrier brésilien Domingo José Martins, qui laisse une fortune de 163 millions de reis. Le roi du Dahomey Glèlè cède à la France Cotonou, ancien fief de Martins (1868).
  • À la mort de Sébitouané, chef des Kololo, tous les Kololo mâles sont massacrés le même jour par le prince Lozi Silola, et le royaume Lozi (Barotsé en Zambie actuelle) est rétabli.
  • Les Sotho, pasteurs vivants entre le Limpopo et la ville d’Orange, sont décimés par une guerre menée par les Afrikaners contre l’État libre d'Orange. Les fusils à pierre que les Sotho se sont procurés auprès de marchands arabes et grâce à la contrebande boer ne peuvent rivaliser avec l’armement européen. Les Sotho continuent pourtant de s’armer en faisant payer en fusils leur travail sur les chantiers ferroviaires, afin de résister aux Afrikaners.
  • Expédition du naturaliste allemand Schweinfurth à Hadendoa au Soudan (1864-1866).
  • Épidémie de variole dans l’estuaire du Gabon et en Angola (1864-1865).
  • Introduction du coton au Soudan (Gezirah). Les revenus qu’il produira permettront de financer des infrastructures modernes (chemin de fer, télégraphe, navigation à vapeur sur le Nil) et à parer Khartoum de mosquées et d’écoles.

Amérique[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : 1864 au Canada et 1864 au Nouveau-Brunswick.
  • 1er avril : Manuel Murillo Toro devient Président de Colombie (fin en 1866).
    • Guerre civile et instabilité politique en Colombie. Le mandat présidentiel est réduit à deux ans. Quinze présidents libéraux se succèdent entre 1864 et 1886. Les libéraux de Colombie sont divisés en extrémistes originaires du Nord, les Golgotas, et en modérés de la capitale, les Draconiens. De leurs divisions naissent l’anarchie et l’insécurité : les gouverneurs provinciaux luttent entre eux, tandis que la guerre civile fait rage entre conservateurs et libéraux des deux tendances. La campagne électorale, quasi permanente, contribue à maintenir l’instabilité.
  • 10 avril : l'archiduc Maximilien est couronné empereur du Mexique grâce aux troupes françaises (fin en 1867).
  • 14 avril : une flotte espagnole s’empare des îles Chincha, riches en gisements de guano. Le Chili et la Bolivie se joignent au Pérou contre l’Espagne. Début de la guerre hispano-sud-américaine[4].


  • Conflit entre l’empereur Pedro II du Brésil, qui ne veut pas laisser diffuser une encyclique pontificale contre la franc-maçonnerie, et les évêques. Après dix ans de luttes et de négociations, l’empereur a le dernier mot.

États-Unis[modifier | modifier le code]

5 août : bataille de Mobile, par Louis Prang
Article détaillé : 1864 aux États-Unis.


  • Loi sur les contrats de travail. Elle permet aux entreprises de signer des contrats avec des travailleurs étrangers ci ceux-ci acceptent d’abandonner 12 mois de salaire pour payer leur émigration.
  • Le Congrès vote une loi accordant l’égalité de traitement aux soldats noirs.

Asie et Pacifique[modifier | modifier le code]

  • 18 juillet : une armée chinoise sous le commandement du général britannique Charles George Gordon reprend Nankin et met fin à la rébellion Taiping. Cent mille révoltés Taiping sont tués. En quinze ans de révolte, six cents villes ont été détruites et le nombre des victimes est estimé à vingt millions. Des combats sporadiques se poursuivent jusqu’en 1868, mais l’aventure des Taiping est terminée.
  • 5-6 septembre, Japon  : bombardement de Shimonoseki par des navires de guerre occidentaux. Les troupes occidentales alliées débarquent dans le port et font sauter les dépôts de munition et les fortifications de la ville. Le shogun doit négocier la paix, en l’achetant par des autorisations de commerce, faute de pouvoir payer les indemnités réclamées. Le mouvement contre les étrangers prend fin.
  • Novembre : guerre des Duars entre le Bhoutan et les Britanniques. La paix est signée le . Le Bhoutan est contraint de céder des territoires aux Indes britanniques en échange d’une pension annuelle.


  • Liban : révision du statut organique de 1861. Da'ud Pacha est à nouveau nommé gouverneur, par la Porte et les puissances (France, Royaume-Uni, Italie), pour un mandat de cinq ans. Le mejlis central est maintenu avec douze membres et une répartition confessionnelle définitive : quatre maronites, trois druzes, deux grecs orthodoxes, un melchite, un sunnite et un métuali.
  • Corée : Taewongun (Taiwon ou Daewon-gun), père du roi Kojong encore enfant, s’empare du pouvoir avec l’appui de la reine Cho, déclare le christianisme hors la loi, et repousse les interventions militaires de la France (1866) et des États-Unis (1871). Taewongun essaye d’éliminer la corruption et de restaurer le prestige de l’État.
  • Japon : un samouraï envoyé par le daimyô du Chōshū, Inoue Kaoru (1835-1915), qui vient de se rendre en Angleterre, négocie avec les Britanniques pour obtenir des armes modernes contre le shogun et amener au pouvoir les partisans de l’empereur.
  • Léon Roche, représentant de la France, s’installe à Edo.
  • Fondation en Inde du mouvement fondamentaliste issu du wahhabisme Ahl-i-Hadith.
  • Indonésie : loi de comptabilité, appliquée en 1867. Elle prévoit que le budget pour l’administration des Indes néerlandaises doit être voté par le Parlement.

Europe[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : 1864 en France, 1864 en Italie et 1864 en Suisse.
Souverains et États-Majors des principales puissances d'Europe en 1864 : France - Royaume-Uni - Russie - Autriche - Prusse - Italie.
  • 18 avril (guerre des Duchés): les coalisés s’emparent des lignes fortifiées de Düppel.
  • 11 août : victoire des libéraux aux législatives en Belgique. C’est à l’intransigeance du leader catholique Adolphe Dechamps que les libéraux doivent leur retour en force au Parlement. Le droit de grève est accordé aux ouvriers et les syndicats sont autorisés[7].
  • 14 août : Alexandre-Jean Cuza de Roumanie fait passer une réforme agraire fondé sur l’abolition de la corvée et l’appropriation des terres aux paysans. Les paysans corvéables doivent racheter leur liberté. La réforme agraire concerne 500 000 familles qui peuvent s’approprier plus de deux millions d’hectares. Les boyards gardent le tiers de leurs domaines et sont immédiatement indemnisés par l’État à qui les paysans remboursent en 35 annuités.


Empire russe[modifier | modifier le code]

L'exil des insurgés Polonais en Sibérie, selon une toile d'Aleksander Sochaczewski
  • L’insurrection polonaise est matée au début de l’année et le gouvernement du tsar intensifie son programme de russification. Le polonais est aboli comme langue officielle et la langue russe introduite dans les écoles.
  • 19 février : réforme agraire en Pologne. Les paysans reçoivent la terre sans rachat.
  • 26 juillet : statut des écoles primaires publiques.
  • 31 octobre : statut des établissements secondaires.


  • Progression dans le Turkestan : prise de Tchimkent.
  • Création des zemstvos : assemblées de district élues pour trois ans et rassemblant trois collèges (grands propriétaires, citadins, paysans), élisant à leur tour une assemblée de province. Ils gèrent sous la tutelle de l’administration la santé, l’instruction, les transports et les aides à la vie économique.
  • Réforme judiciaire (commission Zaroudny) : égalité devant la loi, indépendance et inamovibilité des juges, jury, juges de paix élus par les zemstvos, tribunaux d’arrondissement, chambres de justice jugeant en appel.
  • Les Russes s’attachent à mettre en valeur la Pologne, et le pays connaît une rapide progression économique (industries du charbon, sidérurgie, textile).
  • Multiplication des banques privées en Russie.

Chronologies thématiques[modifier | modifier le code]

Œdipe et le Sphinx de Gustave Moreau.

Naissances en 1864[modifier | modifier le code]

Décès en 1864[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Eric Makédonsky, Le Sénégal. La Sénégambie, vol. 1, L'Harmattan,‎ 1987 (ISBN 9782858028214, présentation en ligne)
  2. Jean Jolly, Histoire du continent africain : du XVIIe siècle à 1939, vol. 2, Éditions L'Harmattan,‎ 1996 (ISBN 9782738446886, présentation en ligne)
  3. Pierre Pinta, La Libye, Karthala Éditions,‎ 2006 (ISBN 9782811140182, présentation en ligne)
  4. Fabián Novak, Las relaciones entre el Perú y España (1821-2000), Fondo Editorial PUCP,‎ 2001 (ISBN 9789972424410, présentation en ligne)
  5. Louis Strauss, Les États-Unis : Renseignements historiques, renseignements géographiques, industrie agricole, Paris, Librairie internationale,‎ 1867 (présentation en ligne)
  6. Anne Feder Lee, The Hawaii State Constitution, Oxford University Press,‎ 2011 (ISBN 9780199779055, présentation en ligne)
  7. « Chronologie », Manière de voir (103), février-mars 2009, p. 15