1918

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de redirection Cette page concerne l'année 1918 (MCMXVIII en chiffres romains) du calendrier grégorien. Pour les autres significations, voir 1918 (Chronologie de Dada et du surréalisme).

Il est passé environ 96 ans et 3 mois depuis 1918.

Années :
1915 1916 1917  1918  1919 1920 1921

Décennies :
1880 1890 1900  1910  1920 1930 1940
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique, Amérique (Canada (Alberta, Colombie-Britannique, Île-du-Prince-Édouard, Manitoba, Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick, Ontario, Québec, Saskatchewan et Yukon) et États-Unis) et Europe (Belgique, France, Italie et Suisse)


Chronologies thématiques :
Aéronautique Architecture Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Droit Économie Fantasy Football Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Événements[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

Amérique[modifier | modifier le code]

31 mars : Reforma universitaria en Argentine. Des étudiants s'emparent de l'université de Córdoba.


  • Série de grèves en Argentine, aussi bien en zones rurales qu'urbaines (1918-1919).
  • Manifestations contre le coût des aliments au Chili (1918-1919).
  • État de siège au Brésil.
  • Brésil : Fin de la crise qui durait depuis 1906, les richesses agricoles du pays (café, blé, caoutchouc et sucre) sont à nouveau exportées massivement.

Asie et Pacifique[modifier | modifier le code]

Août : les troupes US paradent à Vladivostok.
  • Mars : des troupes chinoises franchissent la frontière mongole avec l'autorisation du Bogdo Gegen, sous prétexte de protéger la frontière orientale contre la Russie soviétique. Arrivée de Russes blancs en Mongolie au début de l'année. Mouvement panmongoliste, soutenu par le Japon et dirigé par l'Atamna Semionov.
  • 4 avril : opération de l'armée japonaise en Sibérie contre la Russie soviétique.
  • 5 avril : début du règne de Salote Tupou III, reine des Tonga (fin en 1965).
  • Avril : création de la République socialiste soviétique autonome (RSSA) du Turkestan, rattachée à la république socialiste fédérative soviétique (RSFS) de Russie.
  • 10 mai : Sun Yat-sen, sous la pression des militaires, démissionne de ses fonctions de chef du gouvernement de Canton (10/05).
  • 15 mai (Indes néerlandaises) : première réunion du Volksraad. Une partie des conseillers (la moitié, puis le tiers après 1927) est nommée. Les membres des Conseils locaux forment le corps électoral, divisé en 1927 en trois collèges (Néerlandais, sujets Néerlandais d'origine étrangère, Indonésiens). Peu représentatif, il est purement consultatif jusqu'en 1925.
  • 22 juillet - septembre[3] : vague de grèves au Japon dans les grands centres industriels, suivie d'un vaste mouvement d'agitation rurale.
  • 3 août : le gouvernement Chinois décide l'envoi d'un corps expéditionnaire à Vladivostok avec l'accord des Alliés.
    • Conflit armé entre le Tibet et la Chine. Une trêve est conclue en septembre avec l'aide des Britanniques. Des efforts sont entrepris pour arriver à un accord, mais ils ne donnent pas de résultats.
  • 10 octobre : Xu Shichang, président de la République de Chine.
  • Mouvement de Ratawena en Nouvelle-Zélande.
  • Le Japon compte 55 millions d'habitants.
  • Indonésie : disparition de la dernière plantation d'État (café). La Commission pour l'industrialisation est dissoute avant même d'avoir pu commencer ses travaux à la fin de la Première Guerre mondiale.

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

26 mai : la Géorgie proclame son indépendance.
  • 14 février : le gouvernement français envoie une lettre officielle à Nahum Sokolow dans laquelle il affirme que « l'entente est complète entre les gouvernements français et britanniques en ce qui concerne la question d'un établissement juif en Palestine ». Le 9 mai, c'est au tour du gouvernement italien d'envoyer une lettre à Sokolow, qui parle de la formation « d'un centre national israélite » et mentionne le respect des « droits politiques » des communautés non juives. Le président Wilson ne prend pas position officiellement.
  • 23 février[4] : conférence de Trébizonde (fin le 31 mai). Une délégation transcaucasienne présidée par le Géorgien Tchenkeli rencontre les Turcs. Elle refuse de reconnaître le traité de Brest-Litovsk.
  • 3 mars : paix séparée entre Lénine et les empires centraux signée à Brest-Litovsk : la Russie évacuera les provinces d'Anatolie orientale pour les restituer à la Turquie. Ardahan, Kars et Batoum seront également évacuées par les troupes Russes.
  • 12 mars : les Ottomans reprennent Erzurum et perpètrent de nouveaux massacres d'Arméniens.
  • 22 avril : proclamation de la République démocratique fédérative de Transcaucasie, qui rompt tous liens avec la Russie. Elle éclate quand la Géorgie proclame son indépendance.
  • 18 mai : l'Allemagne prend la Géorgie sous sa protection.
  • 22 - 26 mai : bataille de Sardarapat. Après trois batailles (Karakilissé, Sardarabad et Bach Abaran), les forces arméniennes bloquent l'avance turque sur Erevan.
  • 26 mai : les Arméniens, au préalable sous la domination tsariste, proclament leur indépendance, fondant la république autonome d'Arménie, reconnue par les Alliés en 1920. Ministère à prépondérance dachnak sous la présidence de M. Katchaznouni en Arménie.
    • 450 000 Arméniens se sont réfugiés dans l'Arménie indépendante, réduite à 9 000 km2. Ils s'ajoutent au 310 000 habitants (230 000 Arméniens, 80 000 musulmans). 40 000 réfugiés se trouvent dans la seule ville d'Erevan. La famine, le choléra et le typhus font plus de 180 000 victimes dans les six premiers mois.
  • 27 mai : l'Azerbaïdjan se proclame république indépendante (fin en 1920), mais le pays est occupé par l'Armée rouge.
  • 1er octobre : aidé par les Arabes (Lawrence et Fayçal), Allenby entre dans Damas. Un gouvernement provisoire est constitué et Hussein est proclamé « roi des Arabes ».
  • 6 octobre : la France occupe le littoral libanais et prend position à Beyrouth puis à Tripoli.
  • 14 octobre : le grand vizir ottoman charge le général Townshend, capturé à Kut en 1916, de porter à l'amiral Cathorpe, commandant de l'escadre britannique en Égée, une demande d'armistice.
  • 25 octobre : chute d'Alep.
  • 27 octobre : les négociations s'ouvrent dans la rade de Moudros.
  • 30 octobre :
    • Signature de la convention de Moudros qui démobilise immédiatement l'armée ottomane. Confiscation de la flotte, reddition des forces actives dans les régions arabes et évacuation de la Transcaucasie. La circulation dans les Détroits est libre et la région est occupée par les Alliés. Tous les moyens de communications ottomans sont rendus libres d'utilisation aux Alliés. L'article 7 permet aux vainqueurs d'occuper certains points stratégiques de leur choix.
    • Indépendance du Yémen.
  • Octobre (Syrie) : Fayçal installe un gouvernement arabe à Damas qui entend avoir autorité sur l'ensemble de la région. La tension s'installe entre Français et Arabes. Allenby partage les régions syro-palestiniennes en trois zones militaires sous son autorité ; britannique (Palestine), arabe (de Damas à Alexandrette) et française (Liban).
  • 1er novembre : les principaux dirigeants de l'Empire ottoman (Jamal Pacha, Talaat Pacha, Enver Pacha) s'enfuient en Allemagne. Le CUP s'autodissout et laisse les responsabilités politiques à l'Entente libérale.
  • 4 novembre : Mossoul est occupée par les Britanniques en dépit de l'accord Sykes-Picot.
  • 7 novembre : la Grande-Bretagne obtient de la France qu'elle signe une déclaration commune affirmant que le but des Alliés en Orient est « l'établissement de gouvernements et d'administrations indigènes » que les populations arabes « se seront librement données ».
  • 13 novembre :
    • les forces alliées occupent Constantinople.
    • Égypte : les nationalistes, dirigés par Saad Zaghlul forment une délégation (en arabe, Wafd) qui rencontre le haut-commissaire britannique en Égypte, sir Reginald Wingate, qui refuse d'entendre leurs revendications et affirme que la Grande-Bretagne doit maintenir sa souveraineté sur le pays. De toute l'Égypte, des mandats de soutien populaires sont envoyés au Wafd, lui conférant une véritable audience nationale. Le Wafd tente de rejoindre Londres pour discuter avec le gouvernement britannique du statut futur de l'Égypte, mais les autorités du Caire empêchent ce départ.
  • 28 novembre : les troupes anglo-françaises du Levant, renforcées de trois bataillons arméniens, débarquent à Alexandrette, dans le but de créer en Cilicie un foyer national arménien sous la protection de la France. Répondant à l'appel du haut-commissaire Georges-Picot, 150 000 Arméniens émigrés en Syrie et en Mésopotamie viennent s'installer dans la région.
  • 17 décembre : Français et Arméniens occupent Adana, puis Marach, Antep (Gaziantep) et Urfa pour relever les Britanniques.
  • Décembre :
    • Clemenceau et Lloyd George se rencontrent et s'entendent pour un nouveau partage des responsabilités au Proche-Orient. La France accepte que la Palestine ne soit pas internationalisée et passe sous l'influence de la Grande-Bretagne. Elle lui cède également la région de Mossoul, mais en échange obtient une participation à l'exploitation du pétrole de Mésopotamie. Clemenceau reste ferme sur la présence française en Syrie.
    • Les Britanniques organisent en Mésopotamie une consultation populaire dont les questions sont clairement dirigées en faveur de la constitution d'un État arabe sous contrôle britannique et dirigé par un émir. Dans le sud, sous l'influence des notables religieux chiites, la présence britannique est refusée et les populations réclament un État arabe s'étendant de Mossoul à Bassorah et dirigé par un roi arabe musulman. Les populations sunnites, essentiellement urbaines, revendiquent un État arabe qui pourrait être inclus dans une confédération régionale.
  • La guerre a profondément influé sur la société égyptienne. Près de 70 000 Égyptiens ont participé aux opérations militaires britanniques dans le Sinaï, en Palestine et en Mésopotamie. Des centaines de milliers d'Égyptiens ont été recrutés par corvée pour participer aux travaux nécessaires à la guerre (terrassement, fortification, chemin de fer, etc.). Cette ponction, qui a touché également le cheptel agricole, a pesé sur la paysannerie. Des dizaines de milliers de familles sont ruinées au sortir de la guerre. En revanche, les commandes militaires ont permis un début d'industrialisation et un enrichissement d'une partie de la bourgeoisie.

Europe[modifier | modifier le code]

Les vingt membres du Conseil de la Lituanie après la signature de l'acte d'indépendance, le 16 février 1918
7 mai : traité de Bucarest, paix entre le Royaume de Roumanie et l'Empire allemand, vu par une caricature française
8 août : bataille d'Amiens, La clef de l'Ouest, toile de Arthur Streeton
Le front de l'ouest le 25 septembre
1er décembre : résolutions d'Alba Julia

Russie[modifier | modifier le code]

  • Pendant la guerre civile, l'économie s'effondre. La monnaie perd toute valeur et est remplacée par un système d'échange en nature, associé à une tentative de dirigisme économique, le « communisme de guerre ». Le parti communiste exerce un pouvoir dictatorial. De 5 à 10 millions de victimes sont dues à la guerre et à la famine.
Article détaillé : Guerre civile russe.

Économie et société[modifier | modifier le code]

  • Portugal :
    • Le Portugal reçoit une part modeste d'indemnité de guerre mais conserve son empire colonial. 10 000 soldats portugais d'Europe et d'Afrique sont morts durant le conflit.
    • À la fin de la guerre, les importations de blé reprennent au Portugal. Le blé, acheté par le gouvernement est cédé à bas prix aux industriels de la meunerie qui fournissent à bon marché un pain « politique ». L'opposition accuse le gouvernement de léser les intérêts des producteurs nationaux et d'accroître la dépendance économique du pays.
    • La gestion des écoles primaires passe des municipalités à l'État.
  • Royaume-Uni :
    • Programme du parti travailliste qui promet l'instauration de « la propriété collective des moyens de production » et « l'administration et le contrôle par le peuple de chaque industrie ».
    • 1,9 milliard de £ de déficit budgétaire. Il est financé par l'emprunt intérieur (5,5 milliards en 1918), par la réalisation du cinquième des investissements outre-mer et par l'emprunt à l'étranger (1,3 milliard de dette extérieure en 1918).
    • Six millions d'hommes ont été mobilisés en Grande-Bretagne pendant le conflit, auxquels s'ajoutent les trois millions fournis par l'Empire. La guerre a fait 723 000 victimes.
    • Plus de quatre millions de femmes travaillent. Le chômage a disparu. Les revenus réels ont augmenté de 25 % depuis 1914.
    • 1918 - 1921 : lois sur l'éducation (scolarité obligatoire à 14 ans), sur la condition maternelle (afin de diminuer la mortalité infantile) et sur la construction de logements sociaux.

Chronologies thématiques[modifier | modifier le code]

Arts et culture[modifier | modifier le code]

Composition XI, de Theo van Doesburg

Naissances en 1918[modifier | modifier le code]

Décès en 1918[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]