Antonín Reimann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Reimann.

Antonín Reimann (Antonin Raymond), né le 10 mai 1888 à Kladno et mort le 21 novembre 1976 à New Hope en Pennsylvanie, fut un architecte tchèque qui vécut et travailla aux États-Unis et au Japon. Certains le considèrent comme l'instigateur de l'architecture moderne au Japon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Reimann fit ses études à l'université technique de Prague jusqu'en 1909. Il partit aux États-Unis en 1910. À partir de 1916 il travailla pour Frank Lloyd Wright à Taliesin à Spring Green et on lui proposa de travailler sur le projet de l'hôtel impérial de Tōkyō. Reimann décida ensuite de rester au Japon où il dessina plusieurs bâtiments pionnier du Modernisme en béton renforcé. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, Reimann retourna vivre aux États-Unis où il créa en 1945 un bureau d'architecture à New York, avec un architecte compatriote Ladislav Leland Rado (1909-1993), l'agence Raymond & L. L. Rado. Après 1948, Reimann voyagea de nouveau au Japon, où en fait il demeura jusqu'en 1973, avant de se retirer aux États-Unis.

En 1956, Reimann reçut la Médaille d'honneur de l'American Institute of Architects (AIA) et, en 1964, un Rayon d'or avec ruban de l'Ordre du soleil levant du Japon.

Il était l'époux de Noémi Pernessin, designer.

Œuvre[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

  • Maison Reinanzaka à Tōkyō (1924)
  • Villa d'embassade à Nikko (1929)
  • Villa Troedsson à Nikko (1931)
  • Club house du golf de Tōkyō à Asaka (1932)
  • Maison d'été à Karuizawa (1933)
  • Maison Morinosuke Kawasaki à Tōkyō (1934)
  • Maison Tetsuma Akaboshi à Tōkyō (1934)
  • Sa ferme à New Hope (1939)
  • Sa propre maison et ses studios à Azabu (1951)
  • Bureaux du Reader's Digest à Tōkyō (1951)
  • Maison Cunningham à Tōkyō (1954)
  • Église Saint-Anselme à Tōkyō (1954)
  • Villa à Hayama à Hayama (1958)
  • Nouveau studio à Karuizawa (1962)
  • Église Saint-Paul à Shiki (1963)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yola Gloaguen, "L'expression de la nature dans le parcours architectural d'Antonin Raymond", dans Nicolas Fiévé et Benoît Jacquet (dir.), Vers une modernité architecturale et paysagère. Modèles et savoirs partagés entre le Japon et le monde occidental, Paris, Collège de France, coll. "Bibliothèque de l'Institut des hautes études japonaises", 2013, p. 223-258 (ISBN 978-2-9132-1730-0).
  • Ken Tadashi Oshima, International Architecture in Interwar Japan. Constructing Kokusai Kenchiku, Seattle, University of Washington Press, 2010, 320 p., 220 ill. (ISBN 9780295989440)[1]
  • Christine Vendredi-Auzanneau, Antonin Raymond (1888-1976). Un architecte occidental au Japon, Paris, Picard, coll. « Architectures contemporaines », 2012, 256 p., 125 ill. (ISBN 978-2-7084-0925-5)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir le compte-rendu (en) de Natsuko Akagawa, New Asia Books 18/9/2013