Charbon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charbon (homonymie).
L'anthracite, forme du charbon au plus haut rang d'houillification.
Affleurement naturel d'une veine de charbon bitumineux (sur le littoral de la Nouvelle-Écosse).
Affleurement naturel de couches successives de charbon (Plage d'Austinmer ; Australie, Nouvelle-Galles du Sud).
Exemple de structure d'un charbon.
Convoyeurs et bâtiments de la mine de charbon de Jin Hua Gong (Datong, Shanxi, Chine).

Le charbon est une roche sédimentaire exploitée en tant que combustible et formée à partir de la dégradation partielle de la matière organique des végétaux. Couvrant en 2011, 28,8 % des besoins énergétiques mondiaux [1] , le charbon est actuellement une des principales ressources énergétiques de l'humanité.

Ce sont les observations au microscope d'Hutton et de Link, vers 1840, qui ont permis la découverte de la composition du charbon[2]. Utilisé comme combustible dès le XIe siècle, son extraction dans les mines a rendu possible la révolution industrielle au XIXe siècle. Depuis, il restait en 2010 le second combustible fossile le plus utilisé dans le monde (27 %), après le pétrole (37 %)[1].

Au cours de plusieurs millions d'années, l'accumulation et la sédimentation de débris végétaux dans un environnement de type tourbière provoque une modification graduelle des conditions de température, de pression et d'oxydo-réduction dans la couche de charbon qui conduit, par carbonisation, à la formation de composés de plus en plus riches en carbone : la tourbe (moins de 50 %), le lignite (50 à 60 %), la houille (60 à 90 %) et l'anthracite (93 à 97 %).

La formation des plus importants gisements de charbon commença au Carbonifère, environ de -360 à -295 Ma.

Dans son appellation courante, le terme désigne généralement la houille. Autrefois, il était appelé charbon de terre en opposition au charbon de bois.

La production de charbon en 2002[3].

Description[modifier | modifier le code]

Propriétés[modifier | modifier le code]

Le charbon est une roche sédimentaire combustible composée essentiellement de carbone, d'hydrogène et d'oxygène[4]. Il se forme sur plusieurs millions d'années à partir de l'accumulation de débris végétaux qui vont sédimenter et carboniser progressivement à la suite d'une modification graduelle des conditions de température et de pression.

Les propriétés physiques et chimiques du charbon dépendent donc essentiellement du « lithotype », qui reflète le degré de carbonisation du charbon (le « rang » du charbon)[4] ; Plus le rang est élevé, plus sa teneur en eau est faible et sa teneur en carbone est forte, plus son pouvoir calorifique est important. Les charbons de rang supérieur sont donc des combustibles de meilleure qualité. Les charbons de rang inférieur sont plus brunâtres, plus ternes et plus friables tandis que les charbons de rang supérieur sont plus noirs, plus durs et plus résistants[4].

Article détaillé : Lithotype.

Formation[modifier | modifier le code]

La formation des plus importants gisements de charbon commença au Carbonifère, environ de -360 à -295 Ma[4].

Le processus de transformation du charbon se nomme «carbonification» ou «houillification» et prend environ 300 à 500 millions d’années pour transformer un végétal (arbre...) mort en anthracite (le charbon ayant le plus grand pourcentage de carbone)[2].

Pour que le charbon se forme, il faut des conditions géologiques particulières. Une très grande quantité de débris végétaux doit s'accumuler dans une couche d'eau peu profonde et faible en dioxygène (environnement de type tourbière), ce qui permet à une partie de la matière organique d'échapper à l'action des décomposeurs. Au cours de plusieurs millions d'années, l'accumulation et la sédimentation de ces débris végétaux provoque une modification graduelle des conditions de température, de pression et d'oxydo-réduction dans la couche de charbon qui conduit, par carbonisation, à la formation de composés de plus en plus riche en carbone : la tourbe (50 à 55 %), le lignite (55 à 75 %), la houille (75 à 90 %) et l'anthracite (> 90 %). La qualité du charbon, appelée « maturité organique », dépend donc des conditions physico-chimiques, ainsi que de la durée de sa formation.

Le charbon a arrêté de se former il y a près de 290 millions d'années (fin du carbonifère).
Selon une étude ayant comparé l'horloge moléculaire et le génome de 31 espèces de basidiomycètes (Agaricomycetes; « pourriture blanche », groupe qui contient aussi des champignons ne dégradant pas la lignine (pourriture brune) et des espèces ectomycorrhiziennes), cet arrêt de formation du charbon semble pourvoir être expliqué par l'apparition de nouvelles espèces de champignons capables de dégrader la totalité de la lignine grâce à des enzymes (les lignine-peroxydases)[5].

Friedrich Bergius a tenté vers 1913 de transformer en laboratoire du bois en charbon. Il lui était possible de reproduire le facteur pression, par contre, il lui était impossible de recréer le facteur temps[6].

Classification[modifier | modifier le code]

Principaux types de charbons

Il existe de nombreuses variétés de charbon, que l'on distingue selon plusieurs critères dont les principaux sont :

  • l'humidité
  • la teneur en matières minérales non combustibles (cendres)
  • le pouvoir calorifique,
  • l'inflammabilité, liée à la teneur en matières volatiles.

La plupart de ces critères sont corrélés avec l'âge du charbon : les charbons les plus "récents" (lignite) sont assez humides et contiennent relativement beaucoup de matières volatiles inflammables, tandis que les plus vieux (anthracites) se sont naturellement dégazés au cours du temps ; ils sont difficiles à enflammer, mais plutôt secs et quasiment constitués de carbone presque pur, ils ont un fort pouvoir calorifique.

Un autre critère important, bien qu'il n'intervienne pas dans les classifications, est la composition des matières minérales. Certains charbons (par exemple, charbons indonésiens) ont des cendres majoritairement composées d'oxydes de calcium ou de sodium, dont le point de fusion est assez bas ; ces cendres emportées dans les fumées de combustion auront tendance à se coller sur les parois des fours ou chaudières et les colmater. D'autres charbons (par exemple, charbons australiens) ont des cendres très abrasives composées essentiellement de silice et d'alumine ; la conception des fours ou chaudières où seront brûlés ces charbons devra donc être adaptée.

Pour classifier les charbons, on doit en faire l'analyse. Les propriétés des charbons (analyse, pouvoir calorifique…) sont donnés soit sur " brut" c'est-à-dire pour le charbon tel qu'il sera brûlé, soit sur "sec", c'est-à-dire pour un charbon préalablement séché, soit sur "pur", c'est-à-dire pour la partie réellement combustible du charbon, hors cendres et humidité. L'analyse immédiate est par définition donnée sur "brut" et l'analyse élémentaire généralement donnée sur "pur".

Analyse immédiate[modifier | modifier le code]

L'analyse immédiate détermine la composition du charbon selon les 4 composants :

  • L'humidité totale
  • La teneur en cendres
  • La teneur en matières volatiles
  • La teneur en carbone fixe (par différence)

Analyse élémentaire[modifier | modifier le code]

L'analyse élémentaire donne la composition chimique du charbon en carbone (C), azote (N), oxygène (O), hydrogène (H), soufre (S).

La plupart des pays exploitant (ou ayant exploité) des mines de charbon, ont développé leur propre classification. Au niveau international, c'est la classification américaine (ASTM) qui fait référence.

Classification française[modifier | modifier le code]

Elle est basée sur la teneur en matières volatiles et sur l'indice de gonflement ; elle comprend :

  • les anthracites, dont la teneur en matières volatiles est inférieure ou égale à 8 %
  • les maigres et anthraciteux, dont la teneur en MV est de 8 à 14 %
  • les quart-gras, (12 % > MV > 16 %)
  • les demi-gras (13 % > MV > 22 %)
  • les gras à courte flamme (18 % > MV > 27 %)
  • les gras (27 % > MV > 40 %)
  • les flambants gras (MV > 30 %)
  • les flambants secs (MV > 34 %)

Classification américaine[modifier | modifier le code]

Elle est basée sur la teneur en matières volatiles pour les charbons de plus haute qualité et sur le pouvoir calorifique supérieur (PCS) pour les autres.

Catégorie Sous-catégorie Matières volatiles PCS
Anthracite Meta-anthracite < 2 %
Anthracite 2 à 8 %
Semi-anthracite 8 à 14 %
Bitumineux Faible teneur volatile 14 à 22 %
Moyenne teneur volatile 22 à 31 %
Haute teneur volatile A > 31 % > 32,6 MJ/kg
Haute teneur volatile B 30,2 à 32,6 MJ/kg
Haute teneur volatile C 26,7 à 30,2 MJ/kg
Sub-bitumineux Sub-bitumineux A 24,4 à 26,7 MJ/kg
Sub-bitumineux B 22,1 à 24,4 MJ/kg
Sub-bitumineux C 19,3 à 22,1 MJ/kg
Lignite Lignite A 14,6 à 19,3 MJ/kg
Lignite B < 14,6 MJ/kg

Les teneurs en matières volatiles sont données en pourcentage de la masse du charbon "pur" (sans humidité, ni matières minérales) et les PCS (pouvoirs calorifiques supérieurs) sont donnés sur une base hors cendres (mais y compris l'humidité naturelle).

Classification européenne[modifier | modifier le code]

Elle comprend les catégories suivantes :

  • Anthracite.
  • Bitumineux
  • Sub-bitumineux
  • Meta-lignite
  • Ortho-lignite

Il existe plusieurs classifications du charbon, qui peuvent dépendre de sa composition chimique, de la nature des débris végétaux, ou de son utilisation pratique.

Les principales catégories de charbon reposent sur la teneur en carbone, correspondant à l'évolution du charbon au fil du temps :

  • Tourbe (50 à 55 %) : produit de la fossilisation des débris végétaux par les micro-organismes dans les tourbières, milieux humides et pauvres en oxygène
  • Lignite (55 à 75 %), ou charbon brun : brunâtre, plutôt tendre
  • Charbon sub-bitumineux, ou lignite noire
  • Houille (75 à 90 %) : le charbon proprement dit
    • Houille grasse, ou charbon bitumineux : le type de charbon le plus courant
    • Houille demi-grasse
    • Houille maigre, ou houille sèche
  • Anthracite (90 à 95 %) : le plus haut rang
  • Graphite : la plus pure variété de charbon, peu utilisé comme combustible

Histoire[modifier | modifier le code]

Marco Polo signalera, à son retour de Chine, que les Chinois chauffaient leurs maisons et cuisaient leurs aliments en faisant brûler d’étranges pierres noires. Mais c’est au XVIIIe siècle que se généralise son utilisation, notamment à cause de la révolution industrielle. Les motivations venaient des effets de déboisement massif provoqué par le développement des industries grandes dévoreuses de bois[7]. La fourniture de combustible devenait une préoccupation et la cherté du bois devenait réelle dans les villes. Seul le charbon fournit assez de chaleur pour faire marcher les machines à vapeur . À partir de là commence l'exploitation industrielle des mines de charbon un peu partout en Europe, puis dans le monde.

Dans les zones charbonnières, les enfants travaillaient à la mine dès 13 ans. Le métier était dangereux, les coups de grisou fréquents, l'extraction à la pioche et à la pelle puis à la haveuse. Aujourd'hui, les normes de sécurité ont beaucoup évolué.

En France, la stratégie malthusienne des compagnies débouche sur une sous-production et une pénurie, aggravée lorsque les allemands détruisent les puits pendant la première guerre mondiale. Pour pallier la pénurie, l'État et la Bourse favorisent la multiplication par huit de la production hydroélectrique dans les années 1920, puis l'émergence du nucléaire après la Seconde Guerre mondiale.

Exploitation[modifier | modifier le code]

Exploitation à ciel ouvert
Barge de transport de charbon

Extraction[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Charbonnage.

Préparation[modifier | modifier le code]

La préparation du charbon est sa transformation en un produit concentré qui sera utilisé pour la production de l'électricité, la sidérurgie, le chauffage et divers applications industrielles tel la métallurgie[8].

Stockage[modifier | modifier le code]

Utilisation[modifier | modifier le code]

Le charbon est le combustible fossile le plus utilisé dans le monde pour la production d'électricité [9] : il produit plus de 40 % de l'électricité mondiale [1] et de nombreux pays l'utilisent encore comme source d'énergie principale comme la Pologne (94 %), l'Afrique du Sud (92 %), la Chine (77 %) et l'Australie (76 typo %)[4].

La houille, qui est une qualité spécifique du charbon, a mené à la découverte du ‘'gaz de houille’’ et qui est obtenu par un procédé chimique nommé ‘'pyrolyse’’. La pyrolyse est la décomposition d’un composé organique par la chaleur, en l’absence d’oxygène, pour obtenir un solide carboné, une huile ou un gaz. La pyrolyse du charbon permet donc d’obtenir un gaz brut riche en hydrogène (H2), méthane(CH4), monoxyde de carbone (CO) et aussi du carbone impur tels le coke et le sulfure d’hydrogène. Ces gaz étaient fabriqués dans des usines à gaz et étaient stockés dans des gazomètres puis servaient dans un premier temps à des fins d’éclairage puis par la suite à des fins de chauffage[10].

Les réserves prouvées mondiales de charbon sont estimées à plus de 984 milliards de tonnes, elles sont disséminées sur tous les continents à travers plus de 70 pays[4]. Les principales réserves sont situées aux États-Unis, en Russie, en Chine et en Inde. Si la consommation restait constante, les réserves connues de charbon pourraient durer au moins deux siècles tandis que les réserves de pétrole et de gaz naturel devraient s'épuiser au cours du XXIe siècle[11].

Le rapport annuel 2014 de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) sur le charbon prévoit que la consommation mondiale de charbon devrait encore croître de 2,1 % par an d'ici à 2019 ; la Chine représentera encore 61 % de la croissance de la demande mondiale : 471 millions de tonnes équivalent charbon (Mtec) sur un total de 772 Mtec, suivie par l'Inde : +177 Mtec, les pays de l'ASEAN : +79 Mtec et l'Afrique : +38 Mtec ; par contre, la consommation de charbon baissera de 54 Mtec en Amérique du Nord et de 14 Mtec en Europe. Depuis 2011, le marché du charbon est marqué par une offre excédentaire, qui a tiré les prix vers le bas : 70-80 dollars la tonne en 2014 sur le marché européen, contre 120 dollars en 2011[12].

Impact environnemental[modifier | modifier le code]

En brûlant, outre du CO2, le charbon libère dans l'air de nombreux polluants (NOx, soufre, métaux lourds, HAPs... et particules fines). Il est néanmoins encore employé pour faire la cuisine dans de nombreux foyers, en Asie surtout
Mine à ciel ouvert dans le Wyoming (États-Unis)
Quai de chargement
La production d'électricité par les Centrale au charbon ici en 2010 à Shuozhou (Shanxi, Chine) est une source importante de particules, de polluants gazeux (dont gaz à effet de serre)

Au stade de l'extraction et du transport[modifier | modifier le code]

De premiers impacts directs et indirects existent à ce stade : Les chantiers produisent des poussières susceptibles de causer la silicose quand elles sont inhalées durant une longue période (cause fréquente de mortalité des mineurs).

Certaines mines affectent directement la faune et la flore en détruisant leur habitat (mines à ciel ouvert), crassiers ou indirectement par les pollutions directes ou indirectes ou par des modifications environnementales telles que les rabattements de nappe induits par les pompages de dénoiement des mines ou causés par l'utilisation d'une eau de surface pour les besoins miniers (arrosage pour abattement des taux d'empoussièrement, lavage du charbon, etc.).

Selon les caractéristiques du gisement, le charbon est plus ou moins riche en éléments indésirables (soufre, métaux lourds, radionucléides) et il peut laisser se dégazer du grisou.

Il existe néanmoins des technologies d'extraction du charbon plus propres.[Lesquelles ?]

Stade de la transformation et/ou combustion[modifier | modifier le code]

La carbochimie quand elle est associé aux bassins charbonniers a été et reste une source importante de pollution. Elle a au XXe siècle laissé de lourdes séquelles de pollution de nappes, sols et sédiments.

La combustion du charbon est également une activité particulièrement polluante, plus que pour d'autres énergies fossiles en raison de la quantité de produits indésirables que contient le charbon.

Au cours de la pyrolyse, le charbon émet de nombreux gaz et particules volatiles toxiques et polluantes : HAP, dont benzène et ses dérivés aromatiques (notamment le benzo[a]pyrène), goudrons, dérivés du phénol comme les dioxines… Lorsque le charbon se met à brûler, il émet des oxydes de soufre et d'azote qui acidifie l'air, ainsi que des suies et d'autres éléments toxiques comme le cadmium, l'arsenic ou le mercure.

La combustion du charbon libère dans l'air des quantités importantes de soufre, qui contribue au phénomène de pluies acides et avec le CO2 (transformé en acide carbonique dans l'eau aux phénomènes d'acidification des eaux de surface et des mers. Or, dans un milieu acide ou acidifié, les métaux lourds, dont ceux mis en circulation par la combustion du charbon sont plus mobiles dans l'environnement, plus « biodisponible » et plus « bioassimilables ».

De nombreux foyers utilisent le charbon pour le chauffage et/ou pour la cuisine, en produisant une fumée nuisible à la santé : L'OMS estime que plus de 1,3 million de personnes meurent chaque année des suites de problèmes respiratoires causés par des combustibles solides (bois, herbacés, tourbe, bouses séchées et charbon)[13].

Contributions au forçage climatique (par effet de serre et via les aérosols soufrés)[modifier | modifier le code]

Le charbon est majoritairement formé de carbone. Sa combustion libère donc énormément de dioxyde de carbone (gaz à effet de serre).

En 2003, environ 25,0 GtCO2 (milliards de tonnes-équivalent-gaz carbonique) ont ainsi été émises par l'humanité dans l'air, dont 9,4 GtCO2 pour produire de l'électricité (dont à partir du charbon pour une part de 6,6 GtCO2), souvent sans cogénération exploitée de chaleur et/ou de vapeur. Si la tendance se poursuit ; en 2030 les émissions mondiales seront accrues de 14,0 GtCO2 (+ 56 %), et les émissions de 7,5 GtCO2 (+80 %) avec 4,8 GtCO2 provenant du charbon. En 2050, la situation serait pire encore avec un accroissement de 30,5 GtCO2 (+ 300%) et 21,1 GtCO2 en plus issus du charbon.

Si les meilleures technologies actuellement disponibles (en 2000-2005) pour un charbon plus « efficace » et plus propre étaient utilisées partout, l'augmentation des émissions serait diminuée de 22 % relativement au niveau attendu en 2050, et de 11 % par rapport au niveau attendu en 2030. L'espoir de technologies propres fait envisager à certains une atténuation plus importante de l'augmentation des émissions (de 9,7 GtCO2 ; soit une baisse relative de 32 % par rapport au scenario « business as usual » pour 2050, et de 18 % par rapport au même scenario pour 2030).

Équiper toutes les centrales au charbon de ces technologies coûteuses et en grande partie encore hypothétiques d'ici 2030 ou 2050 semble cependant peu réaliste, et « en tous cas, même un déploiement total des meilleures technologies de charbon propre disponibles ne fait que limiter l’augmentation d’émissions de CO2 »[14].

La combustion du charbon libère aussi d'autres gaz à effet de serre (NOx en particulier).

Vers un charbon « vert » ou « propre » ?[modifier | modifier le code]

L'industrie cherche (dans le contexte notamment du marché du carbone) à "verdir" le charbon en projetant pour le futur proche une filière dite « clean coal » associant une combustion mieux contrôlée, à un meilleur lavage des fumées et vapeurs, et à une captation du CO2 qui fait l'objet de tests et recherches au niveau de la Post-combustion, de la Pré-combustion ou avec une Oxy-combustion[15]. Le charbon ne pourrait devenir réellement propre que par le captage et le stockage géologique (CCS) du carbone, or si un meilleur contrôle de la combustion et du refroidissement des gaz permet de réduire les dioxines, les SOx, NOx…), la récupération du plomb et du mercure des vapeurs de combustion n'est pas encore au point.

La question se pose aussi du devenir et de la gestion des énormes crassiers de cendres et mâchefers ou du plomb, mercure et autres toxiques récupérés.

Enfin, le captage du CO2 n'est pas encore au point à échelle industrielle, et il consomme des quantités significatives d'énergie ou de ressources. Et le stockage géologique n'est pas sans risques si le CO2 reste sous forme de gaz.

Évoluer vers le charbon propre a un coût exorbitant pour les pays pauvres ; Selon l'AIE, il faudrait 1 500 milliards de dollars d'investissements cumulés (auquel il faudrait ajouter les coûts d'entretien) rien que pour mettre aux normes des meilleurs pratiques des années 2000 les centrales électriques au charbon de 2001 à 2030. Les coûts seraient encore bien plus élevés si une très faible émission de CO2 est visée [16]. Des pays comme l'Allemagne peuvent investir dans un charbon « vraiment propre » en espérant pouvoir valoriser ces investissement pour sous forme de technologies, savoir et savoir-faire, brevets et équipements de captation des polluants et du carbone, mais pour les pays pauvres, l'investissement paraît impossible, d'autant que l'exploitation et le transport de nouvelles ressources charbonnières devrait elle-même nécessiter pour la même période (2001-2030) un besoin supplémentaire en investissements cumulés d'environ 398 milliards USD. En outre ces techniques devraient augmenter le prix du charbon, ce qui pourrait le rendre moins compétitif face aux alternatives renouvelables (solaire, éolien, énergies marines, méthanisation, méthanation, etc.)

Recherche & Développements[modifier | modifier le code]

Comme le charbon est abondant, et qu'il pose des problèmes qui concernent aussi l'industrie pétrolière et gazière (dont pour la difficile dépollution du mercure) ainsi que des industries lourdes très émettrices de CO2 comme la métallurgie et les cimentiers, de nombreux programmes de R&D pour le captage et stockage du CO2 ont été lancés dans le monde, dont aux États-Unis (projet « FutureGen »), en Australie (COAL21) et en Europe (projets « Castor », « Hypogen » et « ENCAP »). Ces recherches impliquent en France des entités nationales telles que le BRGM, Gaz de France, Total, Air liquide, EDF, Arcelor, CNRS, GEOSTOCK, INERIS, Groupe Lafarge, SARP Industries[17], Schlumberger, l'Institut français du pétrole, Charbonnages de France, le Club CO2 et le Réseau des technologies pétrolières et gazières (RTPG), etc. avec le soutien de l'ADEME, qui peuvent coopérer avec d'autres groupes européens (Siemens par exemple) ou extra-européens. Mais à ce jour, les prototypes les plus avancés ne peuvent traiter qu'une infime partie des émissions totales.

Dans tous les cas, à moyen ou long terme, développer l'efficience énergétique et diminuer l'appel aux énergies fossiles et donc au charbon, au profit d'énergies renouvelables, propres, sûres et décentralisées devrait être une priorité estiment la plupart des experts[18].

Aléa moral[modifier | modifier le code]

Les efforts pour diminuer les émissions de CO2 sont affaiblis par les espoirs placés dans la séquestration géologique du dioxyde de carbone[19]. Il s'agit d'une forme de l'aléa moral qui affaiblit la volonté des individus et des gouvernements à diminuer leurs émissions puisqu'une réponse plus économique serait possible selon les partisans de cette technique mais limitée et risquée selon ses détracteurs.

Impact sanitaire[modifier | modifier le code]

L'extraction du charbon dans les mines est un travail dangereux (espérance de vie réduite pour les mineurs[20]) surtout quand le charbon est exploité dans des galeries souterraines (coup de grisou, intoxications, silicose, effondrements). L'inhalation de poussière de charbon est l'un des facteurs de maladies articulaires[21] et de maladies respiratoires[22],[23], dont silicose[24] et de risque accru de cancer du poumon[25] et du larynx[26].

Les mineurs sont aussi exposés au radon[27],[28] (gaz radioactif) qu'ils inhalent, et qui devient alors source de cancer des poumons[29],[30],[31]) et ses produits de dégradation [32] ; certains charbons contiennent des quantités significatives d'uranium qui en se dégradant libère du radon (Dans la mine de charbon de Figueira (sud du Brésil), on a trouvé une radioactivité ambiante 30 fois supérieure à la moyenne des mines de charbon[33], qui pourrait expliquer une mortalité anormalement élevée chez les mineurs qui y travaillent.

En France, deux maladies professionnelles liées à l'extraction du charbon sont reconnues par la Sécurité sociale :

  • Broncho-pneumopathie chronique obstructive du mineur de charbon (tableau no 91 du régime général) depuis 1992
  • Lésions chroniques du segment antérieur de l'œil provoquées par l'exposition à des particules en circulation dans les puits de mine de charbon (tableau no 93 du régime général) depuis 1995.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c [PDF] « Statistiques 2013 de l'Agence Internationale de l'Énergie : Key World Energy Statistics »
  2. a et b Roger Dumon, Le renouveau du charbon, Masson,‎ 1981, 210 p.
  3. « Les docs des incollables », 23 - L'énergie, p. 5
  4. a, b, c, d, e et f World Coal Institute (WCI). Le charbon comme ressource [lire en ligne]. Mai 2005.
  5. D Floudas & al. The Paleozoic Origin of Enzymatic Lignin Decomposition Reconstructed from 31 Fungal Genomes Science, 336, 1715, 2012 (résumé)
  6. Roger Dumon, Le renouveau du charbon, Édition Masson,‎ 1981, 216 p.
  7. www.charbonnagesdefrance.fr
  8. Anthony D. Walters, « La préparation du charbon »,‎ 2011 (consulté le 26 novembre 2011)
  9. Joseph Cornillot (2007). De l'extraction à la combustion. In: Jean-Marie Martin-Amouroux, François Bautin. Combustibles solides. Charbon. In: Techniques de l'ingénieur. Génie énergétique. p. 1-9 (ISSN 1762-8741).
  10. Georges Tiffon, LE CHARBON, presses universitaires de France,‎ 1967, 124 p.
  11. Dieter M. Imboden, Carlo C. Jaeger. Vers un avenir énergétique durable, In: Énergie : les cinquante prochaines années, OECD Publishing, 1999, p. 81 (ISBN 9264270167).
  12. Charbon : le « peak coal » en Chine n'est pas encore en vue, les Échos, 16 décembre 2014.
  13. Cité d'après Irishtimes, Tuesday, August 14, 2012. Voir Air quality and health, WHO, Fact sheet no 313, September 2011.
  14. 2006 Charbonnages de France, avec le Délégué interministériel au développement durable (2006), Charbon propre mythe ou réalité ? : Climate change, energy and sustainable development: How to tame King Coal?, ; Groupe de travail sur le charbon du Délégué interministériel au développement durable(page 17/117 de la version PDF)
  15. 2006 Charbonnages de France, avec le Délégué interministériel au développement durable (2006), Charbon propre mythe ou réalité ? : Climate change, energy and sustainable development: How to tame King Coal?, ; Groupe de travail sur le charbon du Délégué interministériel au développement durable
  16. Charbonnages de France, avec le Délégué interministériel au développement durable (2006), Charbon propre mythe ou réalité ? : Climate change, energy and sustainable development: How to tame King Coal?, ; Groupe de travail sur le charbon du Délégué interministériel au développement durable (page 18/117 de la version PDF)
  17. Filiale de Véolia spécialisée dans le traitement des déchets spéciaux
  18. Rapport WETO (World energy, technology and climate policy outlook) 2050, publié par la Commission européenne.
  19. Clive Hamilton, Les apprentis sorciers du climat, collection Anthropocène, Éditions du Seuil, 2013, (ISBN 9782021120264), p. 225.
  20. Enterline PE (1972) A review of mortality data for America coal miners. Ann N Y Acad Sci 200:260–269
  21. Mcmillan G, Nichols L (2005) Osteoarthritis and meniscus disorders of the knee as occupational disease of miners. Occup Environ Med 62(8):567–575
  22. Montes II, Fernandez GR, Reguero J, Mir MAC, Garcia-Ordas E, Martinez JLA, Gonzalez CM (2004) Respiratory disease in a cohort of 2,579 coal miners followed up over a 20-year period. Chest 126(2):622–629
  23. Naidoo RN, Robins TG, Murray J (2005) Respiratory outcomes among South African coal miners at autopsy. Am J Ind Med 48(3):217–224
  24. James WRL (1955) Primary lung cancer in South Wales coal workers with pneucomoniosis. Br J Ind Med 12:87–94
  25. Goldman KP (1965) Mortality of coal miners from carcinoma of the lung. Br J Ind Med 22:72–77
  26. Skowronek J, Zemla B (2003) Epidemiology of lung and larynx cancers in coal mines in upper Silesia – preliminary results. Health Phys 85(3):365–370
  27. Duggan MF, Soilleux PJ, Strong JC, Howell DM (1985) The exposure of United Kingdom miners to radon. Br J Ind Med 27:106–111
  28. Eicker H, Zimmermeyer G (1981) Radon measurements and valuation in German hard coal underground mines In: Gomez M (ed) Radiation hazards in mining Society of Mining Engineers, New York
  29. Armstrong BK, McNulty JC, Levitt LJ, Williams KA, Hobbs MST (1979) Mortality in gold and coal miners in western Australia with special reference to lung cancer. Br J Ind Med 36:199–205
  30. Costello J, Ortmeyer CE, Morgan WKC (1974) Mortality from lung cancer in US coal miners. Am J Publ Health 64:222–229
  31. Crofton EC (1969) A study of lung cancer and bronchitis mortality in relation to coal mining in Scotland. Br J Prev Soc Med 23:141–144
  32. Skowronek, J. Caractéristiques du risque dû aux descendants à vie courte du radon dans les mines de charbon (Thèse de Doctorat ; Institut central de mines, Katowice, 1990 (en polonais))
  33. V Melo, S Koifman et E C S Amaral (2004), High radon exposure in a Brazilian underground coal mine LHS Veiga ; Journal of Radiological Protection ; Volume 24 Number 3 ; 295 doi:10.1088/0952-4746/24/3/008 (Résumé)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marie Martin-Amouroux et François Bautin, Combustibles solides. Charbon, In: Techniques de l'ingénieur. Génie énergétique (ISSN 1762-8741)
  • Jean-Marie Martin-Amouroux, Charbon, les métamorphoses d'une industrie, Éd. Technip, 2008, 420 p. (ISBN 2710809141)
  • François Kalaydjian et Sylvie Cornot-Gandolphe, La nouvelle donne du charbon, Éd. Technip, 2009, 206 p. (ISBN 2710809265)
  • Pierre-Noël Giraud, Albert Suissa, Jean Coiffard et Daniel Crétin, Géopolitique du charbon, Economica, 1991, 412 p. (ISBN 2717819894)