Vancouver

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vancouver (homonymie).
Vancouver
Armoiries
Armoiries
Drapeau de Vancouver
Drapeau de Vancouver
Panorama de Downtown Vancouver, le Stanley Park, l'Université de la Colombie-Britannique, le Lions Gate Bridge, le Chinatown, le Burrard Bridge et une autre vue du Downtown depuis le Granville Street Bridge.
Panorama de Downtown Vancouver, le Stanley Park, l'Université de la Colombie-Britannique, le Lions Gate Bridge, le Chinatown, le Burrard Bridge et une autre vue du Downtown depuis le Granville Street Bridge.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Flag of British Columbia.svg Colombie-Britannique
Région Lower Mainland
Comté ou équivalent Metro Vancouver
Statut municipal Ville
Arrondissements 23 quartiers
Maire Gregor Robertson
Démographie
Gentilé Vancouverois(e)
Population 603 502 hab. (2011[1])
Densité 5 249 hab./km2
Population Aire urbaine 2 313 328 hab.
Géographie
Coordonnées 49° 15′ 40″ N 123° 06′ 50″ O / 49.261145, -123.11395 ()49° 15′ 40″ Nord 123° 06′ 50″ Ouest / 49.261145, -123.11395 ()  
Superficie 11 497 ha = 114,97 km2
Divers
Fuseau horaire PST (UTC−08:00)
Indicatif 604, 778, 236
Devise By Sea, Land, and Air We Prosper (« Par la mer, la terre, et l'air nous prospérons »)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vancouver

Voir sur la carte administrative de Vancouver
City locator 14.svg
Vancouver

Géolocalisation sur la carte : Colombie-Britannique

Voir sur la carte administrative de Colombie-Britannique
City locator 14.svg
Vancouver

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Vancouver

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir la carte topographique du Canada
City locator 14.svg
Vancouver
Liens
Site web http://vancouver.ca/

Vancouver (en anglais [væŋ.ˈkuː.vɚ ]), officiellement City of Vancouver, est une ville portuaire du Canada, située au sud de la province de la Colombie-Britannique. Avec 603 502 habitants en 2011, elle est la huitième ville du pays et la première de la province par sa population[2]. Son aire métropolitaine quant à elle compte 2 313 328 habitants, ce qui en fait la 3e agglomération du Canada. Il s'agit d'une des villes les plus cosmopolites du pays ; 52% des résidents ayant une autre langue maternelle que l'anglais[3],[4]. D'une superficie de 114 km2, la densité de population est de 5 249 habitants au km², ce qui fait de Vancouver la ville la plus densément peuplée du Canada, et la quatrième du continent nord-américain, derrière New York, San Francisco[5], et Mexico.

Fondée en 1867 en tant que zone d'exploitation forestière, Vancouver devient officiellement une ville en 1886 et a été nommée ainsi en hommage au capitaine de marine britannique George Vancouver qui a exploré la région vers la fin du XVIIIe siècle. En 1887, le chemin de fer transcontinental a été étendu jusqu'à la ville pour profiter de son grand port naturel, qui est rapidement devenu un maillon essentiel d'une route commerciale entre l'Est du Canada, l'Orient et Londres[6],[7]. En 2009, Port Metro Vancouver est le port le plus grand et le plus achalandé du Canada, et le plus diversifié d'Amérique du Nord[8]. Même si l'exploitation forestière demeure sa plus grande industrie, Vancouver est réputée pour être un centre urbain entouré par la nature (montagnes et océan Pacifique), faisant du tourisme sa deuxième industrie[9]. Les studios de production cinématographique de Vancouver et de Burnaby ont fait de la métropole l'un des plus grands centres cinématographiques en Amérique du Nord[10],[11], ce qui lui a valu le surnom de Hollywood North[12],[13],[14].

Vancouver est régulièrement citée comme l'une des cinq meilleures villes au monde pour sa qualité de vie[15],[16], l'Economist Intelligence Unit l'a classé parmi le dix villes les plus agréables durant cinq années consécutives[17],[18]. Vancouver fut l'hôte de nombreux évènements internationaux, comme les Jeux de l'Empire britannique et du Commonwealth de 1954, la conférence Habitat 1 par les Nations unies en 1976, l'Exposition internationale de 1986 et les Jeux mondiaux des policiers et pompiers en 1989 et en 2009. La ville fut également l'hôte des Jeux olympiques d'hiver de 2010[19], et enfin, en 2015, elle accueillera la finale de la Coupe du monde de football féminin[20].

Situation[modifier | modifier le code]

Elle est la métropole du Greater Vancouver Regional District (GVRD), le district de la région connue sous le nom de Lower Mainland, ou (depuis 2006) Metro Vancouver, où vivent quelque 2 200 000 personnes (2004).

Vancouver est la troisième agglomération la plus importante du Canada (Après Toronto et Montréal) et la capitale économique de la Colombie-Britannique.

La ville et sa région sont actuellement en grand changement et possèdent plusieurs projets en cours ainsi que bon nombre d'évènements :

  • les Jeux olympiques et paralympiques en 2010 ;
  • le réaménagement des anciens locaux du grand magasin Woodwards ;
  • la création d'une nouvelle ligne de métro comprenant seize stations pour 2009, reliant Richmond et l'aéroport au centre ville ;
  • les nombreux projets liés aux transports comme la construction d'un nouveau pont à six voies le Golden Ears ;
  • l’expansion du Palais des congrès de Vancouver ;
  • les développements immobiliers le long de False Creek ;
  • le village international et la « City Gate », etc.
  • la reconstitution de la ville de Vancouver pour la fusionnner avec d'autres villes avoisinantes

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Localisation géographique de Vancouver.

Située presque à l’extrême sud-ouest du Canada (49 ° de latitude Nord et 123 ° de longitude Ouest), Vancouver est construite sur le delta du fleuve Fraser, et est bordée par le détroit de Georgia et la Chaîne côtière. Les montagnes s’élèvent à plus de 1 500 mètres le long du Howe Sound et du corridor « Sea to Sky ». Les précipitations abondantes ont fait de la région de Vancouver un endroit où la végétation est luxuriante, où les arbres sont gigantesques et où de multiples jardins fleurissent. Cependant, les éléments naturels qui composent sa région restreignent l’espace disponible pour l’urbanisation ce qui fait aujourd’hui de Vancouver une ville compacte, centralisée et où la densité du centre-ville est l’une des plus forte du continent nord-américain. Actuellement, plus de 600 000 personnes ont élu domicile à Vancouver. L’agglomération dépasse les deux millions d’habitants et englobe un territoire de 2 900 km2, divisé en vingt et une municipalités situées à l’intérieur ou dans les environs du delta du Fraser. Certaines de ces municipalités se trouvent également plus au nord, le long du Howe Sound et du Burrard Inlet. L’agglomération rejoint la frontière avec les États-Unis qui est située à 38 km du centre-ville. Vancouver est située dans la zone horaire pacifique (UTC−08:00). Elle est adjacente au détroit de Georgie qui la sépare de l'île de Vancouver et qui est relié à l'océan Pacifique.

Gassy Jack est souvent considéré comme le fondateur de la ville de Vancouver. Le monument en son honneur est érigé dans Gastown, le quartier touristique de Vancouver.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'écosystème très riche de la région a procuré une variété de nourriture et de matériaux qui ont permis à une importante population d'amérindiens d'y vivre pendant plus de 10 000 ans. Un camp nommé « Wu'muthkweyum » (Musqueam), signifiant « peuple de l'herbe », près de l'embouchure du fleuve Fraser, remonte à 3 000 ans. Les Squamishs vivaient dans des villages de la zone côtière.

Le capitaine espagnol José María Narváez fut le premier Européen à explorer le détroit de Géorgie en 1791. L'année suivante, en 1792, le capitaine de marine britannique George Vancouver, de King's Lynn dans le Norfolk en Angleterre, rejoint l'expédition espagnole basée au fjord de Nootka sur la côte ouest de l'île de Vancouver puis explore le détroit de Géorgie, ainsi que Puget Sound. C'est lui qui prouvera, en compagnie de l'espagnol Dionisio Alcalá Galiano, que l'île de Vancouver est bien une île : d'où le nom de Vancouver en guise de reconnaissance (en fait le nom donné originellement à l'île était « île de Quadra et Vancouver », du nom de l'explorateur espagnol Juan Francisco de la Bodega y Quadra).

La coupe des arbres notamment pour les mâts des navires fut la première industrie le long de la baie Burrard, où se situe aujourd'hui le port de Vancouver. La première scierie commença ses activités en 1863 à Moodyville (rebaptisée « North Vancouver » en 1915). La première exportation de bois de construction eut lieu en 1865 vers l'Australie.

Gastown, nommé d'après l'aubergiste Jack Deighton (surnommé Gassy Jack), fut une des premières places peuplées par les colons britanniques. On fit un arpentage le long de la baie Burrard (Burrard Inlet) pour une ville qui porterait le nom de « Hastings » et en 1870 ce fut le site d'une scierie appelée Hastings Mill. En 1870 le gouvernement colonial fit un arpentage pour une autre ville à Burrard Inlet qui serait nommé « Granville » à l'ouest de Gastown.

En 1885, Granville, rebaptisé Vancouver en 1886, fut choisie par l'entreprise de chemin de fer Canadien Pacifique pour être la gare terminus la plus à l'ouest. L'arrivée du chemin de fer après une construction épique, stimulée par une compétition farouche, à travers les Rocheuses, permit une expansion rapide en raison de l'accès aux marchés d'Asie ainsi que le marché continental. Une des locomotives qui participèrent à cet âge héroïque est de nos jours exposée dans le centre communautaire Round House sur le boulevard Pacifique dans Yaletown. Vancouver dépassa la capitale provinciale Victoria en population vers 1890 et elle est restée la ville la plus importante de la Colombie-Britannique jusqu'à nos jours.

Paysage — Urbanisme[modifier | modifier le code]

A green grassy hill dotted with trees slopes down to a paved area with benches. Beyond lies water, docks, and a yacht, and skyscrapers.
Le Seawall de Vancouver dans Stanley Park

Vancouver inclut le troisième plus grand parc urbain de l'Amérique du Nord, Stanley Park.

En partie à cause de la rareté du terrain disponible et également pour laisser de l'espace aux piétons au niveau de la rue, il y a de nombreux immeubles d'environ 100 m de hauteur. Un nouveau gratte-ciel d'une soixantaine d'étages, le « Living Shangri-La » construit en 2008 et mis en service en janvier 2009, est désormais le plus haut, avec une hauteur totale de 201 m ; il abrite notamment un hôtel de luxe de la chaîne Shangri-La Hotels and Resort. Lorsque la visibilité est bonne, on peut observer le volcan du mont Baker au sud-est.

Au nord, trois monts surveillent la ville de Vancouver :

  • Seymour Mountain ;
  • Cypress Mountain ;
  • Grouse Mountain ;

Ces trois montagnes deviennent en hiver des stations de ski très fréquentées, toutes trois desservies par les transports en commun.

L'urbanisme de Vancouver est très largement inspiré de la ville de San Francisco aux États-Unis, on y retrouve des constructions telles que le pont Lions Gate (Lions' Gate Bridge), petit frère du Golden Gate Bridge situé 1 300 km plus au sud.

Climat[modifier | modifier le code]

A sidewalk lined with lights and palm trees. Opposite the street are benches where people sit and watch the bay. In the distance are high-rise buildings, including one with a tree growing on its roof.
Les palmiers situés près de English Bay montrent que la ville possède un climat tempéré comparé au reste du Canada.

Le climat de Vancouver est de type océanique, semblable à celui de Seattle, métropole américaine située à environ 300 km au sud. Les mois d'été sont en général ensoleillés et agréablement chauds. Vancouver a le climat le plus doux du Canada avec en hiver 7-8 °C l'après-midi et 2 °C la nuit. La neige y tombe 11 jours par an en moyenne et elle ne tient souvent pas plus d'un jour. Il y tombe 1 200 mm au m2 de pluie par an, et il y environ 2 000 heures d'ensoleillement par an, ou plus précisément, 11 mégajoules par mètre carré par jour en moyenne[21], soit autant qu'à Paris[22].

Données climatiques moyennes (station météo de l'aéroport international de Vancouver)
Grandeur mesurée Janv Fév Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Température (°C) moyenne 3,3 4,8 6,6 9,2 12,5 15,2 17,5 17,6 14,6 10,1 6 3,5 10,1
min. moyenne 0,5 1,5 3,1 5,3 8,4 11,2 13,2 13,4 10,5 6,6 3,1 0,8 6,5
max. moyenne 6,1 8 10,1 13,1 16,5 19,2 21,7 21,9 18,7 13,5 9 6,2 13,7
Précipitations Pluie (mm) 139,1 113,8 111,8 83,5 67,9 54,8 39,6 39,1 53,5 112,5 178,5 160,6 1154,7
Neige (cm) 16,6 9,6 2,6 0,4 0 0 0 0 0 0,1 2,5 16,3 48,2
Source : Archives climatiques nationales du Canada (Environnement Canada)

L'art d'y vivre[modifier | modifier le code]

Vancouver est une ville à l'ambiance détendue avec un accès libre aux activités extérieures comme des randonnées à pied, le cyclisme, le canotage et à proximité des stations de ski.

Différents moyens sont employés afin de diminuer les dépenses pour le logement, qui sont parmi les plus élevées au Canada. Celles-ci incluent les coopératives et des partages communautaires (colocation).

Population[modifier | modifier le code]

Quartiers de Vancouver.

Selon le recensement de Statistiques Canada en 2001, la proportion de Vancouverois nés à l’étranger monte à 37,5 %, conférant à Vancouver le troisième rang en Amérique du Nord, derrière Toronto (43,7 %) et Miami (40,2 %). En comparaison, la proportion d'immigrants à New York est de 36 %[23] et celle de Montréal est de 18,4 %. Vancouver se place également au sommet des régions canadiennes pour la proportion des minorités visibles en 2001, avec un pourcentage de 40 %. Entre 1981 et 1996, selon les statistiques de la Colombie-Britannique, 86,4 % des immigrants de Vancouver en provenance de l’étranger venaient du continent asiatique et seulement 3,5 % du continent européen. Selon le recensement du Canada en 2001, 34 % de la région métropolitaine de Vancouver est asiatique. Dans ce nombre, 17,9 % viennent de Chine, 7,22 % de l’est de l'Inde, et 3,13 % des Philippines. En comparaison, la proportion de la population asiatique à Montréal se chiffre à 6,89 %. En 2010, l'agglomération de Vancouver compte la moitié de sa population d'origine asiatique[24]. L’influence asiatique est omniprésente à Vancouver sur tous les secteurs économiques. Les liens que la ville possède avec les autres pays du Pacifique permettent à Vancouver d’être la ville canadienne qui dépend économiquement le moins des États-Unis[réf. souhaitée]. Le quartier chinois, l’un des trois plus importants du continent, est également presque aussi vieux que la ville elle-même.

Vancouver est un mélange d'ethnies et de religions. Elle possède le troisième quartier chinois en importance en Amérique du Nord (après ceux de New York et de San Francisco). Cependant, la plupart de cette vaste population chinoise se trouve hors de ce quartier. Richmond est un secteur de l'agglomération prisé par les Chinois. Le quartier Pendjabi est celui des vendeurs de tissus au centre de la rue Main. Cependant c'est dans la ville de Surrey – dans la banlieue de Vancouver – que la plupart réside. Avant la restitution de Hong Kong à la Chine par le Royaume-Uni, beaucoup de ses habitants ont élu domicile à Vancouver. C'est pourquoi elle porte aussi le surnom de Hongcouver.

Accroissement de la population, de 1881 à 2001.
Année Vancouver Agglomération
1891 13.709 21.887
1901 26.133 42.926
1911 100.401 164.020
1921 117.217 232.597
1931 246.593 347.709
1941 275.353 393.898
1951 344.833 562.462
1956 365.444 665.564
1961 384.522 790.741
Année
Vancouver
Agglomération
1966 410.375 892.853
1971 426.256 1.028.334
1976 410.188 1.085.242
1981 414,281 1.169.831
1986 431.147 1.266.152
1991 471.644 1.600.590
1996 514.008 1.652.665
2001 545.671 1.986.965
2006 595.041 2.116.581

Industrie, économie et transports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Vancouver est une ville jeune et dynamique. Son économie repose principalement sur les ressources naturelles de son arrière-pays et le tourisme. Elle diversifie son économie vers le développement de la biotechnologie, la création de logiciels et le développement de l’industrie cinématographique.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le Vogue Theatre sur Granville Street

La ville accueille environ 10 % des films de Hollywood, d'où deux de ses surnoms: « Brollywood » et « Hollywood North » (la Hollywood du Nord). Beaucoup de séries américaines de télévision sont filmées exclusivement à Vancouver comme le furent les premières saisons de X-Files, Stargate SG-1 ainsi que les deux spin-off de Stargate : Stargate Atlantis et Stargate Universe. Smallville a été tournée dans ses banlieues de Surrey, Cloverdale et Langley. C'est pour cette raison qu'il y a de nombreux acteurs canadiens dans la série, notamment Kristin Kreuk et Erica Durance. Plus récemment les séries Sanctuary, Kyle XY, Supernatural et Battlestar Galactica furent tournées à Vancouver avec également de nombreux comédiens canadiens. Dernièrement, Twilight, chapitre II : Tentation, second volet de la série "Twilight", y a été tourné en partie.

Aéroport[modifier | modifier le code]

L’aéroport international de Vancouver (YVR), situé sur l’île de la mer dans la municipalité de Richmond, est le deuxième aéroport le plus important du pays après celui de Pearson de Toronto. L’Association du transport aérien international le classe comme étant le meilleur aéroport d’Amérique pour desservir 15 à 25 millions de passagers annuellement et le deuxième toute catégorie confondue. Le YVR figure sur la liste des dix meilleurs aéroports au monde et est le seul du Canada à y figurer.

Port de Vancouver[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Port de Vancouver.
Une zone portuaire de Vancouver

Le port de Vancouver est vital pour l’économie de la province : Vancouver est la porte d’entrée nord-américaine pour le commerce avec les pays d’Asie et du Pacifique. Pour ce qui est du volume de ses exportations internationales, la ville se classe au deuxième échelon du continent. Selon la ville de Vancouver, son port international domine également le monde pour ce qui est du commerce du grain. Il se classe cependant en second dans la partie septentrionale du continent selon certaines autres sources, pour les exportations étrangères totales et pour le volume total de cargaison.

Tourisme[modifier | modifier le code]

L’industrie touristique, par exemple les croisières vers l’Alaska, a connu un essor fulgurant depuis que la ville fut hôte de l’exposition internationale de 1986 spécialisée sur les transports, année de son centenaire d’existence. Whistler à 126 kilomètres au nord de Vancouver, est une station de ski réputée et de renommée mondiale. Grouse Mountain, Mount Seymour et Cypress Mountain, chacune avec une variété de sports d'été et d'hiver, sont à trente minutes du centre ville sans tenir compte du franchissement des ponts et en particulier de celui du premier détroit.

Les parcs, le bord de mer, l'arrière-plan de montagnes, les côtes découpées, les rues vastes et lumineuses aux trottoirs larges non encombrés, le Skytrain, combinés avec son caractère culturel (multi-ethnique), contribuent à son attrait.

Vancouver et Whistler ont été les hôtes des Jeux olympiques d'hiver de 2010. La station Cypress Mountain de ski alpin de 814 m à 1 410 m d’altitude pour le domaine skiable[25] à sa neige qui a quasi disparu fin janvier 2010[26]. Les jeux se sont déroulés normalement grâce à plus de 300 camions de neige[27].

Une course de voitures de type kart a lieu en été.

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Rame du SkyTrain à la station Rupert.
Article détaillé : SkyTrain de Vancouver.

Le SkyTrain est le métro automatique de Vancouver, il comprend 3 lignes, Expo Line (construite pour Expo 86), Millennium Line et Canada Line qui relie centre-ville à l'aéroport. De plus, une quatrième ligne, Evergreen Line, est prévue pour le secteur nord-est (Port Moody et Coquitlam) pour 2014.

L'usage du vélo est facilité par une circulation automobile assez fluide, peu de deux-roues à moteur et des avenues spécialement aménagées. (Bikeways).

La réglementation municipale et la géographie ont protégé Vancouver de la multiplication des voies express et la seule portion d'autoroute (de moins d'un kilomètre) est le viaduc de la rue Georgia. La Route transcanadienne passe à la limite orientale de la ville.

Il est envisagé d'installer des draisines sur la voie à Arbutus.

Sites d'intérêt[modifier | modifier le code]

Parmi les immeubles remarquables dans la cité, on compte :

Il y a plusieurs constructions récentes saisissantes en centre-ville, tels que les palais de Justice et la place environnante (de l'architecte Arthur Erickson) et la bibliothèque principale (Moshe Safdie), interprétant le Colisée de la Rome antique.

Cette ville qui multiplie les honneurs à travers le monde est en fait une San Francisco à la canadienne. Le climat est le plus doux du pays (avec Victoria). Malgré ses airs de grande ville, la nature n'est jamais loin du regard. La place du Canada, avec ses célèbres toiles de bateaux, est l'un des principaux attraits de Vancouver. Même si la ville est jeune et vient à peine de célébrer son centenaire, il n'en reste pas moins qu'elle est devenue une grande métropole grâce au chemin de fer, au terminal maritime et à l'investissement asiatique dans la métropole. Elle est donc devenue l'une des villes les plus en vogue d'Amérique du Nord en un temps record.
Un peu avant le krach boursier de 1929, Vancouver possédait le plus haut gratte-ciel de tout l'empire britannique et l'un des plus impressionnants hôtels du continent. Yaletown et Gastown, les deux plus vieux quartiers de la ville furent rénovés au cours des 20 dernières années. La ville est dotée de plusieurs centres commerciaux de calibres internationaux. Enfin, le Stanley Park est considéré comme étant une escale obligée pour tous les touristes. Il est l'un des plus grands parcs urbains du continent. Un seawall de plusieurs kilomètres contourne le parc donnant d'impressionnantes vues sur la baie anglaise (English Bay) dans le Pacifique. C'est sur cette oasis naturelle (sapin douglas et végétation luxuriante) que se situe le Vancouver Aquarium, l'aquarium le plus important du Canada et l'un des plus grands en Amérique.

Les quartiers de la ville[modifier | modifier le code]

Le Downtown Eastside[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Downtown Eastside.
Un restaurant sur Downtown.

Le centre-ville de Vancouver est situé sur une presqu’île entourée par le Stanley Park, le Burrard Inlet, False Creek et la Baie des Anglais (English Bay). Le centre-ville continue vers l’est sur la seule limite qui n’est pas entourée d’eau. Le Downtown Eastside est situé en grande partie à l’est de la presqu’île, ce qui lui vaut son nom de Downtown Eastside. Le quartier englobe Gastown, Chinatown, Victory square, Thornton park, Strathcona, Oppenheimer, certains terrains industriels et le corridor Hastings. Plus précisément, le quartier est situé entre le Burrard Inlet au nord, les rues Pender et Terminal au sud, l’avenue Clark à l’est et la rue Richards à l’ouest. Avec 205 hectares, ce quartier représente moins de 2 % du territoire de la ville.

Le Downtown Eastside, aussi appelé East Hastings, est le quartier le plus pauvre du Canada et une zone particulièrement élevée pour la criminalité à Vancouver. En ce sens, il n'englobe pas réellement Gastown qui est une rue touristique. Dans ce quartier, les drogués s'injectent à ciel ouvert, et le partage des seringues a entre autres conduit à une forte présence du SIDA. La partie la plus proche du centre ville concentre les sans-abris, tandis que les prostitués et hôtels de passe se trouvent davantage à l'autre extrémité.

West End et Stanley Park[modifier | modifier le code]

La quartier de West-End est localisé plus à l'ouest, de l'autre côté de Burrard Street. Il s'agit d'un quartier plus huppé qui s'est installé là, à l'origine, pour échapper aux effets nocifs de la proximité et des effluves de Gastown.

Granville et Kitsilano[modifier | modifier le code]

Le quartier de Granville se trouve sur des terrains anciennement marécageux en bordure des eaux de False creek. C'est un quartier historiquement industriel qui s'est reconverti dans le tourisme, tout comme le quartier de Kitsilano plus au sud. On y apprécie notamment le panorama unique sur le centre-ville depuis la rive sud avec les montagnes en arrière-plan.

Commercial Drive et le Sud-Est[modifier | modifier le code]

il s'agit d'un quartier peuplé d'abord par la communauté italienne. Il en a gardé un esprit sensiblement latin pour une ville nord-américaine. Depuis, il a évolué au gré des modes et est maintenant un endroit recherché de la ville.

Le Sud-Ouest[modifier | modifier le code]

Il possède un côté plus familial, avec des côtés asiatiques dans les boutiques et les activités proposées.

Politique[modifier | modifier le code]

Vancouver est l'une des seules grandes municipalités au Canada dont l'élection municipale est globale. La gauche soutenue par les médias souhaite la diviser par quartier. Le 16 octobre 2004 la majorité a refusé ce changement qui aurait entre autres augmenté le fardeau administratif.

En novembre 2005, Sam Sullivan a été élu maire de Vancouver. Pour la première fois, en Amérique du Nord, les citoyens d'une grande ville ont élu un maire tétraplégique. Aux Jeux olympiques d'hiver de 2006, il s'est rendu lui-même à Turin, en Italie, pour recevoir le drapeau olympique des mains de son homologue turinois. Le 15 novembre 2008, un nouveau Conseil de la ville a été élu ainsi qu'un nouveau maire Gregor Robertson, entrés en fonction le 8 décembre suivant.

Éducation[modifier | modifier le code]

Le Conseil scolaire de Vancouver a 74 écoles élémentaires, 17 annexes des écoles élémentaires, 18 écoles secondaires, et 7 écoles pour adultes[28].

Le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique a des écoles francophones à Vancouver.

Collèges et universités[modifier | modifier le code]

L'université de la Colombie-Britannique (UBC) est à l'ouest et l'Université Simon Fraser (d'Arthur Erickson) à l'est dans Burnaby. L'Institut de Technologie de Colombie Britannique (BCIT) et des autres collèges plus petits, comme ceux de Capillano et Langara sont aussi dans la région de Vancouver.

Vancouver étant connue pour être une plateforme pour l'immigration au Canada (notamment depuis l'Asie), de nombreuses summer « schools » y ont vu le jour et accueillent les étudiants désirant améliorer leur anglais.

Bibliothèques[modifier | modifier le code]

La Bibliothèque Municipale de Vancouver accueille les écoles publiques du Vancouver.

Sport[modifier | modifier le code]

Il y a aussi le curling qui se joue à Vancouver.

Position relative des autres municipalités dans le Great Vancouver[modifier | modifier le code]

  • Nord : West Vancouver | North Vancouver (ville et district)
  • Ouest : Strait of Georgia Vancouver
  • Est : Burnaby, New Westminster, Coquitlam, Port Moody, Port Coquitlam, Pitt Meadows, Maple Ridge
  • Sud : Richmond, Delta
  • Sud-est: Surrey, Langley (ville et township)

21 municipalités du Grand Vancouver[modifier | modifier le code]

(Greater Vancouver Regional District ou Metro Vancouver)

Vancouvérois(e)s illustres et célèbres[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Population and dwelling counts, for Canada, provinces and territories, and population centres, 2011 and 2006 censuses: British Columbia », Statistics Canada,‎ 1 juillet 2011 (consulté le 2013-05-18)
  2. « StatsCan 2011 Census for Vancouver CMA », 2011 Census data, Statistics Canada (consulté le 9 février 2012)
  3. « Census 2006 Community Profiles: Vancouver, City and CMA », Government of Canada,‎ 2006 (consulté le 10 octobre 2011)
  4. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées CityFacts2004.
  5. « Population and dwelling counts, for Canada and census subdivisions (municipalities) with 5,000-plus population, 2011 and 2006 censuses » (consulté le 9 février 2012)
  6. (en) A. Morley, Vancouver, from milltown to metropolis, Vancouver, Mitchell press [c9161],‎ 1974
  7. (en) John M. Norris, Strangers Entertained, Vancouver, British Columbia Centennial '71 Committee,‎ 1971
  8. « Port Metro Vancouver Mid-Year Stats Include Bright Spots in a Difficult First Half for 2009 », Port Metro Vancouver,‎ 31 juillet 2009 (consulté le 9 juin 2011)Modèle:Primary source-inline
  9. « Overnight visitors to Greater Vancouver by volume, monthly and annual basis » [PDF], Vancouver Convention and Visitors Bureau (consulté le 9 juin 2011)
  10. « Industry Profile », BC Film Commission (consulté le 9 juin 2011)
  11. « Ontario film industry outperforming B.C.'s », Business In Vancouver (consulté le 12 août 2012)
  12. (en) Mike Gasher, Hollywood North: The Feature Film Industry in British Columbia, Vancouver, University of British Columbia Press,‎ novembre 2002 (ISBN 978-0-7748-0967-2)
  13. JAMES SHRIMPTON, « Vancouver: Welcome to Brollywood », News Limited,‎ 17 août 2007 (lire en ligne)
  14. « CANADA'S HOLLYWOOD GETS A BOOST WITH NEW STUDIO », Miami Herald,‎ 9 août 1988 (lire en ligne)
  15. « Vancouver and Melbourne top city league », BBC News,‎ 4 octobre 2002 (lire en ligne)
  16. Frary, Mark, « Liveable Vancouver », The Economist,‎ 8 juin 2009 (lire en ligne)
  17. « The Liveabililty Ranking and Overview August 2012 » (consulté le 16 avril 2013)
  18. Balazs Koranyi, « Vancouver still world's most liveable city: survey », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ 21 février 2011 (lire en ligne)
  19. « Vancouver 2010 Schedule », Official 2010 Olympic Site,‎ 2010 (consulté le 9 juin 2011)
  20. « FIFA Women’s World Cup Canada 2015™ match schedule unveiled », Official FIFA Site (consulté le 30 avril 2013)
  21. The Atlas of Canada
  22. SolarGIS
  23. [PDF] (en) New York City Department of City Planning, « The Newest New Yorkers: 2000 »,‎ 2005 (consulté le 27-03-2007)
  24. Pierre Gras, Le temps des ports. Déclin et renaissance des villes portuaires (1940-2010), Tallandier,‎ 2010 (ISBN 978-2-84734-675-6), p.242
  25. http://www.skiinfo.fr/la-station/CypressMountain-ECACYPRE-7071-fr.jhtml
  26. http://www.france-info.com/chroniques-on-dit-que-2010-02-02-vancouver-manque-de-neige-pour-les-jo-399811-81-341.html Publié le 2 février 2010.
  27. http://www.lematin.ch/flash-info/sport/manque-neige-vancouver-competitions-lieu-prevu Publié par l'AFP le 28 janvier 2010.
  28. "Our District." Conseil scolaire de Vancouver. Consulté le 11 mars 2011.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) André Bernard, Jacques Léveillée et Guy Lord, Les structures politiques et administratives de la région métropolitaine de Vancouver, Ministère d'État, Affaires urbaines, Canada, Ottawa, 1975, 133 p.
  • (fr) Gwendolyne Jeanne Cressman, Éducation, langues et multiculturalisme : des politiques linguistiques pour une politique de la reconnaissance ? : l'enseignement du japonais, du mandarin et du pendjabi à Vancouver, en Colombie Britannique, Université Sorbonne nouvelle-Paris 3, 2006, 2 vol., 552 p. (thèse de doctorat en Études du monde anglophone. Études canadiennes)
  • (fr) Thomas Fournel, La Communauté chinoise de Vancouver : Entre immigration nord-américaine et tropisme intra-diasporaire, Université Paris-Sorbonne, Paris 4, 2001, 407 p. (thèse de doctorat en Géographie et aménagement)
  • (fr) Stephen Osborne (dir.), Vancouver, la mémoire des corps, Éd. Autrement, Paris, 2004, 172 p. (ISBN 2-7467-0503-6)
  • (fr) Vancouver : Victoria, Whistler, Ulysse, 2009, 232 p. (7e éd.), (ISBN 978-2894648568) (guide de voyage)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Traplines in Vancouver, film réalisé par Benoît Raoulx, Centre de ressources et d'information sur les multimédias pour l'enseignement supérieur, 2003, 37' (DVD)
  • (fr) Vancouver : vers le sommet de la durabilité : Canada, Benoît Théau, IGAPURA, B. Théau, Poitiers, 2006, 8' (DVD).
  • (fr) Tru Calling : Compte à rebours (série TV).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]