Presbytérianisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le presbytérianisme est une forme du protestantisme liée à l'Écosse.

Le presbytérianisme rejette la hiérarchisation du clergé de l'Église catholique romaine (diacre, prêtre, évêque, etc.) pour lui substituer des paliers décisionnels (du local au national). Chaque communauté locale possède son conseil ou consistoire. Dans les Églises organisées selon le système presbytérien synodal, une assemblée générale de leurs représentants forme le synode national.

Cette forme d'organisation est censée permettre une meilleure représentation des fidèles dans la direction de l'Église. Sa raison d'être n'est pas le souci de démocratie, comme on le pense parfois depuis le XIXe siècle, mais l'idée que tous les fidèles sont prêtres (sacerdoce universel), et qu'ils sont appelés par Dieu à des ministères ecclésiastiques différents, dont celui d'Ancien (en grec : presbuteros) pour la direction matérielle et spirituelle.

Le presbytérianisme apparaît pour la première fois avec Calvin à Genève. Il se développe par la suite au XVIe siècle en Écosse (avec John Knox), mais aussi en France (avec les huguenots) et dans les Pays-Bas espagnols.

L'appellation d'Église presbytérienne est associée à l'Écosse afin de bien distinguer cette Église protestante de celle d'Angleterre où l'épiscopalisme domine (avec le maintien d'une hiérarchie ecclésiastique comme dans le catholicisme). Le presbytérianisme a donné forme aux Églises qui se nomment plus couramment (et peut-être plus justement et clairement) Églises réformées dans le monde francophone actuel, et à la plupart des Églises évangéliques.

Articles connexes[modifier | modifier le code]