Bataille de Saipan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Saipan
Théâtre des opérations dans le Pacifique
Théâtre des opérations dans le Pacifique
Informations générales
Date 15 juin au 9 juillet 1944
Lieu Saipan, îles Mariannes
Issue Victoire américaine
Belligérants
Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau : Japon Empire du Japon
Commandants
Amiral Richmond K. Turner
GénéralHolland Smith
GénéralGraves Erskine
Général Yoshitsugu Saito
Forces en présence
32 000 hommes 31 000 hommes
Pertes
3 426 tués
13 099 blessés
24 000 tués
5 000 suicides
1 780 prisonniers
environ 10 000 civils tués ou suicidés
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Batailles et opérations de la Guerre du Pacifique

Chine · Indochine française (1940) · Guerre franco‑thaïlandaise · Eaux australiennes · Nauru · Pearl Harbor · Atoll de Wake · Hong Kong · Philippines (1) · Invasion japonaise de la Thaïlande · Attaque du Prince of Wales et du Repulse · Malaisie · Ceylan · Bataan · Singapour · Indes orientales néerlandaises · Bornéo (1)  · Birmanie · Nouvelle-Guinée · Timor · Java · Mer de Java · Détroit de la Sonde · Îles Salomon · Australie · Taungû · Île Christmas · Yenangyaung · Mer de Corail · Corregidor · Midway · Îles Aléoutiennes · Komandorski · Attu · Îles Gilbert et Marshall · U-Go · Kohima · Imphal · Peleliu · Angaur · Tinian · Guam · Opération Forager · Saipan · Mer des Philippines · Philippines (2) · Morotai · Leyte · Golfe de Leyte (navale) · Singapour (air) · Cabanatuan · Luçon · Manille · Kita · Iwo-Jima · Indochine française (1945) · Okinawa · Opération Ten-Gō · Bornéo (2) · Détroit de Malacca · Bombardements navals sur le Japon · Invasion soviétique de la Mandchourie (Kouriles) · Bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki · Capitulation du Japon


Guerre sino-japonaise


Front d'Europe de l’Ouest


Front d'Europe de l’Est


Bataille de l'Atlantique


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Théâtre américain

Coordonnées 15° 11′ N 145° 45′ E / 15.18333333, 145.75 ()15° 11′ Nord 145° 45′ Est / 15.18333333, 145.75 ()  

Géolocalisation sur la carte : océan Pacifique

(Voir situation sur carte : océan Pacifique)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Saipan.

La bataille de Saipan est une bataille de la guerre du Pacifique pendant la Seconde Guerre mondiale qui a eu lieu sur l'île de Saipan dans les îles Mariannes du 15 juin au 9 juillet 1944.

Au cours de cette bataille, qui s'inscrit dans le cadre de l'opération Forager, les 2e et 4e Divisions de Marines et la 27e Division d'Infanterie de l'Armée américaine commandées par le général Holland Smith défirent la 43e Division de l'Armée impériale japonaise commandée par le général Yoshitsugu Saito. Cette bataille fut également marquée par le suicide massif de civils de l'île prêts à mourir pour éviter de se rendre aux Américains.

La conquête de Saipan et des îles Mariannes permit l'établissement de bases-clés pour la poursuite de l'offensive dans le Pacifique et mettait le Japon à portée de l'aviation américaine. Suite à cette défaite, le premier ministre, le général Tojo, remit la démission de son cabinet, ce qui marquait également le début du déclin de la mainmise des militaires sur le gouvernement japonais.

Contexte[modifier | modifier le code]

Les péniches de débarquement se dirigent vers Saipan

Au cours des campagnes de 1943 et de la première moitié de 1944, les Alliés avaient capturé les îles Salomon, les îles Gilbert, les îles Marshall et la péninsule papoue de Nouvelle-Guinée. Ces succès amenèrent les forces Alliées au contact de la ligne de défense japonaise principale dans le Pacifique : les îles Carolines, les îles Palaos et les îles Mariannes, toutes occupées par le Japon depuis la fin de la Première Guerre mondiale et lourdement fortifiées.

Les Alliés s'attaquèrent à cette ligne selon deux angles d'attaque au cours de deux campagnes distinctes: au sud-ouest, le général Douglas MacArthur fit mouvement, à travers la Nouvelle-Guinée et Morotai en direction des Philippines. De son côté, l'amiral Chester Nimitz (commandement du Pacifique Centre) attaqua les îles Mariannes. Le choix des Mariannes comme cible était fortement influencé par l'introduction récente de la superforteresse B-29 dont l'autonomie de 9 000 kilomètres désignait les Mariannes comme une base idéale pour bombarder Tokyo à quelque 2 400 km.

L'opération américaine avait pour nom opération Forager. Son but était la prise de contrôle des îles Mariannes et plus particulièrement Saipan et Tinian, deux îles qui appartenaient au Japon depuis 1917, et Guam, une île américaine depuis 1899, la plus grande des Mariannes située au sud de l'archipel, que le Japon avait envahie trois jours après l'attaque de Pearl Harbor. Chargée d'exécuter Forager, la 5e Flotte, sous les ordres de l'amiral Raymond Spruance, composée d'une flotte d'invasion et de la Task Force 58, fit route vers les îles Mariannes.

Les forces japonaises s'attendaient à une attaque quelque part sur cette ligne de défense, quoiqu'une attaque des îles Carolines leur semblait le plus probable. Afin de renforcer la capacité de leurs garnisons sur place, ils devaient s'assurer une supériorité navale et aérienne et l'opération A-Go, une importante offensive aéroportée censée écraser la flotte américaine, fut planifiée pour juin 1944. Cette opération serait exécutée par la Force Mobile commandée par l'amiral Jisaburo Ozawa.

La rencontre des deux flottes aboutira à la bataille de la mer des Philippines pendant que l'invasion de Saipan commençait.

Situation de l'île[modifier | modifier le code]

L'île de Saipan combinait tout ce que les Américains avaient appris à détester en quelques mois de combats dans les îles du Pacifique : des marécages, une jungle montagneuse, des ravins et des grottes pouvant se transformer en bunker ou en position d'artillerie.

Le point culminant est le mont Tapotchau, situé au centre de l'île. Une crête vers le nord mène au mont Marpi dans le nord de l'île. À l'est, l'île finit en une falaise abrupte, mais à l'ouest, le terrain descend en pente douce vers les plages. La surface de l'île est 220 km2 et en 1944, 70 % de sa surface était constituée de plantations de canne à sucre.

En raison de la configuration de l'île, le meilleur endroit pour un débarquement était la côte ouest de l'île près de la ville de Charan Kanoa et au sud de Garapan. Étant donné que les îles devaient être occupées pour l'été pour permettre la suite des offensives, Nimitz avait reçu l'ordre d'occuper les Mariannes pour le 15 juin 1944.

Les forces en présence[modifier | modifier le code]

Dispositif japonais[modifier | modifier le code]

Désignation Commandant Effectifs
31e Armée Général Hideyoshi Obata Quartier Général(?) de 1 100 hommes
43e Division, composée des 118e, 135e et 13e régiments d'infanterie Général Yoshitsugu Saito, commandant des troupes 13 000 hommes
47e Brigade Indépendant Mixte Colonel Yoshiro Oka 2 600 hommes et 22 pièces d'artillerie
3e Régiment d'artillerie de Montagne 24 canons
9e Régiment Blindé 36 Chars moyens et 12 petits Chars
5e Force de base 6 000 marins
total : 31 000 hommes

Dispositif allié[modifier | modifier le code]

Désignation Commandant Effectifs
Flotte du Pacifique Amiral Chester Nimitz
  5e Flotte Amiral Raymond Spruance
à bord du CA Indianapolis
Task Force 51 ou TF 51 (Forces expéditionnaires Jointes)
Task Force 58 ou TF 58 (Forces Aéronavales Rapides)
    TF 51 Vice-amiral Richmond Kelly Turner TF 52 (Force d'Attaque du Nord chargée de Saipan et Tinian
TF 53 (Force d'Attaque du Sud chargée de Guam)
      TF 52 Vice-amiral Richmond Kelly Turner Force d'Attaque du Nord
    TF 56 Général Holland M. Smith (qui assurerait le commandement des opérations à terre)
      2e Division de Marines Général Thomas E. Watson
      4e Division de Marines Général Harry Schmidt
      27e Division d'Infanterie Général Ralph C. Smith
      24e Corps d'Artillerie Général Arthur M. Harper
Total : 22 000 hommes

La bataille[modifier | modifier le code]

Les péniches de débarquement se dirigent vers Saipan
Battle of Saipan map.jpg

Le bombardement de Saipan commença le 13 juin. 15 cuirassés participèrent à ce pilonnage et 165 000 obus furent tirés.

Le débarquement commença le 15 juin à 7h00. Plus de trois cent blindés de transport amphibie déposèrent 8 000 Marines, des blindés et de l'artillerie légère sur la côte ouest de l'île tandis que l'artillerie japonaise réussissait à détruire environ 20 tanks amphibies. Les tanks amphibies étaient censés ouvrir l'attaque, avancer de 1 kilomètre environ dans les terres et créer ainsi un périmètre plus ou moins sûr pour les troupes. Cependant, ces tanks étaient sous motorisés et la manœuvre ne réussit pas vraiment. À la tombée de la nuit, les Marines avaient établi une tête de pont de 1 km de large et 1 km de profondeur.

Pendant la journée, sept bataillons d'artillerie et deux bataillons de tanks lourds avaient aussi débarqué.

Le nombre de victimes de ce premier jour de combat est inconnu mais on estime que 2 000 Marines périrent ce jour-là. La zone de débarquement était fortement défendue par quatre bataillons et les Japonais avaient 16 canons de 105 mm, 30 de 75mm et 8 de 150 mm postés sur les hauteurs et capables de frapper les plages de manière très précise.

Cette première journée, les Japonais comptèrent quasiment exclusivement sur l'artillerie et quelques tanks pour arrêter l'invasion.

La première vague de débarquement sur Saipan

La nuit du 15 aurait pu être l'occasion pour les Japonais de tenter de repousser les Américains à la mer. Toutefois, Saito pensait que le débarquement était peut-être une mesure de diversion. Il n'ordonna que des attaques mineures car il voulait sauvegarder ses forces en cas d'attaque américaine à Magicienne Bay.

A 20h00, une importante force d'infanterie appuyée par des tanks attaqua le flanc gauche de la 2e Division de Marines. Les Marines purent bénéficier de l'illumination offerte par les fusées éclairantes lancées par la flotte et repoussèrent l'attaque. Une autre attaque lancée à 3h00 fut également repoussée. Peu avant le jour, une nouvelle attaque japonaise eut lieu et fut cette fois repoussée avec l'aide des tanks.

L'attaque de Saipan était donc, à l'aube de ce second jour, un échec partiel, les Marines n'ayant pas atteint les 2/3 de leurs objectifs premiers, et la tête de pont sur la plage était encore bien fragile et toujours sous le feu de l'artillerie.

Le général Holland Smith savait qu'une bataille allait avoir bientôt lieu entre la 5e Flotte et la Force Mobile japonaise et qu'il perdrait alors la protection de la Flotte et de ses avions. Il voulait donc débarquer le plus vite possible le maximum d'hommes et de matériel. Le soir du 16 juin, la 27e Division d'Infanterie commandée par le général Ralph C. Smith (à ne pas confondre avec Holland Smith qui chapeautait toute l'opération) avait débarqué à Saipan. Sa mission était de prendre l'aéroport de Aslito et d'isoler les japonais dans la partie sud-est de l'île. Pendant ce temps, les Marines devaient poursuivre leur avance.

Le 16 juin vers midi, la localité de Charan Kanoa fut nettoyée. Cette victoire locale permit aux Américains de progresser plus profondément vers l'intérieur.

Les servants d'un canon de 37 mm pendant la bataille. À noter les impacts de balle sur la plaque avant du canon

Une puissante contre-attaque japonaise fut lancée à partir de Garapan dans la nuit du 16 au 17 juin. Elle comprenait 40 chars du 9e régiment blindé et le 136e régiment d'infanterie. Au lever du soleil les japonais survivants se replièrent sur Garapan.

Le 17 juin, les combats reprirent dans les marécages situés autour du lac Susupe. En soirée, une attaque aérienne réussit à endommager deux navires américains, dont le porte-avions d'escorte Fanshaw Bay qui durent se retirer.

Entre-temps, comme Smith l'avait pressenti, la 5e Flotte s'était éloignée pour combattre la Force Mobile au cours de la bataille de la mer des Philippines du 19 au 21 juin. Après cette bataille perdue par les japonais, Saipan ne pourrait plus compter sur aucun soutien.

Le 18 juin, les japonais avaient abandonné la défense des plages et avaient déplacé leurs défenses vers les hauteurs de l'île. Sans possibilité de renfort, la situation des défenseurs de l'île était désespérée, mais les japonais étaient déterminés à se battre jusqu'au bout. Saito organisa ses troupes selon une ligne de défense sur le mont Tapotchau.

Le 18 juin également, la 27e avait pris l'aérodrome d'Aslito, Holland Smith voulut alors prendre le mont Tapotchau. Alors que la 4e Division de Marine avançait le long du flanc est du mont, et la 2e Division de Marine le long du flanc ouest, la 27e Division d'infanterie s'attaquait au mont lui-même.

Cependant, après deux jours de combat, la 27e Division d'infanterie avait fait peu de progrès, et l'offensive prenait, au fur et à mesure de l'avancée des Marines, la forme d'un "U", les Marines étant de plus en plus exposés à une attaque de flanc.

Des Marines font sauter une caverne sur Saipan

Pendant ces deux jours, la 2e Division de Marines avait perdu 333 hommes, la 27e Division d'infanterie 277 hommes, et la 4e Division de Marines 812 hommes. L'artillerie et les tanks américains étaient généralement inutiles dans ces combats de jungle, et le support aérien quasiment inexistant, du fait de la bataille de la mer des Philippines. Les japonais utilisèrent notamment les multiples cavernes pour se cacher la nuit et opérer des sorties le jour. Les américains développèrent peu à peu une tactique pour nettoyer les cavernes, à base d'artillerie et de lance-flamme. Les surnoms que les Marines donnèrent aux différents points de l'île donnent une idée de la dureté des combats: "Hell's Pocket", "Purple Heart Ridge" et "Death Valley".

Le 25 juin, Holland Smith décida que les mauvaises performances de la 27e Division d'infanterie étaient dues à son commandement, et réussit à faire relever Ralph Smith. La relève de Ralph Smith ne changea pas grand chose au sort de la bataille, mais cet incident fut la cause de frictions entre l'Armée et le Corps des Marines.

Le 5 juillet, le mont Tapotchau était pris et les américains continuèrent à avancer vers le nord de l'île. Le 7 juillet, Saito donna l'ordre à ses hommes restants de lancer une contre-attaque massive et se suicida après ce dernier ordre. 3 000 soldats japonais lancèrent alors une charge suicide.

Les "parleurs de code" Navajo

Ils n'étaient armés que de grenades et de baïonnettes, mais ils réussirent à percer les lignes de la 27e Division d'Infanterie dont ils détruisirent deux bataillons et ne furent arrêtés que par les Marines. Holland Smith fut alors persuadé que la 27e Division était incompétente et la mit en réserve.

Le 8 juillet, la résistance japonaise se mit à faiblir. Acculés au nord de l'île, de nombreux japonais (soldats et civils) se suicidèrent en se jetant sur les rochers de Marpi Point.

Le 9 juillet, la 4e Division de Marines atteignit la pointe nord de l'île et Smith pût déclarer que toute résistance organisée avait cessé sur l'île. 24 000 soldats japonais étaient morts, et 1 780 avaient été capturés. Les américains avaient perdu 3 426 hommes et 13 099 étaient blessés, un taux de perte de 25 % des hommes engagés.

L'île était sécurisée, mais le capitaine Sakeo Oba continua à résister dans les montagnes avec 46 hommes et ne se rendit qu'en décembre 1945.

Incidemment, les "parleurs de code" (Code Talkers) Navajo jouèrent un certain rôle à Saipan, notamment en dirigeant le feu des bâtiments de support vers les positions japonaises. Un film réalisé en 2002, Windtalkers, décrit la bataille de Saipan (les scènes de Saipan ayant été tournées essentiellement à Hawaii).

Les civils[modifier | modifier le code]

Des civils de Saipan qui se sont suicidés en sautant des falaises
Un Marine sort un bébé vivant d'une caverne remplie de cadavres

Le 22 juin, le gouverneur de Saipan avait reçu un message du Palais Impérial l'informant que tout civil qui mourrait en se battant contre les Américains se verrait accorder les mêmes privilèges après leur mort que les soldats morts pour l'empereur.

Saipan était la première île envahie par les Américains qui comptait un nombre important d'habitants civils.

La propagande japonaise avait présenté à ces populations les Américains comme des monstres, et les bombardements et les durs combats n'étaient pas de nature à les faire changer d'opinion.

Des 22 000 civils à Saipan, des milliers combattirent les Américains, et participèrent à la charge suicide du 7 juillet.

Au fur et à mesure que les américains avançaient, les civils qui ne combattaient pas fuyaient. Lorsque les Américains atteignirent le nord de l'île, des milliers de civils, hommes femmes et enfants se trouvèrent bloqués par les falaises qui dominaient la mer.

Plutôt que de se rendre aux Américains, des milliers se suicidèrent alors en sautant du haut des falaises. Des interprètes réussirent à en dissuader, mais on estime que 8 000 civils se suicidèrent en sautant de lieux qui portent maintenant les noms de Suicide Cliff et Banzai Cliff.

Les suites de la bataille[modifier | modifier le code]

Le 20 juillet, après des travaux intensifs, l'aérodrome de Aslito devenait Isley Field et recevait son premier avion américain. À partir de septembre 1944, des B-24 commençaient à mener des missions sur les îles Bonin. Un second aérodrome fut construit pour les B-29 et le premier raid de B-29 sur Truk eut lieu en octobre 1944. Saipan ne servit pas seulement de base aérienne (ce rôle était en fait celui de Tinian, mais devint une importante base navale, particulièrement pour les sous-marins qui iraient opérer dans les eaux japonaises.

Destinée à être une base importante pour les opérations futures dans les Mariannes et pour la bataille du golfe de Leyte et l'invasion des Philippines qui auraient lieu en octobre 1944, l'invasion de Saipan était une étape nécessaire vers la défaite du Japon.

Après la chute de Saipan, le premier ministre japonais, Hideko Tojo, déclara que le pays faisait face à une crise importante. Tojo et son cabinet de guerre démissionna dans les semaines qui suivirent. Cette démission fut une étape importante, puisque jusque là, les militaires tenaient totalement le gouvernement. À partir de ce moment, le parti de l'opposition qui voulait la fin de la guerre augmenta peu à peu sa présence dans le gouvernement et parvint peu à peu à convaincre l'empereur que la reddition était la seule voie possible.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]