Opération Fall Blau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Opération Fall Blau
Troupes de montagne allemandes avec un canon antiaérien dans le Caucase près de Teberda
Troupes de montagne allemandes avec un canon antiaérien dans le Caucase près de Teberda
Informations générales
Date mai 1942 - février 1943
Lieu Sud de la Russie
Issue Victoire stratégique soviétique
Belligérants
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Flag of Romania.svg Roumanie
Flag of Italy (1861-1946).svg Royaume d’Italie
Hongrie Royaume de Hongrie
Flag of the Soviet Union (1923-1955).svg Union soviétique
Commandants
Drapeau de l'Allemagne Maximilian von Weichs
Drapeau de l'Allemagne Wilhelm List
Drapeau de l'Allemagne Erich von Manstein
Drapeau de l'Allemagne Adolf Hitler[1]
Drapeau de l'Allemagne Paul Ludwig Ewald von Kleist
Drapeau de l'Allemagne Wolfram Freiherr von Richthofen
Drapeau de l'Allemagne Friedrich Paulus
Drapeau de l'URSS Gueorgui Joukov
Drapeau de l'URSS Dmitri Kozlov
Drapeau de l'URSS Ivan Tyulenev
Drapeau de l'URSS Semyon M. Budenny
Drapeau de l'URSS Filipp Golikov
Drapeau de l'URSS Rodion Malinovsky
Drapeau de l'URSS Andrey Yeryomenko
Drapeau de l'URSS Konstantin Rokossovsky
Drapeau de l'URSS Semyon Timoshenko
Drapeau de l'URSS Aleksandr Vasilevsky
Pertes
Inconnues Inconnues
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Front de l’Est

Campagne de Pologne · Guerre d’Hiver · Opération Barbarossa · Guerre de Continuation · Bataille de Białystok–Minsk · Opération Silberfuchs · 1re bataille de Smolensk · Bataille de Kiev · Siège d'Odessa · Siège de Léningrad · Offensive de Siniavino · Campagne de Crimée · Bataille de Moscou · Seconde bataille de Kharkov · Bataille du Caucase (Opération Fall Blau) · Poche de Demiansk · Poche de Kholm · Bataille de Stalingrad · Opération Uranus · Opération Mars · Opération Saturne · Opération Iskra · Offensive Ostrogojsk-Rossoch · Offensive Voronej-Kastornoe · Bataille de Krasny Bor · Troisième bataille de Kharkov · Bataille de Koursk · 2e bataille de Smolensk · Bataille du Dniepr · Offensive Dniepr-Carpates · Offensive de Crimée · Opération Bagration · Offensive Lvov-Sandomierz · Insurrection de Varsovie · Soulèvement national slovaque · Guerre de Laponie · Bataille de Budapest · Offensive de Poméranie orientale · Siège de Breslau · Offensive de Prusse-Orientale · Offensive Vistule-Oder · Bataille de Königsberg · Offensive Vienne · Bataille de Seelow · Bataille de Bautzen · Bataille de Berlin · Insurrection de Prague · Offensive Prague · Bataille de Slivice · Capitulation allemande


Front d’Europe de l’Ouest


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Bataille de l’Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise


Théâtre américain

L'opération Fall Blau (« cas bleu ») est une offensive de la Wehrmacht sur le front de l'Est au cours de l'été 1942[2]. Lancée le 28 juin 1942, elle sera renommée opération Braunschweig (en français : opération Brunswick) le 30 juin 1942[3].

L'offensive est nommée ainsi car les plans de guerre allemands étaient des « cas ». Cette opération est la continuation de l'opération Barbarossa qui n'avait pas rempli tous ses objectifs l'année précédente. Le groupe d'armées Sud (Heeresgruppe Süd) de la Wehrmacht fut divisé en deux groupes d'armées : le groupe d'armées A et le groupe d'armées B (Heeresgruppe A et B). L'offensive allemande devait résoudre deux problèmes : la résistance acharnée de l'Armée rouge qui occupait une position défensive à l'ouest de la Volga (une importante voie de ravitaillement fluviale) et le manque d'essence en sécurisant les champs de pétrole du Caucase.

L'opération était risquée car les groupes d'armées allemands devaient accomplir deux objectifs, dans une zone peu développée à des milliers de kilomètres de l'Allemagne et en affrontant cinq fronts soviétiques (similaires aux groupes d'armées allemands). Ceux-ci étaient du nord au sud : Le Front de Voronej, le Front sud-ouest, le Front du Don, le Front de Stalingrad et le Front Transcausien. De plus pour atteindre les champs pétrolifères de Bakou, l'armée allemande devait franchir les monts du Caucase.

Initialement l'offensive allemande connut des succès considérables. Cependant, la victoire soviétique lors de la bataille de Stalingrad força le repli des troupes de l'Axe qui passèrent près de la destruction totale lors de l'opération Saturne.

Contexte stratégique[modifier | modifier le code]

Article principal : Bataille du Caucase.

À partir de l'automne 1941, Hitler est parfaitement conscient de l'échec de la stratégie qui a présidé à la réalisation de l'opération Barbarossa[4]. Il assigne donc à la Wehrmacht un nouvel objectif, la conquête du Caucase, de ses réserves de pétrole, puis, au-delà, des champs de pétrole irakiens, devant se réaliser entre novembre 1941 et septembre 1942[5], dans un contexte marqué par la phase finale du processus aboutissant à l'entrée en guerre des États-Unis[6]; ainsi, l'offensive au Sud, malgré son caractère hasardeux, qui frappe les généraux allemands[7] est placée dès le départ dans la perspective d'une stratégie mondiale de lutte contre Alliés[7].

La question était de savoir où frapper :

  • Sur le front Nord, l'Armée rouge avait pu stopper l'avancée allemande en deux points vitaux : Léningrad et Moscou, mais Léningrad subit un siège et le front n'était qu'à 100 km de Moscou. Cependant la Wehrmacht n'avait plus les moyens de lancer une offensive sur toute la longueur du front. Moscou et Léningrad étaient des proies tentantes mais symboliques pour Hitler, d'autant que les Soviétiques avaient massé leurs meilleures unités sur ce secteur.
  • Sur le front Sud, l'avancée allemande avait été plus brutale puisque toute l'Ukraine — hormis une partie de la Crimée — et certaines villes russes (Koursk, Orel, Belgorod, etc.) étaient tombées en seulement six mois. Les Allemands parvinrent à conserver ici une supériorité matérielle sur les Soviétiques, et eurent toujours l'avantage de l'initiative. C'est donc sur ce front que se déroula l'offensive d'été.

L'opération devait initialement s'appeler « Siegfried », d'après le héros germanique. Cependant, Hitler se rappelant le nom grandiloquent de la précédente opération en Russie, Barbarossa, et de ses résultats décevants, se rabattit sur le nom plus modeste de « Plan Bleu ».

Les facteurs qui menèrent à la création de Fall Blau furent :

  1. Le terrain favorable aux unités blindées et motorisées dans la steppe du Kouban, au sud-ouest de la Volga.
  2. La nécessité de capturer les champs de pétrole du Caucase et en particulier ceux de Bakou.
  3. La capture de la ville industrielle de Stalingrad et de l'importante voie de ravitaillement qu'est la Volga.

Cependant, depuis le 30 novembre 1941, les Allemands butaient sur Sébastopol. La prise de ce port-forteresse en Crimée était un préliminaire du plan Bleu.

Le plan[modifier | modifier le code]

L'offensive devait être menée dans le sud de la Russie, dans la région du Kouban. Les groupes d'armées participant à cette offensive étaient :

Soit un total de 88 divisions. Sur ces 88 divisions, 28 étaient étrangères et loin d'égaler les troupes allemandes en termes d'équipement, de commandement ou de moral. De plus, sur les 60 divisions allemandes, seules 9 étaient blindées. La disproportion des moyens et des objectifs est clairement visible, car il y a 600 km entre Kharkov et Stalingrad et 1 000 km entre le Don et Bakou. Il aurait fallu des forces plus importantes, mais Hitler avait déjà dû réduire à 85 divisions les troupes qui tenaient les 2 000 km de front depuis la Carélie jusqu'à Voronej.

L'offensive allemande se composait de trois attaques dans le sud de la Russie :

  • La IVe Armée de Panzer, commandée par Hermann Hoth (transféré du Groupe d'armées Nord), et la seconde Armée, soutenues par la deuxième armée hongroise attaqueraient depuis Koursk vers Voronej pour sécuriser le flanc nord de l'offensive sur le fleuve Don.
  • La VIe Armée, commandée par Friedrich Paulus avancerait en direction de Stalingrad depuis Kharkov
  • La Première Armée de Panzer soutenues par la XVIIe Armée et la IVe Armée roumaine progresseraient en direction de l'embouchure du Don

Ces offensives devaient déboucher sur des encerclements massifs de troupes soviétiques.

Pour réaliser la prise de contrôle des champs pétrolifères du Caucase, une armée composées de troupes rapides est constituée à partir janvier 1942[7], pour être en mesure de descendre le Don, puis de contrôler, sans forcément la prendre, la ville de Stalingrad, le but étant, au minimum, de limiter les possibilités de mouvements soviétiques à partir de la ville[7] ; ce nœud de communication contrôlé, les troupes rapides auraient pour consigne de foncer sur le Caucase, puis au-delà[7]. Même aux yeux de Hitler, la prise de contrôle des champs de pétrole du Caucase en 1942 représente la dernière chance du Reich de gagner le conflit, tout en affaiblissant durablement les capacités productives des territoires soviétiques non occupés[8].

Les opérations[modifier | modifier le code]

Avancée allemande du 7 mai au 18 novembre 1942.
  •      Au 7 juillet
  •      Au 22 juillet
  •      Au 1 août
  •      Au 18 novembre

L'offensive allemande commença le 28 juin 1942 et partout les forces soviétiques durent reculer. Le 5 juillet, les unités avancées de la IVe Armée de Panzer atteignirent le Don près de Voronej et furent mêlées à la bataille pour prendre la ville. L'Armée rouge en coinçant la IVe Armée de Panzer put gagner du temps pour se repositionner. Ainsi, lorsque les pinces de l'offensive se refermèrent, elles ne trouvèrent que des traînards et des unités d'arrière-garde, qui convainquirent Hitler que l'Armée rouge était au bout du rouleau. Cependant celle-ci avait appris de ses erreurs de l'année précédente et se repliait au lieu d'essayer de conserver des positions intenables. On a longtemps cru que ce repli s'était effectué en bon ordre, mais les archives russes indiquent que la situation était plus chaotique. Dans certains cas, elle était entièrement hors de contrôle[9]. L'ordre fut restauré au fur et à mesure que l'Armée rouge approchait de la Volga.

Division du Groupe d'armées Sud[modifier | modifier le code]

Croyant que la menace soviétique avait été éliminée, le besoin impérieux d'essence et l'envie de réaliser tous les objectifs ambitieux du Cas Bleu poussèrent Hitler à effectuer une série de changements :

Les succès initiaux de la VIe Armée furent tels qu'Hitler ordonna à la IVe Armée de Panzer de soutenir la Ire Armée de Panzer pour traverser le Don inférieur. Ce soudain redéploiement d'une armée entière causa d'énormes problèmes logistiques dans cette zone peu développée. Les encombrements qui en résultèrent ralentirent l'avancée des Groupes A et B et permirent à l'Armée rouge de consolider ses défenses. De plus, devant la tournure favorable de l'offensive, Hitler décida de ranimer le combat au nord et envoya l'un de ses meilleurs officiers, Erich von Manstein, qui venait de recevoir son bâton de maréchal pour la prise de Sébastopol, pour terminer le siège de Léningrad.

La campagne du Caucase - Groupe d'armées A[modifier | modifier le code]

Le Groupe d'armées A reprit la ville de Rostov le 23 juillet après de violents combats urbains mais sans encercler l'Armée rouge. Une fois le Don franchi, l'avance faiblit du fait des ordres d'Hitler de séparer la IVe Armée de Panzer. Les combats se déroulèrent sur un large front. La XVIIe Armée (avec des éléments de la IVe Armée) avançait vers la mer Noire tandis que la Ire Armée de Panzer traversait un Kouban largement abandonné par l'Armée rouge. Le 9 août, elle atteignit les contreforts du Caucase et la ville pétrolière de Maïkop, avançant de 500 km en moins de deux semaines. Néanmoins les Soviétiques avaient eu le temps de saboter les puits de pétrole et le rendement de ceux-ci resta faible durant l'occupation allemande.

Troupes allemandes dans le vaste arrière-pays russe (août 1942).

Le 20 août, le Groupe d'armées reçut l'ordre d'avancer vers l'ouest pour capturer Krasnodar, la capitale du Kouban. Pendant ce temps la Wehrmacht continua son avancée vers Grozny et Bakou. Dans le même mois, les forces allemandes capturèrent la péninsule de Taman et la base navale de Novorossiisk et continuèrent leur avance vers Touapsé, la clé de la domination de la côte est de la mer Noire.

Durant l'été 1942, Hitler se réjouit de la possibilité d'envahir le Kazakhstan. Cette prise permettrait d'offrir un excellent front pour flanquer les positions britanniques au Moyen-Orient, menacer l'Inde britannique et peut-être établir un contact avec le Japon.

Mais Hitler ne se rendit plus vraiment compte de la réalité du terrain. Il avait d'ailleurs renvoyé tous les généraux du Groupe d'armées Sud et dirigeait désormais toutes les opérations. Le ravitaillement n'arrivait plus à suivre à travers la steppe et les montagnes. Le front atteignit plus de 3 000 km.

Le 2 novembre, la Wehrmacht captura Naltchik et poussa vers Vladikavkaz, qui ouvrirait la route de Grozny. Plus tard, les Allemands décidèrent de se retrancher à Naltchik et à Mozdok pour reprendre l'offensive au printemps suivant. Les troupes de montagne se payèrent même la gloriole d'escalader l'Elbrouz.

La campagne de Stalingrad - Groupe d'armées B[modifier | modifier le code]

Soldats allemands progressant durant l'été en Russie. L'un d'eux porte une mitrailleuse MG34.

À la fin juillet, la VIe Armée reprit son offensive et vers le 10 août, elle avait nettoyé la rive occidentale du Don. Cependant, la résistance soviétique continuait et retardait l'avancée du Groupe d'armées B.

La VIe Armée franchit finalement le Don le 21 août permettant au Groupe d'armées B d'établir une ligne défensive dans la boucle du Don avec les armées hongroise, italienne et roumaine. La ville de Stalingrad n'étant plus qu'à 60 km, la Luftwaffe lança une série de bombardements aériens qui tuèrent 40 000 personnes et transformèrent la ville en un tas de ruines. La prise de la ville devait se faire après un encerclement. La VIe Armée avançait vers le nord (Frolovo) tandis que la IVe Armée de Panzer avancerait par le sud (Kotelnikovo). Cette manœuvre créa un saillant dans la zone comprise entre le Don et la Volga. Deux armées soviétiques (62e et 64e, chacune égales à un corps d'armée allemand) entrèrent dans le saillant et le 29 août, la IVe Armée de Panzer lança une grande offensive à la base du saillant vers Stalingrad. La VIe Armée fit de même, mais une forte contre-attaque soviétique permit à la majeure partie des forces soviétiques de se replier vers Stalingrad.

Jusqu'alors, Gueorgui Joukov avait assumé le commandement de la défense de Stalingrad comme envoyé de la STAVKA et en septembre, il monta une série d'offensives destinées à retarder les tentatives de la VIe Armée pour prendre Stalingrad.

Pendant ce temps, des forces soviétiques continuaient d'être envoyées au sud pour renforcer les défenses de la ville et à l'est de la Volga pour préparer une contre-offensive. À la mi-septembre, la VIe Armée atteignit les faubourgs sud de la ville. Ce fut le début de la bataille de Stalingrad.

La bataille de Stalingrad et ses conséquences[modifier | modifier le code]

Avancée des contre-offensives soviétiques du 19 novembre 1942 à début mars 1943.
  •      Au 12 décembre
  •      Au 18 février
  •      En mars

La bataille de Stalingrad commença par des succès allemands. Après de rudes combats de rue, la Wehrmacht avait pris le contrôle de 90 pour cent de la ville à l'ouest de la Volga, tandis que la Luftwaffe entravait les efforts soviétiques pour soutenir les défenseurs. La Wehrmacht fut néanmoins incapable de réduire les dernières poches de résistance, ce qui força la VIe Armée à dégarnir ses flancs pour continuer le combat. Le 19 novembre, l'opération Uranus balaya les armées hongroises, italiennes et roumaines retranchées autour de la ville et encercla la VIe Armée dans Stalingrad. Ce fut le début d'un long siège dans lequel les efforts allemands pour lever le siège échouèrent et menèrent à la destruction de la VIe Armée.

Poursuivant le succès d'Uranus, l'Armée rouge déclencha l'opération Saturne, une version réduite d'un plan plus vaste visant à couper le Groupe d'armées A toujours présent dans le Caucase du reste de la Wehrmacht. Cette opération menaça quand même le Groupe d'armées A qui dut lentement se replier à travers le Kouban. Les restes du Groupe d'armées B formèrent le Groupe d'armées Don sous le commandement d'Erich von Manstein. La Troisième bataille de Kharkov peut être considérée comme le dernier épisode de Fall Blau.

Conclusion[modifier | modifier le code]

L'offensive voulue par Hitler avait des objectifs bien trop ambitieux et fut perturbée tant par ses propres décisions que par sa sous-estimation de l'Armée rouge et de ses commandants. L'opération montre des parallèles avec l'opération Barbarossa : après un début foudroyant permettant la capture vastes territoires, elle s'avéra finalement incapable de réaliser ses objectifs, la conquête de Stalingrad et de Bakou.

Fall Blau a donc échoué : tous les gains obtenus furent perdus au cours de l'hiver 1942-1943. Seule la péninsule de Taman resta occupée jusqu'à son évacuation le 9 octobre 1943.

L'été de l'année suivante (1943), Hitler et ses généraux allaient planifier l'opération Citadelle pour exploiter un saillant laissé par l'ennemi : aucun effet de surprise dans ce plan.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Christian Baechler, Guerre et Exterminations à l'Est, Hitler et la conquête de l'espace vital, 1933-1945, Taillandier, 2012, 524 p., ISBN 978-2-84734-906-1.
  • Jean Lopez, Stalingrad : la bataille au bord du gouffre, éditions Economica, coll. « Campagnes & stratégies »,‎ 1er octobre 2008, 1e éd., broché, 460 p. (ISBN 978-2717856385)
  • Raymond Cartier, La Seconde Guerre mondiale - tome 2. 1942-1945, Paris, Larousse - Paris Match, 1966.
  • Philippe Richardot, « Le Reich part à l'assaut du Caucase », Magazine 2e Guerre mondiale, no 10, 2006.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Ils ont combattu pour la patrie (1973) réalisé par Serge Bondartchouk, montre le repli des forces soviétiques vers le Don et les actions d'une petite unité d'arrière-garde pour ralentir l'avancée allemande à travers la steppe.
  • Croix de fer est un film sorti en 1977, réalisé par Sam Peckinpah et racontant l'histoire de soldats allemands harcelés après la défaite allemande à Stalingrad en 1943.
  • Mein Krieg (Ma guerre) est un documentaire [1] réalisé en 1990 à partir de films 8 mm tournés par des soldats allemands sur le front de l'Est.
  • Stalingrad, sorti en 1993, est un film qui dépeint la bataille à travers les yeux de l'officier allemand Hans von Witzland et de son bataillon.
  • Stalingrad, sorti en 2001, est un film qui montre la bataille à travers l'action du tireur d'élite russe Vassili Zaïtsev.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Army Group A was under direct command by the OKH from 10 September 1942 until 22 November 1942 when von Kleist took over the command
  2. p. 58-59. Woods, Wiest, Barbier
  3. Kriegstagebuch des Oberkommandos der Wehrmacht (journal de marche de la Wehrmacht)
  4. C.Baechler, Guerre et exterminations à l'Est, p. 219.
  5. C.Baechler, Guerre et exterminations à l'Est, p. 219-220.
  6. C.Baechler, Guerre et exterminations à l'Est, p. 218.
  7. a, b, c, d et e C.Baechler, Guerre et exterminations à l'Est, p. 220.
  8. C.Baechler, Guerre et exterminations à l'Est, p. 222.
  9. Michael Jones, Stalingrad: How the Red Army survived the German onslaught, Casemate, 2007.

Articles connexes[modifier | modifier le code]