Coréen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hangul, Hanja.png Cette page contient des caractères coréens. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la langue coréenne. Pour le peuple coréen, voir Coréens.
Coréen
한국말 (hangukmal) ou 조선말 (chosŏnmal)
Parlée en Corée
Nombre de locuteurs 82,5 millions
Typologie SOV, agglutinante
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle de Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Flag of the People's Republic of China.svg Yanbian, Chine
Codes de langue
ISO 639-1 ko
ISO 639-2 kor
ISO 639-3 kor
IETF ko
Échantillon
article premier de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (voir le texte en français)

제 1 조

모든 인간은 태어날 때부터 자유로우며 그 존엄과 권리에 있어 동등하다. 인간은 천부적으로 이성과 양심을 부여받았으며 서로 형제애의 정신으로 행동하여야 한다.

Le coréen est une langue utilisée en Corée, dans les districts frontaliers de la République populaire de Chine (Yanbian) et dans les communautés émigrées (notamment au Japon, Chine (Pékin, Shandong), en Russie, en Australie, aux États-Unis, etc.), et est la langue officielle de la Corée du Nord et de la Corée du Sud.

La classification du coréen est encore controversée. La plupart des linguistes le considère comme un isolat[1] tandis que d'autres le regroupent dans une hypothétique famille altaïque[2]. Quelques similitudes avec le japonais ont été relevées[3].

L’alphabet qui sert à écrire le coréen est le hangeul ; les hanja (sinogrammes employés dans cette langue) sont également utilisés, une assez grande partie du lexique étant d’origine chinoise (du moins hors du vocabulaire courant).

Système d’écriture[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Hangeul et Hanja.

Le coréen utilise les « hanja » (mot coréen désignant les caractères chinois — « sinogrammes » — très proches de ceux utilisés en Chine et au Japon), bien qu’il tende aujourd’hui à ne plus s’écrire qu’avec le hangeul, l’alphabet coréen. Néanmoins, en Corée du Sud, les milieux universitaires continuent d’employer la graphie combinant les deux systèmes d’écriture, en utilisant les sinogrammes pour la notation des mots d’origine chinoise. Contrairement au système d’écriture chinois, l’alphabet hangeul est un alphabet phonémique à démarcation syllabique.

L’alphabet hangeul comprend 24 lettres (14 consonnes et 10 voyelles). L’alphabet hangeul est utilisé en regroupant les lettres par syllabes occupant des blocs carrés, à raison de 2 à 4 lettres par syllabe. La forme des consonnes correspond à la morphologie des organes de phonation, celle des voyelles utilise trois symboles d’origine taoïste (par exemple le point ou trait court, le trait vertical et le trait horizontal, qui représentent respectivement le Soleil, l’homme et la Terre).

Le coréen moderne s’écrit avec des espaces entre les mots, contrairement à d’autres langues comme le chinois ou le japonais. La ponctuation coréenne a recours aux signes de la ponctuation occidentale, utilisés de façon beaucoup plus parcimonieuse qu’en Occident. Traditionnellement, le coréen s’écrivait en colonnes de haut en bas, disposées de droite à gauche, mais il est désormais écrit en rangées de gauche à droite, disposées de haut en bas (sauf en poésie où le format traditionnel est parfois conservé).

Grammaire, syntaxe et usages[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grammaire coréenne.

Le coréen étant une langue agglutinante son système est très différent de celui du français.

La langue suit la typologie SOV c’est-à-dire « sujet objet verbe ». De plus le déterminant se place avant le mot qu’il détermine. Il n’y a ni article, ni genre, ni nombre ; les verbes ne se conjuguent pas selon les personnes (je, tu, il…) mais ils intègrent de nombreuses déterminations, comme l’aspect, le temps, ou le degré de politesse ; des particules invariables indiquent la fonction du mot dans la phrase. Les connecteurs entre deux propositions sont intégrés au verbe de la première proposition à connecter.

Les degrés de politesse sont souvent exprimés en coréen par les suffixes ajoutés au verbe, qui expriment différentiellement le respect et l’humilité.

Vocabulaire[modifier | modifier le code]

Le vocabulaire de base du coréen lui est propre, cependant une grande partie des termes plus spécifiques est d’origine chinoise, on parle alors de mot sino-coréen. Les estimations vont de 60 % à 70 % de termes sino-coréens.

Certains mots ont aussi une origine mongole en raison des invasions de la Corée par les Mongols (XIIIe siècle) (en), d’autres ont une origine sanskrite à la suite de l’introduction du bouddhisme en Corée (IVe siècle).

Plus récemment des mots d’origine japonaise ou de langues occidentales (anglais, allemand, français) sont apparus. En Corée du Nord, l’influence de ces langues est beaucoup moins importante que dans le vocabulaire des sud-coréens.

Les emprunts du coréen au français[modifier | modifier le code]

Un certain nombre de mots français sont entrés dans le vocabulaire coréen, non sans parfois des évolutions tenant compte de la phonétique coréenne.

Ce sont notamment des termes du domaine culinaire, 빵 (bbang) (Pain), 까페 (kkape) (café) (le lieu où l’on consomme) et 바게트 (bagaeteu) (baguette) etc.

Il s’agit aussi de mots du domaine culturel qui sont passés du français au coréen par l'intermédiaire de l'anglais : 앙코르 (angkoreu) (encore, avec le sens de bis, au théâtre), 데뷔 (debui) (début, s’agissant du premier concert d’un chanteur ou de la première apparition sur scène ou à l’écran d’une actrice ou d’un acteur), 시네마 (sinema) (cinéma), 누벨 바그 (nubel bageu) (nouvelle vague), 아방가르드 (abang-gareudeu) (avant-garde).

Des termes politiques français sont également entrés dans le vocabulaire coréen, tels que 쿠데타 (kudeta) (coup d’État), 노블리스 오블리제 (nobeulriseu obeulije) (noblesse oblige), 프롤레타리아 (peuroletaria) (prolétariat), et 레지스탕스 (rejiseutangseu) (résistance). Tous ces mots étaient d'abord passés dans la langue anglaise.

Enfin, des mots exprimant les sentiments sont également entrés dans le vocabulaire coréen, tels que 멜랑꼴리 (melangkkoli) (mélancolie) (directement du français)et 랑데 부 (rangde bu) (rendez-vous) (ce dernier terme est exclusivement employé pour désigner un rendez-vous amoureux).

Les emprunts du français au coréen[modifier | modifier le code]

Le français a directement emprunté des termes culinaires au vocabulaire coréen, comme kimchi (plat à base de piments et de légumes fermentés, notamment du chou), bibimbap (d’un mot coréen signifiant « mélange », de « riz cuit » pap, de viande et de légumes) et bulgogi (dont le sens littéral est « viande » kogi (grillée sur le) « feu » bul, comme pour les grillades que nous faisons sur un barbecue).

Le français a également adopté le terme chaebol en référence aux conglomérats industriels sud-coréens.

Les emprunts du coréen à l'anglais[modifier | modifier le code]

De nombreux mots sont empruntés à la langue anglaise tels que sweater 스웨터, coat 코트, etc, car ils décrivent principalement des objets ou des habitudes d'origine non asiatique.

Parlers coréens[modifier | modifier le code]

Dialectes coréens.

L’aire géographique du coréen se partage en 9 zones correspondant chacune à un parler, du Sud de la province du Kilim, en Mandchourie (République populaire de Chine) à l’île de Jeju. Dans chacune des deux Corées, un parler a été choisi comme langue officielle. La péninsule est extrêmement montagneuse, et le « territoire » de chaque parler correspond étroitement aux frontières naturelles entre les différentes régions géographiques. La plupart des noms des parlers correspondent par conséquent aux régions qu’ils représentent.

Il y a intercompréhension plus ou moins grande entre tous ces parlers, en fonction de la distance, à l’exception de celui de l’île de Jeju. Les parlers de la péninsule ne sont donc pas tous des dialectes.

Deux parlers officiels :

  • Le parler de Gyeonggi - Séoul est le parler officiel en Corée du Sud.
  • Le parler de Pyongan - Pyongyang est le parler officiel de la Corée du Nord et est parlé à Pyongyang, la région de Pyongyang, et la province de Chagang.

Autres parlers :

  • Le parler de Chungcheong est utilisé dans la région de Chungcheong en Corée du Sud, y compris dans la ville de Daejeon.
  • Le parler de Gangwon est employé dans la province de Gangwon à cheval sur la Corée du Nord et la Corée du Sud.
  • Le parler de Gyeongsang est employé dans la région de Gyeongsang (Yeongnam) en Corée du Sud, y compris dans les villes de Pusan, de Daegu et d’Ulsan.
  • Le parler de Hamgyong est employé dans la région de Hamgyeong et la province de Yanggang en Corée du Nord.
  • Le parler de Hwanghae est pratiqué dans la région de Hwanghae en Corée du Nord.
  • Le parler de Jeolla est employé dans la région de Jeolla (Honam) en Corée du Sud, y compris la ville de Gwangju.
  • Le parler de Jeju est parlé sur l’île de Jeju, et un peu sur la côte sud-ouest de la Corée du Sud. Il s’agit d’un véritable dialecte, qui n’est pas compréhensible pour les locuteurs natifs de la péninsule.

Prononciation du coréen[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Prononciation du coréen.
Prononciation des consonnes
Hangeul
Transcription officielle g, k kk n d, t tt l m b, p pp
McCune-Reischauer k, g kk n t, d tt l, r m p, b pp
Caractère API [ɡ], [k] [k*] [n] [t], [d] [t*] [l], [ɾ] [m] [p], [b] [p*]
Hangeul
Transcription officielle s ss ng j jj ch k t p h
Romanisation s ss -ng ch, j tch ch' k' t' p' h
Caractère API [s], [ɕ] [s*], [ɕ*] [ŋ] [tɕ], [dʑ] [tɕ*] [tɕʰ] [] [] [] [h]
Note : les lettres marquées [*] sont des lettres prononcées plus fortement. C’est la notation proposée par Peter Ladefoged (en). Certains autres écrivent [ˀk], [ˀt], [ˀp], [ˀs], [ˀɕ] et [ˀtɕ].
Prononciation des voyelles
Hangeul
Transcription officielle a ae ya yae eo e yeo ye
McCune-Reischauer a ae ya yae ǒ e ye
Caractère API [a] [ɛ] [ja] [jɛ] [ʌ] [e] [jʌ] [je]
Hangeul      
Transcription officielle   o wa wae oe yo    
McCune-Reischauer   o wa wae oe yo    
Caractère API [o] [wa] [wɛ] [ø] [jo]
Hangeul
Transcription officielle u weo we wi yu eu ui i
McCune-Reischauer u we wi yu ǔ ǔi i
Caractère API [u] [wʌ] [we] [y] [ju] [ɯ] [ɰi] [i]
Note : La distinction phonémique entre [ɛ] et [e] est désormais perdue à Séoul. [ø] est parfois prononcé [we].

Différence entre le nord et le sud[modifier | modifier le code]

À la suite de la séparation de la Corée en deux, des différences sont apparues entre le coréen parlé en Corée du Sud et celui parlé en Corée du Nord. Ces différences sont notables au niveau de la prononciation, de l’écriture, de la grammaire, du vocabulaire.

Il faut spécifier aussi l'apport de mots nouveaux étrangers : surtout anglais pour la Corée du Sud, chinois et russes, surtout, pour la Corée du Nord ; et plus spécifiquement ceux utilisés pour désigner les nouvelles technologies (internet, technologies numériques, etc.) absentes au Nord, partiellement ou totalement.

Plus généralement, le coréen parlé en Corée du Nord est resté presque identique à celui parlé en 1945. Face à l'isolement, la langue parlée au nord ne suit pas les évolutions de celle du sud. D'ici à quelques décennies, les deux langues devraient être différentes s'il n'y a pas d'ici là de réunification des deux pays. Les différences devraient être visibles, à l'image de celles entre le français et le créole haïtien, par exemple, ou entre le néerlandais et l'afrikaans, deux cas d'une langue isolée pour des raisons historiques et qui a évolué en parfaite indépendance de tout apport de la langue mère.

À noter aussi les différences d'accent : plus rude et plus tonal au nord, plus proche des langues dites ouralo-altaïques et plus proche de l'accent japonais au sud. La langue coréenne évolue donc très rapidement des deux côtés de la frontière, et les médias ne manquent pas d'en faire l'écho, en constatant les différences de langage et de vocabulaire, des réfugiés du nord qui sont pris en charge après leur passage au sud.

L'accent nord-coréen et les variantes de vocabulaires surprennent au sud. Souvent, on confond un réfugié nord-coréen avec un réfugié ou travailleur immigré chinois qui peine à s'exprimer correctement en coréen (du sud), alors que cette même personne parle un coréen presque pur, presque identique à celui parlé dans toute la péninsule avant 1945.

Enfin, la diaspora coréenne, installée en grande partie dans des pays où l'anglais est la langue officielle, contribue grandement au changement de la langue en Corée du Sud. Au nord, l'apport du chinois ou du russe est lui finalement plutôt marginal, ce qui s'explique du fait que le pays soit fermé et isolé, depuis la fin des années 1940. Il n'y a pas de contacts humains avec les locuteurs du sud, pourtant de la même ethnie.

Par ailleurs, la population en Corée du nord ne bouge pas beaucoup et reste très sédentaire, contrairement à celle du sud. Les observateurs constatent de ce fait des différences régionales au niveau de la langue, d'une région à une autre en Corée du nord, mais la force du régime totalitaire, du moins dans sa communication, maintient l'unité de ce langage, en le standardisant dans toutes ses provinces.

Références[modifier | modifier le code]

  • Nouveau Dictionnaire coréen-français, Société coréenne de langue et littérature française, Hankuk University of Foreign Studies, Séoul, Corée du Sud, 2007.
  • Jean-Marie Thiébaud, La présence française en Corée de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, L’Harmattan, 2005, p. 108 sq.
  • Pascal Dayez-Burgeon, "Les Coréens", Tallandier, 2011
  1. Song, Jae Jung (2005) "The Korean language: structure, use and context" Routledge, p. 15
  2. eg Miller 1971, 1996, Starostin et al. 2003
  3. eg Martin 1966, 1990. Miller 1971, 1996

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :