1891

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page concerne l'année 1891 (MDCCCXCI en chiffres romains) du calendrier grégorien.

Années :
1888 1889 1890  1891  1892 1893 1894

Décennies :
1860 1870 1880  1890  1900 1910 1920
Siècles :
XVIIIe siècle  XIXe siècle  XXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada (Nouveau-Brunswick, Ontario, Québec), États-Unis) • Asie • Europe (France (Paris), Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Architecture Chemins de fer Cinéma Droit Football Littérature Musique populaire Musique classique Parcs de loisirs Photographie Science Sociologie Sport Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Événements[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

Bunkeya, capitale de Msiri, fortifiée de palissades
  • 6 mars : le Sénat français nomme une commission de dix-huit membres chargée de réorganiser l’administration de l’Algérie.
  • 24 mars[1] : un accord anglo-italien reconnaît le protectorat de Rome sur l’Éthiopie et persuade le sultan de Zanzibar de louer à l’Italie la côte du Bénédir (annexée à la Somalie en 1905). En contre-partie, l’Italie s’engage à ne pas perturber le régime des eaux du Nil et de ses affluents en y construisant des barrages.
  • 28 mars : reprise des hostilités entre l’empire du Ouassoulou et la France, car Samori Touré n’accepte pas la présence d’une mission militaire française chez son ennemi Tiéba, roi de Sikasso. Sachant qu’il ne peut compter sur une alliance avec d’autres chefs africains et qu’il ne peut résister aux troupes françaises en s’enfermant dans des postes fortifiés, Samori divise ses forces en trois groupes. Le premier, armé de fusils à tir rapide reçus de Sierra Leone ou de trafiquants français, combat les troupes françaises tout en pratiquant la politique de la terre brûlée. Le second, armé de fusils à pierre et à piston, a pour charge de lever l’impôt et de recruter des guerriers parmi les populations qui se trouvent derrière le premier groupe. Le troisième, armé comme le second, combat à l’est des tribus africaines et conquiert des territoires qui permettent à Samori de se replier sans difficultés.
  • 30 mars : Louis Archinard passe le Niger à Niantokoro et atteint Bissandougou en avril. Samori Touré doit fuir.
  • 6 octobre : décret de l’État indépendant du Congo reconnaissant les chefferies traditionnelles et proclamant domaine de l’État les terres non occupée de façon apparente par les indigènes (bâties ou cultivées). L’exploitation de l’ivoire, du caoutchouc, de la gomme, etc. devient de fait monopole de l’État.
  • 30 octobre : constitution d’une Polizeitruppe au Cameroun par les Allemands[3]. Les « Dahoméens » sont enrôles de force comme soldat. À la suite de soulèvements populaires et une mutinerie en 1893, une Schutztruppe (troupe coloniale) est créée en 1895.
  • 20 décembre : Msiri, roi du Garaganza (capitale Bunkeya), dans l’ancien domaine Louba, est tué lors d'une rixe par un membre de l'expédition de William Stairs.
    • Le Garaganza est un royaume prospère, situé dans la région très riche en cuivre du Katanga, qui pratique le commerce du cuivre, du fer, de l’ivoire et des esclaves. Craignant une annexion par les Britanniques des terres situées au sud du Congo, les Belges s’emparent du Garaganza, qui sera annexé à l’État du Congo.


Amérique[modifier | modifier le code]

24 février : promulgation de la constitution du Brésil
  • 24 février : promulgation de la nouvelle constitution qui crée la république laïque et fédérale du Brésil. Le général Manuel Deodoro da Fonseca en est le premier président élu. La constitution, calquée sur le modèle des États-Unis, n’est guère adaptée aux exigences brésiliennes. Les provinces deviennent des États avec leur propre gouvernement, leurs finances et leur police armée.
  • 29 août : guerre civile au Chili entre libéraux et positivistes. Démission du président José Manuel Balmaceda.
  • 31 août : mise en place d’une république parlementaire au Chili. Jorge Montt, commandant de la marine qui à renversé Balmaceda, doit composer avec les nombreux partis qui bloquent toutes les décisions politiques, sociales ou économiques. Les gouvernements qui se succèderont jusqu’en 1914 seront frappés d’immobilisme.
  • 3 novembre : le président Manuel Deodoro da Fonseca choisit de dissoudre l'Assemblée nationale et d'imposer un pouvoir dictatorial, mais poussé à la démission par une révolte de la Marine, il cède le pouvoir le 23 novembre au vice-président Floriano Peixoto (le maréchal de fer). Il annule la dissolution, révoque tous les gouverneurs qui avaient soutenu Deodoro et se rend maître de la situation. Il maintient la République sous la protection de l’armée.


  • Le volume de monnaie en circulation au Brésil à plus que doublé depuis 1887, ce qui provoque un brève période de spéculation, l’encihamento.

Asie[modifier | modifier le code]

  • Février [4] : la Porte crée des contingents de cavalerie légère kurde pour le maintien de l’ordre en Anatolie (Hamidiye). La présence de ces contingents, officiellement dirigés contre les Russes et les Britanniques, va accroître les tensions entre Arméniens et Kurdes, ces derniers donnant un caractère de djihad à leur mission.
  • 29 mai (Japon) : le fondateur du parti de la liberté, Itagaki Taisuke, critique le militarisme et l’autocratie. Il réclame une politique étrangère purement défensive et la réduction du budget militaire.
  • 20 juin : les Britanniques et les Néerlandais définissent leurs zones d’influence respectives à Bornéo. Les Pays-Bas obtiennent la plus grande partie de l’île.


  • Révolte des tabacs en Perse. Annulation du monopole britannique sur le tabac. Le chah cède sous la pression de l’opinion publique aux revendications du clergé chiite et des moudjahidin opposés à l’influence européenne. Par ailleurs un courant nationaliste et constitutionaliste se développe à la même époque dans les cercles intellectuels.
  • Chine : l’armée réprime en Mandchourie le soulèvement de la secte de l’Élixir d’or, d’orientation antichrétienne.
  • Le général Osawa Takeo dénonce l’état d’impréparation militaire du Japon et sera radié pour indiscrétion en décembre. Toutefois tous les députés à la chambre élue n’obtiennent pas la réduction des dépenses militaires.
  • La pollution dans la mine de cuivre d’Ashio débouche sur une grève et un conflit avec la police. Il s’agit d’un des premiers grands conflits sociaux liés à l’industrialisation du Japon.

Europe[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : 1891 en France, 1891 en Italie et 1891 en Suisse.
1er mai : l'échauffourée de Clichy
  • 7 février : Alfred von Schlieffen, devient chef d’état-major en Allemagne (fin en 1906). Il élabore un plan d’attaque en cas de guerre : écraser la France en six semaines en violant la neutralité belge pour prendre à revers l’armée française, puis lancer la totalité des troupes contre la Russie. Ce plan sera appliqué en 1914.
  • 9 avril : fondation de la Ligue Pangermaniste (Alldeutscher Verband) pour favoriser les intérêts économiques de l’Allemagne d’outre mer. Composée essentiellement de militaires et de hauts fonctionnaires, elle étendra rapidement ses activités à la propagande patriotique et encouragera chez les dirigeants de Berlin une politique étrangère agressive. Elle deviendra progressivement raciste et antisémite, hostile au maintien de l’Autriche-Hongrie.
  • 1er juin : entrée en vigueur de la loi sur la protection des travailleurs en Allemagne. Le dimanche devient jour de repos obligatoire, le travail en usine des enfants de moins de treize ans est interdit, le temps de travail des adolescents est réduit à dix heures par jour et l'âge de la retraite est fixé à 65 ans (l'espérance de vie n'est que de 45 ans !).
  • Juin : troubles agraires en Hongrie.
  • 14 - 21 octobre : congrès d’Erfurt. La social-démocratie allemande adopte le programme marxiste d’Engels-Kautski. L’accent et mis sur les réformes démocratiques.
  • Octobre (Royaume-Uni) : les libéraux adoptent un nouveau programme, qui comprend notamment la reconnaissance du Home Rule pour l’Irlande et la diminution du temps de travail pour les ouvriers.

Chronologies thématiques[modifier | modifier le code]

Sur la plage de Paul Gauguin

Naissances en 1891[modifier | modifier le code]

Décès en 1891[modifier | modifier le code]

10 septembre : suicide du général français Georges Boulanger devant la tombe de sa maitresse au cimetière d'Ixelles (Bruxelles)

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]