Tokyo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

35° 40′ 15″ N 139° 46′ 19″ E / 35.670724, 139.771907

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tokyo (homonymie).
Préfecture de Tokyo
東京都 Tōkyō-to
Carte du Japon avec la Préfecture de Tokyo mise en évidence
Carte du Japon avec la Préfecture de Tokyo mise en évidence
Drapeau de Préfecture de Tokyo
Drapeau
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Capitale Tokyo
Région Kantō
Île Honshū
Sous-préfectures 4
Districts ruraux 1
Municipalités 62
Gouverneur Yōichi Masuzoe
ISO 3166-2 JP-13
Démographie
Population 13 222 760 hab.[1] (1er janvier 2013)
Densité 6 041 hab./km2
Rang 1re
Géographie
Superficie 218 867 ha = 2 188,67 km2
Rang 45e
Pourcentage d'eau 1,0 %
Symboles préfectoraux
Fleur Fleur de cerisier (sakura)
Arbre Ginkgo biloba (Ginkgo biloba)
Oiseau Mouette rieuse (Chroicocephalus ridibundus)
Liens
Site web www.metro.tokyo.jp/

Tokyo (東京, Tōkyō?, littéralement « capitale de l'est »), anciennement Edo (江戸?), est la capitale administrative du Japon depuis 1868, en tant que lieu de résidence de l'empereur du Japon, du Premier ministre, du siège de la Diète (le parlement japonais), du Cabinet, de tous les ministères qui le constituent ainsi que de toutes les ambassades étrangères. Ce statut n'est toutefois pas défini par la Constitution de 1947. Elle constitue le principal centre politique de l'archipel depuis le XVIIe siècle.

Devenue deuxième place financière mondiale en 1990, derrière New York la ville est caractérisée par ses gratte-ciel, ses magasins de produits électroniques et de haute technologie, mais aussi par ses nombreux sanctuaires shintoïstes et temples bouddhistes, et ses quartiers et petites rues aux atmosphères particulières.

La préfecture métropolitaine de Tokyo (東京都, Tōkyō-to?), qui compte environ douze millions d'habitants, dispose d'un statut administratif particulier parmi les préfectures du Japon. L'agglomération de Tokyo qui s'étend bien au-delà des limites de la préfecture, rayonne sur une large frange de la baie de Tokyo, ainsi que sur la région du Kantō. Avec environ 37,7 millions d'habitants, elle forme l'aire urbaine la plus peuplée au monde.

Après avoir déjà organisé les Jeux olympiques d'été en 1964, Tokyo les accueillera de nouveau en 2020.

Dénomination de Tokyo et de ses habitants[modifier | modifier le code]

Quartier de Kabukichō, à l'est de Shinjuku

En japonais, le nom de la ville s'écrit 東京 (prononciation).

En français, on ne prononce pas le nom de la ville comme en japonais et l'on écrit généralement « Tokyo », ce qui correspond à la prononciation française /to.kjo/. L'ancienne graphie Tokio qui était utilisée en français au début du XXe siècle, est toujours utilisée en allemand et en espagnol, ainsi qu'en espéranto (entre autres).

Pour la France, l'arrêté du 4 novembre 1993 relatif à la terminologie des noms d'États et de capitales, pris conjointement par les ministres des Affaires étrangères et de l’Éducation nationale, recommande comme seule graphie Tokyo. Il en va de même de la commission de toponymie de l'Institut national de l'information géographique et forestière (IGN)[2] et du code de rédaction interinstitutionnel de l'Union européenne[3]. Les Japonais eux-mêmes utilisent parfois la graphie Tokyo dans leur retranscription en rōmaji du nom de la ville[4].

La transcription phonétique en alphabet latin selon la méthode Hepburn donne Tōkyō, le ō avec macron dénotant un o long. Cette méthode de transcription est utilisée dans les transports japonais[5] et dans la plupart des encyclopédies et dictionnaires francophones[6]. La méthode Kunrei donne Tôkyô et la méthode JSL, Tookyoo. Le gouvernement japonais autorise également l'utilisation de la graphie « Tohkyoh » sur les passeports, reprenant une représentation des voyelles longues familière aux anglophones. Enfin il faut mentionner la méthode dite Wāpuro rōmaji qui écrit Toukyou.

Son ancien nom est Edo (江戸?), « porte de la rivière », en référence à la rivière Sumida qui la traverse. Lorsque l'empereur Meiji s'y installe, en 1868, elle est rebaptisée Tōkyō, littéralement « capitale de l'est  », par opposition à Kyōtō (京都?, littéralement « ville capitale »), l'ancienne capitale.

En français, les habitants de Tokyo sont appelés les « Tokyotes » ou les « Tokyoïtes ». Les Japonais désignent aussi les hommes de Tokyo par l'expression Azumaotoko (東男?, littéralement « homme de l'Est »). Le terme d'Edokko (江戸っ子?, littéralement « enfant d'Edo »), désignant historiquement les natifs de la ville lorsqu'elle s'appelait encore Edo, est toujours utilisé pour désigner les « Tokyoïtes de souche », dont les ancêtres sont eux-mêmes nés dans l'un des arrondissements de la capitale japonaise sur plusieurs générations, et qui montrent une certaine identité propre, caractérisée par l'utilisation encore de nos jours de certaines expressions et de l'accent nés de l'ancien dialecte local, l'Edokotoba, et symbolisée par Isshin Tasuke (figure de fiction très populaire), le personnage de Tora-san du film Otoko wa tsurai yo ou encore par le chien Hachikō.

Définitions de Tokyo[modifier | modifier le code]

Le terme de Tokyo peut désigner plusieurs réalités différentes, que ce soit sur les plans géographique, urbain ou administratif.

Vingt-trois arrondissements spéciaux[modifier | modifier le code]

Les 23 arrondissements spéciaux de Tokyo

Les 23 arrondissements spéciaux remplacent l'ancienne ville de Tokyo, dissoute en 1943. Sur le plan administratif, ils forment chacun des municipalités distinctes, comparable à l'autre type de commune urbaine de l'organisation administrative du Japon, les « villes », si ce n’est qu’elles ont un champ de compétence restreint par rapport à ces dernières, à l'instar par exemple des arrondissements de Paris. Le gouvernement préfectoral a notamment en charge certains services publics appartenant traditionnellement à l'échelon communal comme l'approvisionnement en eau, le traitement des eaux usées et les services publics, tandis que les arrondissements n'ont pas de revenus propres, vivant uniquement des transferts financiers concédés par la préfecture. Ils ont toutefois chacun, à l'instar des autres communes japonaises, une assemblée délibérante et un maire élus au suffrage universel direct tous les quatre ans. Ces arrondissements spéciaux réunissent 9 002 488 habitants au 1er janvier 2013[7] sur 617 km2, soit environ 14 000 hab/km2.

Centre de Tokyo[modifier | modifier le code]

Une rue illuminée d’enseignes néons multicolores à Shinjuku, Tokyo.

Par centre de Tokyo, on peut entendre les 23 arrondissements spéciaux. Dans un sens plus restrictif, l'expression peut désigner les 10 arrondissements encerclés par la Yamanote, une importante ligne de train circulaire : Minato, Shinagawa, Shibuya, Shinjuku, Toshima, Kita, Arakawa, Taitō, Chiyoda et Bunkyō (le seul à n'être pas directement desservi par la ligne). Plus étroitement encore le centre peut faire référence aux trois arrondissements les plus centraux qui constituent le cœur historique de l'ancienne Edo, à savoir Chūō (dont le nom signifie d'ailleurs littéralement « centre » en japonais), Minato (le « port » historique, comme son nom l'indique) et Chiyoda, et les quartiers riverains du fleuve Sumida (Nihonbashi, Kanda, Ueno, Asakusa, Honjo, Fukagawa). Le centre de Tokyo se distingue traditionnellement en deux parties : Shitamachi et Yamanote.

Tout d'abord au sud-ouest « Yamanote » (山の手?, littéralement « main de la montagne » et qui signifie « côté montagne » ou « ville haute ») qui regroupait à la période d'Edo les résidences de l'aristocratie autour de la résidence des shoguns au château d'Edo et qui correspond aux arrondissements de Shinjuku, Bunkyō, Minato et en partie à ceux de Chiyoda (autour de l'actuel palais impérial, soit le sud de l'arrondissement) et Chūō (la limite ouest de l'arrondissement »)[8],[9].

D'un autre côté, au nord-est, Shitamachi (下町?, littéralement « ville basse ») désigne les anciens quartiers populaires ainsi que l'ancien pôle commercial et artisanal du vieux Tokyo et comprend les quartiers riverains du fleuve Sumida à savoir ceux de Kanda (nord de Chiyoda), Nihonbashi et Kyōbashi (est de Chūō), Shitaya (actuel quartier d'Ueno) et Asakusa (arrondissement de Taitō), Honjo (ouest de Sumida) et Fukagawa (ouest de Kōtō)[10]. Si la distinction sociale et fonctionnelle historique n'existe plus aujourd'hui, les deux termes sont toujours employés aujourd'hui dans un sens géographique, voire identitaire pour les habitants des deux parties, pour différencier le nord du sud du centre-ville.

La plupart des monuments historiques de Tokyo se trouvent dans cette zone, notamment dans le quartier d'Asakusa particulièrement riche en édifices religieux, dont surtout le temple bouddhiste Sensō-ji (dédié au Bodhisattva Kannon, il s'agit du plus ancien temple de Tokyo[11], initialement construit en 645, et ancien temple tutélaire de la dynastie des Shogun Tokugawa[12], il fut en partie détruit par les bombardements américains de 1945 mais reconstruit à l'identique, ses portes monumentales, appelés Hōzōmon, sont les seuls monuments de la Métropole à être classés comme Trésor national). Les sanctuaires shinto d'Asakusa (dédié aux fondateurs du temple, l'un des plus fréquentés de la ville, et l'un des rares à avoir totalement survécu au tremblement de terre de 1923 et aux bombardements américains de 1945 et datant de 1649) et le Kume no Heinai-dō (dédié à Kume no Heinai, un samouraï du XVIIe siècle, détruit en 1945 mais reconstruit en 1978). Les autres principaux monuments historiques de Tokyo sont le château d'Edo et actuel Kōkyo (quelques murailles et douves sont des vestiges de la forteresse originelle du XVe siècle), le Zōjō-ji (temple bouddhiste au bouddha Amida et ancien mausolée principal des Shogun Tokugawa, à Shiba dans l'arrondissement de Minato), la pagode à cinq niveaux du zoo d'Ueno ou encore du Nihonbashi (célèbre pont datant du XVIIe siècle dans le quartier du même nom et l'arrondissement de Chūō, il marquait le point de départ du Tōkaidō, principale route reliant Edo à Kyoto, et qui sert toujours aujourd'hui de point 0 au kilométrage des routes japonaises).

Préfecture de Tokyo[modifier | modifier le code]

Carte de la préfecture de Tokyo

La préfecture de Tokyo ou métropole de Tokyo (東京都?, Tōkyō-to) comprend les 23 arrondissements spéciaux, qui constituent sa moitié est, et d'autres collectivités, à savoir :

Elle ne se superpose pas à l'agglomération de Tokyo : elle comprend des zones rurales, dans les collines de Tama à l'ouest, alors que l'agglomération s'étend largement dans des préfectures voisines. De plus elle exerce sa juridiction sur des territoires assez éparpillés par le biais des îles du Pacifique.

Agglomération de Tokyo[modifier | modifier le code]

Tokyo vu par le satellite SPOT
La Grande Aire métropolitaine du Kantō

Les autorités japonaises utilisent plusieurs manières pour désigner l'agglomération de Tokyo[13].

  • « Une Métropole, Trois Préfectures » (一都 三県, Itto Sanken?), plus géographique que statistique, elle comprend la préfecture métropolitaine de Tokyo et les trois préfectures voisines de Chiba, Kanagawa et Saitama, soit la moitié-sud du Kantō. Il s'agit de la définition la plus utilisée même si elle est incomplète, puisqu'elle comprend à sa périphérie des zones rurales, surtout dans la moitié-est de la Chiba, tandis que des banlieues de la capitale japonaise sont présentes dans d'autres préfectures.
  • la « Grande Aire métropolitaine du Kantō » (関東 大 都市 圏, Kantō Dai-toshi-ken?), qui est une des deux définitions officielles utilisées par le Bureau des Statistiques du Japon, et qui se rapproche de la définition française d'une aire urbaine : il s'agit de l'ensemble des communes où au moins 1,5 % de sa population âgée de 15 ou plus se déplace quotidiennement par un mouvement pendulaire vers une des 4 villes désignées de la région (Yokohama, Kawasaki, Chiba et Saitama) ou vers l'un des arrondissements spéciaux de Tokyo. Au recensement de 2000, elle comptait 34,6 millions d'habitants.
  • les « Aires kilométriques de Tokyo » (東京 キロ 圏?, Tōkyō kiro-ken) est une autre définition utilisée par le Bureau des Statistiques, quoique moins répandue car moins fiable. Il s'agit des municipalités comprises en totalité ou partiellement dans des cercles concentriques de rayon croissant par paliers de 10 km, jusqu'à un rayon maximum de 70 km, par rapport à l'ancien siège du gouvernement métropolitain de Tokyo à Chiyoda. Les recensements de population établissent pour Tokyo deux chiffres : celle des 70 km de rayon, appelée Aire des 70 km de Tokyo (東京70キロ圏?, Tōkyō 70-kiro-ken) qui est la donnée la plus large censée s'approcher le plus d'un Grand Tokyo sur un plan presque géométrique, et celle du rayon des 50 km de rayon, appelée Aire des 50 km de Tokyo (東京50キロ圏?, Tōkyō 50-kiro-ken) ou encore « Aire métropolitaine majeure de Tokyo » (東京 大 都市 圏?, Tōkyō Dai-toshi-ken)[14]. Cette donnée ne comprend donc pas les nouvelles zones périurbaines qui s'étendent au-delà en doigt de gant le long des principaux axes de communication, et inclut de même de nombreuses zones entièrement rurales. Elle constituait un ensemble de 31,714 millions d'habitants (pour le rayon de 50 km) en 2005[15] (30 724 311 en 2000) et de 34,394 millions (pour le rayon de 70 km) en 2000[16].
  • la « Grande Zone d'emploi métropolitaine de Tokyo » (東京 大 都市 雇用 圏?, Tōkyō Dai-toshi Koyō-ken), proche de la « Grande Aire métropolitaine du Kantō » à ceci près qu'elle définit l'aire urbaine des arrondissements de Tokyo et non plus des autres centres urbains de la conurbation du Kantō, cette définition est celle développée et utilisée par le Centre des services des informations spatiales de l'Université de Tokyo. Elle comptait 31,7 millions d'habitant en 2000.
  • la « Région capitale nationale » (首都 圏, Shuto-ken?), définition plus politique et administrative que statistique, définie par la loi de planification de la Région capitale nationale de 1956, et qui officiellement regroupe l'ensemble des 7 préfectures du Kantō (Chiba, Gunma, Ibaraki, Kanagawa, Saitama, Tochigi et Tokyo) ainsi que la préfecture de Yamanashi, soit bien au-delà de la réelle agglomération tokyoïte, il s'agit légalement de tout l'espace pouvant accueillir des institutions nationales (même si, dans les faits, elles sont toutes concentrées dans les arrondissements spéciaux de Tokyo). Toutefois, le terme de Shuto-ken est plus généralement employé, dans un cadre officieux, pour désigner le Grand Tokyo.

Au sens de l'ONU, l'aire urbaine de Tokyo-Yokohama, proche de la « Grande Aire métropolitaine du Kantō » définie par le Bureau des statistiques japonais, est la plus peuplée du monde. Elle comprend la majeure partie des préfectures Chiba, Kanagawa, Saitama, et quelques parties d'autres préfectures. Elle compte en 2007 35,676 millions d'habitants[17] répartis sur un espace bâti continu (le second au monde après celui du Grand New York) de 7 835 km2[18], soit approximativement 4 553 hab/km2, et plus du quart de la population totale du Japon (27,9 %) résidant sur un peu plus de 2 % du territoire national.

Enfin, dans un sens statistique plus large, l'aire métropolitaine de Tokyo, en suivant la définition utilisée pour délimiter celle de New York, englobe la quasi-totalité des préfectures de Chiba, Kanagawa et Saitama, mais également des régions environnantes moins urbanisées, soit des parties des préfectures de Gunma, Tochigi et Ibaraki au nord et de la péninsule d'Izu, dans la préfecture de Shizuoka, au sud-ouest. Elle compte alors une population estimée en février 2008 à 39,2 millions d'habitants et s'étend sur plus de 16 400 km2. Cette région urbaine a une densité de population d'environ 2 400 hab/km2.

Elle constitue l'hypercentre et la limite est de la Taiheiyō Belt, la mégalopole japonaise qui s'étend sur 1 200 km de Tokyo au nord-est à Fukuoka au sud-ouest, en passant par le triangle Osaka-Kobe-Kyoto (la conurbation Keihanshin) et en suivant toute la côte sud d'Honshū et s'étendant au nord de Kyūshū, et réunit approximativement 83 millions de personnes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Tokugawa Ieyasu, premier shogun de la dynastie Tokugawa, qui prit Edo pour capitale

Au temps féodal, l'actuelle préfecture de Tokyo faisait partie de la province de Musashi, et plus précisément, à la période Sengoku, du domaine du clan Go-Hōjō. Après la défaite de ces derniers face à Hideyoshi Toyotomi en 1590, ce dernier offre les neuf provinces de la région du Kantō à Ieyasu Tokugawa qui choisit alors le petit village d'Edo, centré autour d'un château construit en 1457, pour servir de capitale à son domaine.

Plan d'Edo (Tokyo) au XVIIIe siècle
Panorama d'Edo en 1865

Ieyasu devient Shogun après la bataille de Sekigahara en 1600 et Edo devient de fait le centre politique du Japon, ouvrant ainsi ce que les historiens appellent l'ère d'Edo, et cela même si officiellement Kyoto reste la capitale comme lieu de résidence des empereurs. Tous les daimyōs avaient une résidence à Edo et il fallait que leurs épouses et fils héritiers y demeurent. La ville regroupe bientôt une population importante et dense et ainsi, malgré le Grand incendie de Meireki en 1657 qui détruisit une grande partie de la ville et tua près de 100 000 personnes, Edo compte au XVIIIe siècle près d'un million d'habitants sur une population totale de 30 millions pour tout le Japon.

En juillet 1868, à la suite de la « révolution Meiji », l'empereur Mutsuhito choisit Edo comme nouveau lieu de résidence et la ville est renommée Tōkyō, « la capitale de l’est ». En 1868, le gouvernement spécial de Tokyo (東京府?, Tōkyō-fu) est fondée en regroupant la zone urbaine (divisée en 15 arrondissements en 1877) et les environs (6 districts), et en 1889 les 15 arrondissements forment la « Ville de Tokyo » (東京市?, Tōkyō-shi). En 1932, 5 des 6 districts sont réunis à la commune de Tokyo qui compte désormais 35 arrondissements.

En 1947, la préfecture et la Ville de Tokyo ont fusionné (en absorbant également des districts à l’Ouest) et la « préfecture métropolitaine de Tokyo » (Tōkyō-to) a été créée. La commune de Tokyo n'existe donc plus, ses arrondissements, réorganisés pour former les actuels 23 arrondissements spéciaux, devenant des municipalités distinctes, mais elle constitue donc une préfecture au statut particulier étant donné sa fonction de capitale.

La préfecture a été durement éprouvée dans la première moitié du XXe siècle tout d'abord par le tremblement de terre de Kantō de 1923 (faisant 142 807 morts et disparus) puis par les nombreux bombardements qu'elle a dû subir durant la Seconde Guerre mondiale (plus de 100 000 morts). Une grande partie de la ville fut détruite au cours de ces deux catastrophes, entraînant à chaque fois la nécessité d'importants travaux de reconstruction. Ceci explique que, tout en ayant conservé un certain nombre de monuments historiques anciens, l'essentiel de la ville a développé une architecture particulièrement moderne. Entre 1946 et 1948, Tokyo a été le siège Tribunal militaire international pour l'Extrême-Orient, plus connu sous le nom de Tribunal de Tokyo, chargé de juger les plus grands criminels de guerre japonais.

Les Jeux olympiques d'été de 1964 ont eu lieu à Tokyo, ce qui a alors été l'occasion de la construction de nombreuses infrastructures (notamment des autoroutes et moyens de transport). Par la suite, la métropole connaît une croissance phénoménale durant le boom économique que connaît le Japon durant les années 1960 (10 % de croissance économique en moyenne par an), 1970 (5 % de croissance) et 1980 (4 %), l'aire urbaine, la plus importante du monde en termes de nombre d'habitants, dépassant aujourd'hui largement des frontières de la préfecture et englobant totalement les préfectures voisines de Kanagawa, Saitama et en partie celle de Chiba.

En 1995 une attaque terroriste au gaz sarin par la secte Aum dans le métro de Tokyo fait douze morts et 5 500 blessés. Le 7 septembre 2013, la ville est choisie par le Comité international olympique pour accueillir les Jeux Olympiques d'été en 2020.

Administration[modifier | modifier le code]

Adopté en juin 1989, le symbole officiel de Tokyo est une feuille de Ginkgo biloba verte en forme de T pour Tokyo. En signe de croissance, prospérité, charme et tranquillité.

La Métropole de Tokyo (東京都?, Tōkyō-to) forme une préfecture à statut spécial, jouissant d'une plus grande autonomie que les autres, en combinant notamment l'ensemble des compétences dévolues à l'échelon préfectoral (en matière de transport, d'éducation, d'infrastructures, de sécurité) avec des prérogatives généralement détenues par les communes. C'est le cas tout particulièrement sur le territoire des 23 arrondissements où elle gère à leur place et de manière uniforme les compétences normalement municipales de traitement des eaux usés, de l'approvisionnement en eau et de la lutte contre le feu (elles sont d'ailleurs en général exercées par l'échelon préfectoral sur l'essentiel du territoire métropolitain, à l'exception de certaines communes, mais via des accords de partenariat entre ces dernières et la métropole alors qu'elles sont tout simplement retirées du champ de compétence des arrondissements[19]). Elle perçoit donc de fait la fiscalité locale liée à ces compétences, tels que l'impôt communal sur les sociétés ou la taxe sur les actifs fixes, et en répartit une portion via une clé de répartition entre les arrondissements en fonction des charges administratives exercées par ces derniers[20].

Gouvernement[modifier | modifier le code]

L'exécutif de la métropole est assuré, comme dans toutes les autres préfectures, par un gouverneur (知事, Chiji?, parfois appelé par abus de langage « maire de Tokyo », du fait qu'il en exerce en quelque sorte les fonctions pour l'ancienne ville de Tokyo constituée aujourd'hui des 23 arrondissements) élu au suffrage universel direct pour un mandat de quatre ans. Il nomme pour le seconder et le suppléer dans la direction de l'administration préfectorale par trois vice-gouverneurs (quatre jusqu'en juin 2009)[21]. Le gouvernement de la métropole comprend un certain nombre de bureaux spécialisés par domaine de compétences (finances, fiscalité, culture et sport, développement urbain, santé publique, entre autres), à quoi s'ajoute le département des sapeurs pompiers et les bureaux chargés de gérer les entreprises de services publics préfectoraux (pour les transports, l'approvisionnement en eau et le traitement des eaux usés). À côté de cela, il existe un certain nombre de commissions autonomes dans leur fonctionnement, comprenant des spécialistes et des personnes de la société civile, mais supervisés directement par le gouverneur (qui nomme notamment leurs directeurs et tout ou partie de leurs membres, avec approbation de l'assemblée métropolitaine) sont chargées d'encadrer les prérogatives préfectorales nécessitant, selon le système politique japonais, une certaine neutralité : l'éducation, le contrôle des procédures électorales à l'échelon municipal, la gestion du personnel et les relations du travail, les inspecteurs des audits, les expropriations et le contrôle des actions des forces du Département de la Police Métropolitaine de Tokyo.

Le législatif dépend quant-à-lui de l'Assemblée métropolitaine (都 議会, Togikai?), composée de 127 conseillers élus eux aussi au suffrage universel direct majoritaire plurinominal (les votes ayant lieu au niveau de circonscriptions électorales qui, en fonction de leur population, envoient chacune plusieurs représentants élus selon le système à vote unique non transférable) pour un mandat de quatre ans mais indépendamment de l'élection du gouverneur. Elle prépare, vote ou au contraire abolit les ordonnances locales, établit le budget de la préfecture, approuve les comptes et contrôle les activités des organismes préfectoraux par le biais de l'audit ou du vote de confirmation des nominations par le gouverneur des vices-gouverneurs, des directeurs de bureaux et des membres des commissions administratives. Elle peut voter contre le gouverneur une motion de censure à la majorité des trois quarts, sur un quorum de présence d'au moins deux tiers de la totalité des membres de l'assemblée. Il peut toutefois se maintenir en place s'il dissout l'Assemblée dans une période de 10 jours après le vote de la motion, et si la chambre locale nouvellement élue ne confirme pas la défiance envers l'exécutif.

Shintarō Ishihara, 6e et ancien gouverneur de Tokyo

Les citoyens de la préfecture ont également un pouvoir de désaveu sur leur gouverneur : ainsi une demande de destitution, signée par au moins un tiers des citoyens inscrits sur les listes électorales de la préfecture, est déposée auprès de la Commission électorale. Si celle-ci juge cette requête valide, elle est soumise à l'ensemble de l'électorat tokyoïte par un référendum de destitution. Si elle est votée à la majorité absolue des suffrages exprimés, le gouverneur est obligé de démissionner. Une procédure similaire d'initiative populaire existe pour l'adoption ou l'abolition d'une ordonnance, la dissolution de l'Assemblée préfectorale ou la destitution des conseillers préfectoraux.

De 1999 à 2012, le gouverneur est Shintarō Ishihara, écrivain et homme politique controversé pour ses prises de positions souvent tranchées et iconoclastes, ancien membre du Parti libéral-démocrate (droite) mais s'étant présenté initialement sans le soutien d'aucun parti, réélu en 2003, 2007 et 2011. Il gouverne la préfecture en s'appuyant essentiellement sur une majorité PLD-Nouveau Kōmeitō qui contrôlait, depuis les élections de l'assemblée préfectorale en 2005, 70 sièges sur 125 au sein du corps législatif de la préfecture. Le 12 juillet 2009, cette coalition perd cependant 9 sièges et ainsi la majorité absolue, alors que le Parti démocrate du Japon (PDJ), principal parti d'opposition, en gagne 20 (sur les 127 sièges : 54 pour le PDJ, 38 pour le PLD, 23 pour le Nouveau Kōmeitō et 12 pour les autres partis et indépendants)[22]. Il est remplacé en 2012 par son vice-gouverneur, lui-aussi ancien écrivain et critique de l'administration d'État et des corporations publiques, Naoki Inose.

Le siège du gouvernement métropolitain de Tokyo (improprement appelé « mairie », car cela devrait désigner les sièges administratifs des municipalités), double bâtiment impressionnant de 50 étages dessiné par Kenzō Tange, se trouve dans le quartier de Shinjuku. Il abrite les bureaux du gouverneur et de l'administration, ainsi que l'assemblée.

Subdivisions[modifier | modifier le code]

Carte des municipalités de Tokyo : en violet les arrondissements spéciaux, en rose les villes, en marron les bourgs et en vert les villages

La préfecture est divisée en 23 arrondissements spéciaux (, ku?) à l’est, en villes (, shi?) au centre et en un district rural (, gun?) à l'ouest de la préfecture. Les îles de l'archipel d'Izu et les îles d'Ogasawara dans l'océan Pacifique, qui font aussi partie de la préfecture de Tokyo, sont divisées en sous-préfectures.

Sur l’île principale de Honshū[modifier | modifier le code]

La partie principale de la préfecture sur l’ile de Honshū compte 58 municipalités, dont les 23 arrondissements spéciaux et 26 villes, ainsi que les 4 communes rurales (trois bourgs et un village) du seul district de Tokyo.

Arrondissements spéciaux[modifier | modifier le code]

Les 23 arrondissements spéciaux (特別区, Tokubetsu-ku?) dans la préfecture de Tokyo sont des municipalités à part entière contrairement aux arrondissements d’autres villes du Japon. Ces arrondissements étaient des arrondissements normaux de l’ancienne « ville de Tokyo » (東京市?, Tōkyō-shi) jusqu'en 1943. À cette date, la ville de Tokyo a été dissoute et les arrondissements sont devenus des municipalités indépendantes. Ils ont un statut similaire aux villes (市, shi) à ceci près que certaines prérogatives qu'exerceraient normalement ces dernières relèvent pour les arrondissements de la métropole de Tokyo (comme les services de sapeurs pompiers). Ils sont différenciés des autres municipalités par leur suffixe -ku (ku?). Les 23 arrondissements spéciaux forment ce qui est communément appelé la « ville de Tokyo », bien que celle-ci, du point de vue administratif, n’existe plus.

Liste des 23 arrondissements spéciaux de la préfecture de Tokyo.

     
Villes[modifier | modifier le code]

L'essentiel de la partie centrale et occidentale de la préfecture, en dehors de l’ancienne ville de Tokyo, est subdivisée en 26 villes (, shi?) qui, contrairement aux bourgs ou aux villages, ne sont pas regroupées en districts et sont donc des subdivisions directes de la préfecture. Nombre d’entre elles résultent de la fusion de plusieurs anciens bourgs, villages ou villes.

Liste des 26 villes (, shi?) de la préfecture de Tokyo :

     
Districts[modifier | modifier le code]

Il ne subsiste qu’un seul district rural (, gun?), celui de Nishitama, regroupant trois bourgs (, machi?) : Hinode, Mizuho et Okutama, et un unique village (, mura?) : Hinohara. Tous les autres districts ou municipalités plus importantes ont été promus au rang de villes séparées, par fusion ou par changement de statut.

Quartier d'Higashimurayama

Sous-préfectures (uniquement dans les îles du Pacifique)[modifier | modifier le code]

Sur l’île principale de Honshū, toutes les municipalités (villes, arrondissements spéciaux et les quelques autres communes groupées en district) sont rattachées directement à la préfecture. En raison de leur éloignement de la métropole, les îles du Pacifique qui font partie de la préfecture de Tokyo sont d’abord rattachées à un niveau intermédiaire dans quatre sous-préfectures, non subdivisées en districts et gérées administrativement par le bureau des Affaires générales du gouvernement de la métropole. Elles permettent ainsi de relayer dans ces espaces reculés certains services publics et démarches administratives.

Ces 4 sous-préfectures comptent neuf municipalités (toutes des bourgs ou villages), portant chacune le nom de l’île principale constituant son territoire.

Liste des sous-préfectures, des îles de l’archipel d'Izu et des îles d’Ogasawara, et de leurs bourgs ou villages.

 

Géographie[modifier | modifier le code]

Site[modifier | modifier le code]

Tokyo est située sur la baie de Tokyo, qui constitue l'ouverture maritime sur l'océan Pacifique de la plus grande plaine du Japon, celle du Kantō, sur la côte est de l'île d'Honshū, à l'embouchure de plusieurs fleuves côtiers : la Tama à l'ouest, la Sumida et l'Arakawa en son cœur, la Naka et l'Edo à l'est.

La préfecture de Tokyo est entourée par la préfecture de Chiba à l'est, celle de Kanagawa au sud-ouest, celle de Yamanashi à l'ouest et celle de Saitama au nord.

Au sud-est se trouve la baie de Tokyo. Le Tama délimite la frontière avec la préfecture de Kanagawa et a une longueur de 138 kilomètres ; sa source se situe dans les collines de Tama, à l’ouest de la préfecture de Tokyo. Le fleuve Sumida délimite les frontières avec les préfectures de Saitama et de Chiba ; il constitue la partie aval du fleuve Ara (ou Arakawa), qui a une longueur de 173 kilomètres.

La préfecture de Tokyo se divise elle-même généralement en trois parties :

Climat[modifier | modifier le code]

Températures et précipitations (2006)

Tokyo vit sous un régime de climat subtropical humide. La ville bénéficie d’hivers relativement doux, avec peu ou pas de neige (moyenne minimale de 5 à °C en janvier et février). En revanche, les étés sont chauds (régulièrement plus de 32 °C) et surtout très humides. C’est principalement en raison de ces fortes chaleurs qu’une multitude de distributeurs de boissons (jidohanbaiki) sont présents un peu partout dans la ville.

Le record de chaleur à la station d'Ōtemachi est de 39.5°C (un record de 42.7°C fut enregistrée dans une autre station) et le record de froid est de -9.2°C.

La baie de Tokyo subit également deux saisons des pluies (tsuyu de début juin à mi-juillet et akisame en septembre et octobre) et peut subir des tempêtes tropicales ou des cyclones entre les deux : par exemple le 10 octobre 2004, le typhon Ma-on a fait une dizaine de morts. On a mesuré des vents de 140 km/h et des précipitations importantes (70 mm en une heure). Ce cyclone était le vingt-deuxième de l’aire Asie-Pacifique et le neuvième à frapper directement le Japon depuis juin 2004. La semaine précédente, le typhon Meari avait fait 22 morts et 6 disparus.

Relevé météorologique de Tokyo Ōtemachi, Chiyoda ward (1981-2010)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,5 2,9 5,6 10,7 15,4 19,1 23 24,5 21,1 15,4 9,9 5,1 13
Température moyenne (°C) 6,2 6,7 9,5 14,8 19,1 22,3 26,2 27,8 24,2 18,6 13,4 8,8 16,5
Température maximale moyenne (°C) 9,9 10,4 13,3 18,8 22,8 25,5 29,4 31,1 27,2 21,8 16,9 12,4 20
Record de froid (°C) −9,2 −7,9 −5,6 −3,1 2,2 8,5 13 15,4 10,5 −0,5 −3,1 −6,8 −9,2
Record de chaleur (°C) 22,6 24,9 25,3 29,2 31,9 36,2 39,5 39,1 38,1 32,6 27,3 24,8 39,5
Ensoleillement (h) 187,9 167,3 163,1 175,4 172,5 123,2 143,9 175,3 117,8 133,4 146,6 175 1 881,3
Précipitations (mm) 52,3 56,1 117,5 124,5 137,8 167,7 153,5 168,2 209,9 197,8 92,5 51 1 528,8
Nombre de jours avec précipitations 4,5 5,5 9,9 9,9 10,3 11,4 10,3 7,7 11 9,8 6,8 4,2 101,3
Humidité relative (%) 49 50 55 60 65 72 73 71 71 66 59 52 62
Source : Le climat à Tokyo (en °C et mm, moyenne mensuelles) - Japan Meteorological Agency[1]


Sismicité[modifier | modifier le code]

La région de Tokyo est au carrefour de trois plaques tectoniques (la plaque philippine, la plaque eurasienne, et la plaque nord-américaine), ce qui constitue l'une des zones sismiques les plus actives du monde, la Ceinture de Feu. On recense en moyenne un tremblement de terre ressenti par jour d'après les enregistrements mondiaux des séismes (voir la Japan Meteorological Agency ou l'USGS)[réf. nécessaire]. La quasi-totalité d'entre eux a des conséquences négligeables.

Certains sont en revanche extrêmement violents : le 1er septembre 1923, le grand tremblement de terre de Kantō emporte plus de 140 000 victimes et met près de 2 millions de personnes sans abri, détruisant une grande partie de la ville. Sa magnitude a été évaluée à 7,9 sur l'échelle de Richter.

Selon le groupe de recherche Team tokyo les 17 derniers séismes très violents ont frappé tous les 400 ans en moyenne avec une régularité surprenante. Il n'y aurait qu'une probabilité de 0,5 % qu'un tel séisme se produise dans les 30 années suivant l'étude. Il y aurait en revanche 30 % de chances qu'un séisme moins violent mais provoquant toutefois d'importants dégâts survienne dans la même période[23]. Le plus violent séisme survenu à Tokyo ces dernières années a eu lieu en 2005, plus précisément le 23 juillet à 16h30, et s'est déclenché dans sa baie avec une magnitude de 5,9 sur l'échelle ouverte de Richter, engendrant des mouvements de panique mais n'ayant causé aucune victime et uniquement des dégâts modérés. Ce séisme était le plus puissant ressenti à Tokyo depuis celui de 1992.

Le séisme du 11 mars 2011 sur la côte Pacifique du Tōhoku a été particulièrement brutal sur l'agglomération de Tokyo située à environ 380 km de l'épicentre, avec une intensité atteignant sur l'échelle de Shindo 5+ (secousses majeures) sur la ville de Tokyo et jusqu'à 6- (secousses importantes) au nord de l'agglomération, soit une intensité équivalente à celle d'un séisme de magnitude entre 6,0 et 6,5 sur l'échelle de Richter qui se serait produit sur Tokyo à une faible profondeur. Un toit s'est effondré sur un bâtiment du centre de la capitale où 600 étudiants participaient à une cérémonie de remise de diplôme, faisant de nombreux blessés, et des dizaines d'incendies ont été signalés dans la capitale. C'est la secousse ayant fait le plus de dégâts et de blessés dans la capitale depuis 1923.

Tokyo s'est dotée des dernières avancées technologiques en matière de prévention sismique, à l'image de ces immeubles high-tech reposant sur de gigantesques ressorts d'acier qui absorbent la majeure partie des ondes sismiques, et limitent ainsi considérablement le risque d'effondrement. Il existe à Tokyo des gratte-ciel de plus de 200 mètres de haut. Les ingénieurs affirment qu'ils peuvent faire face aux plus violentes secousses ; toutefois, dans la crainte d'un hypothétique cataclysme, de vastes exercices d'alerte en grandeur nature sont programmés régulièrement. En dépit de ces dispositifs, un séisme de magnitude 7 qui se déclencherait provoquerait de gigantesques pertes, tant humaines que matérielles[24].

Parcs nationaux[modifier | modifier le code]

Il y a trois parcs nationaux dans la région de Tokyo :

Structure urbaine et architecture[modifier | modifier le code]

Le Rainbow Bridge et panorama urbain
Gratte-ciel de Shinjuku
Les tours du quartier de Kōyōdai à Inagi, Tama New Town, emblématique du développement frénétique de l'ouest de la préfecture

Tokyo s'est développée sans planification publique centralisée[25]. Le plan de la ville est donc très complexe et semble manquer d'unité. Ses rues à l'aspect hétérogène, et sans nom pour la plupart, sont un mélange de constructions ultra modernes et de bicoques sans âge. Tous les arrondissements se décomposent en quartiers qui s'entrecroisent, tous dotés d'une atmosphère bien spécifique.

La densité humaine est considérable sur près de 65 kilomètres. L'urbanisme de la ville est la synthèse entre le design contemporain et l'héritage historique. Il règne dans cette immense agglomération une impression de désordre où les immeubles de verre et d'acier côtoient les frêles maisons de papier, et où les autoroutes suspendues forment un inextricable lacis d'asphalte. Les quartiers les plus en vogue de Tokyo, densément peuplés et plantés de gratte-ciel, se trouvent dans le cœur névralgique de la ville.

À Tokyo, plus de la moitié des parcelles constructibles font moins de 100 m2. Ceci explique la multiplication, depuis l'an 2000, de « maisons bonsaïs » occupant 50 à 70 m2 au sol. Dans le centre, le manque d’espace est tel que les bâtiments se pressent les uns contre les autres, voire s’emboîtent entre eux. Les rues sont pour la plupart étroites, et les parkings en surface ainsi que les terrasses de cafés sont très rares. Les hôtels capsules viennent combler même les parcelles les plus minces, là où il serait autrement impossible de construire quelque chose.

Par ailleurs, le système de numérotation des bâtiments de la ville est très particulier : les numéros des immeubles ne se suivent pas par ordre croissant ou décroissant mais correspondent plutôt à leurs dates de construction.

Tokyo est née de la mer. Le rôle de cette dernière y est donc vital : on y trouve plusieurs des grands ports japonais. Les plaines représentent seulement un tiers des terres émergées de l'archipel. Accaparé le plus souvent par l'exploitation agricole ou sylvicole, l'espace devient un enjeu crucial : le seul recours envisagé a été de gagner des terres sur la mer avec la création de polders.

Il reste très peu de bâtiments anciens à Tokyo à cause de leur destruction par le tremblement de terre du 1er septembre 1923 et des bombardements américains de la Seconde Guerre mondiale. Les quelques monuments historiques pré-existants ont pour beaucoup été reconstruits à l'identique après ces deux catastrophes. Ce même tremblement de terre a été à l'origine d'une limitation de la hauteur des bâtiments à 31 m entre 1931 et 1962[26].

Que Tokyo, la capitale la plus peuplée du monde, ne soit pas depuis longtemps en état de nécrose avancée, ni en congestion permanente, a de quoi étonner. Or elle « fonctionne » même mieux que d'autres grandes cités. Le soir, pour rentrer chez eux, la plupart des salariés tokyoïtes effectuent une ou deux heures de voyage dans des trains bondés, qui se succèdent à une fréquence maximale vers les « cités dortoirs » de la partie occidentale de la Métropole ou des préfectures voisines.

Pour limiter ces mouvements pendulaires et développer des activités en banlieue, le gouvernement avait lancé dans les années 1950 et 1960 une politique de villes nouvelles dont la plus emblématique reste la Tama New Town (多摩ニュータウン, Tama Nyūtaun?). Désignée comme ville nouvelle en 1965, elle s'étend sur les communes de Hachiōji, Tama, Inagi et Machida, dans les collines de Tama et l'ouest encore largement rural de la Métropole, sur une superficie de 28,92 km2. L'ensemble comprend de vastes complexes commerciaux (dont le principal reste le Parthenon Tama), ses services de proximité (chacun des 21 quartiers qui divisent la ville regroupent 3 000 à 5 000 maisons ou appartements desservis par deux écoles élémentaires et un collège, un centre commercial de quartier, un kōban, une poste, des cliniques ou autres), ses universités et écoles supérieures, ses sites de divertissements comme le parc à thème couvert Sanrio Puroland. Si l'objectif initial de population (342 200 habitants) n'a pas été atteint, la Tama New Town reste, avec 200 000 habitants, le plus vaste développement résidentiel du Japon et le symbole de l'expansion tentaculaire et effrénée de la capitale japonaise dans les années du Boom Izanagi, immortalisé dans le film d'animation des Studio Ghibli Pompoko. Mais elle n'a pas réussi à devenir un pôle d'emploi à part entière et est devenue une ville-dortoir supplémentaire, les transports en commun qui la desservent étant congestionnés par les migrations pendulaires des actifs vers le centre urbain.

La nouvelle solution développée par les autorités face à ce déséquilibre se retrouve dans la loi pour un développement multipolaire du Territoire national (多極分散型国土形成促進法, Takyoku busankei kokudo gyōseisokushin-hō?). Celle-ci crée dans le périmètre d'une « aire de Tokyo » recentrée sur la Métropole en elle-même et les quatre préfectures du Kantō les plus peuplées (Saitama, Chiba, Ibaraki et Kanagawa) des « Cités noyaux d'affaires » (業務核都市, Gyōmu Kakutoshi?), désignés par le gouvernement central par le biais des Plans décennaux de développement de la Région capitale. Véritables relais du pôle urbain au sein de la périphérie en termes d'emplois et d'activités, ces « Noyaux d'affaires » sont dotés d'un Plan directeur général (業務核都市基本方針, Gyōmu Kakutoshi kihon hōshin?) chargé de définir les objectifs et les « installations d'affaires » (業務 施設, Gyōmu Shisetsu?), soit l'ensemble des infrastructures, services, activités et entreprises, publiques ou privées, à implanter[27]. Au sein de la préfecture de Tokyo, deux « Cités noyaux d'affaires » ont été définies dans la zone occidentale des collines de Tama : Hachiōji - Tachikawa (pour la Tama New Town) et Oume.

Économie[modifier | modifier le code]

Tokyo est la capitale économique, commerciale et financière du pays. Les services, la finance et l'assurance sont les secteurs dominants. Pour son volume de transactions, la bourse de Tokyo fait partie des trois plus importantes de la planète avec celles de Londres et de New York[28].

La productivité très importante de la région place Tokyo au premier rang mondial en termes de richesse. Le PIB total de la ville s'élève ainsi à 1 191 milliards de dollars, contre 1 133 milliards pour New York.

Coût de la vie[modifier | modifier le code]

Tokyo est considérée comme l'une des villes les plus chères au monde, plus particulièrement dans le domaine de l'immobilier : selon le bureau de la statistique du Japon, le prix moyen du mètre carré s'élevait à 354 100 yens en quartier résidentiel en 2007, soit environ 3 000 euros[29]. Lors du pic de la bulle immobilière en 1991-1992, le prix du mètre carré à Ginza, centre de commerce et d’affaires, dépassait 100 000 dollars. D'après le groupe immobilier Knight Frank et Citi Private Bank, filiale de Citigroup, Tokyo était la cinquième ville la plus chère du monde en 2007 pour les prix de l'immobilier résidentiel de luxe : 17 600 euros par mètre carré[30]. La société ECA (Employment Conditions Abroad) classe Tokyo première de son classement des villes du monde aux loyers les plus élevés pour un trois pièces en 2009 et 2010[31].

L'enquête du cabinet Mercer sur le coût de la vie pour les expatriés place Tokyo en deuxième position dans le monde derrière Moscou en 2008[32], en première position devant Osaka et Moscou en 2009[33], en deuxième position derrière Luanda en 2010 et 2011[34],[35], et de nouveau en première position en 2012 devant Luanda et Osaka[36]. ECA classe Tokyo deuxième de son classement des cinquante villes les plus chères au monde pour un expatrié au second semestre 2008 et en 2009 derrière Luanda, et première en 2010 et 2011 ; Nagoya, Yokohama et Kobe étant chaque année dans le top 10[37],[38],[39],[40],[41],[42],[43]. En 2007 et au premier semestre 2008, Tokyo était seulement treizième de ce classement, le coût de la vie pour les expatriés ayant augmenté à la suite de la forte appréciation du yen en 2008[44],[45]. Economist Intelligence Unit classe Tokyo première de son classement des 140 villes les plus chères au monde pour un expatrié en 2011[46], deuxième en 2012 derrière Zurich[47], et de nouveau première en 2013 devant Osaka[48].

Port de la ville[modifier | modifier le code]

La capitale du Japon constitue le 7e port maritime de marchandises japonais par le volume total échangé, et le 35e mondial en 2006, ainsi que le premier port à conteneur du pays et le 26e de la planète en 2007. Mais l'ensemble des activités portuaires autour de son aire urbaine, qui comprend les trois ports voisins de Chiba (à l'est, 2e port de marchandises japonais et le 16e mondial en volume total échangé), de Yokohama (à l'ouest, 3e port de marchandises japonais et le 21e mondial pour ce qui est du volume total échangé, et le 2e port à conteneur du pays et le 28e mondial) et, dans une moindre mesure, de Kawasaki (à l'ouest), fait de la baie de Tokyo le plus grand complexe industrialo-portuaire continu au monde.

Transports[modifier | modifier le code]

Aéroports[modifier | modifier le code]

Tour de contrôle de l'aéroport à Haneda

Tokyo dispose de deux aéroports internationaux tout comme de nombreuses grandes métropoles dans le monde, avec 102 millions de voyageurs en 2007, faisant de Tokyo le troisième carrefour aérien le plus fréquenté au monde après Londres et New York.

L'aéroport de Tokyo-Haneda, le premier à avoir été construit, l'est en partie sur un terre-plein gagné sur la mer (mais pas complètement, à la différence de l'aéroport international du Kansai). Une des quatre pistes est même en partie construite sur pilotis en mer. L'augmentation du trafic, entraînant des nuisances sonores, ainsi qu'un problème de capacité d'accueil à long terme, a poussé le gouvernement japonais à ouvrir un autre aéroport beaucoup plus loin du centre de la capitale (afin d'anticiper la croissance hypothétique de la ville).

Après de multiples heurts (les expropriations nécessaires à la construction de l'aéroport ont été sujettes à controverses), l'aéroport international de Narita fut enfin mis en service, ayant pour vocation d'être la plateforme principale du Japon pour les vols internationaux, Haneda est dédié jusqu'en octobre 2010 aux vols internes (et à de rares vols internationaux, comme Séoul ou Shangai).

Le trafic en termes de passagers transportés de l'aéroport d'Haneda (64,2 millions de passagers en 2010) est bien supérieur à celui de Narita (32 millions en 2010)[49] . Cela est dû au fait que le réseau interne japonais est très dense, en raisons des nombreuses contraintes naturelles qui ne facilitent pas les déplacements (par la route ou par train).

Le Japon est d'ailleurs connu pour être un des seuls pays où sont utilisés des avions dans des configurations pouvant accueillir environ 500 passagers (de type Boeing 747 et Boeing 777) pour des liaisons internes (notamment des lignes comme Tokyo – Osaka, Tokyo – Sapporo ou Tokyo – Naha).

L'agglomération est aussi desservie par l'aéroport de Chōfu dans l'ouest (vols vers les iles de la préfecture de Tokyo : Izu Ōshima, Niijima, Kōzushima) ainsi que, depuis mars 2010, l'aéroport d'Ibaraki au nord-est.

Métro & monorail[modifier | modifier le code]

Métro[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Métro de Tokyo.

Le réseau métropolitain de Tokyo est exploité par deux grandes sociétés gérant en tout 13 lignes qui totalisent 307 kilomètres pour environ 290 stations. Indépendamment de ces lignes principales, on ajoute plusieurs lignes privées dont la Yurikamome (cette dernière étant la seule ligne automatisée). Chaque année, près de 3 milliards de personnes empruntent le métro à Tokyo, ce qui en fait un élément indispensable du transport à l'intérieur de l'agglomération. En effet, le réseau souterrain et aérien réduit considérablement le trafic routier et la pollution automobile est de ce fait relativement faible par rapport à d'autres grandes métropoles.

Généralement cité pour sa fréquentation hors-normes à la limite de la saturation (surtout aux heures de pointe), il est facilement mis en avant pour décrire la surpopulation de la ville. Même si, dans certaines stations, des « pousseurs » postés sur les quais compressent les usagers à l'intérieur de la rame pour permettre la fermeture des portes, le métro de Tokyo reste très efficace et sophistiqué. Le taux de délinquance y est très faible comme partout ailleurs dans la ville, et les stations ainsi que les rames sont très propres et entretenues très régulièrement.

Monorail[modifier | modifier le code]

Le monorail de Tokyo ou Haneda Monorail relie Hamamatsuchō au centre de Tokyo à l'aéroport de Haneda. Long d'environ 18 kilomètres, le trajet compte une dizaine de stations et dure 15 minutes. C'est la ligne de monorail la plus fréquentée du Japon et peut-être du monde[réf. nécessaire].

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Shinkansen à la gare de Tokyo
Gares principales 
Bien que la gare de Tokyo soit la gare interurbaine principale de Tokyo et celle accueillant tous les Shinkansen, la station la plus grande est celle de Shinjuku. Cette dernière est la plus fréquentée du monde. Les gares de Shibuya et Ikebukuro sont elles aussi plus fréquentées que la gare de Tokyo. Akihabara, Ueno et Shinagawa constituent également des plaques importantes dans le réseau ferroviaire de Tokyo.
Lignes intérieures à Tokyo 
La ligne circulaire appelée Yamanote délimite officieusement le cœur même de Tokyo.
Lignes reliant Tokyo aux préfectures voisines 
Lignes desservant la « zone Tama » (zone ouest) de Tokyo 
Lignes de longues distances 
Autres lignes 
Monorail de Tokyo, Narita Express, Ligne Yurikamome, Ligne Toden Arakawa (tramway), TWR, Monorail du zoo d'Ueno, Nippori-Toneri Liner.
Billets 
Comme dans le reste de la ville (et du pays) les distributeurs automatiques sont incontournables et peuvent délivrer les billets à l'unité et les cartes pour passages multiples.

Tourisme[modifier | modifier le code]

La Tour de Tokyo (333 m), plus haute que la Tour Eiffel (324 m)
Le quartier toujours bondé de Shibuya

Jumelages et partenariats[modifier | modifier le code]

Les villes ou provinces jumelées[50] :

Contrats économiques ou culturels (Paris et Rome ne sont véritablement jumelées qu'entre elles)[50],[51] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ja) 東京都の人口 (推計) ~ 平成23年 毎月1日現在の推計 (Population de Tokyo), gouvernement métropolitain de Tokyo, 1er janvier 2013.
  2. (fr) Tableau des pays indépendants et de leurs capitales 2007[PDF], Conseil national de l'information géographique (CNIG).
  3. Office des publications — Code de rédaction interinstitutionnel — Annexe A5 — Liste des États.
  4. (en) Tokyo Metropolitan Government
  5. Par exemple dans le métro de Tōkyō [PDF].
  6. voir les références de l'article macron
  7. http://www.toukei.metro.tokyo.jp/jsuikei/2013/js131f0000.pdf
  8. (en) H. WATANABE, The Architecture of Tokyo : An Architectural History in 571 Individual Presentations, éd. Axel Menges, 2001, 3930698935, p. 59
  9. (en) [PDF] « Neighbourhoods », Lonely Planet, p. 44
  10. Donald Richie, Tokyo: A View of the City, Reaktion Books, Londres, 1999, page 23, [lire en ligne]
  11. (en) Présentation du Temple Sensō-ji sur le site www.worldgreatestsites.com
  12. (en) A. NAITŌ, K. HOZUMI, H. M. HORTON, Edo, the city that became Tokyo, éd. Kodansha international, 2003, ISBN 4770027575, p. 87
  13. (en) Japanese Government, Proposal for International Workshop on Defining and Measuring Metropolitan Regions[PDF], 20 novembre 2006, en fait la présentation.
  14. (ja) Définition des notions d'aires métropolitaines sur le site du Bureau des Statistiques
  15. [PDF] « Population of Three Major Metropolitan Areas », Bureau des Statistiques
  16. [xls] (en) Données démographiques par Aires kilométriques, Recensement de 2000, Bureau des Statistiques
  17. (en) [PDF] Rapport 2007 des Nations Unies sur les agglomérations urbaines
  18. (en) [PDF] Liste des aires urbaines dans le monde sur le site demographia
  19. (en) Relations entre le gouvernement métropolitain de Tokyo et les communes, sur le site officiel de la métropole
  20. (en) Relations entre le gouvernement métropolitain de Tokyo et les arrondissements spéciaux, sur le site officiel de la métropole
  21. (en) « Three Vice Governor System Starts », galerie photographique du site de la métropole de Tokyo
  22. « Des législatives anticipées auront lieu le 30 août au Japon », sur Aujourd'hui le Japon, AFP/Aujourd'hui le Japon,‎ 13 juillet 2009 (consulté le 13 juillet 2009)
  23. Richard. A. Kerr, (en) The Earthquake that will eat Tokyo[PDF], Science 315, 37b (2007).
  24. Tokyo séisme ((en) sixty seconds that will shake the World), Peter Hadfield, Ed. Autrement, 1991.
  25. Natacha Aveline, « Tôkyô, métropole japonaise en mouvement perpétuel », site géoconfluences.
  26. (en)« Way to open for first Tokyo skyscrapers », dans The Japan Times, 1er septembre 1962, consulté sur www.japantimes.co.jp le 15 septembre 2012
  27. (ja) Texte de la loi pour un développement multipolaire du Territoire national de 1988
  28. (en) World Federation of Exchanges, 2007
  29. (en) Tableau des prix de l'immobilier par préfecture en 2007, rapport du Bureau de la Statistique du Japon
  30. (en) Citi, Knight Frank '07 Annual Wealth Report. Prime Resdential Property [PDF]
    voir compte-rendu : « À Londres, le mètre carré atteint des sommets », Le Figaro, le 8 mai 2007
  31. Baromètre immobilier annuel d’ECA International, ECA International, le 15 février 2011
  32. Enquête internationale Mercer 2008 sur le coût de la vie
  33. « Enquête internationale Mercer 2009 sur le coût de la vie », sur Mercer.fr,‎ 7 juillet 2009 (consulté le 8 juillet 2009)
  34. « Enquête internationale Mercer 2010 sur le coût de la vie », sur Mercer.fr,‎ 29 juin 2010 (consulté le 21 juin 2011)
  35. « Enquête internationale Mercer 2011 sur le coût de la vie », sur Mercer.fr,‎ 12 juillet 2011 (consulté le 14 juillet 2011)
  36. « Enquête internationale Mercer 2012 sur le coût de la vie », sur Mercer.fr,‎ 12 juin 2012 (consulté le 26 juin 2012)
  37. « Résultats de l’étude ECA International sur le coût de la vie pour les expatriés », sur ECA International,‎ 2 décembre 2008
  38. « Résultats de l’étude ECA International sur le coût de la vie », sur ECA International,‎ 11 juin 2009
  39. « Résultats de l’étude ECA International sur le coût de la vie pour les expatriés », sur ECA International,‎ 2 décembre 2009
  40. « Résultats de l’étude ECA International sur le coût de la vie pour les expatriés », sur ECA International,‎ 14 juin 2010
  41. « Résultats de l’étude ECA International sur le coût de la vie pour les expatriés », sur ECA International,‎ 2 décembre 2010
  42. « Résultats de l’étude ECA International sur le coût de la vie pour les expatriés », sur ECA International,‎ 8 juin 2011
  43. « Résultats de l’étude ECA International sur le coût de la vie pour les expatriés », sur ECA International,‎ 7 décembre 2011
  44. « Enquête mondiale sur le coût de la vie de ECA International », sur ECA International,‎ 26 novembre 2007
  45. « Enquête ECA International 2008 sur le coût de la vie dans le monde », sur ECA International,‎ 12 juin 2008
  46. (en) Shanghai now more expensive than New York, CNNGo, le 7 juillet 2011
  47. (en) Jason Chow, « Japan Still Up There On Most-Expensive List », The Wall Street Journal Japan, le 14 février 2012
  48. (en) What are the most expensive cities to live in?, CNN, le 4 février 2013
  49. Tokyo Narita International Airport (NRT) Information
  50. a et b (en) Sister Cities (States) of Tokyo, Tokyo Metropolitan Government
  51. Les pactes d'amitié et de coopération, Paris.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Tokyo.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]