Opération Compass

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Opération Compass
Carte de la région de l'opération Compass.
Carte de la région de l'opération Compass.
Informations générales
Date 8 décembre 19409 février 1941
Lieu Cyrénaïque, Libye italienne
Issue Victoire alliée décisive
Belligérants
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
British Raj Red Ensign.svg Indes britanniques
Drapeau de l'Australie Australie
Drapeau de la France libre France libre
Flag of Italy (1861-1946).svg Royaume d’Italie
Commandants
Drapeau du Royaume-Uni Archibald Wavell
Drapeau du Royaume-Uni Henry Maitland Wilson
Drapeau du Royaume-Uni Richard O'Connor
Drapeau de l'Italie Rodolfo Graziani
Drapeau de l'Italie Italo Gariboldi
Drapeau de l'Italie Mario Berti
Drapeau de l'Italie Pietro Maletti
Drapeau de l'Italie Annibale Bergonzoli
Forces en présence
36 000 soldats, 120 canons, 275 tanks, 60 voitures blindées 150 000 soldats, 1 600 canons, 600 tanks
Pertes
500 tués, 55 disparus, 1 373 blessés, 15 avions 3 000 morts, 115 000 prisonniers, 400 tanks, 1 292 canons, 1 249 avions
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Batailles et opérations des campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée

Invasion italienne de l'Albanie · Guerre du désert · Campagne d'Afrique de l'Est · Invasion italienne du Somaliland britannique · Invasion de l'Égypte · Opération Compass · Bataille de Koufra · Bataille de Dakar · Campagne du Gabon · Opération Vado · Bataille de Mers el-Kébir · Bataille de Punta Stilo · Bataille de Tarente · Bataille du cap Teulada · Bataille du cap Matapan · Siège de Malte · Opération Sonnenblume · Campagne des Balkans · Bataille d'El Agheila · Bataille des îles Kerkennah · Siège de Tobrouk · Guerre anglo-irakienne · Campagne de Syrie · Campagne de Yougoslavie · Opérations anti-partisans en Croatie · Opération Brevity · Opération Battleaxe · Invasion anglo-soviétique de l'Iran · Raid de la rade d'Alexandrie · Opération Vigorous · Opération Pedestal · Bataille de Madagascar · Libération de La Réunion · Opération Crusader · Bataille de Bir Hakeim · Bataille de Gazala · 1re Bataille d'El-Alamein · Bataille d'Alam el Halfa · 2e Bataille d'El-Alamein · Opération Torch · Campagne de Tunisie · Bataille de Sidi Bouzid · Bataille de Kasserine · Opération Capri · Bataille de Ksar Ghilane · Ligne Mareth · Opération Pugilist · Bataille d'El Guettar · Opération Retribution · Campagne d'Italie · Libération de la Corse


Front d'Europe de l'Ouest


Front d'Europe de l'Est


Bataille de l'Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise


Théâtre américain

L'opération Compass est le nom de code de la première opération militaire d'envergure conduite par les Britanniques contre les troupes italiennes dans le désert de Libye durant la Seconde Guerre mondiale.

Prélude[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Invasion italienne de l'Égypte.

Début septembre 1940, les forces italiennes sous le commandement du maréchal Rodolfo Graziani, avaient pénétré d'environ 80 km en Égypte, avançant avec difficulté de la frontière jusqu'à Sidi Barrani. Elles s'y arrêtèrent derrière un rideau de positions fortifiées à une quinzaine de kilomètre à l'est sur la route menant à Marsa Matruh. Cette dernière constituait la première position solide britannique à environ 130 km de Sidi Barrani. C'est dans cette position que les forces italiennes allaient subir trois mois plus tard l'attaque alliée.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Depuis l'Égypte, le 8 décembre 1940, les forces britanniques, incluant des troupes indiennes et australiennes, sous le commandement du général d'armée Richard O'Connor, attaquèrent au niveau d'une faiblesse de la défense italienne au sud de Sidi Barrani. L'organisation de l'opération et la découverte du passage sont mises au crédit du général de brigade Eric Dorman-Smith.

Par mesure de sécurité contre tout contre-espionnage, la plupart des troupes impliquées ne furent informées qu'au début du combat que cette attaque n'était pas un exercice. L'assaut fut soutenu par l'artillerie, des bombardiers Blenheim et des chars d'assaut Matilda Mark II. Dès la première heure, le général Maletti serait mort et 4 000 soldats italiens auraient capitulé. En trois jours, 237 pièces d'artillerie, 73 chars légers, et 38 300 soldats seront capturés. Les forces attaquantes se déplaçaient vers l'ouest sur la Via della Vittoria, à travers la passe Halfaya, et capturèrent Fort Capuzzo, en Libye.

Suites[modifier | modifier le code]

O'Connor voulait continuer à attaquer jusqu'à Benghazi ; cependant, le général Wavell avait ordonné à la 4e Division indienne de prendre part à une offensive contre les forces italiennes en Abyssinie. O'Connor aurait dit : « Ceci vint comme une surprise complète et très déplaisante ... Il aurait été très efficace d'exploiter immédiatement la situation... ». Une division australienne remplaça la division indienne. L'attaque continua jusqu'à s'achever avec la 7e division britannique coupant la retraite italienne. Après 10 semaines, les Britanniques avaient avancé d'environ 800 km, détruisant 400 tankettes et 1 300 pièces d'artillerie et faisant 130 000 prisonniers. Cependant l'avance des britanniques ne poussa pas les Italiens hors d'Afrique du Nord. Comme elle atteignait Al Argheila, Churchill donna l'ordre de stopper toute offensive et les troupes déployés furent envoyées pour défendre la Grèce contre l'invasion allemande.

L'avancée fulgurante des troupes alliées oblige Hitler a envoyer des troupes secourir l'armée italienne en déroute. Quelques semaines plus tard, les premiers éléments de l'Afrika Korps commencèrent à arriver à Tripoli pour l'opération Sonnenblume et la guerre du désert prit un tour totalement différent.

Au total, 250 000 hommes, 560 chars, 300 avions et un millier de canons seront déployés en Afrique sur ordre de Hitler. Ce redéploiement de l'armée allemande , couplé au report de l'invasion de l'URSS (par l'invasion de la Grèce) aura un impact déterminant sur le déroulement de l'opération Barbarossa et son échec final.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) John Bierman et Smith, Colin, The Battle of Alamein: Turning Point, World War II, New York, Viking,‎ 2002, 1e éd. (ISBN 978-0-670-03040-8, LCCN 2003267039)
  • (en) Howard R. Christie, Fallen Eagles: The Italian 10th Army in the Opening Campaign in the Western Desert, June 1940-December 1940 (Master's thesis),‎ 7 Aug 98-2 Jun 99
  • (en) Sir David Hunt, A Don at War, Londres, Frank Cass,‎ 1990 (ISBN 978-0-7146-3383-1, LCCN 89071272)
  • (en) Michael Howard et Sparrow, John, The Coldstream Guards, 1920-1946, Oxford University Press,‎ 1951
  • (en) Jon Latimer, Operation Compass 1940: Wavell's Whirlwind Offensive, Oxford, Osprey,‎ 2000, 1e éd. (ISBN 978-1-85532-967-6)
  • (en) Gavin Long, To Benghazi, Chapters 6 – 12, Canberra, Australian War Memorial,‎ 1961 (lire en ligne).
  • Compton Mackenzie, Eastern Epic, Chatto & Windus, London,‎ 1951
  • (en) Richard Mead, Churchill's Lions: A biographical guide to the key British generals of World War II, Stroud (UK), Spellmount,‎ 2007 (ISBN 978-1-86227-431-0), p. 544
  • Ian A. Paterson, « History of the British 7th Armoured Division: Beda Fomm » (consulté le 02 01 2008)
  • (en) Major General I.S.O. Ian Playfair et al., The Mediterranean and Middle East, vol. 1 : The Early Successes Against Italy (to May 1941), London, Naval & Military Press,‎ 2004 (ISBN 978-1845740658).
  • (en) Ian W. Walker, Iron Hulls, Iron Hearts : Mussolini's elite armoured divisions in North Africa, Marlborough, Crowood,‎ 2003, 1e éd. (ISBN 978-1-86126-646-0)
  • (en) Wavell's Despatches: Operations in the Middle East from August, 1939 to November, 1940 publié dans le London Gazette n°37609 du 13 juin 1946; pages 2997 à 3006 Supplément
  • (en) Wavell's Despatches: Operations in the Middle East from 7th December, 1940 to 7th February, 1941 publié dans le London Gazette n°37628 du 25 juin 1946; pages 3261 à 3269 Supplément.

Articles connexes[modifier | modifier le code]