Grand magasin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Galeries Lafayette du boulevard Haussmann à Paris.

Un grand magasin ou magasin par départements est un commerce de détail multispécialiste exploité par une société commerciale unique. L'assortiment des marchandises proposé est large : celles-ci sont exposées dans des rayons spécialisés répartis sur une grande surface allant de 2 500 à 92 000 m2. Généralement implantée en centre-ville et occupant plusieurs étages d'un bâtiment, cette forme de commerce apparaît au XIXe siècle.

Depuis les Trente Glorieuses, les points de vente multispécialistes -concurrencés par la grande distribution- ont été contraints de se restructurer et de se repositionner (le plus souvent dans le haut de gamme).

Historique[modifier | modifier le code]

Vitrine d'un magasin situé Rua do Carmo à Lisbonne.

Les grands magasins apparaissent sur les boulevards des grandes villes au début du XIXe siècle. Les petites échoppes médiévales situées dans des ruelles sombres laissent progressivement la place aux grandes enseignes disposant de comptoirs multiples, mieux approvisionnées et renouvelant régulièrement leurs produits. Ces nouveaux magasins font suite aux merceries du XVIIe siècle, aux marchandes de frivolités[1] du XVIIIe siècle, puis aux magasins de nouveautés (comme La Fille d'Honneur, Les Deux Magots, La Barbe d'Or, Aux Dames Élégantes, La Belle Jardinière), enseignes qui vendent tout ce qui concerne la toilette de la femme et qui sont apparues dans la deuxième partie du XVIIIe siècle dans des rues-galeries, des rues-salons et des passages couverts qui favorisent un chalandage[2] paisible à l'abri des intempéries et d'une circulation parfois anarchique[3].

Accompagnant l'émergence des classes bourgeoises et de leur pouvoir d'achat, ces magasins pratiquent l'entrée libre, des prix fixes (alors que les échoppes avaient tendance à vendre au plus cher, selon des prix « à la tête du client »[4]) et affichés qui mettent fin au marchandage. Une marge plus faible compensée par un volume d'affaires plus important rend les prix attractifs. Par ailleurs, la révolution industrielle favorise cette tendance de baisse des prix par la mécanisation et la production en série (notamment dans l'industrie textile), ce qui permet de diffuser une offre plus abondante et plus diversifiée (accélération du cycle de la mode qui se démocratise, logistique favorisée par le développement du chemin de fer). Sans que l'on puisse encore parler de démocratisation de la consommation, on remarque que « Les magasins proposent une offre plus large, régulièrement renouvelée et soutenue par les réclames, des soldes, des livraisons à domicile, la vente par correspondance ou les reprises de marchandises, ce qui accélère la rotation de stock »[5].

Les précurseurs[modifier | modifier le code]

  • En 1734, Bennett's of Irongate dans la ville de Derby est le premier grand magasin connu, toujours en activité à ce jour[6].
  • En 1784, l'entrepreneur Jacques Calmane, associé aux commerçants Emile et Alphonse Fleck ouvrent à Paris au 67 de la rue du Faubourg-Saint-Martin une nouvelle forme de magasin à l'enseigne du «Tapis Rouge»[7]. Le premier grand magasin de France comprend plusieurs immeubles de la rue et 3 étages, bien éclairés par dix immenses verrières. «Il offre sur des milliers de métres carrés et dans des galeries spacieuse et éclairées les nouveautés de la Maison Fleck. (...) Après avoir franchi les marches d'un escalier qu'on croirait suspendu dans les airs , tant sa structure et légère et sa pente facile, nous arrivons à l'entresol». Comme le rapporte un journal de l'époque [8] «Quand on entre, on ne sait trop si l'on est dans un magasin ou dans l'un de ces vastes marchés de l'Orient qui offrent aux yeux des amateurs les produits de toutes les nations du globe». Il est à l'origine du roman Au Bonheur des Dames de Émile Zola.
  • En 1829, Aux Trois-Quartiers, propose une surface commerciale de 27 000 m2 sur le bd de la Madeleine, à Paris[9].
  • En 1832, le magasin Austin's en Irlande du Nord inaugure le principe de magasin par départements sur 2 300 m2[10].

Le fondateur[modifier | modifier le code]

En 1852 à Paris, le premier grand magasin qui incarne véritablement cette révolution commerciale et offre un vaste choix de rayons (département) différents sur une très grande surface est le magasin Le Bon Marché, conçu et réalisé par Aristide Boucicaut.

Les disciples[modifier | modifier le code]

Sur le modèle de Boucicaut, les « grands magasins » vont éclore un peu partout et occuper de vastes bâtiments, sur plusieurs étages. L'aménagement est conçu de manière quasi-théâtrale[11], fait une large place au luxe décoratif, et tire parti des derniers progrès techniques (électricité, ascenseurs, escaliers roulants). Ces aménagements inédits s'inscrivent dans les transformations urbaines du XIXe siècle à l'image du Paris haussmannien. Émile Zola n'hésite pas à qualifier les Grands Magasins de « cathédrales du commerce »!
Fin XIXe siècle, les ouvertures se multiplient en Europe et aux États-Unis :

  • En France, ce sont
les Grands Magasins du Louvre, par Alfred Chauchard en 1855,
À la Belle Jardinière (1856),
les Grands magasins du Printemps, par Jules Jaluzot (1865),
la Samaritaine, par Ernest Cognacq et Louise Jay, apparue aussi en 1865.
Les Galeries Lafayette à Paris, en 1896, par Théophile Bader et Alphonse Kahn[12].
Le magasin historique de La Rinascente à Milan.
le Bon Marché (sans lien avec le Bon Marché parisien) est ouvert en 1860 par François Vaxelaire. Vaxelaire, qui est d'origine lorraine, a découvert le concept de grand magasin à Paris. Lorsque les patrons du commerce de confection où il est commis lui en confient le direction, il le transforme en grand magasin et rachètera l'affaire en 1865.
Le Grand Bazar de la place Saint-Lambert à Liège, en 1885.
Le Grand Bazar du Bon Marché à Anvers, en 1885.
L'Innovation, à Bruxelles, en 1897.
La Rinascente, à Milan, en 1865.
Coin, près de Venise, en 1916.
Harrods, (ouvert à Londres depuis 1834), commence sa transformation en grand magasin en 1892 sous la direction de Richard Burbidge.
Harry Gordon Selfridge (en) ouvre Selfridges à Londres en 1909
The City of Paris Dry Goods Company est ouvert à San Francisco par les frères Émile et Félix Verdier de Nîmes en 1851,
Macy's ouvre à New York en 1858,
Marshall Field ouvre à Chicago en 1865.
John Wanamaker ouvre Wanamaker's (en) à Philadelphie en 1876 : il reprend et développe la notion de ventes promotionnelles saisonnières (inventé par Boucicaut au magasin Le Bon Marché à Paris)[13] en transformant de façon systématique les fêtes religieuses et folkloriques (Noël, Pâques, Halloween, Saint-Valentin, etc.) en opportunités limitées dans le temps pour inciter fortement à l'achat.

Les grands magasins dans le monde[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Inauguration du Grand Bazar de la rue de Rennes, en 1907.

Actuellement, les deux principales enseignes de grands magasins sont les Galeries Lafayette (1893) et le Printemps (créé en 1865 par Jules Jaluzot, ancien vendeur du Bon Marché). Ces enseignes louent leurs espaces aux marques[14].

Outre les précédents, présents au niveau national, Paris compte Le Bon Marché (appelé couramment "le BM") (1852), le Bazar de l'Hôtel de Ville (situé près de l'Hôtel de Ville, d'où son nom, il est couramment appelé le « BHV » et fut créé en 1856 par Xavier Ruel, ancien colporteur) et La Samaritaine (fermée en 2005 pour remise en conformité), voit le jour en 1869. Des grands magasins existent aussi dans certaines grandes villes, comme par exemple Midica (1946) à Toulouse ou le Grand Bazar (1886) à Lyon.

Autrefois, Paris abritait les activités des Grands Magasins du Louvre (1855-1974), de À la Belle Jardinière (1866-1974), du grand magasin À Réaumur (Gobert-Martin), au 82 à 96 rue Réaumur, du Grand Bazar de la rue de Rennes, du Palais de la Nouveauté, ou Grands Magasins Dufayel[15], sur le boulevard Barbès, du Petit Saint-Antoine, au 33 rue du Faubourg-Poissonnière, du grand magasin Au Gagne-Petit, avenue de l'Opéra, de la Maison Cheuvreux-Aubertot, sise boulevard Poissonnière et des Magasins Réunis.

Les grands magasins perdent de leur influence à partir des années 1970 avec l’essor de la grande distribution. Bernard Arnault et LVMH reprennent Le Bon Marché en 1985, puis la Samaritaine en 2000 ; François Pinault et PPR reprennent Le Printemps en 1992 (l’enseigne est revendue en 2006). Les magasins sont rénovés, mais la morosité est toujours présente. Ces groupes sont en difficultés à cause de grandes surfaces spécialisées comme Zara ou H&M qui sont également fabricants. Les Galeries Lafayette et le Printemps ont choisi à partir des années 2000 de jouer la carte du luxe, et ciblent une clientèle aisée[14].

En Europe[modifier | modifier le code]

L'Allemagne possède les chaines Kaufhof, Hertie, Karstadt et le KaDeWe, à Berlin.

En Belgique, Galeria Inno possède plusieurs grands magasins. El Corte Inglés est le principal grands magasins d'Espagne. En Italie, La Rinascente et Coin sont présents dans la plupart des grandes villes du pays.

L'Espagne, a El Corte Inglés comme l'enseigne de référence.

En Finlande, Stockmann et Sokos sont implantés dans la capitale. En Suède, Nordiska Kompaniet et Åhléns se partagent les faveurs des chalands. Au Danemark, le Magasin du Nord se trouve à Copenhague, sur la place Kongens Nytorv, à proximité de Nyhavn.

Au Royaume-Uni, les enseignes Harrods, Selfridges, Hamleys, Liberty, Woolworth's, House of Fraser, et John Lewis, occupent ce créneau de la distribution. Pour des raisons historiques ou de proximité géographique, Debenhams et Marks & Spencer, sont présents tant au Royaume-Uni qu'en Irlande. L'Irlande est le berceau de Arnotts (Ireland), Brown Thomas, Clerys, Dunnes Stores, Harvey Nichols et House of Fraser.

En Russie, on trouve les centres commerciaux Goum, le Tsoum ainsi que le Marché Gorbouchka à Moscou, et le Gostiny Dvor ainsi que Le Passage à Saint-Pétersbourg.

En Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Magasin La Baie à Montréal.
Bloomingdale's à Atlanta.

Les grands magasins du Canada sont la Compagnie de la Baie d'Hudson possédant les chaînes Zellers et La Baie, Holt Renfrew, Sears Canada, et Ogilvy's.

Les États-Unis, sont le berceau de Bloomingdale's, JC Penney, Saks Fifth Avenue, Sears qui ont une implantation internationale et des chaines locales de Dillard's, Gottschalk, Macy's, Nordstrom, Lord & Taylor ou Neiman Marcus.

Le Mexique a El Palacio de Hierro, Liverpool et Sanborns.

Au Japon[modifier | modifier le code]

Article détaillé : grands magasins du Japon.

Les principaux grands magasins du Japon sont Isetan, Matsuzakaya, Mitsukoshi et Takashimaya.

Les grands magasins dans la culture[modifier | modifier le code]

Dès l'écriture de Au Bonheur des Dames par Émile Zola en 1883, les grands magasins sont le sujet de créations artistiques.

Au cinéma, outre l'adaptation d'Au Bonheur des Dames par André Cayatte en 1943, ces enseignes apparaissent dans Bébert et l'Omnibus d'Yves Robert (1963), Peur sur la ville d'Henri Verneuil (1974), Riens du toutCédric Klapisch met en scène les méthodes managériales du commerce (1992)[16].

À la grande époque, les enseignes commandent également des réclames aux affichistes parmi lesquels Jean-Alexis Rouchon et Jules Chéret, alors qu'aujourd'hui les Galeries Lafayette louent le talent du graphiste et photographe Jean-Paul Goude pour leurs publicités[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Katell Pouliquen, « Marchande de frivolités », sur L'Express,‎ 24 janvier 2005
  2. Jean-Paul Caracalla, Le Roman du Printemps. Histoire d'un grand magasin, Denoël, 1989, 167 p.
  3. Philippe Verheyde, Les grands magasins parisiens, Balland,‎ 2012, 239 p.
  4. « Prix à la bobine ».
  5. Christine Le Goff et Sally Aitken, documentaire Au bonheur des dames, l'invention des grands magasins, 2011
  6. Anja Aronowsky Cronberg, « Le Grand magasin », Magazine — Style, Media & Creative Industry, vol. 2, no 8,‎ 2012, p. 50
  7. [http://www.tapisrouge.fr/historique/
  8. Le Monde Illustré
  9. Franck Ferrand, « Les grands magasins », émission Au cœur de l'histoire sur Europe 1, 15 juin 2012
  10. (en) Site officiel du magasin Austin's encore ouvert à ce jour [lire en ligne]
  11. Gustave Eiffel est le concepteur technique du bâtiment Le Bon Marché. L'utilisation des structures métalliques permet d'abriter dans un volume grandiose plusieurs étages desservis par des escaliers majestueux
  12. Laurence Benaïm, « Les Galeries à l'instant du centenaire », Le Monde,‎ 8 septembre 1996
  13. Boucicaut met en œuvre des ventes promotionnelles en décembre (jouets de Noël) et en janvier (période de « blanc »)
  14. a et b Stéphane Lauer, « Les grands magasins à la recherche d'un nouveau souffle », Le Monde,‎ 7 juillet 2005
  15. Les magasins Dufayel, les palais de la nouveauté, www.lagouttedor.net, consulté le 03/01/2009 [lire en ligne]
  16. Les grands magasins les grandes enseignes de ville de France
  17. « Les grands magasins à l'affiche », pistes pédagogiques pour Au Bonheur des dames, Bibliothèque nationale de France, 2002

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emile Zola, Au Bonheur des Dames, 1883
  • Les Grands magasins à Paris, à Berlin et en Amérique. Leur organisation commerciale, Berger-Levrault, Paris/ Nancy, 1913 (trad de l'allemand)
  • Hrand, Pasdermadjian, Le Grand magasin, son origine, son évolution, son avenir, Dunod, Paris, 1939
  • Françoise Parent-Lardeur, Les Demoiselles de magasin, Éditions Ouvrières, Paris, 1970
  • Bernard Marrey, Les Grands magasins des origines à 1939, Picard, Paris, 1979
  • François Faraud, Histoire de la Belle Jardinière, Belin, Paris, 1987
  • Michael B. Miller, Au Bon Marché 1869-1920 : le consommateur apprivoisé, Armand Colin, 1987 (ISBN 978-2200371210)
  • Meredith Clausen, Frantz Jourdain and the Samaritaine: Art Nouveau Theory and Criticism, Leiden, E. J. Brill, 1987
  • Piedade da Silveira, pour la Caisse des Retraites des Entreprises à Commerces Multiples, Paris, série de monographies illustrées de 50 p environ : Aux Deux Magots, 1993/ A la Ville de Paris(1841-1882), 1994/ Les Grands Magasins du Louvre au XIXe siècle, 1995/ Aux Trois Quartiers, 1996/ Au Pauvre Diable et Au Coin de Rue, 1997/ A Pygmalion et A la Ville de Saint-Denis, 1998
  • Tristan Gaston-Breton, Galeries Lafayette, la légende d'un siècle, Cliomédia, Paris, 1997
  • Jean-Paul Caracalla, Le Roman du Printemps, histoire d'un grand magasin, Denoël, Paris, 1997
  • Robert Proctor, The Department Store in Paris, 1855-1914: an Architectural History, Ph.D soutenu sous la direction du professeur Andrew J. Saint, Cambridge, 2002
  • Robert D. Tamilia, The Wonderful World of the Department Store in Historical Perspective: A Comprehensive International Bibliography Partially Annotated, 2002
  • Rafael Serrano Saseta, La Création d’un type architectural : les grands magasins parisiens (1844-1930), thèse de doctorat en architecture soutenue sous la codirection de Jean-Louis Cohen (université Paris-VIII) et Víctor Pérez Escolano (Universidad de Sevilla), 2005
  • Rafael Serrano Saseta, "Aspectos urbanos y arquitectónicos de los grandes almacenes de París: modernización del gran comercio urbano a partir de la primera mitad del siglo XIXe", Scripta Nova. Revista electrónica de geografía y ciencias sociales, Barcelona, Universidad de Barcelona, 15 avril 2006, vol. X, no 211
  • Béatrice de Andia (dir.), Les Cathédrales du commerce parisien - Grands magasins et enseignes, Action artistique de la Ville de Paris, coll. Paris et son patrimoine, 2006 - (ISBN 2-913246-57-5)
  • Uri M. Kupferschmidt, European Department Stores and Middle Eastern Consumers. The Orosdi-Back Saga, Istanbul, Ottoman Bank Archives and Research Centre, 2007
  • Jan Withaker, Une histoire des grands magasins, Citadelles & Mazenod, Paris, 2011