Période Yamato

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Yamato.

La période Yamato (大和時代, Yamato jidai?) désigne la période de l'histoire du Japon où une structure politique et sociale se met en place dans la province de Yamato autour de Nara vers 250.

Cette période peut être divisée en deux sous-périodes, sur la base de l'arrivée du bouddhisme:

  • La période Kofun (古墳時代, Kofun-jidai?, v. 250538), du nom des kofun, tertres funéraires typiques de l'époque qui constituent l'une des principales sources de documentation sur cette période.
  • La période Asuka (飛鳥時代, Asuka-jidai?, 538710)

On trouve dans les textes chinois du Royaume de Wei le terme 邪馬台国 qui se lirait pays du Yamatai en japonais moderne et pays du xiematai en chinois mandarin. Le dernier sinogramme se prononçait en chinois archaïque *tə. On sait que le phonème /o/ du japonais moderne était réalisé en *ə en japonais ancien : la prononciation moderne yamato vient donc d'une ancienne prononciation *yamatə.

Aux Ve ou VIe siècle, cette structure sociale est hiérarchisée selon des clans (, uji?) sous la domination d'un dirigeant héréditaire. Les clans sont divisés en groupes selon le statut professionnel. L'État du Yamato s'étend par la suite sur l'ensemble du Japon excepté la partie nord où se trouvent les Aïnous.

C'est la période durant laquelle se développent au Japon l'écriture et le bouddhisme venus de Chine (par la Corée). Les techniques chinoises sont aussi assimilées. Les clans étaient partagés entre les partisans du bouddhisme très liés à la Corée (le clan Soga, pour ne citer que lui) et les traditionalistes shintoïstes comme les clans Otomo et Mononobe. Dès le règne de l'impératrice Suiko et de son régent le prince Umayado, (de son nom posthume Shōtoku) le bouddhisme est encouragé pour devenir religion d'état. En 604, Umayado rédige une Constitution en 17 points qui se présente plus comme une philosophie de la façon de gouverner (telle que la pensée confucéenne). Selon ce texte, la Cour est divisée en 12 rangs regroupés par deux, un mineur et un majeur qui répondent à six vertus essentielles. La Vertu (toku), la Bienfaisance (nin), l'Étiquette (rei), la Probité (shin), l'Équité (gi) et la Sagesse (chi). Les rangs des courtisans ont chacun leurs parures, couleurs, habits propres selon le degré de proximité avec le souverain. Il y a de même un système de hiérarchie basé sur le mérite et pas seulement sur la filiation.

C'est le début d'un véritable état. À la mort de Shōtoku, le clan Soga massacre sa famille et règne en maître jusqu'en 645, date à laquelle son chef meurt, abandonnant le pouvoir au meneur du clan Nakatomi.

Le terme Yamato, peut dans certains textes désigner l'ensemble du Japon. Aujourd'hui, ce terme a des connotations nationalistes.[réf. nécessaire]

Voir aussi[modifier | modifier le code]