École Kanō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
École Kanō : Arrivée de vaisseaux étrangers « venus du Sud »

L'école Kanō (狩野派, Kanō-ha?) est une école d'artistes peintres et musicaux (essentiellement peintres) professionnels et laïques au Japon. Elle fut créée par Kanō Masanobu, suivi de Kanō Motonobu vers le milieu du XVe siècle. Les artistes Kanō, constitués en ateliers familiaux, produisirent une grande variété de peintures (décorations de fusuma ou de paravents, illustrations d'emakimono, éventails…) et dans de nombreux genres. Leur tradition se perpétua jusqu'à l'ère Meiji.

Histoire[modifier | modifier le code]

Detail des quatre réalisations, par Kanō Eitoku. Un panneau d'un paravent en comportant six. Encre sur papier. Montre des personnes jouant au go.

Le fondateur de l'école, Kanō Masanobu (1434–1530), était contemporain de Sesshū, et élève de Shūbun. Certains spécialistes écrivent que, bien que Kanō Masanobu ait maîtrisé des éléments de la peinture chinoise et du style de Shūbun, il était finalement doté d'un talent assez médiocre et manquait à la fois de l'originalité et de la créativité de son maître.

Quoi qu'il en soit, Masanobu devint peintre officiel à la cour du Shogun (il dirige l'atelier de peinture, ou edokoro, du bakufu), et c'est cette haute position qui donna à l'école Kanō influence et prestige. Les artistes qui le suivirent améliorèrent son style et ses méthodes, et, en moins d'une génération, l'école prospéra.

L'école Kanō : une école, deux styles[modifier | modifier le code]

Le travail de cette école constitue le sommet de la période artistique Momoyama, et, alors que bien des écoles se spécialisent dans un seul style, un seul support ou une seule forme, l'école Kanō, elle, excella dans deux domaines différents. Les peintres Kanō travaillaient souvent sur de grandes surfaces, pour peindre des scènes de nature représentant des oiseaux, des plantes, de l'eau, ou d'autres animaux, sur des portes coulissantes ou des paravents, couvrant l'arrière plan de feuille d'or. L'un des plus fameux exemples peut en être trouvé au château Nijō à Kyōto.

Cependant, l'école était tout autant renommée pour ses paysages monochromes à l'encre de Chine sur soie. Les peintres Kanō qui utilisaient l'encre composaient des tableaux très plats, mais ils savaient impeccablement équilibrer la composition entre les premiers plans détaillant des descriptions réalistes d'animaux et autres sujets, et l'arrière blanc souvent formé de nuages ou d'autres éléments abstraits, voire uniformes.

L'utilisation d'un espace négatif pour indiquer la distance, et pour impliquer de la brume, des nuages, le ciel, ou la mer était tiré de styles traditionnels chinois, que les artistes Kanō surent utiliser avec brio.

Il est à remarquer les coups de pinceau hardis et les images hardies ainsi obtenues au moyen d'un type de peinture pourtant souvent subtil et retenu. Également, il existe un contraste entre ces peintures monochromes à l'encre habilement peintes et les formes artistiques beaucoup plus tapageuses - mais non moins belles - que ces artistes surent créer sur les murs ou les paravents.

Liste de peintres de l'école (ordre généalogique)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Généalogie des peintres Kanō.
Le Paravent aux lions de Kanō Eitoku

Sources/Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

École Tosa

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :