Années 1870

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Années :

18701871187218731874
18751876187718781879

Décennies :

1850 · 1860Années 18701880 · 1890

Siècles :

XVIIIe siècleXIXe siècleXXe siècle

Millénaires :

 Ier millénaireIIe millénaireIIIe millénaire 

Événements[modifier | modifier le code]

Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

À cette époque, il y a eu de nombreuses inventions telle que l’électricité, le cinéma des frères Lumière en France, le phonographe de Guglielmo Marconi ou encore le téléphone. Au niveau de l'architecture, le Modern Style s'impose en Europe et aux États-Unis.

Art et culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Décennie 1870 en arts plastiques.
  • 1er mai 1873 : ouverture de l’exposition universelle de Vienne. À cette occasion, après les déboires de Paris en 1867, les Japonais se sont lancés dans un extraordinaire inventaire des richesses nationales, tout en se demandant ce que signifie être japonais. Ainsi né le « discours sur les Japonais » (Nihonjinron).

Économie et société[modifier | modifier le code]

  • 1873 - 1896 : « Grande Dépression » en Europe et aux États-Unis (fin en 1896). La Russie est touché par la crise économique européenne. Elle frappe durement l’industrie textile portugaise (60 % de la population ouvrière, 40 % de la production industrielle) et le commerce du vin.

Afrique[modifier | modifier le code]

  • En 1869[1], les Missions Rhénanes du Sud-Ouest africain créent une société commerciale chargée théoriquement d’assurer l’approvisionnement régulier des Namas et des Hereros, peuples nomades, souvent en guerre et menacés en permanence par la sécheresse et la famine. Des ressources nombreuses (ivoire, guano, cuivre, plumes d’autruche, bétail) attirent les marchands de Brême et de Hambourg. Vers 1875, les centres commerciaux de Windhoek et Grootfontein, se présentent comme de petites villes allemandes prospères.
  • Afflux massif de colons français en Algérie après 1872 : réfugiés alsaciens et lorrains, déportés de la Commune de Paris. La saisie des terres et des biens des indigènes insurgés entraîne la fondation de nouveaux villages.
  • Mouvement d’immigration vers les villes en Libye. Les communautés étrangères grossissent. Tripoli, qui compte de nombreux Maltais, accueille des réfugiés des régences d’Afrique du Nord.
  • « La grande dépression » qui affecte les pays industrialisés dans les années 1873-1896 fait brutalement chuter les prix des produits africains.
  • Le chef swahili Tippou Tib, marchand d’esclave, après avoir accumulé les victoires militaires depuis 1867, établit sa capitale à Kasongo en 1875 et se proclame souverain de la région ouest du lac Tanganyika. En l’espace de vingt ans, ils se taille un empire d’environ 500 000 km2. Il l’organise dans le domaine politique, en nommant ou en confirmant dans leurs fonctions les chefs ; économique, en développant de grandes cités marchandes (Nyangwe, Kasongo, Kisangani), en construisant des routes et en encourageant des plantations esclavagistes ; religieux, en répandant l’islam. Vers l’ouest, ses caravanes vont au-delà du Lualaba, frontière théorique de ses États.
    • Tippou Tib et les autres marchands arabes utilisent pour servir leurs intérêts économiques et politiques le groupe des wangwana (« personnes libres », appelés « arabisés » par les Européens), engagés volontaires ou esclaves, qui pratiquent la langue swahili et l’islam. On leur confie la collecte de l’ivoire, l’achat et la capture d’esclaves, la gestion des domaines ruraux et le transport des marchandises vers Ujiji, Tabora ou Zanzibar. D’autres groupes sociaux liés au commerce se développent : les porteurs (pagazi), recrutés principalement parmi les Nyamwezi ; les chasseurs d’ivoire ; enfin les esclaves (washenzi, « barbares »), qui pourvoient à la subsistance des chasseurs, des trafiquants ou des porteurs.
  • En 1879, 500 des 633 vaisseaux entrés dans le port de La Goulette sont italiens[2].


  • Boom des exportations de caoutchouc en Angola, qui prennent le pas sur celles d’ivoire et de cire. Vers 1885, le caoutchouc représente les trois quarts des exportations angolaises.
  • 146 factoreries européennes sont installées entre Loango et Luanda, de part et d’autre de l’embouchure du Congo. Le principal entrepôt de ce commerce se trouve à 400 km des côtes, au Pool Malebo. Après l’arrêt de la traite négrière vers 1860, le bassin du Congo exporte surtout de l’ivoire, du caoutchouc, du copal, de l’huile de palme et des noix de palmiste. Il importe des produits européens et surtout du sel marin qui fait pratiquement office de monnaie à l’intérieur. Les cauris, les tissus et le cuivre sous forme de barrettes (mitako) sont également utilisés pour les échanges.
  • Déclin du commerce transsaharien entre la boucle du Niger et le Maroc partir des années 1870.
  • Des stations de charbonnages sont installées à Freetown, en Sierra Leone. La production est envoyée en Grande-Bretagne sur des bateaux à vapeur qui réduisent considérablement le temps de transport entre l’Afrique et l’Europe.
  • La ville de Khums, en Libye, devient le principal centre de production d’alfa (plante textile, spontanée dans la région méditerranéenne, utilisée pour fabriquer des cordes).
  • Le code portugais du travail indigène, promulgué en 1875, remplace l’esclavage par le recrutement de travailleurs pour les plantations de Sao Tomé.

Amérique[modifier | modifier le code]

  • 1870-1890 : crise dans le secteur du café dans la vallée du Paraiba au Brésil : épuisement des terres, pénurie d’esclaves, concurrence internationale.
  • 1872 : début des plantations de bananiers au Costa Rica, plantées le long de la voie ferrée en construction entre Limón et Cartago[3]. Minor Keith en commence l’exportation en 1878[4]. La banane deviendra dans la plupart des petites républiques d’Amérique centrale l’unique produit d’importation, en général à destination des seuls États-Unis. L’installation de grandes compagnies américaines, comme l’United Fruit Company (1899), transforme la vie économique et politique des petits pays de la région.
  • 1877-1880 : mouvement de population vers l’Acre à cause d'une grande sécheresse dans le Nordeste.


  • L’adoption de l’étalon or par la plupart des pays européens entre 1873 et 1878 stimule la demande et profite au Mexique[5].
  • En Bolivie, un tiers des terres publiques passent dans des mains privées après 1870.
  • L’Argentine devient exportatrice de céréales.
  • Prospérité de la ville de Guayaquil en Équateur grâce au cacao. Les exportations sont passées de 5 000 tonnes en 1840 à 12 000 en 1870 et représentent les trois quarts des recettes du pays.
  • 85 % de la population du Brésil est analphabète (même sans tenir compte des esclaves). Les écoles n’existent pratiquement que dans les villes. Rio de Janeiro tient une place à part (académies, librairies, Bibliothèque nationale)[6].
  • La production annuelle de café au Brésil passera de 200 000 tonnes en 1870 à 300 000 en 1880 et 700 000 en 1900.
  • De 1811 à 1870, le Brésil a importé 1,145 million d’esclaves Africains, soit 60 % des esclaves débarqués aux Amérique (3 % aux États-Unis, 32 % à Cuba).
  • De 1811 à 1870, Cuba a importé 606 000 esclaves africains, soit 32 % des esclaves débarqués aux Amériques.
  • Le guano, engrais naturel, assure la principale richesse du Pérou jusque dans les années 1870 (plus de 1 100 millions de francs-or en 25 ans).

États-Unis[modifier | modifier le code]

Pile de crânes de bisons destinée à devenir du fertilisant dans les années 1870.

Asie et Pacifique[modifier | modifier le code]

  • 1870 : liaison télégraphique entre Bombay et Londres.
  • 1871 :
  • 1873 :
    • modernisation de l’État japonais sur le modèle européen. Réforme fiscale. Suppression des pensions à la noblesse.
    • liaison télégraphique entre l'Australie et Londres.
    • Introduction du théier d’Assam à Java[8].
  • 1873–1874 : famine dans le Bihar (Inde)[9].
  • 1877-1879 : une famine dans le nord de la Chine fait au moins dix millions de victimes.
  • 1877-1878 : famine en Inde. Mysore, Maharashtra, Pendjab, Madhya Pradesh et Utta sont durement touchés. Elle fait plusieurs milliers de victimes.
  • 1877 :
    • Ouverture d’un comptoir commercial japonais à New York.
    • Les sultans de Brunei et de Sulu avaient loué des terres à des marchands étrangers à l’est de Bornéo (futur Sabah). Le bail est racheté par un syndicat d’intérêts britanniques (British North Bornéo Company en 1881).
    • Introduction de l’hévéa en Indonésie[10].
  • Inde : développement d’une importante industrie textile autour de Bombay, destinée au marché intérieur et à l’exportation vers la Chine. Elle occupera le cinquième rang mondial en 1914 et produira 23 % des cotonnades consommées en Inde (44 % si l’on prend en compte la production artisanale).
  • Immigration allemande vers l’Australie-Méridionale (de 2 000 à 5 000 personnes par décennie après 1871).

Europe[modifier | modifier le code]


  • Câble télégraphique sous-marin entre le Portugal et l’Angleterre.
  • Réchauffement hivernal en Islande de 1,5 °C de 1870 à 1940.
  • 70 % de la population danoise vit de l’agriculture et 15 % de l’industrie.
  • 220 000 habitants à Rome. La ville devenue capitale en 1872 est le théâtre d’une vaste opération immobilière. De nombreux monuments sont détruits pour construire des logements pour l’administration.
  • 1 175 000 Italiens émigrent entre 1870 et 1880. Ils se dirigent vers les nations européennes, surtout vers la France. Après 1880, ils commencent à traverser l’Atlantique : Argentine, Brésil et États-Unis.
  • La Hongrie compte 540 000 Juifs.

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

  • 1871 : Trade Union Act, loi reconnaissant l’existence légale des syndicats ouvriers.
  • 1873 :
    • Crise de l’agriculture marquée par la baisse d’un tiers du prix des céréales face à la concurrence étrangère (1873-1896). Les élites foncières compensent la baisse des revenus du fermage en diversifiant leurs activités, en particulier dans le domaine financier. Les prix de gros s’orientent à la baisse (-32 % sur la période), diminuant les profits des industriels et les obligeant à réduire leurs effectifs ouvriers. La production industrielle ralentit dans plusieurs secteurs (sidérurgie, textile, charbon), comme la croissance de la productivité de la main-d’œuvre.
    • Le recensement cadastral (New Domesday Book) indique une concentration persistante de la propriété foncière : 7000 personnes en possèdent les quatre cinquièmes, et les plus grands domaines restent dans les mains des aristocrates (400 familles au plus) et de la gentry (1000 à 2000 familles).
  • 1873 - 1876 : Joseph Chamberlain, maire radical de Birmingham, organise entre un vaste projet urbanistique, alliant municipalisation de la distribution d’eau et de gaz, drainage, démolition de taudis, percement de grandes avenues et aménagement d’espaces verts (gas-and-water socialism). Ce socialisme municipal fait école et en 1914 la distribution du gaz sera municipalisée dans plus de 200 villes et celle de l’eau dans 500.
  • 1875 :
    • la semaine de travail est limitée à 54 heures pour les adolescents et les femmes.
    • fondation et ouverture par Arthur Lasenby Liberty (en) du magasin Liberty & Co au 218a Regent Street à Londres, grâce à un prêt de 2 000 livres sterling que lui avait accordé son futur beau-père.
    • la consommation d’alcool culmine avec 160 litres par an et par personne.
  • 1876 : le déficit commercial Britannique atteint 100 millions de livres. Il oscillera en 120 et 180 millions entre 1890 et 1913. Il est largement compensé par la fourniture de capitaux et la prestation de services (fret, assurances, banques).
  • 1877, Londres : Annie Besant livre un combat judiciaire pour imposer le droit à la contraception.


  • Depuis 1800, la production de textile est multipliée par 14 et celle de charbon par 10 (elle doublera encore jusqu’en 1910).
  • Les exportations annuelles sont de 218 millions de £ entre 1870 et 1879. Le Royaume-Uni fournit le tiers de la production mondiale de produits manufacturés et le revenu national par habitants est le plus élevé au monde. Il produit 60 % du charbon mondial, 50 % des tissus de coton, 40 % de l’acier. Un quart du revenu national est assuré par les exportations.
  • L’industrie emploie 5,5 millions de personnes, le commerce et les transports 2,3 millions, l’agriculture et les services domestiques 1,8 million, la fonction publique et les professions libérales 700 000.
  • Fondation de onze universités au Royaume-Uni entre 1871 et 1892.
  • Londres compterait 80 000 prostitués (10 000 selon la police).

Démographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. George Steinmetz, The Devil's Handwriting : Precoloniality and the German Colonial State in Qingdao, Samoa, and Southwest Africa, University of Chicago Press,‎ 2008 (ISBN 9780226772448, présentation en ligne)
  2. Jean Jolly, Histoire du continent africain : de la préhistoire à 1600, vol. 1, Éditions L'Harmattan,‎ 1996 (ISBN 9782738446886, présentation en ligne)
  3. André Lassoudière, histoire du bananier, Editions Quae,‎ 2010 (ISBN 9782759206186, présentation en ligne)
  4. Ana Patricia Rodríguez, Dividing the Isthmus : Central American Transnational Histories, Literatures, and Cultures, University of Texas Press,‎ 2009 (ISBN 9780292774582, présentation en ligne)
  5. Olivier Dabène, L'Amérique latine à l'époque contemporaine, Armand Colin,‎ 2011 (ISBN 9782200254117, présentation en ligne)
  6. Frédéric Mauro, Histoire du Brésil, Editions Chandeigne,‎ 1994 (présentation en ligne)
  7. John Man, Samurai, Random House,‎ 2011 (ISBN 9781409011057, présentation en ligne)
  8. Jean Bruhat, Histoire de l'Indonésie, P.U.F.,‎ 1976 (présentation en ligne)
  9. William A. Dando, Food and Famine in the 21st Century, vol. 1, ABC-CLIO,‎ 2012 (ISBN 9781598847307, présentation en ligne)
  10. Jean Bruhat, op. cit, p. 62.
  11. Jacques Le Rider, L'Allemagne au temps du réalisme, Albin Michel,‎ 2008 (ISBN 9782226216496, présentation en ligne)
  12. Olivier Dabène, L'Amérique latine à l'époque contemporaine, Armand Colin,‎ 2011 (ISBN 9782200254117, présentation en ligne)

Sur les autres projets Wikimedia :