Tchang Kaï-chek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tchang.
Dans ce nom chinois, le nom de famille, Chiang, précède le nom personnel.
Tchang Kaï-chek
蔣介石
Chiang Kaï-chek en 1940.
Chiang Kaï-chek en 1940.
Fonctions
Président du gouvernement central de la République de Chine
10 octobre 192815 décembre 1931
Premier ministre Tan Yankai
Song Ziwen
Prédécesseur Wellington Koo (intérim)
Successeur Lin Sen
1er août 194320 mai 1948
Premier ministre Song Ziwen
Prédécesseur Lin Sen
Successeur Lui-même Président de la République de Chine
Président de la République de Chine[1]
20 mai 194821 janvier 1949
Vice-président Li Zongren
Premier ministre Yen Hsi-shan
Chen Cheng
Yu Hung-Chun
Chen Cheng
Yen Chia-kan
Chiang Ching-kuo
Prédécesseur Lui-même président du gouvernement nationaliste de Chine (Taïwan)
Successeur Li Zongren (intérim)
1er mars 19505 avril 1975
Vice-président Li Zongren
Chen Cheng
Yen Chia-kan
Premier ministre Yen Hsi-shan
Chen Cheng
Yu Hung-Chun
Chen Cheng
Yen Chia-kan
Chiang Ching-kuo
Prédécesseur Li Zongren
Successeur Yen Chia-kan
Premier ministre de la République de Chine
4 décembre 193015 décembre 1931
Prédécesseur Song Ziwen
Successeur Chen Mingshu
7 décembre 19351er janvier 1938
Président Lin Sen
Prédécesseur Wang Jingwei
Successeur Kong Xiangxi
20 novembre 193931 mai 1945
Président Lin Sen
Prédécesseur Kong Xiangxi
Successeur Song Ziwen
1er mars 194718 avril 1947
Prédécesseur Song Ziwen
Successeur Chang Ch'ün
Biographie
Nom de naissance Tchang Kaï-chek
Date de naissance 31 octobre 1887
Lieu de naissance Fenghua, Zhejiang (Chine)
Date de décès 5 avril 1975 (à 87 ans)
Lieu de décès Taipei (Taïwan)
Nationalité Taïwanaise
Parti politique Kuomintang
Conjoint Song Meiling
Enfant(s) Chiang Ching-kuo
Chiang Wei-kuo
Religion Méthodisme

Signature

Tchang Kaï-chek
Présidents de la République de Chine (Taïwan)

Chiang Kaï-chek, ou Tchang Kaï-chek, ou Chang Kaï-chek (en chinois traditionnel 蔣介石, chinois simplifié 蒋介石, en pinyin Jiǎng Jièshí) (31 octobre 1887 – 5 avril 1975) est un militaire et homme politique chinois qui fut l'un des principaux leaders du Kuomintang après la mort de Sun Yat-sen en 1925.

Il fut le chef militaire — avec le titre de généralissime — et, à diverses périodes et en alternance, le chef du gouvernement et le président de la « première République chinoise » puis, jusqu'à sa mort, le président de « République de Chine » à Taïwan.

Un chef militaire, polygame et photographe[modifier | modifier le code]

Il est né à Ching Yang Shui, dans le district de Fenghua, préfecture de Ningbo, province du Zhejiang, dans une famille de commerçants dont les ancêtres sont originaires de Yixing, préfecture de Wuxi, province du Jiangsu. Il suit une formation militaire dans une académie du Japon.

Tchang Kaï-chek.

Chiang rejoint l'Alliance révolutionnaire d'IMI THA NOUT [réf. souhaitée] par l'entremise de Chen Qimei en 1906. Entre 1911 et 1912, il participe aux combats de Shanghai. Il gravit ainsi les échelons de la hiérarchie du parti et devient un proche collaborateur de Zhang Renjie. À cette époque, Chiang était affilié à des sociétés secrètes de Shanghai. Il suit ensuite Sun Yat-sen dans son exil au Japon (1914) et le rejoint à Canton en 1918. Lorsque le Parti communiste chinois et le Kuomintang s'allient sous l'impulsion du Komintern à partir de 1922 pour lutter ensemble contre le pouvoir des seigneurs de la guerre et des Occidentaux, Chiang Kaï-chek est envoyé en URSS en 1923 afin d'y rencontrer les dirigeants du Komintern, d'inspecter les écoles militaires et l'organisation politique. À partir de 1924, il dirige l'académie militaire de Huangpu, constituée avec l'aide d'instructeurs militaires soviétiques. Cette académie formera une élite militaire qui sera toujours fidèle à Chiang. Lorsque les riches commerçants de Canton se révoltent en 1924 contre les taxes imposées par le Kuomintang, c'est lui qui mène les combats contre leurs milices.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Noms
En français : Chiang Kaï-chek
Chine continentale  : 蔣介石
Pinyin : Jiǎng Jièshí
Wade-Giles : Chiang Chieh-shih
À Taïwan : 蔣中正
Pinyin : Jiǎng Zhōngzhèng
Wade-Giles : Chiang Chung-cheng
En anglais : Chiang Kai-shek
Nom de famille : Jiang
Chinois traditionnel :
Sinogramme simplifié :
Prénoms
nom de registre (譜名): Zhoutai (周泰)
nom de lait (乳名): Ruiyuan (瑞元)
nom d'écolier (學名): Zhiqing (志清),
plus tard Zhongzheng (中正)
prénom de courtoisie (字): Jieshi (介石), prononcé
Kai-shek en Cantonais

Déjà marié à Mao Fumei (毛福梅, 1882–1939), mère de Chiang Ching-kuo, qu'il a épousée alors qu'il avait 14 ans, Tchang Kaï-chek quitte tôt le foyer familial pour poursuivre ses études et sa carrière. Il épouse ensuite successivement deux concubines ou épouses secondaires, Yao Yecheng (姚冶誠, 1889–1972) en 1912 et Chen Jieru (陳潔如, 1906–1971) en décembre 1921.

Il épouse enfin en décembre 1927 la fille du riche imprimeur Charles Song, Song Meiling (12 février 1898 - 23 octobre 2003, Long Island). La famille Song, de confession protestante, insiste pour que Tchang Kaï-chek divorce de Mao Fumei - ce qu'il fait cette même année - et renie Yao Yecheng et Chen Jieru.

Yao élève le fils adoptif de Tchang Kaï-chek, Wei-kuo. Après la victoire communiste, elle fuit à Taïwan et meurt à Taipei.

Chen adopte une fille en 1924, Yaoguang (瑤光), qui prendra plus tard son nom de famille. Elle reste à Shanghai sous le régime communiste qui lui refuse le droit d'émigrer. Elle obtient sur le tard le droit de partir pour Hong Kong où elle décèdera.

Mao Fumei meurt lors de la guerre sino-japonaise en 1939, pendant un bombardement.


Tchang Kaï-chek est aussi un bon photographe amateur, notamment pour ses clichés du Parc du Luxembourg à Paris.

Militaire anticommuniste et homme fort du Kuomintang[modifier | modifier le code]

Chiang en 1933

Après la mort de Sun (1925), il s'arroge progressivement la direction du parti. En 1925, il devient commandeur en chef de l'Armée nationale révolutionnaire.

En 1926, prétendant que la gauche prépare un complot contre le Kuomintang, il arrête les dirigeants communistes de Canton et leurs conseillers soviétiques. Ceux-ci ne sont relâchés qu'après avoir accepté de s'affilier au Kuomintang et de renoncer à leurs convictions politiques.

Ayant à présent le contrôle des forces armées du Kuomintang, il décide de lancer en juillet 1926 l'Expédition du Nord contre les seigneurs de la guerre qui contrôlent toujours la plus grande partie du pays.

Lors de cette campagne, il prend le parti d'attaquer Shanghai, mais avant que ses troupes n'entrent dans la ville, les communistes déclenchent une grève et les ouvriers prennent le pouvoir dans la ville en attendant l'arrivée des troupes de Chiang.

Inquiet de la force des communistes, Chiang conclut des accords avec les Occidentaux présents dans la ville (qui garantissent leur neutralité), les milieux d'affaires chinois (qui lui promettent un soutien financier) et avec la Bande verte, une société secrète criminelle (qui infiltre les milieux ouvriers et fournit des renseignements à Chiang).

Le 12 avril 1927, la Bande verte lance une attaque généralisée contre les communistes de Shanghai qui fera des milliers de morts parmi les dirigeants et les ouvriers.

Chiang Kaï-chek installe ensuite le gouvernement à Nankin, défiant le gouvernement rival que Wang Jingwei a installé à Wuhan.

Pendant quelques mois, trois gouvernements se disputent la légitimité en Chine :

Le gouvernement de Wang Jingwei cesse cependant d'exister dès septembre 1927 et Wang se rallie à la faction de Chiang. Parallèlement, l'Expédition du Nord se poursuit et les troupes de Chiang progressent sans cesse vers Pékin.

À la fin de 1927, les opérations se ralentissent, car Chiang décide de laisser la tête du parti à Hu Hanmin et celle du gouvernement à Tan Yankai, un proche de son rival Wang Jingwei. Il s'agit en fait d'une retraite stratégique, car il craint de perdre son contrôle sur le parti. De plus, il veut arranger son mariage avec la belle-sœur de Sun Yat-sen, Song Meiling. C'est pourquoi, après un bref passage dans son village natal, il part pour le Japon afin d'y négocier avec sa future belle-famille, hostile parce que Chiang est déjà marié et qu'il n'est pas chrétien. Fin 1927, il peut finalement se marier à Shanghai. Il reprend ensuite la direction des troupes et la progression vers Pékin se poursuit facilement, notamment grâce à des accords avec certains seigneurs de la guerre.

En juin 1928, Pékin tombe aux mains des troupes du Kuomintang; victoire facilitée par la politique du Japon. Le Japon, de fait, incite Zhang Zuolin, le seigneur de la guerre qui contrôle la ville, à se replier en Mandchourie pour préserver les intérêts japonais.

Le gouvernement de Wang Jingwei s'étant dissous, Chiang Kaï-chek apparaît comme le maître du jeu en Chine.

Nationaliste pragmatique et dirigeant de la République de Chine[modifier | modifier le code]

En compagnie de son épouse Song Meiling et de ses deux fils Chiang Ching-kuo et Chiang Wei-kuo.

Chiang devient alors le Président du gouvernement central de la République de Chine, déplace la capitale à Nankin et instaure un régime dictatorial combinant les valeurs du confucianisme et du fascisme.

  • En 1930, au cours de la guerre des plaines centrales, il bat la coalition rivale formée par Li Zongren, Yan Xishan et Feng Yuxiang, matant provisoirement les factions rivales au sein de l'armée et du Kuomintang.
  • En février 1931, il fait arrêter et mettre aux arrêts domiciliaires Hu Hanmin, le chef officiel du Kuomintang, mais est contraint de le libérer peu après du fait des pressions internes au parti. Une faction du Kuomintang, menée notamment par Hu Hanmin et Lin Sen, dénonce sa dictature et demande désormais sa démission. Mais le parti est forcé de s'unir à nouveau en septembre 1931, quand le Japon envahit la Mandchourie : la défaite militaire des troupes chinoises conduit Chiang Kaï-chek à démissionner en décembre de la présidence de la République, assumée ensuite par Lin Sen. Chiang demeure néanmoins le chef de l'Armée nationale révolutionnaire et son influence reste prépondérante au sein du Kuomintang : il continue de résider dans le palais présidentiel. Les heurts à Shanghai entre les troupes chinoises et japonaises, au début 1932, confortent sa position, en le faisant apparaître comme un chef militaire indispensable face à la menace japonaise.
  • En 1933 et 1935, il évince son rival Wang Jingwei, qu'il remplace successivement comme chef officiel du Kuomintang, puis chef du gouvernement, étant de facto le véritable dirigeant de l'autorité centrale chinoise.

Chiang poursuit son combat contre les communistes.

  • En septembre 1933, ses troupes encerclent la République soviétique chinoise du Jiangxi, ce qui entraîne l'année suivante la fin du bastion communiste et contraint ses dirigeants à entamer la Longue Marche, pour se réfugier au Shaanxi. Par contre, Chiang évite d'affronter les Japonais, dont les intentions agressives sont de plus en plus manifestes, car il croit ses forces encore trop faibles pour pouvoir sortir victorieuses.

L'"incident" de Xi'an[modifier | modifier le code]

Un seigneur de la guerre, Zhang Xueliang, après négociation avec les communistes, lui tend un piège le 12 décembre 1936[2] et le retient en otage: il accepte enfin de signer en décembre 1936 l'accord de Xi'an visant à constituer un front uni avec les communistes pour lutter contre le Japon.

Le bureau de Chiang Kaï-chek

La guerre sino-japonaise (1937-1945)[modifier | modifier le code]

En tant que chef du gouvernement et chef de l'armée, Chiang mène la Chine lors de la guerre de résistance contre les Japonais, pendant laquelle sa position à l'intérieur du pays s'affaiblit comparativement à celle de Mao.

L'ampleur de l'invasion nippone l'amène à déménager entre 1937 et 1939 sa capitale de Nankin à Wuhan, après le massacre de Nankin, puis à Chongqing, à l'époque dans le Sichuan. Le siège du gouvernement demeure dans cette dernière localité jusqu'à la fin de la guerre, entraînant une campagne intensive de bombardement par l'aviation impériale.

En 1943, à la mort de Lin Sen, Chiang Kaï-chek assume l'intérim de la Présidence.

Au niveau mondial, l'influence de Chiang en fait l'un des « quatre grands » leaders des Alliés lors des conférences internationales comme la Conférence du Caire de 1943.

Le 26 juillet 1945, il signe avec Truman et Churchill la déclaration de Potsdam, par laquelle les Alliés lancent un ultimatum demandant la reddition inconditionnelle au Japon.

En 1947, la Chine adopte une nouvelle constitution.

En avril 1948, Chiang Kaï-chek est élu par le parlement Président de la République, poste qu'il occupe par intérim depuis 1943 en qualité de chef du gouvernement.

Mais la guerre de son parti contre les communistes, reprise dès 1946, vient bientôt mettre un terme à son autorité.

Repli à Taïwan (1949-1975)[modifier | modifier le code]

En compagnie de son épouse, en 1955.

Chiang tente d'éradiquer les communistes de Mao Zedong mais ne parvient pas à ses fins, l'invasion soviétique de la Mandchourie ayant permis au PCC d'étendre ses bases dans le nord-est de la Chine.

Le 21 janvier 1949, face aux succès des communistes, Chiang démissionne de la présidence, dont l'intérim est assuré par son rival Li Zongren.

Mais la faction de Chiang reprend vite le dessus et ce dernier assume à nouveau la réalité du pouvoir, évinçant Li Zongren, malade, absent car en soins à New York.

En décembre 1949, Chiang déplace son gouvernement à Taipei, devenue capitale de fait de République de Chine (Taïwan), où il reprend de manière officielle ses fonctions de président, le 1er mars 1950.

Un temps isolé sur la scène politique internationale, abandonné par les États-Unis, il s'est à nouveau imposé comme un allié de poids au moment de la Guerre de Corée et des risques d'extensions de la menace communiste en Asie.

Chiang Kaï-chek reste à la tête de la "République de Chine" à Taïwan jusqu'à sa mort en 1975, et continue de revendiquer la souveraineté sur l'ensemble de la Chine. Malgré une constitution théoriquement démocratique, son gouvernement demeure autoritaire, basé sur un système de parti unique et de loi martiale. Il impose également une culture chinoise standard, en interdisant à l'école et dans les médias l'usage des dialectes taïwanais.

Sa présidence voit cependant un fort développement de l'économie de Taïwan grâce au commerce extérieur.

En 1978, son fils Tchang Ching-kuo devient à son tour Président de la République, et donne le coup d'envoi de la démocratisation du régime.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le titre officiel du chef de l'État, dans le gouvernement du Kuomintang, est initialement Président du gouvernement central de la République de Chine. En 1948, avec la nouvelle constitution, il devient officiellement le Président de la République de Chine, Chiang Kaï-chek étant le premier à assumer ce titre.
  2. Anne Lumet, Le pacte, éditions Publibook, 2004

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :