Empire britannique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Empire britannique
British Empire en

XVIe siècleXXe siècle

Drapeau
Union Flag.

Hymne : God Save the Queen

Description de cette image, également commentée ci-après

Les zones du monde qui firent à une époque partie de l'Empire britannique. Les actuels territoires britanniques d'outre-mer sont soulignés en rouge.

Informations générales
Statut Monarchie parlementaire
Capitale Londres
Langue Anglais et langues locales
Religion Anglicanisme, protestantisme et religions locales
Monnaie Livre sterling
Démographie
Population 1939[1],[2] 450 000 000 hab.
Superficie
Superficie 1939[1],[2] 33 000 000 km2
Histoire et événements
1600 Monopole de la Compagnie des Indes dans l'océan Indien.
1607 Jamestown est la première colonie américaine.
1707 L'Acte d'Union est signé.
1770 James Cook arrive en Australie.
1791 L'Acte constitutionnel instaure le Haut et le Bas-Canada.
1815 Les Britanniques s'imposent contre Napoléon.
1837 La reine Victoria débute son règne.
1882 Le Canal de Suez passe sous contrôle britannique.
1914 L'Empire se bat aux côté de la Triple-Entente.
1921 L'État libre d'Irlande est formé.

Entités précédentes :

Entités suivantes :

L’Empire britannique ou Empire colonial britannique était un ensemble territorial composé des dominions, colonies, protectorats, mandats et autres territoires gouvernés ou administrés par le Royaume-Uni. Il trouve son origine dans les comptoirs commerciaux puis les colonies outre-mer établis très progressivement par l'Angleterre, à partir de la fin du XVIe. Il était le plus grand empire de l'histoire et la première puissance mondiale[3] à son apogée en 1922, avec un quart de la population mondiale, soit environ 400 millions d'habitants[4] et s'étendait sur 29,8 millions de km² (environ 22 % des terres émergées)[5],[6]. En conséquence, son héritage dans les domaines de la politique, du droit, de la linguistique et de la culture est colossal.

Au cours de l'Âge des découvertes aux XVe et XVIe siècles, le Portugal et l'Espagne fondèrent de vastes empires. Envieux des richesses conférées par ces empires, l'Angleterre, la France et les Pays-Bas commencèrent à établir des colonies et des comptoirs commerciaux en Amérique et en Asie[7]. Une série de guerres avec la France plaça l'Amérique du Nord sous le contrôle de l'Angleterre, juste avant la perte des Treize colonies en 1783 après la guerre d'indépendance des États-Unis. L'attention britannique se tourna alors vers l'Afrique, l'Asie et le Pacifique. À la suite de la défaite de la France napoléonienne en 1815, la Grande-Bretagne connut un siècle de domination sans partage et étendit ses possessions dans le monde entier. Elle accorda des degrés divers d'autonomie aux colonies blanches dont certaines devinrent des dominions.

La montée en puissance de l'Allemagne et des États-Unis éroda la domination économique britannique vers la fin du XIXe siècle. Les tensions économiques et militaires entre la Grande-Bretagne et l'Allemagne furent l'une des causes majeures de la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle le Royaume-Uni fit largement appel à son empire. Le conflit ruina le pays, dont l'économie fut distancée par ses voisins dans l'après-guerre, et si l'empire atteignit son expansion maximale, il n'avait plus la même puissance incontestée. Lors de la Seconde Guerre mondiale, les colonies britanniques d'Asie du Sud-Est furent occupées par le Japon, ce qui porta atteinte au prestige britannique et accéléra le déclin de l'empire malgré la défaite finale du Japon. Les Indes, possession la plus importante et la plus peuplée, obtinrent leur indépendance deux ans après la guerre.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, dans le cadre des mouvements de décolonisation expérimentés par les puissances européennes, la plupart des territoires de l'Empire britannique obtinrent leur indépendance. À la même époque, en 1956, la crise de Suez, qui tourna au fiasco pour la Grande-Bretagne, symbolise sa perte de puissance face aux États-Unis notamment. L'acte final du mouvement de décolonisation fut la rétrocession de Hong Kong à la Chine en 1997. 14 territoires restent toutefois sous souveraineté britannique au sein des territoires britanniques d'outre-mer. Après leur indépendance, la plupart des anciennes colonies rejoignirent le Commonwealth of Nations, une association libre d'états indépendants. 16 nations du Commonwealth conservent le monarque britannique comme chef d'État en tant que royaumes du Commonwealth.

Origines (1497–1583)[modifier | modifier le code]

Réplique de la The Matthew utilisée par Jean Cabot lors de son second voyage vers le Nouveau Monde

La fondation de l'Empire britannique eut lieu alors que l'Angleterre et l'Écosse étaient des royaumes séparés. En 1496, à la suite des succès espagnols et portugais outre-mer, le roi Henri VII d'Angleterre chargea Jean Cabot de mener un voyage dans l'Atlantique nord pour découvrir une route vers l'Asie[8]. Cabot quitta l'Angleterre en 1497, cinq ans après la découverte de l'Amérique, et arriva sur les côtes de Terre-Neuve (croyant à tort, comme Christophe Colomb qu'il avait atteint l'Asie)[9] mais il n'y eut pas de tentative pour établir une colonie. Cabot lança une nouvelle expédition l'année suivante mais disparut en mer[10].

Les Anglais ne firent aucune tentative d'implantation en Amérique avant le règne d'Élisabeth Ire, à la fin du XVIe siècle[11]. L'Angleterre protestante était maintenant ennemie de l'Espagne catholique[8]. En 1562, la Couronne britannique autorisa les corsaires John Hawkins et Francis Drake à mener des attaques contre les navires négriers espagnols et portugais le long de la côte de l'Afrique du Nord[12]. Puis, avec la poursuite des guerres anglo-espagnoles, Élisabeth Ire autorisa de nouvelles attaques contre les ports espagnols aux Amériques et contre les galions transportant les richesses du Nouveau Monde en Europe[13]. Au même moment, des écrivains influents comme Richard Hakluyt et John Dee (qui fut le premier à employer le terme « d'Empire britannique »)[14] commencèrent à faire pression pour la fondation d'un empire anglais. À ce moment, l'Espagne était solidement implantée dans les Amériques, le Portugal avait établi des comptoirs commerciaux et des forts depuis les côtes de l'Afrique et du Brésil jusqu'en Chine et la France commençait à s'établir le long du fleuve Saint-Laurent, dans ce qui deviendra la Nouvelle-France[15].

« Premier Empire britannique » (1583–1783)[modifier | modifier le code]

En 1578, Élisabeth Ire donna des lettres patentes à Humphrey Gilbert pour la découverte et l'exploration des territoires outre-mer[16]. Gilbert partit donc pour les Indes occidentales avec l'intention de mener des actes de piraterie et d'établir une colonie en Amérique du Nord mais l'expédition échoua avant même d'avoir franchi l'Atlantique[17],[18] En 1583, il débarqua à Terre-Neuve dont il revendiqua la souveraineté au nom de la couronne anglaise, même s'il n'avait pas laissé de colons sur place. Gilbert ne survécut pas au voyage de retour et la reine accorda des lettres patentes à son demi-frère, Walter Raleigh, en 1584. La même année, celui-ci fonda la colonie de Roanoke, sur la côte de l'actuelle Caroline du Nord mais le manque de provisions entraina la perte de la colonie[19].

En 1603, Jacques Ier d'Angleterre monta sur le trône et, l'année suivante, il négocia le traité de Londres qui mettait fin aux hostilités avec l'Espagne. Dorénavant en paix avec son principal rival, l'Angleterre se concentra sur la construction de son propre empire colonial au lieu de s'attaquer aux colonies étrangères[20]. L'Empire britannique commença à prendre forme au début du XVIIe siècle avec la création d'implantations en Amérique du Nord et dans les Caraïbes et la fondation des premières compagnies commerciales, dont la plus notable fut la Compagnie anglaise des Indes orientales, afin d'administrer les colonies et de développer le commerce avec la métropole. Cette période, qui dura jusqu'à la perte des Treize colonies après la Guerre d'indépendance des États-Unis vers la fin du XVIIIe siècle, est désignée par l'expression « Premier Empire britannique »[21].

Amérique, Afrique et commerce triangulaire[modifier | modifier le code]

Les possessions dans les Caraïbes représentaient initialement les colonies anglaises les plus importantes et les plus lucratives[22] mais leur création avait été difficile. Une tentative pour implanter une colonie en Guyane en 1604 ne dura que deux ans et ne parvint pas à découvrir les gisements d'or qui avaient motivé sa création[23]. Les colonies de St. Lucia (1605) et de Grenade (1609) déclinèrent rapidement mais d'autres implantations à St. Kitts (1624), Barbade (1627) et Niévès (1628) eurent plus de succès[24]. Elles adoptèrent rapidement le système des plantations de sucre, développé par les Portugais au Brésil, qui reposait sur l'esclavage[25]. Initialement, le commerce était assuré par des navires hollandais qui transportaient les esclaves d'Afrique et acheminaient le sucre américain jusqu'en Europe. Pour s'assurer que les importants revenus de ce commerce se fassent au profit des Anglais, le parlement décréta que seuls les navires anglais auraient le droit de commercer avec les colonies anglaises. Cela entraina une série de guerres avec les Provinces-Unies tout au long du XVIIe siècle qui permirent à l'Angleterre de renforcer sa position en Amérique aux dépens des Pays-Bas[26]. En 1655, l'Angleterre annexa l'île de la Jamaïque appartenant à l'Espagne et, en 1666, elle s'implanta avec succès dans les Bahamas[27].

Carte des colonies britanniques en Amérique du Nord vers 1776

La première colonie anglaise permanente établie en Amérique fut créée à Jamestown en 1607 par John Smith sous l'impulsion de la Virginia Company. Les Bermudes furent revendiquées par l'Angleterre en 1609 lorsque le navire amiral de la Virginia Company y fit naufrage et, en 1615, elles furent accordées à la nouvelle Somers Isles Company[28]. La charte de la Virginia Company fut révoquée en 1624 et un contrôle direct de la Virginie fut assumé par la Couronne britannique, ce qui permit la fondation de la colonie de Virginie[29]. La colonie de Terre-Neuve fut créée en 1610 avec l'objectif d'implanter des peuplements permanents sur l'ile[30]. En 1620, Plymouth fut créée en tant que refuge pour les puritains anglais[31]. D'autres colonies furent progressivement fondées le long de la côte atlantique : Le Maryland en 1634, le Rhode Island en 1636, le Connecticut en 1639 et la province de Caroline en 1663. Après la chute de Fort Amsterdam en 1664, l'Angleterre s'empara de la colonie hollandaise de Nouvelle-Néerlande, qui fut renommée New York. Cette annexion fut formalisée par le traité de Bréda dans lequel les Provinces-Unies échangeaient la Nouvelle-Nééerlande contre le Suriname[32]. En 1681, la province de Pennsylvanie fut fondée par William Penn. Les colonies américaines étaient moins profitables que les colonies sucrières des Caraïbes mais elle disposaient de vastes étendues de terres et attiraient massivement les émigrants anglais[33].

En 1670, Charles II d'Angleterre accorda une charte à la Compagnie de la Baie d'Hudson qui lui offrait le monopole sur le commerce des fourrures dans la Terre de Rupert, une vaste étendue recouvrant une large part du Canada actuel. Les forts et les comptoirs commerciaux créés par la Compagnie étaient régulièrement la cible d'attaques des Français qui pratiquaient également le commerce des fourrures depuis la Nouvelle-France[34].

Deux ans plus tard, la Royal African Company fut créée et reçut le monopole de l'approvisionnement en esclaves des colonies anglaises dans les Caraïbes[35]. Dès le départ, l'esclavage était la base de l'Empire britannique dans les Indes occidentales. Jusqu'à son abolition en 1807, la Grande-Bretagne fut responsable de la déportation de près de 3,5 millions d'Africains vers l'Amérique, soit un tiers de tous ceux victimes du Commerce triangulaire[36]. Pour faciliter ce commerce, des forts furent établis sur les côtes de l'Afrique de l'Ouest comme à l'île James, à Jamestown et à l'île de Bunce. Dans les Caraïbes britanniques, le pourcentage de Noirs dans la population passa de 25 % en 1650 à environ 80 % en 1780 et dans les Treize colonies, le nombre passa de 10 % à 40 % sur la même période (la majorité se trouvant dans les colonies du sud)[37]. Pour les commerçants européens, le commerce était extrêmement profitable et devint la base de l'économie pour de nombreuses villes comme Bristol ou Liverpool, qui formaient le troisième angle du commerce triangulaire avec l'Afrique et l'Amérique. Les conditions épouvantables du voyage faisaient qu'un esclave sur sept mourait lors de la traversée de l'Atlantique[38].

En 1695, le parlement écossais accorda une charte à la Company of Scotland qui fonda une colonie dans l'isthme de Panama en 1698 avec l'ambition de construire un canal dans la région. Assiégée par les colons espagnols de Nouvelle-Grenade et décimée par la malaria, elle fut abandonnée deux ans plus tard. Le projet Darién fut un désastre économique pour l'Écosse et mit fin aux ambitions écossaises de rivaliser avec l'Angleterre dans l'aventure coloniale[39]. L'épisode eut également de larges répercussions politiques car il convainquit les gouvernements écossais et anglais des mérites d'une union des deux pays au lieu d'une simple union des couronnes[40]. En 1707, l'Écosse était intégrée au sein du Royaume de Grande-Bretagne après l'Acte d'Union.

Rivalité avec les Pays-Bas en Asie[modifier | modifier le code]

Le Fort St. George fut fondé à Madras en 1639

À la fin du XVIe siècle, l'Angleterre et les Pays-Bas commencèrent à menacer le monopole portugais pour le commerce avec l'Asie en formant des sociétés par actions pour financer les expéditions. La Compagnie anglaise des Indes orientales et la Compagnie néerlandaise des Indes orientales furent respectivement fondées en 1600 et en 1602. L'objectif principal était de participer au prospère commerce des épices en s'implantant là où elles étaient produites. Les trois nations furent quelque temps en compétition pour la suprématie commerciale dans la région[41], mais le système financier plus avancé des Pays-Bas[42] et leurs victoires dans les trois Guerres anglo-néerlandaises du XVIIe siècle leur permirent d'obtenir une position dominante en Asie. Les hostilités cessèrent après la Glorieuse Révolution de 1688 qui vit Guillaume III d'Orange, stathouder des Provinces-Unies, devenir roi d'Angleterre. Un accord entre les deux nations laisse le commerce des épices aux Pays-Bas et le commerce des textiles à l'Angleterre. Cependant, le commerce du thé et du coton supplante rapidement le commerce des épices et en 1720, la Compagnie anglaise, aidée par la puissante Royal Navy, commence à prendre le dessus sur la Compagnie néerlandaise[42].

Lutte mondiale contre la France[modifier | modifier le code]

Défaite des navires français à Québec en 1759

Au début du XVIIIe siècle, avec la stagnation de l'Empire espagnol et le déclin de la puissance hollandaise, le Royaume-Uni devenait la puissance coloniale dominante. Néanmoins, la France fut sa grande rivale tout au long du siècle[43].

La mort de Charles II d'Espagne en 1700 et sa succession par Philippe d'Anjou, un petit-fils de Louis XIV de France, laissait présager une unification de l'Espagne, de la France et de leurs colonies respectives, une possibilité inacceptable pour l'Angleterre et les autres puissances européennes[44]. En 1701, l'Angleterre, le Portugal et les Pays-Bas s'allièrent au Saint-Empire romain germanique contre la France et l'Espagne lors de la Guerre de Succession d'Espagne qui dura jusqu'en 1714. Lors du Traité d'Utrecht, qui mit fin à la guerre, Philippe renonça à ses droits de succession au trône de France[44]. L'Empire britannique reçut Gibraltar et Minorque de la part de l'Espagne, l'Acadie de la part de la France et sa domination sur Terre-Neuve fut renforcée. De plus, la Grande-Bretagne obtint le monopole sur l'asiento qui désigne la fourniture d'esclaves à l'Amérique Latine. Gibraltar, qui reste un territoire britannique aujourd'hui, devint une base navale stratégique et permit au Royaume-Uni de contrôler l'entrée et la sortie de la Méditerranée[45].

La Guerre de Sept Ans, qui débuta en 1756, fut le premier conflit d'envergure mondiale car les combats eurent lieu en Europe, en Inde et en Amérique du Nord. Le Traité de Paris de 1763 eut des conséquences immenses pour le futur de l'Empire britannique. En Amérique du Nord, la France abandonna ses revendications sur la Terre de Rupert[34], céda la Nouvelle-France (et une importante population francophone) à la Grande-Bretagne et la Louisiane à l'Espagne. L'Espagne céda la Floride à la Grande-Bretagne. En Inde, la Guerre carnatique laissait seulement à la France le contrôle de ses comptoirs commerciaux (mais avec des restrictions militaires) et surtout mettait fin aux espoirs français de dominer le sous-continent[46]. La défaite de la France et la destruction de son empire colonial à la suite de la Guerre de Sept Ans firent de la Grande-Bretagne la première puissance maritime au monde[47].

Ascension du « Second Empire britannique » (1783–1815)[modifier | modifier le code]

La victoire de Robert Clive lors de la Bataille de Plassey annonça le début de la domination britannique en Inde.

Règne de la Compagnie en Inde[modifier | modifier le code]

Durant son premier siècle d'existence, la Compagnie anglaise des Indes orientales se concentra sur le commerce avec le sous-continent indien car elle n'était pas en position de rivaliser avec le puissant Empire moghol qui lui avait accordé des droits commerciaux en 1617[48]. La situation évolua au XVIIIe siècle avec le déclin des Moghols et la Compagnie anglaise des Indes orientales affronta son équivalent français, la Compagnie française des Indes orientales durant les Guerres carnatiques lors des années 1740 et 1750. La Bataille de Plassey de 1757, qui vit la victoire des Britanniques menés par Robert Clive sur le Bengale et ses alliés français, permit à la Compagnie de devenir la puissance militaire et politique dominante en Inde[49]. Dans les décennies qui suivirent, elle s'empara progressivement de nombreux territoires qu'elle administrait soit directement soit par l'intermédiaire des dirigeants locaux. Elle organisa sa propre armée principalement composée de cipayes indiens[50]. L'Inde britannique devint finalement la plus profitable des possessions britanniques, le « joyau de la couronne », et permit au Royaume-Uni de s'élever au rang de plus puissante nation au monde[51].

Perte des Treize colonies américaines[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Révolution américaine.
Reddition de Cornwallis à Yorktown. La perte des colonies américaines marquaient la fin du « premier Empire britannique ».

Au cours des années 1760 et 1770, les relations entre la Grande-Bretagne et les Treize colonies se détériorèrent en particulier du fait de la volonté du parlement britannique de taxer les colons américains sans leur accord[52]. En effet, les colons n'étaient pas représentés au parlement de Westminster. Le mécontentement déclencha la Révolution américaine et la Guerre d'indépendance des États-Unis en 1775. L'année suivante, les colons proclamèrent leur indépendance. Avec l'aide de la France, de l'Espagne et des Pays-Bas, les États-Unis gagnèrent la guerre en 1783.

La perte des Treize colonies, à l'époque la possession la plus peuplée de la Grande-Bretagne, est considérée par les historiens comme l'événement marquant la transition entre le « premier » et le « second » empire[53] au cours de laquelle le Royaume-Uni se détourne de l'Amérique au profit de l'Asie, de l'Afrique et du Pacifique. Dans son ouvrage La Richesse des Nations, publié en 1776, l'économiste Adam Smith avançait que les colonies étaient superflues et que le libre-échange allait remplacer les politiques mercantilistes qui avaient caractérisé la première période de l'expansion coloniale[47],[54]. L'augmentation du commerce entre les États-Unis et le Royaume-Uni après 1783 semblait confirmer l'idée de Smith selon laquelle le contrôle politique n'était pas nécessaire au succès économique[55],[56]. Les tensions entre les deux nations s'aggravèrent toutefois lors des Guerres napoléoniennes car la Grande-Bretagne tentait de couper le commerce américain avec la France et arraisonnait les navires américains à la recherche de déserteurs. Les États-Unis déclenchèrent la Guerre de 1812 mais aucun des deux camps ne parvint à prendre l'ascendant sur l'autre. Le Traité de Gand de 1815 confirma donc les frontières d'avant-guerre[57].

Les événements en Amériques influencèrent la politique britannique dans la province de Québec où entre 40 000 et 100 000[58] loyalistes avaient fui après la perte des Treize colonies[59]. Les 14 000 loyalistes qui s'installèrent dans les vallées de la Sainte-Croix et du Saint-Jean, faisant alors partie de la Nouvelle-Écosse, étaient mécontents d'être gouvernés depuis le gouvernement provincial de Halifax. Londres détacha alors le Nouveau-Brunswick de la Nouvelle-Écosse en 1784 pour en faire une colonie séparée[60]. L'Acte constitutionnel de 1791 créait les provinces du Haut-Canada (principalement anglophone) et du Bas-Canada (principalement francophone) pour apaiser les tensions entre les deux communautés et implanter un système de gouvernement similaire à celui utilisé en Grande-Bretagne avec l'intention de renforcer l'autorité impériale et de ne pas laisser une sorte de contrôle populaire du gouvernement qui avait été accusé d'avoir mené à la Révolution américaine[61].

Exploration du Pacifique[modifier | modifier le code]

James Cook avait pour mission de découvrir le continent sud Terra Australis

Depuis 1718, la déportation dans les colonies américaines était la peine pour divers actes criminels en Grande-Bretagne et environ un millier de condamnés étaient exilés en Amérique chaque année[62]. À la suite de l'indépendance des Treize colonies, le gouvernement britannique se tourna vers l'Australie[63]. La côte occidentale de l'Australie avait été explorée pour la première fois par l'explorateur hollandais Willem Janszoon en 1606 et fut nommée Nouvelle-Hollande par la Compagnie néerlandaise des Indes orientales[64] mais aucune tentative de colonisation ne fut entreprise. En 1770, James Cook explora la côte orientale de l'Australie lors d'un voyage scientifique dans le Pacifique Sud et revendiqua la Nouvelle-Galles du Sud au nom du Royaume-Uni[65]. En 1778, Joseph Banks, le botaniste de l'expédition de Cook convainquit le gouvernement britannique de la possibilité d'établir une colonie pénitentiaire à Botany Bay et les premiers condamnés arrivèrent en 1788[66]. La Grande-Bretagne continua à exiler des condamnés en Nouvelle-Galles du Sud jusqu'en 1840[67]. Les colonies australiennes devinrent rentables grâce aux exportations de laine et d'or[68]. Les ruées vers l'or eurent principalement lieu dans la colonie de Victoria et firent de la capitale Melbourne l'une des villes les plus riches du monde[69] et la deuxième plus grande ville de l'Empire britannique après Londres[70].

Durant son voyage, Cook explora également la Nouvelle-Zélande, explorée pour la première fois par l'explorateur hollandais Abel Tasman en 1642. Cook revendiqua l'Île du Nord et l'Île du Sud au nom de la Couronne britannique respectivement en 1769 et en 1770. Initialement, les interaction entre les indigènes maoris et les Européens se limitèrent à l'échange de biens. Les implantations européennes s'étendirent rapidement durant les premières décennies du XIXe principalement dans l'Île du Nord. En 1839, la Compagnie de Nouvelle-Zélande annonça son intention d'acheter de larges bandes de terres et d'établir des colonies en Nouvelle-Zélande. Le 6 février 1840, le capitaine William Hobson et environ quarante chefs maoris signent le Traité de Waitangi qui est considéré comme l'acte fondateur de la Nouvelle-Zélande[71],[72]. Cependant les différentes interprétations du texte suivant les versions britanniques ou maories[73] entrainèrent des tensions qui culminèrent lors des guerres maories et le traité reste encore aujourd'hui un sujet de débat[74].

Guerre avec la France napoléonienne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerres napoléoniennes.
La Bataille de Waterloo mit un terme au règne de Napoléon Ier.

Le Royaume-Uni investit des ressources considérables pour vaincre la France napoléonienne, mais en vain. Le Royaume-Uni organise de nombreuses coalitions qui se font écraser. Incapable de rivaliser avec la puissance française en Europe continentale, la Grande-Bretagne se concentra sur le contrôle des mers. Les ports français furent mis sous blocus par la Royal Navy qui remporta une victoire décisive sur la flotte franco-espagnole à Trafalgar en 1805. Les colonies des autres puissances européennes furent occupées, dont celles des Pays-Bas qui avaient été annexés par Napoléon Ier en 1810. La France fut finalement battue par la 6e coalition des armées européennes en 1815[75]. Les traités de paix furent à nouveau en faveur de la Grande-Bretagne  : la France cédait les îles Ioniennes, l'Île Maurice, Sainte-Lucie et Tobago ; l'Espagne cédait Trinidad ; Les Pays-Bas abandonnaient la Guyane, la Colonie du Cap et Ceylan et l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem ne recouvre pas Malte. De son côté, le Royaume-Uni rendait la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane et La Réunion à la France et Java et le Suriname aux Pays-Bas[76].

Empire britannique en 1815

Abolition de l'esclavage[modifier | modifier le code]

Sous la pression du mouvement abolitionniste, le gouvernement britannique fait passer le Slave Trade Act de 1807 qui met fin au commerce des esclaves dans l'Empire. En 1808, la Sierra Leone est désignée pour accueillir les esclaves libérés[77]. Le Slavery Abolition Act de 1833 met fin à l'esclavage dans l'Empire britannique à l'exception de Sainte-Hélène, de Ceylan et des territoires administrés par la Compagnie anglaise des Indes orientales même si ces exemptions furent par la suite supprimées. D'après l'Acte, les esclaves étaient totalement émancipés après une période d'« apprentissage » de 4 à 6 ans[78].

Apogée de l'Empire (1815–1914)[modifier | modifier le code]

L'Inde britannique en 1909
Carte de l'Empire britannique en 1886

Entre 1815 et 1914, une période désignée par le « siècle impérial britannique » par certains historiens[79],[80], environ 26 000 000 km2 de territoires et environ 400 millions de personnes furent intégrés dans l'Empire[81]. La défaite de Napoléon laissait la Grande-Bretagne sans réel opposant, à l'exception de la Russie en Asie centrale[82]. Dominant les mers, le Royaume-Uni adopta un rôle de policier du monde dans ce qui sera désigné par l'expression de Pax Britannica[83] et une politique étrangère connue sous le nom de « splendide isolement »[84]. En plus du contrôle formel qu'il exerçait sur ses propres colonies, la position dominante du Royaume-Uni dans le commerce mondial faisait qu'il contrôlait les économies de nombreux pays comme la Chine, l'Argentine ou le Siam, ce qui a été désigné par certains historiens comme un « empire informel »[85],[86].

La puissance impériale britannique était soutenue par les bateaux à vapeur et le télégraphe, deux technologies développées dans la seconde moitié du XIXe siècle qui permettaient à la Grande-Bretagne de contrôler et de défendre son empire. À partir de 1902, les possessions de l'Empire britannique étaient reliées par un réseau de câbles télégraphiques connus sous le nom de « All Red Line »[87].

Expansion en Asie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Raj britannique.
Caricature politique de 1876 montrant Benjamin Disraeli couronner la reine Victoiria impératrice des Indes. L'image titre New crowns for old ones

La Compagnie anglaise des Indes orientales mena l'expansion de l'Empire britannique en Asie. L'armée de la Compagnie aida l'armée britannique dans la capture de Singapour (1819), de Malacca (1824), qui furent intégrés au sein des Établissements des détroits, et de la Birmanie (1826)[82].

Depuis ses possessions en Inde, la Compagnie était également engagée dans le très lucratif commerce de l'opium avec la Chine depuis les années 1730. Ce commerce, illégal depuis son interdiction par la Dynastie Qing en 1729, permit d'inverser le déséquilibre de la balance commerciale résultant des importations britanniques de thé qui voyait de grandes quantités d'argent être transférées de Grande-Bretagne en Chine[88]. En 1839, la saisie de plus de 1 000 tonnes d'opium par les autorités chinoises de Canton entraina la déclaration de guerre du Royaume-Uni. La Première guerre de l'opium s'acheva par une victoire britannique qui obtint Hong Kong, alors une implantation mineure, d'après les termes du Traité de Nankin[89].

En 1857, une mutinerie de cipayes, soldats indiens intégrés dans l'armée britannique, dégénéra en un large conflit[90]. Le Royaume-Uni mit six mois pour venir à bout de la révolte qui causa de lourdes pertes dans les deux camps. Par la suite, un gouverneur-général fut nommé par le gouvernement britannique pour administrer le Raj britannique et la reine Victoria fut couronnée Impératrice des Indes en 1876. La Compagnie des Indes orientales fut dissoute en 1858[91].

L'Inde connut une série de mauvaises récoltes dans la seconde moitié du XIXe siècle qui entrainèrent de graves famines au cours desquelles environ 15 millions de personnes moururent. La Compagnie n'avait pas mis en place des politiques coordonnées pour gérer ces famines durant sa période de contrôle. Cela évolua sous le Raj car des commissions étaient mises en place après chaque famine pour en étudier les causes et mettre en place de nouvelles politiques qui ne furent cependant pas efficaces avant le début du XXe siècle[92].

Rivalité avec la Russie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grand Jeu (géostratégie).

Durant le XIXe siècle, la Grande-Bretagne et la Russie s'affrontèrent pour combler le vide laissé par le déclin des empires ottoman, perse et chinois. Cette rivalité fut désignée par l'expression « Grand Jeu »[93]. Après les défaites infligées par la Russie à l'Empire ottoman et à la Perse à la fin des années 1830, la Grande-Bretagne s'inquiéta d'une possible menace sur l'Inde[94]. En 1839, le Royaume-Uni tente de s'en prémunir en envahissant l'Afghanistan mais la première guerre anglo-afghane se termina par un désastre[76]. Lorsque la Russie envahit la Roumanie ottomane en 1853, les peurs concernant un possible effondrement de l'Empire ottoman et une domination russe de la Mer Méditerranée et du Moyen-Orient poussèrent le Royaume-Uni et à la France à envahir la péninsule de Crimée pour détruire les capacités navales russes[76]. La Guerre de Crimée, qui fut le seul conflit mené par le Royaume-Uni contre une autre puissance impériale lors de la période de la Pax Britannica, fut une défaite sans appel pour la Russie[76]. La situation restait cependant non résolue en Asie centrale et tandis que la Grande-Bretagne annexait le Balouchistan en 1876, la Russie s'emparait du Kirghizistan, du Kazakhstan et du Turkménistan en 1877. Une guerre semblait inévitable mais les deux pays parvinrent à un accord sur les sphères d'influences respectives dans la région en 1878 et les tensions restantes furent résolues par la signature de l'Entente anglo-russe de 1907[95].

Du Cap au Caire[modifier | modifier le code]

Le Colosse de Rhodes, une caricature de Cecil Rhodes annonçant les plans d’une ligne de télégraphe du Cap au Caire.

La Compagnie hollandaise des Indes orientales avait fondée la Colonie du Cap à la pointe sud de l'Afrique en 1652 comme station de relai pour les navires effectuant le voyage entre les Provinces-Unies et les Indes orientales néerlandaises. Le Royaume-Uni annexa formellement la colonie, et sa large population afrikaner (ou boer) en 1806 après l'avoir occupée en 1795 à la suite de l'invasion des Pays-Bas par la France[96]. L'immigration britannique commença dans les années 1820 et mécontenta les boers qui fondèrent des républiques indépendantes dans le nord à la suite du Grand Trek à la fin des années 1830[97]. Au cours de leur migration, les voortrekkers s'opposèrent aux britanniques, qui avait leur propre politique d'expansion coloniale en Afrique du Sud et avec les populations noires comme les nations basotho ou zoulou. Finalement les boers fondèrent deux républiques viables : la République sud-africaine du Transvaal (1852-1902) et l'État libre d'Orange (1854-1902)[98]. En 1902, les britanniques annexèrent les deux républiques à la suite de la Seconde Guerre des Boers de 1899-1902[99].

En 1869, le canal de Suez promu par Napoléon III fut ouvert et reliait la Méditerranée à l'Océan Indien. Les britanniques s'étaient initialement opposés à sa construction[100] mais une fois ouvert sa valeur stratégique fut rapidement reconnue. En 1875, le premier ministre britannique Benjamin Disraeli racheta les parts égyptiennes dans le canal pour 4 000 000£ (210 millions de livres de 2011). Le contrôle financier anglo-français sur l'Égypte pris fin en 1882 avec l'occupation du pays par le Royaume-Uni[101]. Les Français, majoritaires dans les parts du canal tentèrent d'affaiblir la position britannique[102] mais un compromis est trouvé en 1888 avec la Convention de Constantinople qui confirme la neutralité du canal[103].

Comme les activités coloniales des français, des belges et des portugais dans le bassin du Congo entrainaient des tensions entre les différent pays, la conférence de Berlin de 1884 fut organisée pour réglementer la compétition dans ce qui fut appelé le « partage de l'Afrique »[104]. Le partage continua jusque dans les années 1890 et poussa le Royaume-Uni à reconsidérer sa décision de se retirer du Soudan en 1885. Une force combinée anglo-égyptienne battit l'armée mahdiste en 1896 et repoussa une tentative d'invasion française à Fachoda en 1898. Le Soudan devint un condominium anglo-égyptien, un protectorat conjoint dans le nom mais une colonie britannique dans les faits[105].

Les acquisitions britanniques en Afrique orientale et australe poussèrent Cecil Rhodes, pionnier de l'expansion britannique à demander la création d'un chemin de fer Le Cap-Le Caire permettant une meilleure administration et un transport plus facile des ressources et des hommes entre les différentes colonies[106]. En 1888, Rhodes et sa compagnie privée, la British South Africa Company, occupèrent et annexèrent des territoires qui furent baptisés en son honneur, la Rhodésie[107].

Exploration de l'Ouest nord-américain[modifier | modifier le code]

Le Royaume-Uni étendit également son Empire jusqu'à la région Nord-Ouest Pacifique sur le continent nord-américain. Après l'établissement du Columbia District et de l'Oregon Country qui servirent de zone de traite des fourrures, des colonies permanentes ont été établis dans la région en raison de la ruée vers l'or qui fut un véritable boom économique. La première colonie créer fut la colonie de l'Île de Vancouver en 1846. Elle fut suivie par l'établissement de la colonie de la Colombie-Britannique en 1858, le Territoire du Nord-Ouest en 1859, le territoire Stikine en 1862, puis enfin par la colonie des Îles de la Reine-Charlotte en 1863. La colonie de Colombie-Britannique connut une rapide expansion de son territoire, en raison de l'absorption des Îles de la Reine-Charlotte et du territoire Stikine en 1863, puis de l'Île de Vancouver en 1866.

Indépendance des colonies blanches[modifier | modifier le code]

L'exploitation forestière était une des principales industries canadiennes en termes d'emploi, ici en Ontario aux environs de 1900

À partir du XIXe siècle, il y eut un contraste grandissant entre les statuts des colonies blanches et les autres. Tandis que la domination britannique se caractérisait par une régime autocratique et militaire dans ces dernières, les colonies blanches obtinrent graduellement une forme d'autonomie[108].

Le chemin de l'émancipation pour les colonies blanches commença en 1839 avec le rapport Durham qui proposait l'unification et l'autonomie du Haut-Canada et du Bas-Canada comme solution aux tensions politiques[109]. Ainsi l'Acte d'Union de 1840 créait la Province du Canada, ou plus simplement la colonie du Canada-Uni. Le gouvernement responsable fut accordé à la Nouvelle-Écosse en 1848 avant d'être étendu aux autres colonies britanniques de l'Amérique du Nord. Avec la signature de la Loi constitutionnelle de 1867 par le Parlement du Royaume-Uni, le Haut et le Bas-Canada, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick étaient intégrés au sein du Dominion du Canada, un pays possédant une indépendance totale à l'exception de la diplomatie[110]. De même, le Commonwealth d'Australie est créé en 1901 et la Nouvelle-Zélande et l'Afrique du Sud deviennent des dominions respectivement en 1907 et 1910[111].

Les dernières décennies du XIXe siècles voient le développement de mouvements populaires en faveur de la Home Rule en Irlande. L'Irlande avait été intégrée au sein du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande par l'Acte d'Union de 1800 à la suite de la rébellion irlandaise de 1798. L'impérialisme britannique a été l'une des causes de la famine qui frappa l'île entre 1845 et 1852. La Home Rule était soutenue par le premier ministre britannique William Gladstone qui espérait que l'Irlande pourrait suivre l'exemple du Canada et devenir un dominion au sein de l'Empire mais sa proposition de loi fut rejeté par le parlement en 1886 car de nombreux parlementaires craignaient qu'une Irlande autonome ne soit une menace pour la sécurité de la Grande-Bretagne ou ne marque le début de la dislocation de l'Empire. Une loi similaire fut également rejeté en 1893 pour les mêmes raisons[112]. La Home Rule fut finalement acceptée en 1914 mais sa non-application en raison du déclenchement de la Première Guerre mondiale fut l'une des causes de l'Insurrection de Pâques 1916[113].

Guerres mondiales (1914–1945)[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, l'idée selon laquelle le Royaume-Uni ne sera bientôt plus capable de défendre la métropole et l'intégralité de son empire tout en maintenant la politique de « splendide isolement » gagna du terrain[114]. L'Allemagne se développait rapidement à la fois sur le plan militaire et industriel et était considérée comme le probable adversaire lors d'une future guerre. De plus, le Royaume-Uni se sentait menacé par la marine allemande qui bien qu'inférieure en tonnage n'avait pas à défendre un immense empire colonial. Par conséquent, la Grande-Bretagne forma une alliance avec le Japon en 1902 et avec ses anciens ennemis, la France et la Russie respectivement en 1904 et 1907[115].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Soldats australiens lors de la Bataille de Fromelles le 19 juillet 1916

Les craintes britanniques se réalisèrent lors du déclenchement de la Première Guerre mondiale en 1914. La déclaration de guerre de 1914 enclencha automatiquement celle de toutes les colonies et des dominions qui apportèrent un soutien financier et militaire inestimable au Royaume-Uni. Plus de 2,5 millions d'hommes servirent dans les armées des dominions et des colonies de l'Empire[116]. Les colonies allemandes en Afrique furent rapidement occupées et la Nouvelle-Guinée allemande fut occupée par les forces australiennes et néo-zélandaises. La contribution des soldats australiens, néo-zélandais et terre-neuviens lors de la Bataille des Dardanelles contre l'Empire ottoman eut un impact considérable dans leur pays d'origine et initia la transition de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande vers l'indépendance complète. Ces pays commémorent la bataille à l'occasion de la Journée de l'ANZAC chaque 25 avril. La Bataille de la crête de Vimy eut le même impact au Canada[117]. L'importante contribution des dominions à l'effort de guerre fut reconnu en 1917 par le premier ministre David Lloyd George lorsqu'il invita les premier ministres de chaque dominion à rejoindre le cabinet de guerre impérial pour définir la stratégie militaire de l'Empire[118].

Après le Traité de Versailles de 1919, l'Empire atteignit son extension maximale avec l'acquisition de 4 700 000 km2 habités par 13 millions de personnes[119]. Les colonies allemandes et les territoires de l'Empire ottoman furent répartis entre les Alliés de la Première Guerre mondiale en tant que mandats de la Société des Nations. Le Royaume-Uni obtint le contrôle de la Palestine mandataire, de l'Irak, d'une partie du Cameroun, du Togo et du Tanganyika. Les dominions obtinrent également leurs propres mandats : Le Sud-Ouest africain (actuelle Namibie) fut accordée à l'Union d'Afrique du Sud, l'Australie obtint la Nouvelle-Guinée allemande et la Nouvelle-Zélande reçut les Samoa occidentales. Nauru fut placé sous un mandat conjoint du Royaume-Uni et des deux dominions du Pacifique[120].

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

L'empire britannique en 1921.

Le nouvel ordre mondial qui émergea de la guerre, marqué par la montée en puissance des États-Unis et du Japon et par les mouvements indépendantistes en Inde et en Irlande, entraina un réalignement important de la politique impériale du Royaume-Uni[121]. Forcé de choisir entre un alignement avec les États-Unis ou avec le Japon, la Grande-Bretagne décida de ne pas renouveler son alliance avec le Japon et signa le Traité de Washington de 1922 où elle accepte la parité navale avec les États-Unis[122]. Cette décision entraina de nombreux débats dans le Royaume-Uni durant les années 1930[123] après la prise de pouvoir au Japon et en Allemagne de gouvernement militaristes du fait en partie de la Grande Dépression car on craignait que l'Empire ne puisse pas survivre à une attaque simultanée des deux nations[124]. Bien que la sécurité de l'Empire soit une source d'inquiétude permanente en Grande-Bretagne, l'Empire était vital pour l'économie britannique[125].

En 1919, les frustrations causées par le retard dans l'application de la Home Rule poussèrent les membres du Sinn Féin, un parti indépendantiste qui avait remporté la majorité des votes irlandais lors des élections parlementaires, à proclamer l'indépendance de l'Irlande. L'Irish Republican Army lança simultanément une guerre de guérilla contre l'administration britannique[126]. La Guerre d'indépendance irlandaise se termina en 1921 par le Traité anglo-irlandais qui créait l'État libre d'Irlande sous la forme d'un dominion avec une large autonomie mais constitutionnellement lié à la Couronne britannique[127]. L'Irlande du Nord, formée par 6 des 32 comtés d'Irlande choisit de rester au sein du Royaume-Uni[128].

Le roi George V avec les premier ministres des dominions et de Grande-Bretagne lors de la Conférence impériale de 1926

Une lutte similaire commença en Inde car le Government of India Act de 1919 ne satisfaisait pas les demandes d'autonomie du mouvement pour l'indépendance de l'Inde[129]. Des inquiétudes concernant des complots communistes ou étrangers à la suite de la conspiration de Ghadar entrainèrent le maintien des lois d'exceptions mises en place durant la guerre, ce qui aggrava les tensions[130] particulièrement dans le Pendjab où les mesures répressives culminèrent avec le Massacre d'Amritsar. L'opinion britannique était divisé sur l'événement entre ceux qui considéraient qu'il avait évité l'anarchie en Inde et ceux qui n'approuvaient pas cette violence[130]. Le mouvement de non-coopération est arrêté en mars 1922 par crainte de débordements et le mécontentement continua de murir durant les 25 années suivantes[131].

En 1922, l'Égypte, qui avait été déclarée protectorat britannique au début de la Première Guerre mondiale devint indépendante même si elle restait sous forte influence britannique jusqu'en 1954. L'Armée de terre britannique restait stationnée en Égypte jusqu'à la signature du Traité anglo-égyptien de 1936[132] après lequel les troupes se retirèrent mais continuèrent d'occuper le canal de Suez. L'Irak, un mandat britannique depuis 1920 accéda à l'indépendance en 1932[133].

La capacité des dominions à gérer leur diplomatie indépendamment de la Grande-Bretagne fut reconnue lors de la conférence impériale de 1923[134]. La demande d'assistance militaire britannique aux dominions après l'Affaire Chanak fut rejetée par l'Afrique du Sud et le Canada et ce dernier refusera d'être associé au Traité de Lausanne de 1923[135],[136]. Sous la pression de l'Irlande et de l'Afrique du Sud, la conférence impériale de 1926 publia la Déclaration Balfour qui reconnaissait que les dominions sont « des communautés autonomes au sein de l’Empire britannique, de statut égal, aucunement subordonnés les unes aux autres » au sein d'un « Commonwealth britannique des Nations »[137]. Cette déclaration fut renforcée par le Statut de Westminster de 1931 qui reconnaissait une souveraineté totale des dominions[138]. Face à des difficultés financières lors de la Grande Dépression, Terre-Neuve remit volontairement sa gouvernance en 1934 et fut gouverné directement depuis à Londres jusqu'en 1949[139]. L'Irlande se détacha un peu plus du Royaume-Uni en introduisant une nouvelle constitution en 1937 qui faisait d'elle une république même si le mot n'était pas utilisé dans le document[140].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La VIIIe armée britannique était composée par des unités de tout l'Empire et combattit lors de la Guerre du désert et durant la Campagne d'Italie.

La déclaration de guerre du Royaume-Uni contre l'Allemagne nazie impliqua immédiatement celle des colonies de la Couronne et de l'Inde mais pas celles des dominions. L'Australie, le Canada, la Nouvelle-Zélande et l'Afrique du Sud déclarèrent rapidement la guerre à l'Allemagne mais l'Irlande choisit de rester neutre tout au long du conflit[141]. Après la défaite de la France en 1940, le Royaume-Uni et l'Empire furent les seuls adversaires de l'Allemagne jusqu'à l'entrée en guerre de l'Union soviétique en 1941. Le premier ministre britannique Winston Churchill obtint l'aide militaire des États-Unis mais le Congrès des États-Unis isolationniste refusait d'entrer en guerre[142]. En août 1941, Churchill et Roosevelt signèrent la Charte de l'Atlantique qui incluait le principe du « droit des peuples à choisir la forme du gouvernement sous laquelle ils souhaitent vivre ». L'expression était ambiguë car elle pouvait faire référence aux pays européens envahis par l'Allemagne ou aux peuples colonisés par les nations européennes et elle sera par la suite interprétée différemment par les britanniques, les américains et les mouvements nationalistes[143],[144].

En décembre 1941, le Japon déclencha une série d'offensives simultanées contre la base américaine de Pearl Harbor et les possessions britanniques de Hong Kong et de Malaisie. Le Japon était devenu la puissance dominante en Asie après sa victoire contre la Chine en 1895[145] et envisageait la mise en place de la Sphère de coprospérité de la grande Asie orientale sous sa domination. Les attaques japonaises eurent un impact immédiat et sur le long terme sur l'Empire britannique. La réaction de Churchill à l'entrée en guerre des États-Unis dans le conflit était que la Grande-Bretagne était assurée de la victoire et que le futur de l'Empire était sauf[146] mais l'effondrement de la puissance militaire britanniques dans les colonies asiatiques altéra irréversiblement le prestige britannique son image de puissance impériale[147],[148]. Le fait que le Royaume-Uni n'apparaisse pas capable de défendre la totalité de son empire poussa l'Australie et la Nouvelle-Zélande, menacés par le Japon, à se rapprocher des États-Unis. Ce rapprochement aboutit après la guerre à la formation de l'ANZUS en 1951 entre ces trois pays[143].

Décolonisation et déclin (1945–1997)[modifier | modifier le code]

Bien que le Royaume-Uni et l'Empire fissent partie des vainqueurs de la guerre, les effets du conflit furent profonds à la fois en métropole et en outre-mer. La plus grande partie de l'Europe, qui avait dominé le monde durant plusieurs siècles, était en ruine et était occupée par les armées des États-Unis et de l'Union soviétique, les deux nouvelles puissances mondiales[149]. La Grande-Bretagne était virtuellement en faillite et n'évita le défaut de paiement que grâce à un prêt de 39 milliards de livres de 2011 des États-Unis[150] dont le remboursement final ne fut réalisé qu'en 2006[151].

Au même moment, les mouvements anti-coloniaux se développaient dans les colonies européennes. La situation était compliquée par la montée de la Guerre froide entre les États-Unis et l'Union soviétique. En principe les deux nations étaient opposées au colonialisme européen. En pratique, cependant, l'anticommunisme américain prévalait sur l'anti-impérialisme et les États-Unis soutinrent l'existence de l'Empire britannique qui permettait de juguler l'expansion du communisme[152].

Le « wind of change » signifiait néanmoins que les jours de l'Empire britannique étaient comptés et dans l'ensemble, le Royaume-Uni adopta une politique de désengagement pacifique de ses colonies une fois qu'un gouvernement stable et non-communiste pouvait prendre le relais. Cela contrastait avec les autres puissances européennes comme la France et le Portugal[153] qui menèrent des guerres couteuses et finalement vouées à l'échec pour maintenir l'intégrité de leur empire. Entre 1945 et 1965, le nombre de personnes assujetties à la Couronne sans vivre au Royaume-Uni passa de 700 millions à 5 millions, trois millions d'entre eux résidant à Hong Kong[154].

Désengagement initial[modifier | modifier le code]

Le parti travailliste mené par Clement Attlee qui arriva au pouvoir après les élections de 1945 était partisan de la décolonisation et il dut gérer la crise la plus pressante de l'Empire, l'indépendance de l'Inde[155]. Les deux mouvements indépendantistes indiens, le Congrès national indien et la Ligue musulmane, avaient fait campagne pour l'indépendance durant des décennies mais étaient divisés sur la manière de la réaliser. Le Congrès était en faveur d'un État indien unifié et laïc tandis que la Ligue, inquiète d'une domination de la majorité hindoue, désirait la création d'un état islamique séparé dans les régions à majorité musulmane. La multiplication des violences et la mutinerie de la marine indienne en 1946 poussèrent l'administration Atlee à promettre l'indépendance au plus tard en 1948. Lorsque l'urgence de la situation et le risque de guerre civile devint évident, le nouveau (et dernier) vice-roi des Indes, Louis Mountbatten avança la date au 15 août 1947[156]. Les frontières tracées par les britanniques pour diviser l'Inde en deux régions musulmanes et hindoues laissèrent des dizaines de millions de personnes en tant que minorité dans les nouveaux États indépendants de l'Inde et du Pakistan[157]. Les violences qui accompagnèrent l'exode de ces minorités coutèrent la vie à des centaines de milliers de personnes. La Birmanie et Ceylan, qui étaient administrés en tant que provinces du Raj britannique obtinrent leur indépendance en 1948. L'Inde, le Pakistan et Ceylan devinrent membres du Commonwealth mais la Birmanie choisit de ne pas le rejoindre[158].

La Palestine mandataire, où une majorité arabe vivait au côté d'une minorité juive, posait aux Britanniques le même problème que l'Inde[159]. La situation était compliquée par l'arrivée de nombreux juifs cherchant refuge en Palestine à la suite de la Shoah durant la Seconde Guerre mondiale. Plutôt que de gérer le problème, la Grande-Bretagne annonça en 1947 qu'elle se retirerait en 1948 et laisserait les Nations unies confrontées à la situation[160]. La partition de la Palestine entre deux états juif et arabe fut voté par l'ONU en 1948 et déclencha immédiatement un conflit entre les deux communautés.

À la suite de la défaite du Japon lors de la Seconde Guerre mondiale, les mouvements de résistance anti-japonais en Malaisie se retournèrent contre les britanniques qui avaient rapidement repris le contrôle de la colonie riche en caoutchouc et en étain[161]. Le fait que l'insurrection était principalement menée par des communistes malais et chinois signifiait que les tentatives britanniques pour l'écraser étaient soutenues par la majorité musulmane qui comprenait qu'elle n'obtiendrait son indépendance qu'avec la défaite des communistes[161]. L'insurrection malaise commença en 1948 et dura jusqu'en 1960 mais en 1957, le Royaume-Uni accorda l'indépendance à la Fédération de Malaisie au sein du Commonwealth. En 1963, les onze états de la Fédération ainsi que Singapour, Sarawak et Bornéo du Nord se rassemblèrent pour former la Malaisie mais Singapour, à majorité chinoise, quitta l'union en 1965 à la suite d'incidents entre les populations chinoise et malaise[162]. Brunei, qui était un protectorat britannique depuis 1888, refusa de participer à l'union[163] et conserva son statut jusqu'à son indépendance en 1984.

Suez et ses conséquences[modifier | modifier le code]

Anthony Eden, premier ministre britannique décida d'envahir l'Égypte durant la crise de Suez. Cela marqua la fin de sa carrière politique et exposa à la face du monde la faiblesse de la puissance impériale
Article détaillé : Crise du canal de Suez.

En 1951, le parti conservateur mené par Churchill revint au pouvoir en Grande-Bretagne. Churchill et les conservateurs considéraient que la position du Royaume-Uni en tant que puissance mondiale reposait sur l'existence de l'Empire et le contrôle du canal de Suez permettait de conserver une position dominante dans le Moyen-Orient en dépit de la perte de l'Inde. Cependant, Churchill ne pouvait ignorer la nouvelle politique égyptienne menée par Gamal Abdel Nasser qui avait pris le pouvoir en 1952 et l'année suivante il fut convenu que les troupes britanniques se retireraient du canal de Suez et que le Soudan aurait accès à l'auto-détermination en 1955[164]. De fait, le Soudan devint indépendant le 1er janvier 1956.

En juillet 1956, Nasser décida unilatéralement de nationaliser le canal de Suez. La réponse d'Anthony Eden, qui avait succédé à Winston Churchill au poste de premier ministre, fut de comploter avec la France pour organiser une attaque israëlienne de l'Égypte qui donnerait à la Grande-Bretagne et à la France un prétexte pour intervenir et reprendre le contrôle du canal[165]. Le président américain Dwight D. Eisenhower était furieux de ne pas avoir été consulté et refusa de soutenir l'intervention[166] d'autant plus que l'Union soviétique menaçait d'intervenir en cas de prolongation des hostilités. Eisenhower lança une attaque monétaire contre la livre sterling qui provoqua l'effondrement de la monnaie britannique[167]. Bien que l'invasion ait été un succès[168], l'intervention de l'ONU et les pressions américaines forcèrent le Royaume-Uni à un retrait humiliant de ses forces et Eden démissionna[169],[170].

La Crise de Suez exposait publiquement la faiblesse du Royaume-Uni et sa perte de puissance, démontrant que dorénavant il ne pourrait plus agir sans au moins l'accord des États-Unis[171],[172],[173]. Les événements de Suez atteignirent la fierté nationale et poussèrent un député à parler de "Waterloo britannique" et un autre[174] suggéra que le pays était devenu un "état satellite des États-Unis"[175]. Le Royaume-Uni ne sortit du "Syndrome de Suez" comme l'appela Margaret Thatcher que lors de sa victoire sur l'Argentine lors de la Guerre des Malouines en 1982[176].

Si la Crise de Suez affaiblit la puissance britannique dans le Moyen-Orient, elle ne disparut pas pour autant[177]. Le Royaume-Uni déploya à nouveau ses forces dans la région en intervenant à Oman (1957), en Jordanie (1958) et au Koweït (1961) avec néanmoins le soutien américain[178] car la politique étrangère du nouveau premier ministre Harold Macmillan était de s'aligner fermement sur celle des États-Unis[174]. La Grande-Bretagne maintint une présence dans le Moyen-Orient durant une décennie et ne se retira d'Aden et de Bahreïn que respectivement en 1967 et en 1971[179].

Wind of change[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Décolonisation de l'Afrique.

Macmillan donna un discours au Cap en Afrique du Sud en février 1960 dans lequel il déclara que "le vent du changement soufflait sur ce continent"[180]. Macmillan souhaitait éviter de mener le Royaume-Uni dans le type de guerre coloniale que menait la France en Algérie et sous son mandat, la décolonisation se fit rapidement[181]. Aux trois colonies qui avaient obtenu leur indépendance dans les années 1950, le Soudan, la Côte-de-l'Or et la Malaisie furent ajoutés près de 30 nouveaux États dans les années 1960[182].

Décolonisation britannique en Afrique. À la fin des années 1960, tous les territoires à l'exception de la Rhodésie et du mandat sud-africain sur l'actuelle Namibie avaient obtenu leur indépendance.

Les dernières colonies britanniques en Afrique, à l'exception de la Rhodésie du Sud, devinrent toutes indépendantes avant 1968. Le retrait britannique dans le sud et l'est de l'Afrique fut compliqué par la présence de populations blanches, particulièrement en Rhodésie où les tensions raciales menèrent le premier ministre Ian Smith à proclamer unilatéralement son indépendance en 1965[183]. La Rhodésie resta dans un état de guerre civile entre les populations noires et blanches jusqu'aux Accords de Lancaster House en 1979. Cet accord ramena temporairement la Rhodésie au statut de colonie britannique le temps que des élections puissent être organisées. Les élections de 1980 furent remportées par Robert Mugabe qui devint le premier ministre du Zimbabwe[184].

En Méditerranée, une guerre de guérilla menée par les Chypriotes grecs de l'EOKA aboutit en 1960 à l'indépendance de Chypre mais le Royaume-Uni conserva ses bases militaires d'Akrotiri et de Dhekelia. Malte obtint son indépendance en 1964 même si l'idée d'une intégration au sein du Royaume-Uni avait été soulevée en 1955[185].

La plupart des territoires britanniques dans les Caraïbes parvinrent à l'indépendance après le départ en 1961 et en 1962 de la Jamaïque et de Trinidad de la Fédération des Indes occidentales établie en 1958 pour unir les colonies britanniques sous un seul gouvernement mais qui ne survécut pas au départ de ses deux plus importants membres[186]. La Barbade obtint son indépendance en 1966 et les îles des Caraïbes orientales firent de même dans les années 1970 et 1980[186] néanmoins, Anguilla et les Îles Turques-et-Caïques choisirent de revenir sous contrôle britannique[187]. Les Îles Vierges britanniques[188], les Îles Caïmans et Montserrat conservèrent des liens étroits avec le Royaume-Uni[189]. Le Guyana accéda à l'indépendance en 1966. La dernière colonie britannique sur le continent américains, le Honduras britannique devint autonome en 1964, fut renommé Bélize en 1973 et devint indépendant en 1981

Les territoires britanniques dans le Pacifique accédèrent à l'indépendance entre 1970 (Fidji) et 1980 (Vanuatu), cette dernière indépendance ayant été retardée par des tensions politiques entre les communautés anglophones et francophones du fait du condominium avec la France[190]. Les Fidji, Tuvalu, les Îles Salomon et la Papouasie-Nouvelle-Guinée choisirent de devenir des royaumes du Commonwealth.

Fin de l'Empire[modifier | modifier le code]

L'accord de l'indépendance à la Rhodésie (en tant que Zimbabwe) et aux Nouvelles-Hébrides (en tant que Vanuatu) en 1980 et au Belize en 1981 signifiait qu'en dehors de quelques iles, le processus de décolonisation initié après la Seconde Guerre mondiale était terminé. En 1982, la détermination britannique à défendre ses derniers territoires outre-mer fut testée lorsque l'Argentine envahit les Îles Malouines dont la souveraineté était disputée depuis l'époque de l'Empire espagnol[191]. La victoire britannique fut considérée comme ayant contribué à ramener le Royaume-Uni au rang des puissances mondiales[192]. La même année, le Canada coupa ses derniers liens constitutionnels avec le Royaume-Uni en rapatriant la constitution canadienne du Royaume-Uni. La Loi de 1982 sur le Canada votée par le parlement britannique mettait fin au besoin de consulter le Royaume-Uni en cas de modification de la constitution canadienne[193]. Des lois similaires furent votées pour l'Australie et la Nouvelle-Zélande en 1986[194].

En septembre 1982, le premier ministre Margaret Thatcher se rendit à Beijing pour établir le futur du plus important et du plus peuplé des territoires britanniques d'outre-mer, Hong Kong[195]. Selon les termes du Traité de Nankin de 1842, l'Île de Hong Kong était cédée "à perpétuité" au Royaume-Uni mais la majorité de la colonie était constituée par les Nouveaux Territoires qui avaient été acquis en 1898 pour une durée de 99 ans[196],[197]. Thatcher, voyant des parallèles avec les Îles Malouines, songea initialement à garder Hong Kong et à proposer une administration conjointe avec la Chine mais cette dernière refusa[198]. Un accord fut trouvé en 1984 et selon les termes de la Déclaration commune sino-britannique sur la question de Hong Kong, Hong Kong deviendrait une région administrative spéciale et conserverait ce mode d'administration durant au moins 50 ans[199]. La rétrocession de Hong Kong en 1997 marquait pour beaucoup[200] la "fin de l'Empire"[193],[201].

Héritage[modifier | modifier le code]

La Grande-Bretagne conserve la souveraineté sur 14 territoires situés en dehors des îles britanniques et qui furent renommés territoires britanniques d'outre-mer en 2002[202]. Certains sont inhabités en dehors de personnels scientifiques ou militaires ; les autres sont autonomes à des degrés divers et délèguent la défense et à la diplomatie au Royaume-Uni. Le gouvernement britannique a annoncé sa volonté d'assister tout territoire d'outre-mer qui voudrait accéder à l'indépendance[203]. Cette souveraineté britannique est parfois disputée. Ainsi Gibraltar est revendiqué par l'Espagne, les Îles Malouines, la Géorgie du Sud-et-les Îles Sandwich du Sud par l'Argentine et le Territoire britannique de l'océan Indien par Maurice et les Seychelles[204]. Le Territoire antarctique britannique est revendiqué à la fois par l'Argentine et par le Chili tandis que certains pays ne reconnaissent aucune revendication territoriale sur l'Antarctique[205].

La plupart des anciennes colonies britanniques font partie du Commonwealth of Nations, une association libre de 53 membres égaux. 15 membres du Commonwealth continuent de considérer le chef du Commonwealth (le monarque britannique) comme leur chef d'état et sont désignés par le terme de royaumes du Commonwealth[206].

Des décennies et parfois des siècles d'émigration et de contrôle britannique ont laissé leur marque sur les nations indépendantes qui faisaient partie de l'Empire britannique. Ce dernier introduisit l'usage de l'anglais dans de nombreuses régions du monde. Aujourd'hui, l'anglais est la langue maternelle de 400 millions de personnes et est parlée par plus d'un milliard de personnes[207]. L'expansion de l'anglais dans la deuxième moitié du XXe siècle fut aidée par l'influence culturelle des États-Unis qui étaient une ancienne colonie britannique. Le régime parlementaire britannique a servi de modèle pour de nombreuses anciennes colonies de même que le droit anglais pour le système judiciaire[208]. Le comité judiciaire du Conseil privé continue de servir de plus haute cour d'appel pour plusieurs anciennes colonies des Caraïbes et du Pacifique. Les missionnaires chrétiens qui accompagnèrent les soldats dans leurs conquêtes propagèrent l'anglicanisme sur tous les continents. Les sports développés en Grande-Bretagne comme le football, le cricket, le tennis et le golf furent également exportés[209]. La répartition mondiale du sens de circulation reste marqué par l'extension de l'Empire britannique[210].

Les frontières politiques tracées par les Britanniques ne reflètent pas toujours les différences ethniques ou religieuses et ont contribué à des conflits dans les anciennes zones colonisées. L'Empire britannique fut également responsable de vastes migrations. Des millions de personnes quittèrent les îles britanniques pour s'installer aux États-Unis, au Canada ou en Australie. Les tensions continuent d'exister entre les populations blanches majoritaires et les minorités indigènes ou entre les minorités blanches et les majorités indigènes comme en Afrique du Sud ou au Zimbabwe. La création de la diaspora indienne fut également facilitée par l'existence de l'Empire. De même l'immigration au Royaume-Uni est principalement le fait de personnes issues de ses anciennes colonies[211].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Histoire : 1900, l’Europe domine le monde.
  2. a et b La colonisation et le système colonial, manuel d'histoire franco-allemand - édition Nathan/Klett.
  3. Ferguson 2004
  4. Maddison 2001, p. 98, 242
  5. Ferguson 2004, p. 15
  6. Elkins 2005, p. 5
  7. Ferguson 2004, p. 2
  8. a et b Ferguson 2004, p. 3
  9. Andrews 1984, p. 45
  10. Ferguson 2004, p. 4
  11. Canny 1998, p. 35
  12. Thomas 1997, p. 155–158
  13. Ferguson 2004, p. 7
  14. Canny 1998, p. 62
  15. Lloyd 1996, p. 4–8
  16. Andrews 1984, p. 187
  17. Andrews 1984, p. 188
  18. Canny 1998, p. 63
  19. Canny 1998, p. 63-64
  20. Canny 1998, p. 70
  21. Canny 1998, p. 34
  22. James 2001, p. 17
  23. Canny 1998, p. 71
  24. Canny 1998, p. 221
  25. Lloyd 1996, p. 22–23
  26. Lloyd 1996, p. 32
  27. Lloyd 1996, p. 33-43
  28. Lloyd 1996, p. 15–20
  29. Andrews 1984, p. 316, 324-326
  30. Andrews 1984, p. 20-22
  31. James 2001, p. 8
  32. Lloyd 1996, p. 40
  33. Ferguson 2004, p. 72-73
  34. a et b Buckner 2008, p. 25
  35. Lloyd 1996, p. 37
  36. Ferguson 2004, p. 62
  37. Canny 1998, p. 228
  38. Marshall 1998, p. 440–464
  39. Magnusson 2003, p. 531
  40. Macaulay 1848, p. 509
  41. Lloyd 1996, p. 13
  42. a et b Ferguson 2004, p. 19
  43. Pagden 2003, p. 90
  44. a et b Shennan 1995, p. 11–17
  45. James 2001, p. 58
  46. Bandyopādhyāẏa 2004, p. 49–52
  47. a et b Pagden 2003, p. 91
  48. Canny 1998, p. 93
  49. Smith 1998, p. 17
  50. Smith 1998, p. 18-19
  51. Brown 1998, p. 5
  52. Ferguson 2004, p. 84
  53. Canny 1998, p. 92
  54. James 2001, p. 120
  55. James 2001, p. 119
  56. Marshall 1998, p. 585
  57. Latimer 2007, p. 8, 30–34, 389–92
  58. Zolberg 2006, p. 496
  59. Games, Armitage et Braddick 2002, p. 46–48
  60. Kelley 2010, p. 43
  61. Smith 1998, p. 28
  62. Smith 1998, p. 20
  63. Smith 1998, p. 20-21
  64. Mulligan et Hill 2001, p. 20–23
  65. Peters 2006, p. 5–23
  66. James 2001, p. 142
  67. Brittai, p. 159
  68. Fieldhouse 1999, p. 145–149
  69. (en) Robert B. Cervero, The Transit Metropolis: A Global Inquiry, Chicago, Island Press,‎ 1998, poche (ISBN 978-1-55963-591-2, LCCN 98034096), p. 320
  70. Statesmen's Year Book 1889
  71. Smith 1998, p. 45
  72. (en) « Waitangi Day », History Group, New Zealand Ministry for Culture and Heritage (consulté le 26 octobre 2012)
  73. Porter 1998, p. 579
  74. Mein Smith 2005, p. 49
  75. Lloyd 1996, p. 115-118
  76. a, b, c et d James 2001, p. 165
  77. Porter 1998, p. 14
  78. Hinks 2007, p. 129
  79. Hyam 2002, p. 1
  80. Smith 1998, p. 71
  81. Parsons 1999, p. 3
  82. a et b Porter 1998, p. 401
  83. Porter 1998, p. 332
  84. Lee 1994, p. 254–257
  85. Porter 1998, p. 8
  86. Marshall 1996, p. 156–157
  87. Dalziel 2006, p. 88–91
  88. Martin 2007, p. 146–148
  89. Janin 1999, p. 28
  90. Parsons 1999, p. 44-46
  91. Smith 1998, p. 50-57
  92. Marshall 1996, p. 133–34
  93. Hopkirk 2002, p. 1–12
  94. James 2001, p. 181
  95. (en) Beryl J. Williams, « The Strategic Background to the Anglo-Russian Entente of August 1907 », The Historical Journal, vol. 9, no 03,‎ 1966, p. 360–373 (DOI 10.1017/S0018246X00026698, JSTOR 2637986)
  96. Smith 1998, p. 85
  97. Smith 1998, p. 85-86
  98. Lloyd 1996, p. 168, 186, 243
  99. Lloyd 1996, p. 255
  100. Tilby 2009, p. 256
  101. Ferguson 2004, p. 230-233
  102. James 2001, p. 274
  103. (en) « Treaties », Egypt Ministry of Foreign Affairs (consulté le 26 octobre 2012)
  104. Herbst 2000, p. 71–72
  105. Vandervort 1998, p. 169–183
  106. James 2001, p. 298
  107. Lloyd 1996, p. 215
  108. Brown 1998, p. 7
  109. Smith 1998, p. 28-29
  110. Porter 1998, p. 187
  111. Smith 1998, p. 30
  112. James 2001, p. 315
  113. Smith 1998, p. 92
  114. Payson O'Brien 2004, p. 1
  115. Lloyd 1996, p. 275
  116. Marshall 1996, p. 78–79
  117. Lloyd 1996, p. 277
  118. Lloyd 1996, p. 278
  119. Ferguson 2004, p. 315
  120. Fox 2008, p. 23–29, 35, 60
  121. Goldstein 1994, p. 4
  122. Louis 2006, p. 302
  123. Louis 2006, p. 294
  124. Louis 2006, p. 303
  125. Lee 1996, p. 305
  126. Brown 1998, p. 143
  127. Smith 1998, p. 95
  128. Magee 1974, p. 108
  129. Ferguson 2004, p. 330
  130. a et b James 2001, p. 416
  131. (en) D.A. Low, « The Government of India and the First Non-Cooperation Movement-—1920–1922 », The Journal of Asian Studies, vol. 25, no 2,‎ février 1966, p. 241–259 (DOI 10.2307/2051326)
  132. Smith 1998, p. 104
  133. Smith 1998, p. 101
  134. McIntyre 1977, p. 187
  135. Brown 1998, p. 68
  136. McIntyre 1977, p. 186
  137. Brown 1998, p. 69
  138. Rhodes 2009, p. 5–15
  139. Lloyd 1996, p. 300
  140. Kenny 2006, p. 21
  141. Lloyd 1996, p. 313-314
  142. Gilbert 2005, p. 234
  143. a et b Lloyd 1996, p. 316
  144. James 2001, p. 513
  145. Louis 2006, p. 295
  146. Gilbert 2005, p. 244
  147. Louis 2006, p. 337
  148. Brown 1998, p. 319
  149. Abernethy 2000, p. 146
  150. Brown 1998, p. 331
  151. « What's a little debt between friends? », BBC News,‎ 10 mai 2006 (lire en ligne)
  152. Levine 2007, p. 193
  153. Abernethy 2000, p. 148
  154. Brown 1998, p. 330
  155. Lloyd 1996, p. 322
  156. Smith 1998, p. 67
  157. Lloyd 1996, p. 325
  158. McIntyre 1977, p. 355–356
  159. Lloyd 1996, p. 327
  160. Lloyd 1996, p. 328
  161. a et b Lloyd 1996, p. 335
  162. Lloyd 1996, p. 364
  163. Lloyd 1996, p. 396
  164. Brown 1998, p. 339-340
  165. James 2001, p. 581
  166. Ferguson 2004, p. 355
  167. Ferguson 2004, p. 356
  168. James 2001, p. 583
  169. Combs 2008, p. 161–163
  170. (en) « Suez Crisis: Key players », BBC News,‎ 21 juillet 2006 (consulté le 26 octobre 2012)
  171. Brown 1998, p. 342
  172. Smith 1998, p. 105
  173. Burke 2008, p. 602
  174. a et b Brown 1998, p. 343
  175. James 2001, p. 585
  176. Thatcher 1993
  177. Smith 1998, p. 106
  178. James 2001, p. 586
  179. Lloyd 1996, p. 370-371
  180. James 2001, p. 616
  181. Louis 2006, p. 46
  182. Lloyd 1996, p. 427-433
  183. James 2001, p. 618
  184. James 2001, p. 620-621
  185. Springhall 2001, p. 100–102
  186. a et b Knight 1989, p. 14–15
  187. Clegg, Lammert de Jong et Dirk Kruijt 2005, p. 128
  188. Lloyd 1996, p. 428
  189. James 2001, p. 622
  190. Macdonald et al. 1994, p. 171–191
  191. James 2001, p. 624-625
  192. James 2001, p. 629
  193. a et b Brown 1998, p. 594
  194. Brown 1998, p. 689
  195. Brendon 2007, p. 654
  196. Joseph 2010, p. 355
  197. Rothermund 2006, p. 100
  198. Brendon 2007, p. 654–55
  199. Brendon 2007, p. 656
  200. Brendon 2007, p. 660
  201. (en) « BBC - History - Britain, the Commonwealth and the End of Empire », BBC News (consulté le 26 octobre 2012)
  202. Gapes 2008, p. 145-147
  203. Gapes 2008, p. 146, 153
  204. (en) « British Indian Ocean Territory », The World Factbook, CIA (consulté le 26 octobre 2012)
  205. Gapes 2008, p. 136
  206. « Head of the Commonwealth », Commonwealth Secretariat (consulté le 26 octobre 2012)
  207. Hogg 2008, p. 424 chapitre 9 English Worldwide by David Crystal
  208. Ferguson 2004, p. 307
  209. Torkildsen 2005, p. 347
  210. Parsons 1999, p. 1
  211. Dalziel 2006, p. 135


Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie française[modifier | modifier le code]

  • Henri Grimal, De l'Empire britannique au Commonwealth, Armand Colin,‎ 1999 (ISBN 978-2200251581)
  • Jacques Weber, Le siècle d'Albion : L'Empire britannique au XIXe siècle 1815-1914, Les Indes savantes,‎ 2011 (ISBN 978-2846542913)
  • Jacques Bainville, L'Angleterre et l'Empire britannique, Librairie Plon,‎ 1938
  • Alexandre Hübner, A Travers l'Empire Britannique (1883-1884) Tome I & II, Hachette,‎ 1886
  • Dominique Barjot et Charles-François Mathis, Le monde britannique 1815-1931, sedes,‎ 2009 (ISBN 9782301000583)

Bibliographie anglaise[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :