Bataille de Midway

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ».
Bataille de Midway
Bombardiers en piqué Douglas SBD Dauntless de l'USS Hornet se préparant à plonger sur le croiseur japonais Mikuma en feu.
Bombardiers en piqué Douglas SBD Dauntless de l'USS Hornet se préparant à plonger sur le croiseur japonais Mikuma en feu.
Informations générales
Date 5 - 7 juin 1942
Lieu Îles Midway, océan Pacifique
Issue Victoire américaine décisive
Belligérants
Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau : Japon Empire du Japon
Commandants
Drapeau des États-Unis Chester Nimitz
Drapeau des États-Unis Frank J. Fletcher
Drapeau des États-Unis Raymond A. Spruance
Drapeau du Japon Isoroku Yamamoto
Drapeau du Japon Chūichi Nagumo
Drapeau du Japon Nobutake Kondō
Drapeau du Japon Tamon Yamaguchi
Drapeau du Japon Ryusaku Yanagimoto
Forces en présence
3 porte-avions
7 croiseurs lourds
1 croiseur léger
15 destroyers
233 avions embarqués
127 avions basés à terre
4 porte-avions
2 cuirassés
2 croiseurs lourds
1 croiseur léger
8 destroyers
~10 navires de soutien
248 avions embarqués[1]
16 hydravions

Ne participèrent pas à la bataille :
4 porte-avions légers
9 cuirassés
~41 navires de soutien
Pertes
1 porte-avions
1 destroyer
107 avions
307 marins[2]
4 porte-avions
1 croiseur lourd
248 avions[3]
3 057 tués[nb 1]
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Batailles et opérations de la Guerre du Pacifique

Chine · Indochine française (1940) · Guerre franco‑thaïlandaise · Eaux australiennes · Nauru · Pearl Harbor · Atoll de Wake · Hong Kong · Philippines (1) · Invasion japonaise de la Thaïlande · Attaque du Prince of Wales et du Repulse · Malaisie · Ceylan · Tarawa · Bataan · Singapour · Indes orientales néerlandaises · Bornéo (1)  · Birmanie · Nouvelle-Guinée · Timor · Java · Mer de Java · Détroit de la Sonde · Îles Salomon · Australie · Taungû · Île Christmas · Yenangyaung · Mer de Corail · Corregidor · Midway · Îles Aléoutiennes · Komandorski · Attu · Îles Gilbert et Marshall · U-Go · Kohima · Imphal · Peleliu · Angaur · Tinian · Guam · Opération Forager · Saipan · Mer des Philippines · Philippines (2) · Morotai · Leyte · Golfe de Leyte (navale) · Singapour (air) · Cabanatuan · Luçon · Manille · Kita · Iwo-Jima · Indochine française (1945) · Mindanao · Okinawa · Opération Ten-Gō · Bornéo (2) · Détroit de Malacca · Bombardements navals sur le Japon · Invasion soviétique de la Mandchourie (Kouriles) · Bombardements de Hiroshima et Nagasaki · Reddition du Japon


Guerre sino-japonaise


Front d'Europe de l’Ouest


Front d'Europe de l’Est


Bataille de l'Atlantique


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Théâtre américain

Coordonnées 28° 12′ 00″ N 177° 21′ 00″ O / 28.2, -177.3528° 12′ 00″ Nord 177° 21′ 00″ Ouest / 28.2, -177.35  

Géolocalisation sur la carte : océan Pacifique

(Voir situation sur carte : océan Pacifique)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Midway.

La bataille de Midway (ミッドウェー海戦, middowei kaisen?) est un engagement aéronaval majeur de la Seconde Guerre mondiale opposant les forces du Japon et des États-Unis qui s'est déroulé dans les premiers jours de juin 1942 au cours de la guerre du Pacifique. La bataille fut livrée alors que le Japon avait atteint, 6 mois après son entrée en guerre déclenchée par l'attaque de Pearl Harbor, l'ensemble de ses objectifs de conquête. L'objectif de la bataille navale, provoquée par le Japon, était d'éliminer les forces aéronavales américaines qui constituaient une menace pour les conquêtes japonaises dans le Pacifique. Pour l'amiral Yamamoto, commandant des opérations, il s'agissait également de placer son pays dans une position de force pour négocier avec les États-Unis une paix entérinant le nouveau partage du territoire.

Le plan de l'amiral Yamamoto prévoyait d'attirer les porte-avions américains vers les forces navales japonaises en livrant un assaut aérien et terrestre contre l'atoll de Midway. Une attaque devait être menée en parallèle contre les îles Aléoutiennes. Malgré les moyens énormes mis en jeu par la marine japonaise, comprenant près de 200 unités navales dont 8 porte-avions (seulement quatre ont participé aux combats ) et 12 cuirassés, cette attaque fut un échec total. Les Américains, qui avaient percé le code japonais, connaissaient les détails et le calendrier de l'opération, tandis que les Japonais furent handicapés par l'échec de leurs missions de reconnaissance puis, au moment de la bataille décisive livrée par les quatre porte-avions de l'amiral Nagumo, par la division de leurs forces en plusieurs flottes. Les quatre principaux porte-avions japonais ainsi qu'un croiseur lourd furent coulés par les aviateurs américains tandis que les pertes américaines se limitèrent à un porte-avions et un destroyer.

Cette défaite japonaise marqua un tournant dans la campagne du Pacifique mais également dans la Seconde Guerre mondiale. Elle mit fin à la supériorité des forces japonaises dans le Pacifique : celles-ci furent particulièrement touchées par la disparition de leurs meilleures unités aéronavales parachevée peu après lors de la campagne des îles Salomon. La construction navale japonaise et un programme de formation accéléré des pilotes ne parviendront pas à remplacer les pertes subies alors que les États-Unis augmenteront dans le même temps considérablement le nombre de porte-avions mis en service et de pilotes formés. La victoire de Midway, en éloignant la menace japonaise, permit également aux États-Unis de déployer une force navale considérable dans l'Atlantique Nord pour appuyer le front européen.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Après l'entrée en guerre du Japon contre les États-Unis déclenchée par l'attaque de Pearl Harbor en décembre 1941, la progression des troupes japonaises avait été fulgurante. Les Philippines, la Malaisie, Singapour puis les Indes orientales néerlandaises (actuelle Indonésie) et leurs vastes ressources en matières premières avaient été conquis en quelques mois. Dès janvier 1942 l'armée japonaise dut définir la suite à donner à ses opérations militaires. Mais il y avait des divergences importantes sur les objectifs à poursuivre entre l'armée, qui souhaitait poursuivre les conquêtes terrestres en direction de l'Australie[nb 2], et la marine impériale japonaise qui souhaitait au préalable supprimer la menace des porte-avions américains. Il existait aussi des dissensions internes entre le quartier-général impérial et l'amiral Isoroku Yamamoto ; la stratégie ne fut donc pas formulée avant avril 1942[7],[8]. Yamamoto parvint finalement à imposer l'idée de nouvelles opérations dans le Pacifique central en menaçant implicitement de démissionner[9],[10].

L'objectif stratégique prioritaire pour Yamamoto était la destruction de la puissance aéronavale américaine qui avait échappé par chance au désastre de Pearl Harbour[nb 3] et qu'il considérait comme une menace pour l'ensemble des conquêtes japonaises dans le Pacifique. Yamamoto pensait que les Américains avaient été démoralisés par leurs nombreuses défaites durant les premiers mois de la guerre et qu'une autre défaite les forcerait à négocier une paix[11]. Les dirigeants japonais ne partageaient pas la préoccupation de Yamamoto vis-à-vis des porte-avions américains mais leur attitude changea après le raid de Doolittle le 18 avril 1942, au cours duquel des bombardiers B-25 Mitchell de l'Armée de l'air américaine lancés à partir du porte-avions USS Hornet avaient bombardé Tokyo et plusieurs autres villes japonaises. D'un point de vue militaire, le bombardement avait eu des résultats insignifiants mais il eut un effet psychologique marquant sur les Japonais en démontrant que l'archipel japonais n'était pas à l'abri d'une attaque[12]. Ce bombardement et d'autres attaques lancées depuis les porte-avions américains avaient prouvé que ceux-ci constituaient toujours une menace[13].

L'état-major américain ne semblait toutefois pas vouloir engager ses précieux porte-avions dans une bataille navale en règle. Pour provoquer un affrontement et régler leur sort, Yamamoto estimait qu'une deuxième attaque contre la base américaine de Pearl Harbor forcerait toute la flotte américaine, dont les porte-avions, à se déployer pour affronter la flotte japonaise. Mais il estimait qu'une attaque directe de Pearl Harbor, qui aurait mis la flotte japonaise à portée de l'aviation américaine basée au sol à Hawaï était trop risquée[9]. Il choisit donc de mener une offensive contre Midway, à l'extrême-nord-ouest de l'archipel d'Hawaï, à 2 100 km d'Oahu. Midway ne jouait pas un rôle stratégique particulièrement notable dans le plan du Japon, mais comme il était bien placé entre Pearl Harbor et le Japon, les responsables militaires japonais considéraient que les Américains la défendraient âprement[14],[15]. À l'époque Midway ne constituait pas un avant-poste vital de l'armée américaine ; après la bataille de Midway, une base sous-marine y fut installée pour ravitailler les submersibles basés à Pearl Harbor, étendant leur zone d'opération de 1 900 km. Par la suite un aérodrome y fut également installé, à partir duquel fut bombardé l'atoll de Wake[16].

Plan japonais[modifier | modifier le code]

L'atoll Midway, plusieurs mois avant la bataille. Eastern Island avec l'aérodrome est au premier plan et la plus grande île, Sand Island, est à l'arrière plan à l'ouest.

Le plan d'opérations de Yamamoto était, à l'image des autres plans de bataille japonais de ce conflit, particulièrement complexe[17],[18],[19]. Pour s'assurer de la victoire Yamamoto avait rassemblé une énorme flotte d'environ 200 navires comprenant notamment 8 porte-avions et 11 cuirassés[20]. Une partie de la flotte devait mener une attaque contre les îles Aléoutiennes[21],[22],[23]. Pour que les américains ne découvrent pas l'ampleur du dispositif japonais, les navires étaient regroupés en plusieurs flottes qui naviguaient sur des routes différentes selon un tableau de marche pré établi. Par conséquent, les cuirassés et les croiseurs de soutien de Yamamoto se trouvaient à plusieurs centaines de kilomètres derrière les quatre porte-avions de Chūichi Nagumo qui jouaient un rôle central dans la destruction des porte-avions américains. La puissante flotte de surface du Japon devait apparaitre uniquement pour achever la destruction des forces américaines arrivées au secours de Midway une fois qu'elles auraient été suffisamment affaiblies par les porte-avions[24] ; cette idée d'un duel d'artillerie navale était typique de toutes les marines à une époque où la puissance des porte-avions était encore relativement inconnue[25].

Le plan japonais partait de l'hypothèse optimiste formulée par les services de renseignement que l'USS Enterprise et l'USS Hornet, formant la Task Force 16, étaient les seuls porte-avions américains disponibles dans le Pacifique à ce moment. Lors de la bataille de la mer de Corail, les 7 et 8 mai, l'USS Lexington avait été coulé et l'USS Yorktown avait été tellement endommagé que les Japonais considéraient qu'il avait également été détruit. Les Japonais savaient également que l'USS Saratoga avait été endommagé par une torpille et était réparé sur la côte Ouest des États-Unis.

Cependant, Yamamoto ignorait que les États-Unis avait cassé le principal code secret de la marine japonaise (appelé JN-25 par les Américains). L'accent mis par Yamamoto sur la dispersion de ses navires signifiait que les flottes ne pouvaient se soutenir mutuellement. Par exemple, les seuls grands navires protégeant le groupe aéronaval de Nagumo, en dehors des destroyers, étaient deux cuirassés et trois croiseurs, alors que les porte-avions devaient mener les frappes et supporter le gros des contre-attaques américaines[26]. Par contraste, les flottes de Yamamoto et de Kondo regroupaient deux porte-avions légers, cinq cuirassés et six croiseurs et aucun ne participa à l'affrontement à Midway[24]. L'éloignement de ces deux flottes avec les porte-avions de Nagumo eut de graves implications durant la bataille, car les grands navires des forces de Yamamoto et de Kondo transportaient des avions de reconnaissance, un atout indispensable dont Nagumo ne put pas profiter[26],[27].

De plus, les opérations japonaises contre les îles Aléoutiennes (opération AL) dispersèrent encore plus de navires qui auraient sans cela renforcé les unités dirigées contre Midway. Alors que les rapports historiques ont souvent avancé que l'attaque des Aléoutiennes étaient une diversion destinée à séparer les forces américaines, des recherches récentes sur la bataille indiquent que l'opération AL devait être menée simultanément à l'attaque de Midway[25]. Cependant, un retard d'une journée dans la traversée de la force principale de Nagumo fit que l'opération AL commença un jour avant l'attaque de Midway[28].

Ordre de bataille[modifier | modifier le code]

Prélude[modifier | modifier le code]

Renforts américains[modifier | modifier le code]

L'USS Yorktown en cale sèche à Pearl Harbor le 29 mai 1942, peu avant son départ pour Midway.

Pour affronter un ennemi pouvant aligner quatre ou cinq porte-avions, l'amiral Chester Nimitz, commandant en chef de la flotte du Pacifique, avait besoin de tous les porte-avions américains disponibles. Il avait déjà les deux porte-avions sous les ordres du vice amiral William F. Halsey (l'USS Enterprise et l'USS Hornet) même si Halsey souffrait de psoriasis et dut être remplacé par le contre-amiral Raymond Spruance, le commandant de l'escorte de Halsey[29]. Nimitz rappela également précipitamment la task force du contre-amiral Frank J. Fletcher comprenant l'USS Yorktown, qui avait été lourdement endommagé lors de la bataille de la Mer de Corail.

Malgré les estimations avançant que l'USS Yorktown aurait besoin de plusieurs mois de réparations dans le chantier naval de Puget Sound, ses ascenseurs étaient intacts et son pont d'envol était peu endommagé[30]. Le chantier naval de Pearl Harbor travailla sans interruption durant 72 heures pour que le navire redevienne suffisamment opérationnel[31] pour tenir deux à trois semaines d'opérations, comme demandé par Nimitz[32]. Son pont d'envol fut réparé, des sections complètes des cadres du navire furent remplacées et plusieurs escadrons de l'USS Saratoga furent redéployés sans avoir eu le temps de s'entrainer[33]. Nimitz ne respecta aucune procédure pour disposer de son troisième et dernier porte-avions et les réparations sur le navire continuèrent même après que ce dernier eut quitté la cale sèche[34].

Le 4 juin, la Marine de guerre américaine disposait à Midway de quatre escadres d'hydravions PBY Catalina soit 31 appareils au total pour des missions de reconnaissance et de six TBF Avenger récemment mis en service et détachés de l'USS Hornet[35]. Le corps des Marines avait 19 SBD Dauntless, 17 SB2U Vindicator, 7 F4F Wildcat et 21 F2A Buffalo. L'Armée de l'Air américaine fournit un escadron de 17 B-17 Flying Fortress ainsi que huit B-26 Marauder armés avec des torpilles. Soit au total 124 appareils déployés à Midway[36].

Défaillances japonaises[modifier | modifier le code]

L'Akagi, le navire amiral de la flotte japonaise en avril 1942.

À la suite de sa participation à la bataille de la mer de Corail, le porte-avion japonais Zuikaku se trouvait au port de Kure où il attendait de recevoir de nouvelles escadrilles. Le fait qu'aucune ne soit immédiatement disponible constituait un échec pour le programme d'entrainement de la MIJ qui démontrait déjà son incapacité à remplacer les pertes[37]. Des instructeurs du Yokosuka Air Corps furent réquisitionnés pour combler les effectifs manquants[37]. Le Shokaku avait été touché par trois bombes au cours de la bataille de la mer de Corail et il avait besoin de plusieurs mois de réparations en cale sèche. Bien que deux porte-avions avaient suffisamment d'appareils pour rééquiper le Zuikaku avec un groupe mixte, les Japonais ne semblent pas avoir cherché à déployer le Zuikaku dans la bataille à venir[38]. Par conséquent, l'amiral Nagumo n'eut que quatre porte-avions : le Kaga et l'Akagi dans le premier groupe aéronaval et le Hiryu et le Soryu dans le second. Les porte-avions japonais avaient été en opération sans interruption depuis le 7 décembre 1941 et avaient mené des raids contre Darwin et Colombo.

Les principaux avions d'attaque japonais utilisés étaient le bombardier en piqué Aichi D3A et le Nakajima B5N qui pouvait être utilisé comme bombardier ou comme bombardier-torpilleur. Le principal chasseur de l'aéronaval était le très manœuvrable Mitsubishi A6M « Zero »[nb 4]. Cependant les porte-avions de la force aéronavale japonaise souffraient d'une pénurie d'appareils de première ligne. Pour diverses raisons, la production du D3A avait été fortement réduite tandis que celle du B5N était complètement annulée[40]. En conséquence, il n'y avait aucun avion disponible pour remplacer les pertes et cela signifiait que beaucoup des appareils utilisés en juin 1942 étaient en activité depuis la fin novembre 1941. Même si la maintenance était convenable, ils étaient usés et de moins en moins fiables[41].

La disposition des éclaireurs japonais avant la bataille était également défaillante. Un cordon de sous-marins japonais n'arriva sur place que tardivement et cela permit aux porte-avions américains d'atteindre leur point de ralliement au nord-est de Midway sans être repérés[42],[43]. Une tentative pour reconnaitre Pearl Harbor avant la bataille (et donc détecter la présence ou l'absence des porte-avions américains) devait être menée avec des hydravions Kawanishi H8K mais elle fut annulée lorsque les sous-marins chargés de ravitailler les appareils découvrirent que le point de ralliement, le mouillage du banc de la Frégate française, était occupé par deux ravitailleurs d'hydravions américains[44],[45]. Ainsi, le Japon n'avait aucune information sur les mouvements des porte-avions américains avant la bataille.

Les interceptions radio japonaises notèrent un accroissement à la fois de l'activité sous-marine américaine et de la quantité de messages. Cette information était entre les mains de Yamamoto avant la bataille mais les plans japonais ne furent pas changés. Yamamoto, en mer sur le cuirassé Yamato, ne prit pas la peine d'informer Nagumo de peur de révéler sa position et parce qu'il supposait que Nagumo avait reçu le même message de Tokyo[46]. L'antenne radio de Nagumo était cependant incapable de recevoir des transmissions à d'aussi basses fréquences et il n'était donc pas au courant des mouvements américains[47].

Les communications japonaises décodées[modifier | modifier le code]

L'amiral Nimitz disposait d'un avantage inestimable sur les Japonais : les cryptanalystes américains parvenaient à lire une partie des messages japonais écrits à l'aide du code JN-25[48]. Depuis le début du printemps 1942, les États-Unis avaient décodé des messages indiquant la réalisation prochaine d'une opération contre l'objectif « AF ». L'officier Joseph Rochefort et son équipe de la « Station HYPO », basée à Hawaï parvinrent à déterminer que la cible de la prochaine attaque japonaise désignée dans les transmissions japonaises sous le code AF était sans doute Midway. Ils parvinrent à se faire confirmer cette information en envoyant un faux message indiquant que l'installation de dessalement de Midway ne fonctionnait plus. Plus tard, ils interceptent un message japonais ordonnant aux forces d'invasion d'emporter des bouilleurs. Les casseurs de code furent également capables de déterminer que l'attaque aurait lieu le 4 ou le 5 juin et de fournir à Nimitz l'ensemble de l'ordre de bataille de la marine impériale japonaise[49]. L'introduction d'une nouvelle version du code par le Japon avait été retardée, cela donna plusieurs jours de répit décisifs à la station HYPO pour décoder les transmissions japonaises ; lorsque le code fut modifié peu avant le début de la bataille, l'essentiel des intentions japonaises était connu des Américains[50].

Par conséquent, les Américains entrèrent dans la bataille en connaissant très bien le dispositif japonais. Nimitz savait par exemple que la flotte japonaise, très supérieure en nombre, avait été divisée en quatre groupes. Cette dispersion faisait que peu de navires étaient disponibles pour escorter le groupe aéronaval japonais et réduisait donc le nombre de canons anti-aériens pour défendre les porte-avions. Nimitz avait également calculé qu'il disposerait d'un plus grand nombre d'appareils que les Japonais. A contrario, ces derniers ignoraient tout du dispositif américain et sa véritable force même après le début de la bataille[27].

La bataille[modifier | modifier le code]

Mouvements des flottes américaine et japonaise entre le 3 et 6 juin 1942.

Premières attaques aériennes[modifier | modifier le code]

Sur Midway le premier groupe d'attaque décolla à 12 h 30 le 3 juin avec neuf B-17. Trois heures plus tard, les pilotes américains découvrirent le convoi de transport japonais à 1 060 km à l'ouest[51]. Pris sous un feu nourri, ils larguèrent leurs bombes sur les navires. Si plusieurs coups au but furent revendiqués[51], aucune bombe ne causa de dommages significatifs[52]. Tôt le lendemain matin, le pétrolier japonais Akebono Maru fut touché par une torpille lancée par un hydravion PBY Catalina. Ce fut la seule attaque à la torpille réussie par les Américains durant toute la bataille[52].

Bombardement d'Eastern Island.

Le 4 juin à h 30, Nagumo lança sa première attaque sur Midway avec 36 bombardiers Aichi D3A et 36 bombardier-torpilleurs Nakajima B5N escortés par 36 chasseurs Mitsubishi A6M Zero. Dans le même temps, il mit en place une patrouille de défense aérienne autour de ses porte-avions et envoya ses huit appareils de reconnaissance tenter de découvrir la flotte ennemie. L'opération de reconnaissance japonaise fut assez légère car il n'y avait pas assez d'avions pour couvrir efficacement les zones à surveiller et le mauvais temps rendait difficile les vols au nord-est et à l'est du groupe aéronaval[53]. La mauvaise disposition du plan de bataille de Yamamoto était maintenant devenue un handicap sévère[54].

Les radars américains de Midway repérèrent les avions japonais à une distance de plusieurs centaines de kilomètres et des intercepteurs furent rapidement déployés. Des bombardiers sans escorte, car celle-ci restait en arrière pour défendre Midway, partirent attaquer les porte-avions japonais. À h 20, les appareils japonais bombardèrent et endommagèrent gravement la base américaine. Les F4F Wilcat et les F2A Buffalo[55] vieillissants décollèrent pour intercepter les Japonais et ils subirent de lourdes pertes mais ils détruisirent quatre Aichi D3A et au moins trois Mitsubishi A6M Zero. Trois F4F et 13 F2A furent abattus, la plupart dans les premières minutes et plusieurs autres furent endommagés ; à la fin de l'attaque, il ne restait plus que deux chasseurs en état de marche. La DCA américaine, précise et intense, revendiqua un tiers des appareils japonais détruits[56]. Malgré les dégâts, la base américaine n'était pas hors service et les bombardiers pouvaient toujours s'y ravitailler et s'y réapprovisionner pour attaquer la force d'invasion japonaise. Une autre attaque aérienne serait donc nécessaire si les Japonais voulaient débarquer des troupes le 7 juin[57],[58].

Ayant décollé avant l'attaque japonaise, les bombardiers américains basés à Midway menèrent plusieurs attaques sur le groupe aéronaval japonais. L'escadron d'attaque comprenait 6 TBF Avenger (venant tout juste d'entrer en service) détachés de l'USS Hornet, 11 SB2U Vindicator et 16 SBD Dauntless du corps des marines et 4 B-26 Marauder équipés de torpilles et 15 B-17 Flying Fortress de l'USAAF. Les Japonais détruisirent cinq TBF Avenger, deux S2BU Vindicator, huit SBD Dauntless et deux B-26 Marauder, tout en ne perdant que deux chasseurs[59],[60],[61]. Le major Lofton R. Henderson fut le premier pilote du corps des marines à périr durant cette bataille et le principal aérodrome de Guadalcanal fut nommé en son honneur en août 1942[62]. Un B-26 Marauder, touché par un tir de l'Akagi, ne fit rien pour s'éloigner et il manqua de s'écraser directement sur le pont d'envol du navire. Cet incident a pu contribuer à la détermination de Nagumo de lancer une autre attaque contre Midway en violation des instructions de Yamamoto lui imposant de garder le groupe de réserve pour des opérations anti-navires[59].

Le Hiryu manœuvre pour éviter les bombes des B-17 américains.

Hésitations de Nagumo[modifier | modifier le code]

L’amiral Nagumo, conformément aux doctrines aéronavales japonaises de l’époque, avait gardé en réserve la moitié de ses appareils soit deux escadrilles, l’une de bombardier-torpilleurs et l’autre de bombardiers en piqué, pour attaquer les navires américains quand ces derniers auraient été repérés. Les bombardier-torpilleurs de la réserve étaient armés de torpilles tandis que les bombardiers en piqué n'avaient pas encore reçu d'armement[63]. À la suite de l’attaque des porte-avions japonais par les appareils américains basés sur Midway et pour répondre à la demande du chef d’escadrille qui estimait nécessaire de mener une seconde frappe contre l’aérodrome de Midway, Nagumo ordonna à h 15 que les appareils de réserve soient réarmés avec des bombes contre cible terrestre. Certaines sources avancent que le changement était en cours depuis environ 30 minutes quant à h 40[64], l’avion de reconnaissance du Tone signala la présence d’une large force navale américaine à l’est sans en spécifier la composition. Certains documents indiquent néanmoins que Nagumo ne reçut pas l’information avant h[65]. Nagumo annula immédiatement l'ordre de réarmement des avions de réserve et demanda à ce que l’appareil de reconnaissance fournisse la composition de la flotte américaine. 40 minutes plus tard, le pilote signala la présence d’un unique porte-avions dans le groupe américain[66],[67].

Nagumo était placé devant un dilemme. Le contre-amiral Tamon Yamaguchi, commandant le second groupe aéronaval (Hiryu et Soryu), recommanda que Nagumo attaque immédiatement avec les forces disponibles : 36 bombardiers en piqué Aichi D3A sur le Soryu et le Hiryu et la moitié des chasseurs chargés de la protection aérienne[68]. Mais le lancement d’un groupe d’attaque contre les navires américains[69] était cependant désormais limité par le retour proche des appareils ayant attaqué Midway qui auraient besoin de se poser rapidement[70]. Par ailleurs du fait de l'activité incessante sur le pont durant l’heure précédente, liée aux lancements et aux atterrissages des avions chargés de la protection aérienne, les Japonais n’avaient jamais eu la possibilité de préparer le lancement de leurs appareils de réserve. Positionner les avions de réserve sur les ponts d'envol et lancer les appareils aurait nécessité au moins 30 minutes[71]. De plus en lançant immédiatement ses appareils, Nagumo aurait engagé une partie de ses réserves sans un armement anti-navires adéquat. La doctrine aéronavale japonaise privilégiait l'envoi d'escadrilles en formation et sans confirmation par l'avion reconnaissance (jusqu'à h 20) de la présence de porte-avions américains, la réaction de Nagumo suivit la doctrine[72],[73]. De plus, l'arrivée d'une nouvelle vague d'assaut aérienne américaine à h 53 en provenance de Midway renforça les arguments en faveur d'un deuxième attaque de l'aéroport. Finalement, Nagumo décida d'attendre le retour des escadrilles ayant réalisé l'attaque de Midway avant de lancer sa réserve, qui aurait entre temps été convenablement préparée et équipée[74],[75].

Attaque de la flotte japonaise[modifier | modifier le code]

Des TBD Devastator à bord de l'USS Enterprise se préparant à décoller durant la bataille.

L'amiral Fletcher, à bord de l'USS Yorktown, ayant bénéficié du rapport de l'hydravion de reconnaissance, ordonna au contre-amiral Spruance de lancer une attaque contre les Japonais aussitôt que possible tout en gardant initialement l'USS Yorktown en réserve si d'autres porte-avions japonais étaient repérés[76].

Bien que la flotte japonaise se trouvait à la limite du rayon d'action de ses appareils, Spruance décida qu'une attaque pouvait réussir et il donna l'ordre de décollage vers h. Il laissa ensuite le chef d'état-major de Halsey, le capitaine Miles Browning, mettre au point les détails de l'attaque et superviser les décollages. Les opérations prirent du retard et les premiers appareils ne décollèrent des porte-avions sous le commandement de Spruance, l'USS Enterprise et l'USS Hornet, que vers h puis de l'USS Yorktown à h[77],[78].

Fletcher et ses officiers à bord de l'USS Yorktown avaient acquis de l'expérience dans la préparation et le lancement d'un groupe d'attaque durant la bataille de la mer de Corail mais ils n'avaient pas eu le temps de former les équipages des deux autres porte-avions qui devaient lancer la première frappe[79]. Spruance donna ensuite l'ordre aux appareils en vol de se diriger immédiatement vers l'ennemi sans perdre une minute à attendre la formation d'un groupe d'attaque complet car il considérait que la neutralisation des porte-avions ennemis était la clé de la survie de sa flotte. Spruance estima que la rapidité de l'attaque était plus important que la mise au point d'un dispositif d'attaque coordonné entre les différents types d'appareils (chasseurs, bombardiers en piqué et bombardier-torpilleurs). Par conséquent, les escadrons américains furent envoyés petit à petit et partirent en direction de leur cible en plusieurs groupes différents. Le manque de coordination allait réduire l'efficacité de l'attaque et aggraver les pertes mais Spruance considéra que le risque en valait la peine car mettre les Japonais sous pression handicaperait leur capacité à mener une contre-attaque (la doctrine japonaise privilégiait des attaques en formation) et il pensa qu'il attaquerait au moment où les ponts d'envol japonais seraient les plus vulnérables[77],[79].

Les appareils américains eurent du mal à trouver la flotte japonaise malgré les positions qu'ils avaient reçues. Le premier groupe américain, le Torpedo Squadron 8 de l'USS Hornet, arriva en vue des navires japonais à h 20 suivi par le Torpedo Squadron 6 de l'USS Enterprise à h 40[80]. Les avions américains lents et sous-armés furent rapidement balayés par les Mitsubishi A6M Zéros, bien plus rapides et manœuvrables, sans avoir le temps de causer des dégâts. Quelques TBD Devastator parvinrent à lancer leurs torpilles et à mitrailler les navires, ce qui força les porte-avions japonais à réaliser des manœuvres évasives[81].

Les attaques à la torpille américaines parvinrent à désorganiser les porte-avions japonais et les empêchèrent de préparer et de lancer une contre-attaque. De plus, elles détournèrent l'attention des chasseurs japonais qui arrivèrent rapidement à cours de carburant et de munitions[82]. L'apparition d'un troisième groupe de bombardiers-torpilleurs (le Torpedo Squadron 3) au sud-est à 10 h attira rapidement la plus grande partie des chasseurs japonais dans ce secteur[83].

Au même moment, trois escadrons de bombardiers en piqué américains SBD Dauntless arrivèrent en vue de la flotte japonaise depuis le nord-est et le sud-ouest. Ces derniers n'avaient presque plus de carburant car ils avaient passé beaucoup de temps à rechercher l'ennemi. Le chef du groupe, C. Wade McClusky, décida cependant de continuer les recherches et par chance il repéra le destroyer japonais Arashi. Ce navire faisait route à pleine vitesse pour rattraper le groupe aéronaval de Nagumo après avoir tenté sans succès de couler le sous-marin USS Nautilus qui avait auparavant attaqué le cuirassé Kirishima sans résultat[84]. Certains des bombardiers Dauntless, à cours de carburant, durent amerrir avant même le début de l'attaque[85].

La décision de McClusky de poursuivre les recherches a, selon l'amiral Chester Nimitz, « décidé du destin de notre groupe aéronaval et de nos forces à Midway[86] ». Les appareils américains arrivèrent en effet au pire moment pour la flotte japonaise[87],[82]. Les appareils japonais armés encombraient les hangars, les tuyaux de carburant serpentaient sur les ponts pour terminer les opérations de ravitaillement et les fréquents changements d'armement avaient eu pour conséquence que les bombes et les torpilles étaient dispersées dans les hangars au lieu d'être stockées en sureté dans les arsenaux[88].

Les escadrons de l'USS Enterprise réalisèrent plusieurs coups au but sur le Kaga à 10 h 22 puis ils attaquèrent l’Akagi quatre minutes plus tard[81]. L'escadron de l'USS Yorktown plongea sur le Soryu qui fut touché à plusieurs reprises. En moins de six minutes, les porte-avions Soryu, Kaga et Akagi avaient été mortellement touchés et étaient à présent la proie des flammes. L’Akagi ne fut touché que par une seule bombe qui traversa le pont d'envol et explosa au milieu des appareils armés et ravitaillés qui se trouvaient dans les hangars. L'amiral Nagumo dut alors quitter son navire-amiral en flamme pour se réfugier sur le croiseur léger Nagara. Les trois porte-avions furent finalement abandonnés et sabordés[89].

Contre-attaques japonaises[modifier | modifier le code]

L'USS Yorktown fut touché par une torpille japonaise lancée par un Nakajima B5N[90].

Le Hiryu, le seul porte-avions japonais survivant, lança immédiatement ses appareils. La première vague japonaise de bombardiers en piqué endommagea lourdement l'USS Yorktown avec trois bombes qui détruisirent ses chaudières et l'immobilisèrent. Cependant, les réparations furent tellement efficaces que les pilotes de la seconde vague japonaise composée de bombardiers-torpilleurs pensèrent que le navire était intact[91]. Les Japonais pensèrent égaler les scores en éliminant deux porte-avions en deux frappes mais l'USS Yorktown subit les deux attaques japonaises car la seconde vague pensa que l'USS Yorktown avait déjà coulé et qu'elle attaquait l'USS Enterprise. Après avoir reçu deux torpilles, l'USS Yorktown fut incapable de poursuivre la bataille car il commença à giter selon un angle de 26° à bâbord et cela força l'amiral Fletcher à déplacer son état-major à bord du croiseur lourd USS Astoria. Les deux autres porte-avions américains n'avaient pas été endommagés[92].

La nouvelle des deux attaques et le fait que chacune avait coulé un porte-avion américain améliora considérablement le moral du Kidô Butai. Ses appareils survivants furent récupérés par le Hiryu où ils furent préparés pour une attaque contre ce qui semblait être le dernier porte-avions américain[93].

Contre-attaque américaine[modifier | modifier le code]

À la fin de l'après-midi, un appareil de reconnaissance de l'USS Yorktown localisa le dernier porte-avions de Nagumo, l’Hiryu. L'USS Enterprise lança une vague d'attaque composée de bombardiers en piqué. Bien que le Hiryu ait été protégé par plus d'une douzaine de chasseurs Mitsubishi A6M Zeros, quatre ou cinq bombes lancés par les appareils américains touchèrent mortellement le porte-avions japonais. Les avions de l'USS Hornet, lancés avec retard à la suite d'une erreur de communication, attaquèrent sans résultat les autres navires japonais. Après des efforts désespérés pour éteindre l'incendie, la majorité de l'équipage du Hiryu fut évacué et le reste de la flotte s'orienta vers le nord-est pour tenter d'intercepter les porte-avions américains. Le Hiryu resta à flot durant plusieurs heures et lorsqu'il fut repéré le lendemain matin par un appareil du porte-avion Hosho, les Japonais pensèrent qu'ils pourraient le remorquer jusqu'au Japon pour le réparer. Cependant, le navire coula peu après avoir été repéré. Le contre-amiral Tamon Yamaguchi choisit de sombrer avec son vaisseau[94].

Le Hiryu peu avant son naufrage.

Avec la tombée de la nuit, les deux camps firent le point et préparèrent des plans pour la suite de la bataille. L'amiral Fletcher, obligé d'abandonner l'USS Yorktown et pensant qu'il ne pourrait pas commander de manière efficace depuis un croiseur, céda le commandement opérationnel à Spruance. Ce dernier savait que les États-Unis avaient remporté une grande victoire mais il n'était pas certain de la situation des forces japonaises et était déterminé à protéger Midway et ses porte-avions. Pour aider ses aviateurs, qui avaient été lancés à la limite de leur rayon d'action, Spruance s'était rapproché de la flotte de Nagumo durant la journée et continua pendant la soirée. La dernière vague de l'après-midi manqua de repérer la flotte principale de Yamamoto et comme les appareils revinrent pendant la nuit, Spruance fit allumer les lumières de ses porte-avions pour faciliter les atterrissages[95] prenant le risque d'être repéré et attaqué par les sous marins ennemis. Finalement, craignant une possible rencontre avec les forces de surface japonaises[96], Spruance fit mettre le cap à l'est avant de faire demi-tour à l'ouest vers minuit[97]. De son côté, Yamamoto décida initialement de poursuivre l'engagement et d'envoyer ses navires vers l'est pour attaquer les porte-avions américains. Simultanément, un groupe de croiseurs fut détaché pour bombarder l'île. La flotte de surface japonaise ne parvint pas à repérer les navires américains du fait de la décision de Spruance de mettre momentanément le cap à l'est et Yamamoto ordonna un repli général à l'ouest[98] [nb 5].

À h 15 dans la nuit du 5 au 6 juin, le sous-marin USS Tambor, qui se trouvait à environ 170 km à l'ouest de Midway, repéra plusieurs navires. Comme il ne parvint pas à les identifier, le commandant du submersible ne tira pas mais il rapporta leur position à ses supérieurs. Après avoir reçu le rapport, Nimitz le transmit à Spruance. Ne sachant pas où se trouvait la principale flotte de Yamamoto, Spruance supposa que le sous-marin avait repéré la force d'invasion et il entreprit de l'intercepter[101],[102].

Les navires repérés par l'USS Tambor étaient les quatre croiseurs lourds Kumano, Suzuya, Mogami, Mikuma et les deux destroyers Arashio et Asashio, que Yamamoto avait envoyé pour bombarder Midway. À h 55, les navires japonais reçurent l'ordre de se replier et ils firent demi-tour[101]. À peu près au même moment, l'USS Tambor fut repéré et lors des manœuvres pour éviter une attaque sous-marine, les croiseurs Mogami et Mikuma entrèrent en collision. La proue du Mogami fut sévèrement endommagée et le Mikuma, ayant subi moins de dégâts, dut ralentir à la vitesse de 22 km/h pour ne pas distancer le Mogami[103]. À h 12, le sous-marin américain confirma que les navires étaient japonais et il plongea pour les attaquer. L'attaque fut infructueuse et vers h, il rapporta la présence de deux croiseurs japonais de la classe Mogami se trouvant à l'ouest[104].

L'USS Yorktown gitait fortement à bâbord après avoir été touché par les appareils japonais.

Les jours suivants, les appareils américains de Midway puis ceux des porte-avions de Spruance menèrent plusieurs attaques contre les croiseurs japonais à la traine. Le Mikuma fut coulé le 7 juin[105] et le Mogami fut touché à plusieurs reprises mais parvint à rentrer au Japon. Les destroyers Arashio et Asashio furent également bombardés et mitraillés par les appareils américains de la dernière vague[106].

Au même moment, les opérations de sauvetage de l'USS Yorktown se poursuivirent et il fut remorqué par le dragueur de mines USS Vireo. Dans l'après-midi du 6 juin, le porte-avions américain fut touché par deux torpilles lancées par le sous-marin japonais I-168. Les pertes furent légères car l'équipage avait déjà été en grande partie évacué mais une troisième torpille coupa en deux le destroyer USS Hammann, tuant 80 marins. L'USS Yorktown ne coula que vers h le 7 juin, marquant la fin de la bataille[107]. Ainsi, alors que les américains ne perdirent qu'un seul de leurs porte-avions, les japonais en perdirent quatre (l'Akagi, le Kaga, le Soryu et le Hiryu).

Suites[modifier | modifier le code]

Après avoir remporté une victoire sans appel et jugeant une poursuite trop dangereuse[108], les forces américaines se replièrent vers l'est. L'historien Samuel E. Morison écrivit en 1949 que Spruance fut critiqué pour ne pas avoir pris en chasse la flotte japonaise en retraite et l'avoir laissé s'échapper[109]. Clay Blair avança en 1975 que si Spruance avait continué, il aurait été incapable de lancer ses appareils après la tombée de la nuit et son escorte aurait été submergée par les unités de surface plus puissantes de Yamamoto telles que le cuirassé Yamato[108].

Le rapport détaillé sur la bataille rédigé par Nagumo fut transmis au haut-commandement militaire le 15 juin. Il n'était destiné qu'aux plus hauts échelons de la marine impériale et du gouvernement et fut gardé secret tout au long de la guerre. Le public japonais fut gardé dans l'ignorance de la défaite tout comme l'essentiel de la structure de commandement. Seul l'empereur Hirohito et les officiers supérieurs de l'armée furent informés de l'étendue des pertes en navires et en pilotes. Aussi les planificateurs de l'armée continuèrent-ils de considérer, au moins durant une brève période, que la marine japonaise conservait sa supériorité[110].

Au retour de la flotte japonaise à Hashirajima près d'Hiroshima le 14 juin, les blessés furent immédiatement transférés dans des hôpitaux militaires où ils furent placés en isolement pour qu'ils ne révèlent pas l'étendue de la défaite[111]. Les officiers et les marins furent dispersés dans d'autres unités de la marine et furent déployés dans le Pacifique Sud où beaucoup périrent[112]. Par contre, les officiers de l'état-major du groupe aéronaval ne furent pas sanctionnés et Nagumo fut placé à la tête de la force aéronavale reconstituée après la bataille[113].

Les Japonais tirèrent quelques leçons de la bataille de Midway : de nouvelles procédures furent adoptées pour permettre le ravitaillement en carburant et le réarmement d'un plus grand nombre d'appareils sur le pont d'envol plutôt que dans les hangars pour limiter les dégâts infligés par une bombe parvenant à perforer le pont ; la purge de tous les tuyaux d'alimentation en carburant après usage fut généralisée. Les nouveaux porte-avions en cours de construction furent modifiés pour intégrer de nouveaux équipements de lutte contre l'incendie et pour limiter à deux le nombre d'ascenseurs. Un plus grand nombre de marins fut formé à la lutte contre l'incendie et à la gestion des dégâts mais les pertes ultérieures des porte-avions Shokaku, Hiyō et Taiho montrèrent qu'il subsistait des lacunes dans ce domaine[114]. Pour combler rapidement les effectifs, la durée de formation des nouveaux pilotes de l'aéronavale fut raccourcie au détriment de la qualité de l'entraînement. Les pilotes vétérans japonais de Midway et de la campagne des îles Salomon furent obligés de rester sur le front alors que les vétérans américains étaient progressivement assignés à la formation des nouveaux pilotes[115]. Par conséquent, l'efficacité de l'aéronavale japonaise se dégrada de manière continue jusqu'à la fin de la guerre[116].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le Mikuma gravement endommagé le 6 juin 1942.
Vision d'artiste de l'attaque sur le Mogami et le Mikuma.

Entre le 4 et le 7 juin 1942, six mois après l'attaque de Pearl Harbor par les Japonais et un mois après la bataille de la mer de Corail, l'United States Navy avait donc infligé une défaite décisive à la marine impériale japonaise alors qu'elle attaquait l'atoll de Midway, causant des pertes irremplaçables à sa flotte[117],[118],[119]. L'historien militaire John Keegan a qualifié cette bataille de « coup le plus impressionnant et décisif dans l'histoire de la guerre navale[120] ».

La bataille a souvent été qualifiée de « tournant de la Guerre du Pacifique[121] ». Cependant les Japonais continuèrent d'essayer de progresser dans le Pacifique Sud et plusieurs mois passeront avant que la parité navale ne se transforme en une claire suprématie américaine[122],[119]. En revanche, la destruction de la puissance aéronavale japonaise à Midway, associée à l'indécise bataille de la mer de Corail, réduisit la capacité du Japon à entreprendre de grandes offensives[118]. La victoire américaine ouvrit la voie aux débarquements de Guadalcanal et à la longue guerre d'attrition de la campagne des îles Salomon, qui permit aux Alliés de reprendre l'initiative dans la guerre du Pacifique[123].

Certains auteurs ont avancé que ses lourdes pertes à Midway ont considérablement affaibli la marine impériale japonaise[124],[125],[126]. Parshall et Tully ont cependant avancé que si les pertes étaient importantes (110 tués soit 25 % de l'effectif des pilotes de l'aéronavale embarqués sur les quatre porte-avions)[127], elles n'étaient pas suffisantes pour paralyser l'aéronavale japonaise dans son ensemble : la marine japonaise avait environ 2 000 pilotes dans l'aéronavale au début de la guerre du Pacifique[128]. Quelques mois après, l'aéronavale japonaise subit des pertes similaires lors des batailles navales des Salomon orientales et des îles Santa Cruz. Ce sont ces batailles et les pertes régulières touchant les pilotes vétérans durant la campagne des îles Salomon qui entrainèrent la diminution brutale de la capacité opérationnelle de l'aéronavale japonaise[129]. Toutefois la perte des quatre porte-avions de grande taille, de plus de 40 % des techniciens et des mécaniciens ainsi que des hommes de pont et des armuriers des équipages de porte-avions les mieux entrainés de la flotte furent des coups mortels infligés à l'aéronavale japonaise[129],[nb 6]. Après la bataille, le Japon ne disposait plus que des porte-avions Shokaku et Zuikaku pour mener de nouvelles offensives car le Ryūjō, le Jun'yō et le Hiyō étaient des porte-avions légers aux possibilités plus limitées[130].

Recherche d'éventuelles épaves[modifier | modifier le code]

Une batterie d'artillerie américaine sur l'atoll Midway, circa 1985.

En raison de la profondeur extrême de l'océan Pacifique dans la région de Midway (plus de 5 200 m de profondeur), la recherche d'éventuelles épaves a présenté des difficultés notables. Le 19 mai 1998, Robert Ballard et une équipe de scientifiques ont réussi à retrouver l'épave de l'USS Yorktown. Il était remarquablement intact pour un navire coulé en 1942 ; une grande partie de l'équipement d'origine et même la peinture de la coque étaient encore visibles[131].

Une recherche ultérieure de Ballard visant à localiser les navires japonais a été refusée par l'US Navy. En septembre 1999, une expédition conjointe entre le Nauticos Corp et le Naval Oceanographic Office a toutefois été menée à la recherche des épaves de porte-avions japonais. Grâce à l'utilisation de techniques de navigation avancées en conjonction avec le journal de bord du sous-marin USS Nautilus, l'expédition a trouvé un grand morceau d'une épave, par la suite identifié comme provenant du pont supérieur du Kaga. En 2005, l'épave principale n'a pas encore été retrouvée[132].

Commémoration[modifier | modifier le code]

Le mémorial de Midway avec des albatros de Laysan visibles en arrière-plan, à l'occasion du 66e anniversaire de la bataille, 4 juin 2008.

L'aéroport international de Chicago, important pour les efforts de guerres américains lors de la Seconde Guerre mondiale, fut renommé « Aéroport international Midway de Chicago » (ou simplement aéroport de Midway) en 1949 en l'honneur de la bataille[133].

Un navire d'escorte fut baptisé USS Midway (CVE-63) et commandé le 17 août 1943. Il sera renommé St.Lô le 10 octobre 1944 pour laisser son nom à un porte-avions, l'USS Midway (CV-41), commandé le 10 septembre 1945 (huit jours après la signature des actes de capitulation du Japon). En 2012, ce dernier est amarré à San Diego en Californie, à proximité de l'importante base navale de San Diego, et est utilisé en tant que navire musée (musée de l'USS Midway).

Le 13 septembre 2000, le secrétaire à l'Intérieur des États-Unis, Bruce Babbitt, renomme la réserve naturelle Midway Atoll National Wildlife Refuge en Battle of Midway National Memorial[134].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

La bataille de Midway a fait l'objet dès 1942 d'un film documentaire mis en scène par John Ford alors présent sur l'île. Le film d'une durée de dix-huit minutes reçoit l'Oscar du meilleur film documentaire en 1943. En 1976, Jack Smight réalise un nouveau film sur la bataille intitulé La Bataille de Midway avec pour acteurs principaux Charlton Heston, Henry Fonda et James Coburn.

La bataille de Midway est dépeinte dans le jeu vidéo Battlefield 1942 et elle est également présente dans les simulateurs Battlestations: Midway et Heroes of the Pacific. En bande-dessinée, la bataille est le fil conducteur du second album des aventures de Buck Danny, Les Mystères de Midway, publié en 1948 par Jean-Michel Charlier et Victor Hubinon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Porte-avions : Akagi: 267; Kaga: 811; Hiryu: 392; Soryu: 711; soit un total de 2 181 tués[4]. Croiseurs lourds : Mikuma: 700; Mogami : 92[5]. Destroyers : Arashio: 35; Asashio: 21; Tanikaze: 11; Arashi: 1; Kazagumo : 1. 5 membres équipage de deux hydravions abattus et 10 marins du pétrolier Akebono Maru furent également tués[6].
  2. Deux autres objectifs avaient été écartés : attaquer l'Inde pour atteindre les champs pétroliers du Moyen-Orient et réaliser la jonction avec l'allié allemand et attaquer en Sibérie en prenant à revers l'armée soviétique en proie à l'époque à de grandes difficultés face à l'armée allemande.
  3. Les porte-avions américains étaient partis manœuvrer au large lors de l'attaque de Pearl Harbour.
  4. Les noms de code « Val », « Kate » et « Zeke », qui étaient souvent utilisés pour ces appareils ne furent pas introduits avant la fin de l'année 1943 par les forces alliées[39].
  5. La supériorité japonaise dans les combats nocturnes et la présence des cuirassés de Yamamoto, comme le Yamato, auraient probablement permis aux Japonais de balayer les croiseurs américains et d'attaquer les porte-avions sans défense[99],[26]. À ce moment, seule la Fleet Air Arm britannique était capable de mener des opérations aéronavales nocturnes en partie grâce à la lenteur de ses Fairey Swordfish[100].
  6. Comme le Japon de l'avant-guerre était moins industrialisé que les États-Unis, le remplacement des mécaniciens et les techniciens perdus à Midway fut impossible[128].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Parshall et Tully 2005, p. 90-91
  2. « The Battle of Midway », Office of Naval Intelligence
  3. Parshall et Tully 2005, p. 524
  4. Parshall et Tully 2005, p. 476
  5. Parshall et Tully 2005, p. 378, 380
  6. Parshall et Tully 2005, p. 114, 365, 377-380, 476
  7. Prange, Goldstein et Dillon 1982, p. 13-15, 21-23; Willmott 1983, p. 39-49
  8. Parshall et Tully 2005, p. 22-38
  9. a et b Parshall et Tully 2005, p. 33
  10. Prange, Goldstein et Dillon 1982, p. 23
  11. Parshall et Tully 2005, p. 33; Peattie & Evans, Kaigun
  12. Prange, Goldstein et Dillon 1982, p. 22-26
  13. Parshall et Tully 2005, p. 31-32
  14. Willmott 1983, p. 66-67
  15. Parshall et Tully 2005, p. 33-34
  16. « After the Battle of Midway », Midway Atoll National Wildlife Refuge
  17. Prange, Goldstein et Dillon 1982, p. 375-379
  18. Willmott 1983, p. 110-117
  19. Parshall et Tully 2005, p. 52
  20. Millot 1979, p. 36 et 299-304
  21. H.P. Willmott 1983; Lundstrom, First South Pacific Campaign
  22. Parshall et Tully 2005, p. 19-38
  23. Parshall et Tully 2005, p. 53, tiré des documents historiques militaires japonais (Senshi Sosho), Volume 43 ('Midowei Kaisen'), p. 118
  24. a et b Parshall et Tully 2005, p. 51, 55
  25. a et b Parshall et Tully 2005, p. 43-45, tiré du Senshi Sōshō, p. 196
  26. a, b et c Willmott 1983
  27. a et b Lord, Incredible Victory; Willmott 1983; Layton, And I Was There: Pearl Harbor and Midway—Breaking the Secrets
  28. Parshall et Tully 2005, p. 43-45, derived from Senshi Sōshō, p. 119-121
  29. Prange, Goldstein et Dillon 1982, p. 80-81; Cressman et al., A Glorious Page in Our History, p. 37
  30. Willmott 1983, p. 337
  31. Cressman et al., A Glorious Page in Our History, p. 37-45 ; Lord, Incredible Victory, p. 37-39
  32. Willmott 1983, p. 338
  33. Willmott 1983; p.337-40?
  34. Lord, Incredible Victory, p.39; Willmott 1983, p. 340
  35. Charles L Scrivner, TBM/TBF Avenger in Action, p. 8
  36. Parshall et Tully 2005, p. 96
  37. a et b Willmott 1983, p. 101
  38. Parshall et Tully 2005, p. 65-67
  39. Parshall et Tully 2005, p. 78-80
  40. Parshall et Tully 2005, p. 89
  41. Parshall et Tully 2005, p. 89-91
  42. Willmott 1983, p. 351
  43. Parshall et Tully 2005, p. 98-99
  44. Lord, Incredible Victory, p. 37-39
  45. Parshall et Tully 2005, p. 99; Holmes, Double-Edged Secrets
  46. Parshall et Tully 2005, p. 102-104; Willmott 1983
  47. Isom, Midway Inquest: Why the Japanese Lost the Battle of Midway, p. 95-99
  48. Smith The Emperor's Codes p.134
  49. Smith The Emperor's Codes, p. 138-141
  50. Holmes, Double-Edged Secrets; Willmott 1983
  51. a et b Admiral Nimitz's CinCPac report of the battle. From Hyperwar. Consulté le 13 février 2008
  52. a et b Interrogation of: Captain TOYAMA, Yasumi, IJN; Chief of Staff Second Destroyer Squadron, flagship Jintsu (CL), at MIDWAY USSBS From Hyperwar. Consulté le 14 février 2008
  53. Parshall et Tully 2005, p. 107-112, 132-133
  54. Willmott, Barrier
  55. Stephen, Martin. Sea Battles in Close-up: World War Two (Shepperton, Surrey: Ian Allan, 1988), Volume 1, p. 166-167
  56. Parshall et Tully 2005, p. 200-204
  57. Lord, Incredible Victory, p. 110
  58. Parshall et Tully 2005, p. 149
  59. a et b Prange, Goldstein et Dillon 1982, p. 207-212
  60. Parshall et Tully 2005, p. 149-152
  61. Office of Naval Intelligence Combat Narrative: "MIDWAY'S ATTACK ON THE ENEMY CARRIERS" June 4 Consulté le 28 janvier 2012
  62. Parshall et Tully 2005, p. 176
  63. Parshall et Tully 2005, p. 130-132
  64. Lord, Walter. Incredible Victory; Willmott 1983; Fuchida & Okumiya, Midway
  65. Isom, Midway Inquest: Why the Japanese Lost the Battle of Midway, p. 129-139
  66. Prange, Goldstein et Dillon 1982, p. 216-217
  67. Parshall et Tully 2005, p. 159-161 & 183
  68. Bicheno, Hugh. Midway (London: Orion Publishing Group, 2001), p.134
  69. Parshall et Tully 2005, p. 165-170
  70. Fuchida et Okumiya, Midway ; Willmott 1983
  71. Parshall et Tully 2005, p. 121-124
  72. Prange, Goldstein et Dillon 1982, p. 217-218 & 372-373
  73. Parshall et Tully 2005, p. 170-173
  74. Prange, Goldstein et Dillon 1982, p. 231-237
  75. Parshall et Tully 2005, p. 170-173 ; Willmott 1983 ; Fuchida et Okumiya, Midway
  76. 1942 - Battle of Midway
  77. a et b Cressman et al., A Glorious Page in Our History, p. 84-89
  78. Parshall et Tully 2005, p. 215-216, 226-227 ; Buehl, The Quiet Warrior, 1987, p. 494ff
  79. a et b Battle of Midway (pg 2), consulté le 28 avril 2012
  80. Cressman et al., A Glorious Page in Our History, p. 91-94
  81. a et b Battle of Midway (pg 3)
  82. a et b Parshall et Tully 2005, p. 215-216, 226-227
  83. Parshall et Tully 2005, p. 226-227
  84. « IJN KIRISHIMA: Tabular Record of Movement », Senkan!, combinedfleet.com,‎ 2006 (consulté le 6 juin 2007)
  85. Tillman, 1976, p. 69-73
  86. « Accounts - C. Wade McClusky », cv6.org (consulté le 26 janvier 2012)
  87. Prange, Goldstein et Dillon 1982, p. 259-261, 267-269; Cressman et al., A Glorious Page in Our History, p. 96-97
  88. Parshall et Tully 2005, p. 250
  89. Parshall et Tully 2005, p. 330-353
  90. Parshall et Tully 2005, p. 312-318
  91. (en) Robert D. Ballard et Rick Archbold, Return to Midway, Toronto : Madison Press Books. ISBN 0-7922-7500-4
  92. Parshall et Tully 2005, p. 318
  93. Parshall et Tully 2005, p. 323
  94. Parshall et Tully 2005, p. 328-329, 354-359
  95. Parshall et Tully 2005, p. 364-365
  96. Potter & Nimitz 1960 p.682
  97. Parshall et Tully 2005, p. 344
  98. Parshall et Tully 2005, p. 382-383
  99. Blair, Silent Victory, p. 246-7
  100. (en) Martin Stephen, Sea Battles in Close-up: World War 2, Shepperton, Surrey: Ian Allan, 1988, vol. 1, p.34
  101. a et b Prange, Goldstein et Dillon 1982, p. 320
  102. Parshall et Tully 2005, p. 345
  103. Parshall et Tully 2005, p. 345-346, diagrammes 347, 348
  104. Blair, Silent Victory, p.246-7
  105. (en) Thomas B. Allen, « Return to the Battle of MIDWAY », National Geographic, Journal of the National Geographic Society, Washington, D.C., vol. 195, no 4,‎ avril 1999, p. 80-103 (p.89) (ISSN 0027-9358, lire en ligne)
  106. Parshall et Tully 2005, p. 377
  107. Parshall et Tully 2005, p. 374-375, 383
  108. a et b Blair, Silent Victory, p.247
  109. Morison, Coral Sea, Midway and Submarine Actions: May 1942 - August 1942. (History of United States Naval Operations in World War II), Volume IV, p. 142
  110. (en) Herbert P. Bix, Hirohito and the Making of Modern Japan, 2001, p. 449
  111. Parshall et Tully 2005, p. 386
  112. Parshall et Tully 2005, p. 386-387
  113. Parshall et Tully 2005, p. 388
  114. Parshall et Tully 2005, p. 388-389
  115. Parshall et Tully 2005, p. 416-419
  116. Parshall et Tully 2005, p. 390-391
  117. Parshall et Tully 2005, p. 194
  118. a et b U.S. Naval War College Analysis, p.1
  119. a et b Parshall et Tully 2005, p. 416-430
  120. Keegan, John. "The Second World War." New York: Penguin, 2005. (275)
  121. Dull, p.166; Prange, p.395
  122. Willmott 1983, p. 522-523
  123. Parshall et Tully 2005, p. 422-423
  124. (en) Dull, The Imperial Japanese Navy: A Battle History, p. 166
  125. Willmott 1983, p. 519-523
  126. Prange, Miracle at Midway p. 395
  127. Parshall et Tully 2005, p. 432
  128. a et b Parshall et Tully 2005, p. 417
  129. a et b Parshall et Tully 2005, p. 416-417, 432
  130. Parshall et Tully 2005, p. 421
  131. Titanic explorer finds Yorktown, CNN, 4 juin 1998
  132. Parshall et Tully, Shattered Sword, p. 491–493
  133. [PDF] (en) Midway International Airport, consulté le 27 avril 2012
  134. (en) Battle of Midway National Memorial, U.S. Fish and Wildlife Service, consulté le 24 avril 2012

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

En anglais[modifier | modifier le code]

  • (en) Agawa, Hiroyuki; Bester, John (trans.). The Reluctant Admiral - Yamamoto and the Imperial Navy. New York: Kodansha, 1979. ISBN 978-4-7700-2539-5. Publié en français en 1982 chez France Empire sous le titre YAMAMOTO Amiral de la marine Impériale Chef de guerre malgré lui.A definitive biography of Yamamoto in English. This book explains much of the political and social context within Japan that lead to the war in the Pacific.
  • (en) Robert E. Barde, Midway: Tarnished Victory, Military Affairs, v. 47, no. 4 (décembre 1983)
  • (en) Eric M. Bergerud, Fire in the Sky: The Air War in the South Pacific, Boulder, Colorado, Westview Press,‎ 2000 (ISBN 978-0-8133-2985-7), p. 752
  • (en) Hugh Bicheno, Midway. London: Orion Publishing Group, 2001
  • (en) Clay Blair Jr., Silent Victory: The U.S. Submarine War Against Japan, Philadelphia, J.B. Lippincott,‎ 1975, p. 1072
  • (en) Thomas B. Buell, The Quiet Warrior: a Biography of Admiral Raymond A. Spruance, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press,‎ 1987, 2e éd. (ISBN 978-0-87021-562-9), p. 518
  • (en) Robert J. Cressman et al., "A Glorious page in our history", Adm. Chester Nimitz, 1942: the Battle of Midway, 4-6June 1942, Missoula, Mont., Pictorial Histories Pub. Co.,‎ 1990, 2e éd. (ISBN 978-0-929521-40-4)
  • (en) Paul S. Dull, A Battle History of the Imperial Japanese Navy (1941-1945), US Naval Institute Press,‎ 1978
  • (en) David Evans et Mark R. Peattie, Kaigun: Strategy, Tactics, and Technology in the Imperial Japanese Navy, 1887-1941, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press,‎ 1997 (ISBN 978-0-87021-192-8)
  • (en) Mitsuo Fuchida et Masatake Okumiya, Midway: The Battle that Doomed Japan, the Japanese Navy's Story, Annapolis, Maryland, United States Naval Institute Press,‎ 1955 (ISBN 978-0-87021-372-4)
  • (en) John J. Stephan, Hawaii Under the Rising Sun: Japan's Plans for Conquest after Pearl Harbor, Honolulu, University of Hawaii Press,‎ 1984, poche (ISBN 978-0-8248-2550-8)
  • (en) Herbert P. Bix, Hirohito and the Making of Modern Japan, New York, Perennial / HarperCollinsPublishers,‎ 2001, 1e éd. (ISBN 978-0-06-019314-0)
  • (en) W. Holmes, Double-Edged Secrets: U.S. Naval Intelligence Operations in the Pacific During World War II (Bluejacket Books), Naval Institute Press,‎ 1979 (ISBN 978-1-55750-324-4)
  • (en) Joy Hakim, A History of Us: War, Peace and all that Jazz, New York, Oxford University Press,‎ 1995 (ISBN 978-0-19-509514-2)
  • (en) Layton, Rear Admiral Edwin T, And I Was There: Pearl Harbor and Midway, Konecky and Konecky, 1985.
  • (en) Walter Lord, Incredible Victory, Short Hills, Burford,‎ 1967, poche (ISBN 978-1-58080-059-4)
  • (en) John B. Lundstrom, The First Team: Pacific Naval Air Combat from Pearl Harbor to Midway, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press,‎ 2005, 1e éd., poche (ISBN 978-1-59114-471-7)
  • (en) Mark Parillo, Japanese Merchant Marine in World War II. Annapolis, Maryland: United States Naval Institute Press, 1993.
  • (en) Jonathan Parshall et Anthony Tully, Shattered Sword: The Untold Story of the Battle of Midway, Dulles, Virginia, Potomac Books,‎ 2005 (ISBN 978-1-57488-923-9)
  • (en) Mark R. Peattie, Sunburst: The Rise of Japanese Naval Air Power, 1909-1941, Annapolis, US Naval Institute Press,‎ 2001, poche (ISBN 978-1-59114-664-3), p. 392
  • (en) E. B. Potter et Chester W. Nimitz, Sea Power, Prentice-Hall,‎ 1960
  • (en) Gordon W. Prange, Donald M. Goldstein et Katherine V. Dillon, Miracle at Midway, New York, McGraw-Hill,‎ 1982 (ISBN 978-0-07-050672-5)
  • (en) Charles L. Scrivner, TBM/TBF Avenger in Action. Carrollton, Texas: Squadron/Signal Publications, Inc. 1987. (ISBN 0-89747-197-0)
  • (en) Michael Smith, The Emperor's Codes: Bletchley Park and the breaking of Japan's secret ciphers, Bantam Press, 2000. (ISBN 0-593-04642-0). Chapitre 11: « Midway: The battle that turned the tide »
  • (en) H.P. Willmott, The Barrier and the Javelin: Japanese and Allied Strategies, February to June 1942, Annapolis, United States Naval Institute Press,‎ 1983, 1e éd., poche (ISBN 978-1-59114-949-1), p. 616

En français[modifier | modifier le code]

  • Agawa, Hiroyuki, YAMAMOTO Amiral de la Marine Impériale, Chef de guerre malgré lui, Éditions France Empire (1982) (ISBN 2704800383 et 978-2704800384). Biographie japonaise détaillée de l’amiral Isoroku Yamamoto, Commandant en Chef de la flotte de la Marine Impériale Japonaise et initiateur des stratégies des batailles de Pearl Harbor et Midway, mise dans les contextes politiques et sociaux du Japon pendant la fin du XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle.
  • Michel Hérubel, La bataille de Midway, Paris, Presses de la Cité, 1985. (ISBN 2-258-01587-1)
  • Bernard Millot, La bataille aéronavale de Midway, Édition Larivière,‎ 1979, p. 353
  • Michel Ledet, « Douglas TBD-I "Devastator », 3e partie : La guerre du Pacifique », Avions, no 168, mars-avril 2009.
  • Michel Ledet, « Midway : la revanche », Batailles aériennes, no 22, 2002.

Documentaires télévisés[modifier | modifier le code]

  • Midway : 5e épisode de la série Les grandes batailles de la seconde guerre mondiale, sur National Geographic.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 9 mai 2012 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.