Villa impériale de Katsura

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

35° 00′ 42″ N 135° 46′ 05″ E / 35.011636, 135.768029 ()

Jardin de la Villa Impériale de Katsura

La Villa impériale Katsura, ou encore Palais retiré Katsura (桂離宮, Katsura rikyū?) est un domaine constitué d'une villa, de jardins ainsi que de pavillons. Elle est située dans la banlieue ouest de Kyōto, Japon (dans l'arrondissement de Nishikyō-ku , séparé du Palais Impérial de Kyōto). C'est l'un des biens culturels importants du Japon文化財 (bunkazai?) les plus importants.

Ses jardins sont de véritables chefs-d'œuvres de jardin Japonais ; les bâtiments sont encore plus importants, un des plus grands accomplissements de l'architecture japonaise. Le palais inclut un shoin (bâtiment), une maison du thé et un jardin de repos. Ce palais est un exemple inestimable des villas des princes de la période Edo.

Le palais a autrefois appartenu aux princes de la famille de Hachijo-no-miya (八条宮?).

Aujourd'hui ouvert au public, l'Agence impériale l'administre, et accepte les visiteurs sur rendez-vous.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site de Katsura a été longtemps un emplacement favori pour des villas ; pendant la période Heian, Fujiwara no Michinaga y avait une villa. Les membres de la cour de Heian y trouvaient un emplacement idéal pour regarder la lune.

Le prince Toshihito (智仁?, 1579–1629), le premier de la lignée des Hachijo-no-miya, a établi le village de Katsura. Le prince était un descendant de l'empereur Ogimachi et le plus jeune frère de l'empereur Go-Yozei. Une fois adopté par Toyotomi Hideyoshi, il annula l'adoption quand Hideyoshi eut un fils, et créé la maison de Hachijo-no-miya.

Le shoin de la Villa Impériale de Katsira est divisé en trois parties : l'Ancien Shoin, le Shoin du Milieu et le Nouveau Palais. L'Ancien Shoin fut construit en 1615. La construction du shoin, de la maison de thé et du jardin continua pendant le règne du second prince, Toshitada (智忠?, 1619–1662) et fut achevé après quelques décennies.

La maison de Hachijo-no-miya a changé son nom pour Tokiwai-no-miya (常磐井宮?), Kyogoku-no-miya (京極宮?), et finalement Katsura-no-miya (桂宮?), avant que la lignée ne se meure en 1881. Le ministère Imperial Household Ministry a pris le contrôle du palais extérieur de Katsura en 1883 et, depuis la Seconde Guerre mondiale, c'est l'agence Imperial Household Agency qui a pris la succession de l'administration de ce bien culturel.

Bâtiments et jardins (description succincte)[modifier | modifier le code]

L'Ancien Shoin, le Shoin du Milieu ainsi que le Nouveau Palais sont chacun de style shoin-zukuri, avec des toits irimoya kokerabuki (柿葺?). L'Ancien Shoin montre des éléments du style sukiya-zukuri dans des endroits tels que la véranda. Un endroit appelé « Plate-forme pour admirer le jardin au clair de lune » dépasse encore plus le style de la véranda, et montre l'intérêt principal du Palais Extérieur de Katsura [1]: l'observation de la pleine lune. Les murs du Shoin du Milieu et du Nouveau Palais ont été peints à l'encre par l'école de Kanō Tan'yū (狩野 探幽). Les étagères dans la salle à l'étage supérieur du Nouveau palais sont considérées comme étant particulièrement remarquables.

Le jardin de repos prélève de l'eau depuis la rivière de Katsura pour l'étang central, autour duquel sont disposés Shōkintei (松琴亭?), Shōkatei (賞花亭?), Shōiken (笑意軒?) et Gepparō (月波楼?) ; maisons de thé, colline, sable, pont et lanterne. Il y a aussi un hall bouddhiste, Onrindō (園林堂?).

Sujet d'étude pour les architectes modernes[modifier | modifier le code]

Katsura est devenu un modèle de référence d'architecture (Style international) moderne, fonctionnelle.

En 1933, Bruno Taut, architecte allemand, fut invité au Japon par une association japonaise pour une architecture internationale dans le but de promouvoir le mouvement moderne au Japon. À cette occasion on lui propose la visite de Katsura.

Taut publia ses observations et commentaires. Il décrit Katsura comme « un exemple d'architecture classique, un monument éternel. ». « L'architecte moderne reconnaîtrait avec étonnement, que cette construction est absolument moderne, (...) »

Une caractéristique de l'ancienne construction japonaise est la flexibilité de l'espace, ses structures de bois, ses panneaux coulissants. La maison s'ouvre sur le jardin, et se relie à lui. Taut met volontairement en avant ces quelques éléments et les lignes pures de la villa. Il escamote les lignes courbes des toitures ainsi que d'autres éléments et le jardin qui ne correspondaient pas au mouvement moderne.

Bruno Taut, comme Walter Gropius avait marqué l'opposition entre la Villa impériale de Katsura (architecture pure et dépouillée) et le sanctuaire de Nikkō (architecture fastueuse).

L'attention qu'il porta pour Katsura déclencha une prise de conscience de sa valeur. Ce fut une révélation pour les japonais et de nombreuses publications sur le sujet virent le jour.

Kenzo Tange architecte japonais de style international était également inspiré par Katsura.

Kengo Kuma, architecte japonais également, s'inspirera de la villa Huga (que Taut a conçu en s'appuyant sur la villa Katsura) pour faire sa Watr/Glass guesthouse qui fut récompensé par de nombreux prix.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La tradition veut que Katsura soit le meilleur endroit de Kyōto pour admirer la pleine lune. Cela provient d'une légende chinoise selon laquelle un arbre de Judée (en japonais : Katsura) serait planté sur la lune

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arata Isozaki et Osamu Sato (ill. Yasuhiro Ishimoto, trad. et notes Pierre et Susanne Rambach), Katsura : Ermitage et jardins - Un moment de perfection, Fribourg (Suisse), Office du Livre SA, 1986 (ISBN 2-8264-0051-7)
  • (en) Akira Naito et Takeshi Nishikawa (trad. Charles S. Terry), Katsura: A Princely Retreat, New York, Kodansha, 1977 (ISBN 4-7700-0542-3)
  • (en) Teiji Itoh, Tadashi Yokoyama, Eiji Musha, Makato Suzuki, Masao Arai et Taisuke Ogawa, Katsura: A Quintessential Representative of the Sukiya Style of Architecture, Tokyo, Shinkenchiku-sha, 1983
  • (en) Walter Gropius, Kenzo Tange et Yasuhiro Ishimoto, Katsura: Tradition and Creation in Japanese Architecture, New Haven et Tokyo, Yale University Press et Zokeisha Publications, 1960 (ISBN 0-300-01599-2)
  • (en) Teiji Itoh et Takeji Iwamiya, Imperial Gardens of Japan, New York, Weatherill, 1970 (ISBN 0-8027-2436-1)

Liens externes[modifier | modifier le code]