Takiji Kobayashi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Takiji Kobayashi

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Takiji Kobayashi

Activités Militant communiste, écrivain
Naissance 1er décembre 1903[1]
Décès 20 février 1933
Mouvement Littérature prolétarienne
Genres roman

Œuvres principales

Le Bateau-Usine

Takiji Kobayashi est un écrivain japonais (1903-1933), engagé aux côtés du prolétariat. Il meurt d'un arrêt cardiaque en 1933, à l'âge de 29 ans, à la suite d'un interrogatoire policier, de facto de la torture.

Biographie[modifier | modifier le code]

Takiji Kobayashi naît à Ōdate (préfecture d'Akita) et grandit à Otaru (Hokkaidō). Après des études dans ce qui est aujourd'hui l'Université de Commerce d'Otaru, il travaille dans le bureau local d'une banque. Son roman le plus connu est Le Bateau-Usine (Kanikōsen). Ce roman, qui raconte l'histoire de la création d'une organisation de travailleurs, fut adapté en films et en manga et connut un regain d'intérêt à l'occasion de la crise financière de 2008 et de sa conséquence, une vague de licenciements au Japon.

Kobayashi participe à des manifestations et adhère au Parti communiste japonais en 1933, pour cette raison il est torturé par la police politique Tokkō. Il meurt le 20 février 1933, officiellement d'un arrêt du cœur, mais les marques sur son cadavre ne laissent pas de doute à ses proches sur les raisons de sa mort.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le 15 mars 1928 - 1928 - Roman d'une journée de répression qu'il a vécu, voir l'article Incident du 15 mars
  • Le Bateau-Usine (Kanikōsen) - 1929 - Roman d'une rébellion sur un bateau-usine[2],[3]
  • Le Propriétaire absent - 1929 - Sur la politique économique désastreuse pour les paysans à Hokkaidō

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. selon le koseki
  2. Maxime Rovere, « Le triomphe d'un revenant nippon », sur http://www.magazine-litteraire.com (consulté le 9/3/2012)
  3. Évelyne Lesigne-Audol, « En tête des ventes,un revenant marxiste » in Le Magazine Littéraire, #517, mars 2012, page 88