1898

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page concerne l'année 1898 (MDCCCXCVIII en chiffres romains) du calendrier grégorien.

Années :
1895 1896 1897  1898  1899 1900 1901

Décennies :
1860 1870 1880  1890  1900 1910 1920
Siècles :
XVIIIe siècle  XIXe siècle  XXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada (Nouveau-Brunswick, Ontario, Québec), États-Unis) • Asie • Europe (France (Paris), Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Architecture Chemins de fer Cinéma Droit Football Littérature Musique populaire Musique classique Parcs de loisirs Photographie Science Sociologie Sport Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Événements[modifier | modifier le code]

Le monde en 1898 et ses obédiences coloniales, l'année même où l'incident de Fachoda crispe à l'extrême les logiques impériales, les enjeux invoquant la suprématie sur le continent africain.

Afrique[modifier | modifier le code]

Carte de l'Afrique en 1898
  • Janvier, Algérie : émeutes anti-juives, en particulier à Alger. Elles ne prennent fin qu’après le départ du gouverneur général Louis Lépine en juillet.
  • 10 juillet : début de l'affaire de Fachoda, tensions franco-britanniques sur le Soudan (juillet-novembre). les Français de la mission Marchand arrivent à Fachoda sur le Nil Blanc. L’expédition française illustre les méthodes de colonisations qui prévalent au Soudan central : cette unité d’une centaine d’homme vivant sur le pays est destinée non pas à réaliser l’occupation effective, mais à installer un réseau de petites garnisons capables de garantir les territoires de la convoitise britanniques.
    • La crise de Fachoda renforce l’antagonisme franco-britannique en Égypte. La France entrave l’action de Londres en faisant passer sous sa protection consulaire de nombreux responsables nationalistes par le système des capitulations.
  • 19 juillet : échec de la révolte de l’ethnie des Héhé, dirigée par le chef Mkwawa contre la « pacification » allemande (Zambie). Mkwawa bat à deux reprise les colons, mais ceux-ci finissent par prendre la capitale Kalinga et décapitent Mkwawa. Dans la région de Bagamoyo, les soulèvements de Gogo et des Chaga sont réprimés de la même façon par les troupes allemandes.
  • 22 juillet : Djibouti devient une colonie française et prend le nom de « Côte française de Somalis ».
  • 26 juillet : Édouard Laferrière est nommé gouverneur général de l’Algérie (fin en 1900)
  • 30 juillet : création de la Société des Chemins de Fer Vicinaux du Mayumbe au Congo [1].
  • 23 août : Laferrière obtient du gouvernement français les décrets qui sont en quelque sorte une Constitution de l’Algérie : création des délégations financières, réorganisation du Conseil supérieur, accroissement de l’autonomie économique et sociale.


  • Le syrien sunnite Rashid Rida fonde en Égypte la revue politique et littéraire al-Manar (Le Phare), qui dans la lignée de la Salafiyyah, plaide pour un relèvement de la société arabe par les valeurs de l’Islam. Il propose l’établissement d’un Califat à La Mecque.
  • Famine mugudya (errer à la recherche de vivres) au Busoga (Ouganda actuel, fin en 1901). Provoquée par les mutineries de 1897 et leur répression, elle fait entre 40 000 et 60 000 morts.
  • Apparition de la maladie du sommeil (trypanosomiase), liée à la mouche tsé-tsé, dans le Niari (Congo), entre Brazzaville et l’océan, déclenchée par le passage répété des porteurs Loango. Elle se répand au Gabon, remonte le fleuve Congo pour atteindre en 1901 les alentours du lac Victoria, en Ouganda (250 000 morts en 1900-1905). Le futur Congo belge est atteint simultanément.
  • Devant les bénéfices réalisés par les compagnies belges au Congo, les Français veulent les imiter. Le ministère des Colonies reçoit 119 demandes de concessions, définies comme « entreprises de colonisation ». En un an, quarante sociétés se partagent 70 % du territoire : par exemple, la Compagnie des sultanats du Haut-Oubangui reçoit une concession de 140 900 km2.
  • Rivalité franco-allemande au Maroc : Paris obtient de la Grande-Bretagne la reconnaissance de son autorité sur l’hinterland d’Afrique du Nord. Mais Berlin, qui entend s’imposer sur le terrain, envoie un nouveau représentant au Maroc. Ce dernier rejoint son poste en navire de guerre, accompagné de négociants, d’industriels et d’un état-major d’officiers.

Amérique[modifier | modifier le code]

1er juillet : bataille de la colline de San Juan
16 juillet : reddition de Santiago de Cuba
  • 27 mars : le gouvernement des États-Unis demande à l’Espagne un armistice immédiat à Cuba, de supprimer la politique des camps de concentrations et d’accepter une médiation américaine pour que Cuba obtînt son indépendance.
  • 9 avril : l'Espagne déclare le cessez-le-feu dans sa guerre contre Cuba.
  • 10 avril : Madrid a pratiquement accepté toutes les conditions imposées par William McKinley sauf la promesse d’indépendance.
  • 11 avril : poussé par l’opinion, le président McKinley demande au Congrès l'autorisation d'intervenir à Cuba.
  • 20 avril : le gouvernement des États-Unis lance un ultimatum à l'Espagne dans l'affaire de Cuba.
  • 25 avril : guerre hispano-américaine. Le Congrès américain déclare la guerre à l’Espagne, arguant que « le peuple de Cuba doit être libre et indépendant »
  • 12 octobre : Julio Argentino Roca est élu président de la République Argentine pour la seconde fois (fin en 1904). Les conservateurs dominent en Argentine jusqu’en 1916. Homme d’expérience (président de 1880 à 1886), Roca tente de remettre de l’ordre dans les finances de l’Argentine. Il échouera, comme ses prédécesseurs, impuissant à faire face aux conséquences de l’inflation dans un pays ou cohabitent deux cours différents du peso.
  • 10 décembre (traité de Paris) : fin de la guerre hispano-américaine, les États-Unis annexent Guam et Porto Rico à titre d’indemnité et achètent les Philippines à l’Espagne pour 20 millions de dollars. Cuba devient indépendant sous protectorat américain (1903-1934).
    • À la fin de la guerre, l’économie de Cuba tombe aux mains des intérêts américains (chemin de fer, mines, exploitations sucrières).
  • Conférences à Québec (24 août-11 octobre) et Washington (7 novembre-21 février 1899) pour régler le contentieux qui oppose le Canada et les États-Unis à propos de l’Alaska. Devant l’impasse des pourparlers, on décide de demander à la Grande-Bretagne de servir d’arbitre. Elle donne raison aux États-Unis.

Asie et Pacifique[modifier | modifier le code]

.

  • 15 septembre : sa tante Cixi, pressée par les nobles mandchous, somme l’empereur de renvoyer les réformistes. Guangxu charge le chef militaire Yuan Shikai de faire exécuter le général Ronglu (homme de Cixi) et d’arrêter Cixi. Cependant Yuan Shikai fait part des projets de l’empereur à Ronglu qui prévient l’impératrice.
  • 21 septembre : Cixi fait surveiller les portes du palais par Ronglu et fait exécuter les réformistes (Kang Youwei et Liang Qichao réussissent à fuir au Japon). L’empereur, déclaré faible d’esprit, est séquestré jusqu’à sa mort dans le palais. L’échec de la réforme des Cent Jours entraîne la création d’une nouvelle secte, xénophobe et mystique : le mouvement des Boxers.


Europe[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : 1898 en France, 1898 en Italie et 1898 en Suisse.
La une du journal L'Aurore du 13 janvier 1898 avec la lettre "J'accuse" de Zola.
Le Wiener Stadtbahn en 1898, première ligne du métro de Vienne
  • 14 - 16 mars [6] : fondation à Minsk du parti social-démocrate russe (POSDR), par des marxistes et le Bund.
  • 28 mars : lois navales du secrétaire d’État à la marine Alfred von Tirpitz adoptés par le Reichstag en Allemagne. Elles prévoient la mise en chantier de 17 cuirassés de ligne, 8 cuirassés côtiers, 35 croiseurs et 2 vaisseaux de ligne. Ce programme ne prétend par rivaliser avec la flotte britannique mais est à la hauteur des ambitions coloniales et commerciales de l’Allemagne.
  • 3 octobre : Eduard Spelterini traverse les Alpes en ballon.


  • Abolition du remplacement militaire aux Pays-Bas.
  • Le suffrage universel est introduit en Norvège. Le droit de vote est accordé aux femmes dans les élections locales en Norvège.
  • Union des partis socialistes et républicains au Portugal. Les socialistes obtiennent leurs premiers députés.
  • Interdiction des grèves des ouvriers agricoles hongrois.
  • Réforme des impôts sur le commerce et l’industrie en Russie.
  • Autriche : naissance du métro de Vienne, deux ans avant celui de Paris, 35 ans après Londres.
  • Un imprimeur de Dublin, Arthur Griffith, lance le mouvement nationaliste irlandais Sinn Féin (fondation en 1905).

Chronologies thématiques[modifier | modifier le code]

Portrait de Sonja Knips, de Gustav Klimt

Naissances en 1898[modifier | modifier le code]

Décès en 1898[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]