Écosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Scotland.
Écosse
Scotland (en)
Scotland (sco)
Alba (gd)
Armoiries
Armoiries
Drapeau
Drapeau
Localisation de l'Écosse
Localisation de l'Écosse
Administration
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Statut politique Nation constitutive
Capitale Édimbourg
Gouvernement
- Reine
Premier ministre du Royaume-Uni
Premier ministre d'Écosse
Pouvoir législatif

Élisabeth II
David Cameron

Alex Salmond

Parlement écossais
Démographie
Population 5 295 000 hab. (2011)
Densité 67 hab./km2
Langue(s) Anglais, écossais, scots
PIB (2012)
 · PIB/hab.
235 milliards de $
44 378 $
Géographie
Coordonnées 57° 00′ 00″ N 5° 00′ 00″ O / 57, -5 ()57° 00′ 00″ Nord 5° 00′ 00″ Ouest / 57, -5 ()  
Superficie 78 772 km2
Divers
Monnaie Livre sterling (£, GBP)
Fuseau horaire UTC +0[1]
Domaine internet .uk (.eu)
Indicatif téléphonique 44
Hymne Aucun (de jure)
Flower of Scotland (de facto)
Scotland the Brave (de facto)
Devise In My Defens God Me Defend
Carte de l'Écosse.

L'Écosse, nommée Scotland en anglais et scots et Alba en gaélique écossais, est une des quatre nations constitutives du Royaume-Uni. Occupant le nord de la Grande-Bretagne, elle est également constituée par un ensemble de petits archipels parmi lesquels les Hébrides, les Orcades ou les Shetland. L’Écosse est également l'une des six[2] nations celtiques.

Sa capitale, centre financier et administratif, est Édimbourg, mais la plus grande ville est Glasgow, qui est historiquement la ville la plus industrielle du pays. Les autres grandes villes sont Aberdeen et Dundee, suivies par Stirling, Perth et Inverness.

La religion qui y est la plus répandue est le christianisme[3]. Il existe une grande diversité de dénominations, mais l'Église la plus importante est l'Église d'Écosse, une Église réformée presbytérienne[4], suivie par le catholicisme ; nombre d'Écossais sont par ailleurs athées. Deux langues régionales sont reconnues : le gaélique écossais et le scots[5].

Politiquement, l'Écosse est marquée par un fort mouvement indépendantiste. Après les élections législatives de 2007, le Parti national écossais (SNP) a formé le premier gouvernement indépendantiste (mais minoritaire) de l'histoire de l'Écosse. Lors des élections du 5 mai 2011, le SNP obtient la majorité absolue des sièges (69 sur 129[6]) et, le 15 octobre 2012, le premier ministre David Cameron a signé un accord portant sur l'organisation en 2014 d'un référendum sur l'indépendance de l'Écosse[7].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Écosse est le nom français venant étymologiquement du latin Scotia et correspondant à l'anglais Scotland, lequel signifie pays des Scots.

Le mot Scotia était utilisé par les Romains pour désigner les Gaels qui peuplaient au Ve siècle le territoire actuel de l'Écosse[8] ainsi que l'Irlande. Le grand philosophe Jean Scot Érigène, par exemple, était d'origine irlandaise et non écossaise, malgré son nom. En latin médiéval, scotti se référait au peuple irlandais et par extension, aux Gaels d'Écosse[9].

Bède le Vénérable utilise le terme Scottorum natio (mot-à-mot : nation des Scots) pour désigner le peuple venu d'Irlande qui s'installa sur une partie des terres pictes (« Scottorum nationem in Pictorum parte recipit »). Ceci peut être interprété comme l'arrivée du peuple appelé Gaëls dans le royaume de Dal Riada, sur la côte ouest de l'Écosse.

Au Xe siècle, le mot Scot est mentionné dans les Chroniques anglo-saxonnes et fait référence au « pays des Gaëls », c'est-à-dire l'Irlande. Le terme Scottorum apparaît de nouveau, utilisé par un roi irlandais en 1005. L'expression Imperator Scottorum est ajoutée au nom de Brian Bóruma par Mael Suthain, dans le Livre d'Armagh[10]. On pense que Brian Bóruma devait alors régner sur les Scots.

Cette dénomination fut quelque peu copiée par les rois écossais. On attribue l'expression Basileus Scottorum à Edgar Ier d'Écosse (10741107)[11]. Alexandre Ier d'Écosse (vers 10781124) utilisa l'expression Rex Scottorum sur son sceau, comme le firent ses successeurs jusqu'à Jacques II[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Voir aussi les listes des rois d'Écosse, des rois des Pictes et des rois légendaires d'Écosse.

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Écosse préhistorique.

Les glaciers, qui couvraient toute la surface de l'Écosse actuelle, ont détruit toute trace d'habitation humaine ayant pu exister avant le Mésolithique. Les préhistoriens pensent que les premiers groupes de chasseurs-cueilleurs sont arrivés sur place en -12800 , à la suite de la fonte de la calotte glaciaire à la fin de la dernière glaciation[13],[14]. Des groupes de colons ont commencé à bâtir les premières habitations permanentes connues sur le sol écossais vers 9 500 avant notre ère, et les premiers villages vers 6 000. Celui fort bien conservé de Skara Brae sur Mainland dans les Orcades date de cette période. Des habitations, tombes et lieux de culte du Néolithique existent en nombre important et en bon état de conservation dans les Northern Isles et les Hébrides extérieures, où le peu d'arbres a entraîné la construction d'édifices en pierres du lieu[15].

Antiquité[modifier | modifier le code]

En raison de sa position géographique excentrée, la Calédonie a été moins touchée par les invasions que l'Angleterre et a fortiori que les régions continentales. Après la conquête de l'Angleterre (en l'an 45 env. ) par Claude, les Romains n'ont pas réussi à pacifier l'Écosse. Ils se sont retranchés derrière le mur que l'empereur Hadrien fit édifier vers 120, sorte de « muraille de Chine » qui réussit à contenir tant bien que mal les Pictes jusqu'en 364.Le mur d'Antonin construit plus au nord ne fut pas efficace longtemps.

Selon le Grec Claude Ptolémée, les différents peuples qui habitent alors l'Écosse étaient les Brigantes, les Caledonii, les Votadini, les Selgovae, les Novantae, les Damnonii, les Verturiones, etc.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Voir aussi, pour la période 900 à 1286 : Écosse au Moyen Âge.

Au Moyen Âge, l'ensemble humain de ce qui devient l'Écosse est composé de peuples différents : les Picti celtes, les Bretons, celtes, les Scots venus d'Irlande, les Angles, les Vikings venus de Norvège.

En 563, le moine irlandais Columcille (ou Columkill, ou Colomba — ne pas confondre avec Colomban) fonde un monastère sur l’île d’Iona, dans le royaume scot de Dal Riada. Cette abbaye prestigieuse va lancer des missions non seulement sur le Dal Riada, mais jusque sur les terres des Pictes.

Les différents royaumes autochtones vont être absorbés par ce royaume des Scots et former la Scotia, c'est-à-dire l'Écosse en français. Ces royaumes étaient :

En Écosse, on parle souvent d'une Auld Alliance (« La Vieille Alliance ») entre l'Écosse et la France : l'alliance traditionnelle contre l'Angleterre signée en 1295.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1603, le roi Jacques VI d'Écosse devint également Jacques Ier d'Angleterre et d'Irlande.

En 1701, le parlement de Londres régla la succession au trône d'Angleterre en faveur de la maison de Hanovre, mais le parlement écossais menaça pour un temps de faire un choix différent, peut-être en faveur du fils du roi déchu Jacques II, « Jacques III et VIII », ami du roi de France, qui pouvait prétendre aux trois trônes. Mais, les parlementaires écossais, marchands pour la plupart, avaient des soucis financiers découlant du désastre du Projet Darién au Panama. Après de longues négociations, le Traité d'Union fut signé et le « Royaume-Uni de Grande-Bretagne » vit le jour en 1707.

En 1727, naît la Royal Bank of Scotland pour dédommager les porteurs du Projet Darién. Elle concurrence la Bank of Scotland, rejointe aussi par la British Linen Company qui prête dès 1764[16] aux filatures de lin. Aidée par la Société agronomique écossaise, la production écossaise de lin triple entre 1730 et 1775, entre Dundee et Glasgow, qui double ses exportations, entre 1725 et 1738[17].

Ce cocktail de croissance écossaise encore plus rapide qu'en Angleterre et de concurrence bancaire font que l'Écosse est le pays à adopter le plus vite les billet de banque, après la Hollande. En 1772, elle compte déjà 31 banques dont 21 à Édimbourg[18]. L'une d'elle, l'Ayr Bank fait défaut sur ses billets, aggravant la crise de 1772 via une cascade de faillites en Écosse puis en Europe. Les écossais sont alors violemment critiqués par les anglais [19].

La bataille de Culloden de 1746 a entre-temps marqué l'échec du quatrième des débarquements royalistes en Écosse, après ceux de 1692, 1708, et 1715. Les espoirs de restauration de la lignée des Stuarts s'éteignent. Le mode de vie traditionnel des Highlanders (les clans, les tartans et même la cornemuse) est interdit.

Walter Scott (1771-1832), auteur prolifique de ballades, poèmes et de romans historiques, fait connaître la littérature écossaise et au XIXe siècle, Glasgow et le Clyde devient un important centre de construction navale et la « deuxième cité de l’empire » britannique après Londres.

Histoire contemporaine[modifier | modifier le code]

Un Parlement écossais a été instauré par le « Scotland Act », adopté par le parlement britannique en 1998. Un référendum avait été organisé auparavant, en septembre 1997 et une large majorité s’était prononcée en faveur de la création d’un parlement. C’est le premier parlement écossais depuis 1707. Il est composé de 128 députés.

Les premières élections du parlement écossais ont été organisées le 6 mai 1999. La première séance du parlement a eu lieu le 12 mai 1999. Des élections ont eu lieu ensuite en 2003. Le parti travailliste était alors le plus grand parti (29,3 % et 50 sièges[20]) manquant de peu la majorité. Avec l'appui des Libéraux (11,8 % et 17 députés[20]) du Scottish Liberal Democratic Party, les travaillistes formaient le Scottish Executive, c'est-à-dire le gouvernement d'Écosse.

Il y avait une présence non négligeable d'élus indépendantistes du SNP (20,9 % et 27 sièges[20]) (Scottish National Party, centre gauche - en effet, c'était le deuxième parti du parlement), des socialistes indépendantistes (6,9 % et 6 députés[20]) répartis entre le SSP (Parti socialiste écossais) et Solidarité et des écologistes indépendantistes du Parti vert écossais (6,7 % et 7 sièges[20]). Les conservateurs unionistes, dont le Scottish Conservative and Unionist Party, droite, qui s'opposaient à la création du Parlement, n'avaient plus que quelques élus (15,5 % et 18 sièges[20]).

Les élections du 3 mai 2007 ont donné l'avantage au SNP, qui a devancé d'un siège le parti travailliste (47 sièges pour le SNP, 46 pour le parti travailliste[21]). Les conservateurs et les démocrates gardent à peu près le même nombre de sièges, tandis que les verts et autres petits partis sont éliminés[21]. Depuis la création du SNP, c'est la première fois qu'il devient le parti le plus important à l'Assemblée écossaise. Cependant, n'ayant pas la moitié des sièges, il a formé un gouvernement minoritaire dirigé par Alex Salmond.

Enfin, lors des dernières élections du 5 mai 2011, le SNP obtient la majorité absolue des sièges (69 sur 129[22]). Le Premier ministre, Alex Salmond, a d'ores et déjà promis l'organisation d'un référendum sur l'indépendance le 18 septembre 2014, à l'issue des jeux du Commonwealth qui ont lieu à Glasgow. Les sondages montrent toutefois qu'environ 50 % des écossais sont contre l'indépendance, et environ 35 % sont pour, avec un nombre d'indécis qui reste important[réf. nécessaire].

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie de l'Écosse.

Topographie[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Archipel d'Écosse.
Carte topographique simplifiée de l'Écosse.

L'Écosse ne possède qu'une seule frontière terrestre, au sud du pays, partagée avec l'Angleterre. Ses frontières maritimes la séparent de l'Irlande du Nord et des îles Féroé, territoire danois.

L'Écosse compte de nombreux archipels, regroupant près de 790 îles[23]. Les trois principaux sont les Shetland, au nord, les Orcades, au large de Thurso, et les Hébrides, au nord-ouest. L'île de Skye fait partie des Hébrides Intérieures, au même titre que l'île de Mull. Les côtes, à la manière des fjords, sont très découpées et constituées de falaises ou de rochers, mais on rencontre également des plages de sable.

Les montagnes recouvrent une vaste superficie. Les points culminants en sont le Ben Nevis (1 344 m) et le Cairn Gorm (1 245 m), tous deux fortement façonnés par les glaciers. La neige y persiste tout au long de l'année sous forme de névés. Le volcanisme, bien qu'ancien, est visible dans certaines parties du relief (piton de l'Old Man of Storr sur l'île de Skye, orgues basaltiques de Staffa, dykes d'Édimbourg).

Les lochs sont des lacs d'eau douce ou des fjords étroits et profonds débouchant sur la mer. Ces derniers ont été façonnés par l'érosion lors de la dernière glaciation. Ils sont ainsi souvent situés dans des vallées glaciaires, les glens, dont le fond est occupé par un lac ou un bras de mer. Les lochs écossais les plus célèbres sont sans doute le Loch Ness, le Loch Awe, le Loch Lomond et le Loch Tay, mais il en existe des centaines. Les lochs de mer, tout aussi nombreux, comprennent par exemple le Loch Long, le Loch Fyne, le Loch Linnhe et le Loch Eriboll.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de l'Écosse est un climat tempéré océanique, bénéficiant de l'influence du Gulf Stream. Les précipitations sont abondantes, en particulier sur la partie nord-ouest du pays. En hiver, il y neige fréquemment, mais la neige a tendance à fondre rapidement en raison des changements de température et de l'influence du Gulf Stream, particulièrement le long des côtes.

Cependant, en raison de sa relative proximité avec le cercle polaire (l'Écosse est en effet située à la même latitude que les parties Sud de l'Alaska et de la Norvège), les hivers peuvent parfois être très rigoureux, surtout lorsque l'on s'avance à l'intérieur des Highlands où il peut neiger dès la fin du mois de septembre. Aussi, lorsqu'une masse d'air polaire s'abat sur le pays, les températures peuvent alors chuter de façon draconienne en quelques heures seulement. Un record de froid fut enregistré à Aviemore (Highlands) le 10 janvier 1982 avec -27,2 degrés relevés au thermomètre[24] (avec probablement des températures proches de -40 °C dans les proches sommets des Cairngorms).

Les températures moyennes des mois d'été oscillent généralement entre 15° et 20°[25].

Environnement[modifier | modifier le code]

Flore[modifier | modifier le code]

Carte de la couverture du sol de l'Écosse
Article détaillé : Flore de l'Écosse.

La flore de l'Écosse est un assemblage d'espèces de plantes dont plus de 1 600 espèces de plantes vasculaires, plus de 1 500 de lichens et près de 1 000 bryophytes[26]. Le nombre total d'espèces vasculaires est faible par comparaison avec d'autres pays, mais les bryophytes et les lichens sont abondants et ces derniers forment en Écosse une population d'importance mondiale. Plusieurs populations d'espèces rares de fougères existent, bien que l'impact des collectionneurs du XIXe siècle ait mis en péril l'existence de plusieurs espèces.

Les forêts sont rares, à cause du déboisement excessif dans le passé ou de la pauvreté du sol sur les montagnes. Le vent et le blizzard soufflant sur les pentes en hiver ne facilitent également pas la végétation. Les landes sont couvertes de bruyères ou de fougères et l'herbe est souvent si rare que des centaines de kilomètres carrés sont totalement inutilisables pour l'agriculture. Cependant, depuis plusieurs dizaines d'années, le gouvernement écossais investit en masse pour la « reconstruction » de son patrimoine forestier, et, dans certaines parties du pays, on peut parfois y rencontrer sur de grandes étendues des milliers de jeunes sapins calédoniens garantissant un reboisement pour les vingt prochaines années.

Faune[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Faune de l'Écosse.

La faune de l'Écosse est généralement typique du nord-ouest de la partie européenne de l'écozone paléarctique, bien que plusieurs des gros mammifères du pays aient été chassés jusqu'à l'extinction et que l'activité humaine ait aussi donné lieu à l'arrivée de diverses espèces.

Les divers environnements tempérés d'Écosse regroupent 62 espèces de mammifères sauvages, y compris une population de chats sauvages, un nombre important de phoques gris et phoques communs et la colonie la plus au nord de grands dauphins.

Côté insectes, notons la présence des midges. Minuscules insectes ailés, les midges apparaissent dès le début de l'été et se constituent en essaims. Insectes qui piquent (les femelles mordent pour se nourrir de sang), ils représentent une certaine nuisance, lors de bivouacs, pour les campeurs non équipés de moustiquaires spécifiques (à fines mailles).

Les mers entourant l'Écosse sont parmi les plus productives sur le plan biologique dans le monde : on estime que le nombre total d'espèces marines écossaises dépasse les 40 000. Les Monticules de Darwin sont un domaine important de mer froide et en eau profonde avec des récifs coralliens découvert en 1988. Dans l'intérieur des terres, près de 400 populations génétiquement distinctes de saumons atlantiques vivent dans les rivières écossaises.

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de l'Écosse.

L'Écosse compte quatre grandes villes et six villes secondaires : Glasgow (580 690 hab. près de 1,7 millions dans l'agglomération), Édimbourg (457 020 hab.), Aberdeen (211 910 hab.), Dundee (145 460 hab.), Stirling (86 200 hab.), Inverness (53 920 hab.), Ayr (46 431 hab.), Perth (44 000 hab.), Dumfries (38 000 hab.) et Falkirk (34 071 hab.).

Lors du recensement de 2010, l’Écosse comptait 5 168 500 habitants[27]. Selon les estimations de 2004, ce nombre pourrait être de 5 078 400 actuellement. La superficie de l’Écosse étant de 78 772 km2, la densité de population est alors de 64 personnes au km². Environ 70 % de la population vit dans les Central Lowlands, une large et fertile vallée, s’étirant du nord-est au sud-ouest entre les villes d’Édimbourg et de Glasgow et comprenant des bassins de population importants tels que Stirling, Falkirk, Perth et Dundee. D’autres concentrations de population se trouvent sur la côte nord-est, principalement autour d'Aberdeen et d’Inverness. La ville de Glasgow possède la densité la plus élevée avec 3 292 personnes au km2, alors que la région des Highlands possède la densité la plus faible avec seulement 5 personnes au km2.

Près de Glasgow, le fracas des chantiers navals de la Clyde et des mines de charbon s'est tu avec la fin de la dernière guerre. En raison du chômage, de nombreux jeunes diplômés émigrent vers l'Australie. Le journaliste écossais Douglas Lindsay Hill a raconté comment le pétrole de la mer du Nord, qui ressuscitait des rêves d'indépendance, a été « confisqué » par l'Angleterre[réf. nécessaire].

Langues[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Langues de l'Écosse.

L'anglais et le gaélique écossais sont les deux langues officielles de l'Écosse. Une autre langue, ayant le statut de langue régionale, le scots, est également reconnue selon les termes de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires.

Exemple d'anglais écossais dans la prononciation du Renfrewshire :
Which way should we go to Lochwinoch? One way is seven miles, the other isn't quite so far but I don't want to take the car on that bad road again.

L’anglais est la langue maternelle de 98 % de la population écossaise. Il s’agit généralement d’un anglais fortement teinté d’accent scots et de certaines particularités lexicales et grammaticales. Les Écossais anglophones monolingues vivent, dans une proportion de 75 %, dans les Central Lowlands, c’est-à-dire dans le centre et le sud de l’Écosse.

Les mêmes statistiques de 2001 indiquaient que 65 674 personnes âgées de trois ans et plus, soit 1,3 % de la population écossaise, étaient encore capables de parler, lire et écrire en gaélique écossais. Les plus grandes concentrations d’Écossais celtophones se trouvent au nord-ouest, c’est-à-dire dans les Western Isles (ou les Hébrides), les Highlands, ainsi que la région de Strathclyde et celle d’Édimbourg, la capitale. Le gaélique écossais n'est pratiquement plus parlé dans le sud de l'Écosse. Jacques IV (1473-1513), fut, semble-t-il, un des derniers rois à parler le gaélique écossais.

L'anglais écossais est la variété régionale de l'anglais en usage en Écosse, appelée en anglais Scottish English ou Scottish Standard English. C'est la langue écrite usuelle en Écosse dans les textes non littéraires. Elle ne doit pas être confondue avec le scots, langue germanique très proche mais distincte de l'anglais moderne ; quoique les deux noms aient souvent été employés l'un pour l'autre, l'usage moderne est de séparer clairement les deux[28].

Anglais écossais[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Anglais écossais.

L'anglais écossais est le résultat de l'interférence linguistique entre le scots et l'anglais à partir du XVIIe siècle[29]. Le passage de nombreux locuteurs du scots à l'anglais se fit au prix de nombreux compromis phonologiques et transferts sémantiques, ainsi que de phénomènes d'hypercorrection[30]. L'orthographe, la ponctuation et la grammaire de l'anglais écossais suivent généralement l'usage de l' Oxford English Dictionary. L'anglais des Highlands diffère un peu de celui des Lowlands, en ce qu'il reflète une plus grande influence phonologique, grammaticale et lexicale de la langue de substrat, le gaélique écossais.

En dépit de variations régionales et sociales, l'anglais écossais possède un certain nombre de traits de prononciation caractéristiques. Il existe peu de différences de grammaire avec les autres variétés d'anglais, bien que la forme progressive s'emploie typiquement avec une plus grande fréquence qu'ailleurs, par exemple avec certains verbes de sens statif (I'm wanting a drink « Je veux un verre »). Au futur, la forme progressive indique souvent une supposition (You'll be coming from Glasgow « Tu dois venir de Glasgow »)[31].

L'anglais écossais possède un certain nombre de mots peu usités au sud du Royaume-Uni (ainsi que dans d'autres variétés d'anglais) ; certains font partie du vocabulaire général, tels que outwith « hors de » (plutôt que outside of), wee « petit » (mot du scots, employé aussi en anglais irlandais), pinkie « petit doigt, auriculaire » (plutôt que « little finger »), janitor « concierge, gardien » (plutôt que caretaker) ; d'autres désignent des réalités culturelles spécifiques, comme haggis ou caber.

Gaélique écossais[modifier | modifier le code]

Exemple de gaélique écossais : nom de l'île de Skye, An t-Eilean Sgitheanach.

L'écossais ou gaélique écossais (appelé Gàidhlig à comparer avec le Gaeilge parlé en Irlande) est une langue gaélique (celtique) parlée en Écosse, dans les Highlands, dans les îles, ainsi que par quelques communautés de Nouvelle-Écosse, surtout dans l'île du Cap-Breton. L'expulsion forcée de paysans écossais par des grands propriétaires terriens au XIXe siècle explique que la langue se soit répandue jusqu'au Canada, où elle a décliné (Gaélique canadien). Il est reconnu par le Royaume-Uni comme langue régionale de l’Écosse selon la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, et depuis une loi du parlement écossais votée le 21 avril 2005 c'est une langue officielle de l'Écosse (avec l'anglais). Il est utilisé dans la signalisation routière bilingue.

En tant que langue traditionnelle des Gaels, ou Scots (les Celtes venus d'Irlande qui peuplèrent le nord-ouest des îles Britanniques vers le Ve siècle), le gaélique occupe une place importante dans la culture traditionnelle écossaise. Il constitue en effet la langue historique de la majeure partie de l'Écosse actuelle.

Le gaélique écossais comptait, en 2006, 58 750 locuteurs.

Scots[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Scots.

Le scots (appelé en scots the Scots leid, the Scotch tung, etc.) est une langue germanique parlée en Écosse et dans le nord de l'Irlande (dans l'Ulster). Dérivé du vieux northumbrien[réf. nécessaire], un des dialectes septentrionaux du vieil anglais parlé au nord de la rivière Humber, en Grande-Bretagne, avant l'invasion normande (1066), et influencé par le vieux norrois, apporté dans l'île par les Vikings danois au IXe siècle, il demeure très proche de l'anglais. Le scots constitue notamment l'idiome régional propre aux Lowlands, dont l'un des dialectes est le doric.

En raison de différences existant entre les dialectes du scots et de la non-existence d'une autorité de régulation, il n'existe pas d'orthographe standard pour le scots et ce, en dépit de plusieurs efforts émanant de locuteurs de cette langue.

Le scots n'a pas connu l'importante modification de la prononciation des voyelles (grand changement vocalique) qu'a connu l'anglais. À titre d'exemple, le mot anglais « town » se prononce avec une diphtongue, mais le mot équivalent en scots, « toun », se prononce /tun/.

Le poète Robert Burns, auteur entre autres de la chanson Auld Lang Syne, est l'un des écrivains de langue scots les plus connus et les plus populaires.

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie de l'Écosse.

L’économie de l’Écosse est étroitement liée à celle du Royaume-Uni et est essentiellement basée sur un système capitaliste avec très peu d’intervention de la part de l’État. Après la Révolution industrielle, l’économie écossaise est dominée par la construction navale, l’industrie minière et la sidérurgie. La participation de l’Écosse à l’Empire britannique lui a permis d’exporter sa production à travers le monde. Mais l’industrie lourde a décliné dans la dernière partie du XXe siècle. L’Écosse subit, à partir du milieu des années 1970, la même crise industrielle que le Pays de Galles et le nord de l’Angleterre. Les industries anciennes, mines, charbon, fer et sidérurgie, sont victimes de leur vieillissement et de la concurrence mondiale, menant à une remarquable mutation de l’économie de l’Écosse, désormais basée sur la technologie et les services. Les années 1980 ont vu le développement de la Silicon Valley écossaise : Silicon Glen (glen signifiant vallée en écossais), entre Glasgow et Édimbourg, abritant beaucoup de grandes entreprises technologiques venues s’implanter en Écosse. Aujourd’hui, l’industrie technologique emploie 41 000 personnes. Les entreprises basées en Écosse sont spécialisées dans les systèmes d’information, la défense, l’électronique et les semi-conducteurs, dans certaines régions industriellement sinistrées. La croissance économique en Écosse a en moyenne été supérieure à celle de la Grande-Bretagne prise dans son ensemble et elle a été moins affectée par la récession du début des années 1990 que bon nombre d’autres régions. Cela est dû aussi au développement de l’industrie pétrolière dans certaines régions industriellement sinistrées.

Il existe également un secteur de développement et design électronique particulièrement dynamique et en pleine croissance, basé sur ses liens avec les universités et les compagnies locales. À noter la présence de multinationales telles que National Semiconductor, IBM ou Motorola.

Les autres secteurs majeurs de l’économie de l’Écosse sont : la banque et les services financiers, l’éducation, le divertissement, la biotechnologie, les transports, le pétrole, le gaz, le whisky, et le tourisme.

Les ventes de produits écossais (produits traditionnels tels que whisky, cashmere ou saumon) réalisées à Paris ont augmenté de 145 % en 1995[réf. nécessaire]. Les principaux clients de l'Écosse sont les États-Unis, la France et l'Allemagne.

Le produit intérieur brut (PIB) de l’Écosse est légèrement supérieur à 74 milliards de livres sterling (en 2002), donnant un PIB par habitant de £14 651.

Édimbourg est le centre financier de l’Écosse et la 6e place d’Europe avec les grandes compagnies du secteur financier qui y sont basées, incluant la Royal Bank of Scotland (la seconde plus grande banque d’Europe, la cinquième mondiale), HBOS (propriétaire de Bank of Scotland) et Standard Life Insurance.

Buchanan Street, au centre du quartier commerçant de Glasgow.

Glasgow est le principal port d’Écosse et le quatrième plus grand centre industriel du Royaume-Uni, comptant pour plus de 60 % des exportations écossaises. La construction navale, bien qu’en déclin depuis le début du XXe siècle, compte toujours pour une bonne part de l’économie écossaise. La ville possède le quartier commerçant et de distribution le plus grand et le plus important économiquement du Royaume-Uni après le quartier de West End à Londres. Glasgow est également l'un des vingt plus grands centres financiers d’Europe et abrite le siège social de nombreuses entreprises britanniques. Les autres industries importantes présentes à Glasgow sont le textile, la chimie, la pêche, la brasserie et la distillation. En 1909, Charles Gordon, le gendre du créateur de la distillerie Glenfiddich, fut le premier à prendre la mer pour exporter son single malt[32].

Politique monétaire[modifier | modifier le code]

La Banque centrale du Royaume-Uni, la Banque d'Angleterre, imprime des billets de banque qui sont les seuls ayant cours légal en Angleterre et au pays de Galles. Cependant, des banques en Écosse et en Irlande du Nord ont le droit d'émettre leurs propres billets. En Écosse, ce sont la Bank of Scotland, la Clydesdale Bank et la Royal Bank of Scotland qui impriment les billets. Un billet de banque écossais peut être accepté (sans toutefois avoir cours légal) dans tout le territoire du Royaume-Uni, ainsi que dans les dépendances de la Couronne (les lois financières étant différentes dans les pays constituants du Royaume-Uni, les Écossais ne sont pas obligés d'accepter les billets anglais, et les Anglais ne sont pas obligés d'accepter les billets écossais, mais tout le monde est obligé d'accepter les pièces de monnaie d'au moins une livre).

Politique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Système politique de l'Écosse.

L'Écosse est l'une des quatre nations constitutives du Royaume-Uni, qui ne possède pas une constitution écrite unique. Jusqu'à l'Acte d'Union de 1707, l'Écosse était une nation indépendante. Cependant, à la suite de ces Actes d'Union, les parlements anglais et écossais furent dissous et remplacés par un unique parlement pour toute la Grande-Bretagne qui utilisa les bâtiments et le système institutionnel de l'ancien parlement anglais. Les couronnes écossaises et anglaises furent réunies en 1603 par Jacques VI d'Écosse lorsqu'il devint Jacques Ier d'Angleterre. En 1801, l'Irlande fut à son tour intégrée au Royaume-Uni.

Jusqu'en 1999, l'Écosse n'a pas eu de législation spécifiquement nationale, malgré diverses tentatives au cours des ans d'implanter durablement une sorte de Home Rule. Le Parlement naquit à la suite du Scotland Act de 1998 du Parlement britannique. Cet act expose les sujets sur lesquels Westminster reste compétente, appelés « reserved matters » (« sujets réservés »), tels que la Défense, les Affaires étrangères, les politiques fiscales et économiques, ou encore les législations sur les stupéfiants et l'audiovisuel. Tous les quatre ans, un scrutin proportionnel permet d'élire les 129 députés siégeant au Parlement.

Découpage administratif[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Subdivisions de l'Écosse.
  1. Inverclyde
  2. Renfrewshire
  3. West Dunbartonshire
  4. East Dunbartonshire
  5. Glasgow
  6. East Renfrewshire
  7. North Lanarkshire
  8. Falkirk
  9. Clackmannanshire
  10. West Lothian
  11. Édimbourg
  12. Midlothian
  13. East Lothian
  14. Fife
  15. Dundee
  16. Angus
  1. Aberdeenshire
  2. Aberdeen
  3. Moray
  4. Highland
  5. Hébrides extérieures
  6. Argyll and Bute
  7. Perth and Kinross
  8. Stirling
  9. North Ayrshire
  10. East Ayrshire
  11. South Ayrshire
  12. Dumfries and Galloway
  13. South Lanarkshire
  14. Scottish Borders
  15. Orcades
  16. Shetland
Scotland No dark.jpg

Système juridique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Droit en Écosse.

L'Écosse possède un système juridique mixte unique en Europe, basé sur la double base du droit civil dans la lignée du code de Justinien et de la Common law médiéval. Le système écossais est comparable notamment au système sud-africain.

Depuis l'Acte d'Union de 1707, la législature est partagée avec le reste du Royaume-Uni. Si le système législatif écossais est fondamentalement différent des systèmes gallois et anglais, il fut néanmoins influencé par ce dernier. Depuis le traité de Rome en 1957, le droit européen a fait son entrée sur la scène écossaise, entre autres avec la convention européenne des Droits de l'Homme. Le parlement écossais, créé en 1999, peut légiférer sur certains sujets, définis par le Scotland Act (1998).

Les lois écossaises se différencient principalement des lois anglaises et nord-irlandaises dans les domaines du patrimoine, du droit pénal, de la fiducie, de l'héritage, du système de preuves et du droit de la famille. Le droit commercial et le droit fiscal sont en revanche peu différents.

La majorité civile est fixée à 16 ans, contre 18 ans en Angleterre, et les jurys comptent habituellement 15 membres au lieu de 12.

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture de l'Écosse.

Symboles nationaux[modifier | modifier le code]

Le drapeau de l'Écosse.

La culture écossaise se démarque de celles des autres nations du Royaume-Uni par un certain nombre de particularités. Elle a en effet moins subi l'influence latine des envahisseurs romains, les populations pictes étant demeurées isolées jusqu'au Ve siècle. Très marquée par ses relations, souvent conflictuelles, avec l'Angleterre, l'Écosse a été davantage influencée qu'elle par les cultures scandinave et irlandaise du Moyen Âge, en fonction des envahisseurs successifs. Les rébellions jacobites ont marqué un tournant dans l'histoire culturelle écossaise, en inaugurant un rapprochement d'envergure avec l'Angleterre, au sein du Royaume-Uni.

L'Écosse, en tant que nation, dispose ainsi de symboles qui lui sont propres, tel son drapeau, le Saltire, ou encore le chardon, mais ne dispose pas d'un hymne national, l'hymne du Royaume-Uni étant le seul reconnu officiellement. Les principales célébrations sont également propres à l'Écosse, qu'elles soient officielles, comme la fête nationale du 30 novembre (le jour de la saint André, Saint Andrew's Day), ou issues de traditions diverses, comme la Burns Night ou encore Hogmanay. Ces dernières, fortement marquées de l'empreinte culturelle écossaise, ont été exportées au Nouveau Monde, où une autre célébration existe, Tartan Day, imprégnée d'héritage écossais, mais ignorée en Écosse.

État de tradition chrétienne, l'Écosse est à majorité protestante, l'Église d'Écosse en étant le mouvement principal. Le catholicisme, second en nombre de fidèles, est particulièrement implanté dans les îles de l'ouest de l'Écosse, où il a survécu à la Réforme. Les mouvements récents d'immigration ont introduit l'islam, aux côtés des religions asiatiques ; en 2001, environ 30 % de la population se déclarait sans religion.

L'écrivain Robert Burns.

Langues et littérature[modifier | modifier le code]

Les diverses influences ayant baigné l'Écosse se traduisent également dans une pluralité de langues. Deux sont officielles, l'anglais et le gaélique écossais. Cette dernière, langue traditionnelle aujourd'hui minoritaire, a très largement perdu sa place face à l'anglais écossais, variété régionale de l'anglais moderne. Le scots, langue germanique proche de l'anglais, est l'idiome régional des Lowlands, au sud du pays ; l'écrivain Robert Burns l'a largement utilisé dans ses œuvres.

La littérature écossaise est riche en écrivains, mais deux lui sont particulièrement associés, Robert Burns et Walter Scott. Si Burns s'est illustré par sa poésie, ancrée dans le folklore écossais, Scott a été l'un des fondateurs du roman historique. De nombreux poètes ont également marqué l'histoire littéraire écossaise, depuis le Castalian Band de la Renaissance jusqu'à Edwin Morgan, le poète national actuel. Le mouvement de la Renaissance écossaise, au début du XXe siècle, a marqué un regain d'intérêt des écrivains pour leur héritage culturel propre, dans le pendant du Celtic revival irlandais de la même époque.

Un joueur de cornemuse en costume traditionnel.

Au plan de la philosophie, les Lumières écossaises, au XVIIIe siècle, ont développé une science de l'Homme, avec des penseurs comme David Hume, Francis Hutcheson et Adam Smith, qui continuent d'influencer la pensée moderne.

Musique et danse[modifier | modifier le code]

La musique traditionnelle écossaise est rattachée aux musiques celtiques ; elle est en effet restée proche de la musique irlandaise, avec laquelle elle partage certains instruments, comme la clàrsach, ou harpe celtique. La cornemuse est de développement plus récent, et le violon lui est encore postérieur. Les airs joués couvrent un vaste répertoire, allant des complaintes traditionnelles aux musiques militaires ou d'inspiration religieuse, en passant par les airs de danse.

Les danses traditionnelles écossaises peuvent se répartir en trois grands groupes. Les country dances et les céilidh dances sont des danses de société pratiquées par des couples disposés en sets. Les danses des Highlands se pratiquent elles en solo ; cette forme de danse a évolué dans le contexte des jeux des Highlands, où il accompagne la musique de la cornemuse.

Beaux-arts[modifier | modifier le code]

L'architecture écossaise a été marquée, depuis le classissime, de l'influence de grandes figures de l'architecture telles que Robert Adam et William Henry Playfair, pour le style néoclassique, ou encore Charles Rennie Mackintosh et la Glasgow School de l'Art nouveau. Certains styles architecturaux ont émergé en Écosse, comme le Scottish baronial style, et lui sont restés propres. L'architecture traditionnelle est centrée sur les modèles de la black house, dans les Highlands, et de la maison-tour, dont sont issus nombre de châteaux écossais.

Si l'art écossais remonte à l'époque picte, avec notamment les pierres pictes sculptées, et si le Moyen Âge a été caractérisé par le développement d'un art chrétien ayant donné naissance à de nombreux manuscrits enluminés, ce n'est pas avant la période des Lumières que l'art s'est véritablement développé en Écosse. Le XVIIIe siècle a ainsi vu l'apparition de peintres de renommée européenne — Allan Ramsay et Henry Raeburn en sont des exemples. La Royal Scottish Academy of Art fut fondée au début du XIXe siècle, alors que l'impressionnisme et l'Art nouveau étaient en gestation.

Mythologie[modifier | modifier le code]

La mythologie écossaise découle de la plus large mythologie celtique, les légendes du cycle d'Ulster et du cycle fenian ayant été reprises et réadaptées à différentes époques par les bardes et poètes écossais. Certaines figures du folklore populaire sont en revanche particulières au pays, comme les each uisge, chevaux maléfiques hantant les lochs, la banshee, messagère de l'au-delà, et brownies, malicieux génies du foyer.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

La cuisine écossaise est marquée par l'utilisation de l'avoine, aujourd'hui en partie remplacé par la pomme de terre, et qui se retrouve dans des préparations telles que le porridge et les oatcakes, mais aussi dans le haggis. Considéré plat national, ce dernier est une panse de brebis farcie qui a donné naissance à tout un folklore, depuis les dîners de la Burns' Night jusqu'aux légendes du haggis sauvage. Le whisky est une autre production culinaire écossaise largement diffusée à l'étranger. Cinq grandes régions se répartissent la productions de cet alcool fort d'orge malté.

Le tartan est une étoffe de laine particulièrement présente dans les costumes traditionnels écossais, dont le kilt est l'un des éléments. Porté exclusivement par les hommes, le tartan dans lequel il est coupé marque l'appartenance du porteur à un clan ou à une région.

En juillet 2009, le « Gathering » (rassemblement) réunit, à Édimbourg, dans Hollyrood Park, 30 000 Écossais, avec une participation des différents clans des Highlands et de la diaspora écossaise mondiale. Ce rassemblement populaire devrait se produire à nouveau en 2013[33].

Dans la série de romans Harry Potter écrite par l'écrivaine britannique J.K. Rowling, le château de Poudlard, école de sorcellerie et principal théâtre des événements, est situé en Écosse.

Religion[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Religion en Écosse.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Forteresses, manoirs et demeures, souvent situés dans des sites exceptionnels, affichent fièrement leurs revenants, comme le fameux Fernie Castle et les non moins connus Kilconquhar Castle et Dalhousie Castle, au nord d'Édimbourg. La plupart d'entre eux accueillent les touristes en mal de frissons pour des soirées de jeux de rôle. Fantômes et esprits errants sont désormais pistés par les scientifiques du groupe d'étude sur la parapsychologie de l'université d'Édimbourg : apparitions de spectres dans un corridor, anomalies photographiques et contacts physiques sont analysés par des méthodes d'enregistrement de plus en plus sophistiquées.

Sport[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sport en Écosse.

Le sport est une composante importante de la culture écossaise. Sport le plus populaire, le football, pratiqué depuis le XIXe siècle, est sujet à des rivalités communautaires, dont la plus connue est probablement l'antagonisme entre supporters du Celtic FC, catholiques, et ceux des Glasgow Rangers, protestants. Depuis le début de la creation de la Scottish Premier League, seuls deux clubs ne sont jamais descendus en deuxième division écossaise : Celtic FC et Aberdeen FC. Le golf, apparu au XVe siècle, est considéré comme originaire d'Écosse. Alors que ce sport est ailleurs doté d'une image élitiste, il est considéré en Écosse comme populaire, l'ensemble de la société pouvant le pratiquer. Les Highland Games sont des compétitions sportives traditionnelles célébrant l'héritage culturel écossais et la culture celtique. Ils sont le siège d'épreuves de force, dont la plus connue est probablement Toss the caber, un lancer de tronc d'arbre, mais aussi de concours de musique et de danse traditionnelles.

L'équipe d'Écosse de rugby à XV dispute tous les ans le tournoi des VI nations. Le rugby écossais est régulièrement classé dans les dix meilleures nations au classement de l'IRB.

Les Écossais participent aux Jeux olympiques sous les couleurs du Royaume-Uni, mais envoient leur propre délégation aux Jeux du Commonwealth.

Écossais célèbres[modifier | modifier le code]

Cette liste ne vise pas l'exhaustivité, mais à regrouper, autant que possible, les personnalités nées en Écosse et ayant influencé de manière significative l'histoire, les arts ou les sciences de leur époque.

XIIIe siècle[modifier | modifier le code]

XVIe siècle[modifier | modifier le code]

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

XXe siècle[modifier | modifier le code]

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. UTC+1 à l'heure d'été
  2. parfois huit selon les auteurs
  3. Religion en Écosse
  4. Église d'Écosse reformée presbytérienne
  5. Langues parlées en Écosse
  6. Résultat des élections du 5 mai 2011
  7. Référendum sur l'indépendance de l'Écosse en 2014.
  8. Alexander Low; The history of Scotland… to the middle of the ninth century, p. 28.
  9. Brendan Lehane, The Quest of Three Abbots: the golden age of Celtic Christianity, p. 121.
  10. Francis Xavier Martin, T. W. Moody, F. J. Byrne New History of Ireland, p. 862.
  11. Allan Freer, The North British Review, p. 119. Eben William Robertson, Scotland Under Her Early Kings: a history of the kingdom to the close of the thirteenth century, p. 286.
  12. D. E. (EDT) Greenway, E. B. (Edmund Boleslaw) Fryde, Handbook of British Chronology, p. 55
  13. La première preuve connue est une pointe de flèche en silex trouvée sur Islay. Voir Moffat, Alistair (2005) Before Scotland: The Story of Scotland Before History. London. Thames & Hudson. Page 42.
  14. Le site de Cramond (8 500 av. JC) et celui situé près de Kinloch, Rùm (7 700 av. JC) constituent les preuves les plus anciennes d'une présence humaine en Écosse. Voir (en) "The Megalithic Portal and Megalith Map: Rubbish dump reveals time-capsule of Scotland's earliest settlements" megalithic.co.uk. Consulté le 10 février 2008 et Edwards, Kevin J. and Whittington, Graeme "Vegetation Change" in Edwards, Kevin J. & Ralston, Ian B.M. (Eds) (2003) Scotland After the Ice Age: Environment, Archaeology and History, 8000 BC–AD 1000. Edinburgh. Edinburgh University Press. Page 70.
  15. (en) Francis Pryor, Britain BC, London, HarperPerennial,‎ 2003, poche (ISBN 978-0-00-712693-4), p. 98–104 & 246–250
  16. (en) "Views in Edinburgh and its vicinity", Volume 1
  17. (en) A History of Scotland, par J. D. Mackie et B. Lenman and G. Parker, (London: Penguin, 1991), page 296.
  18. "Finance and Capital Markets The Economic History of Britain since 1700, Volume 1, 1700-1860", Third Edition, Cambridge, par Stephen Quinn, Department of Economics Box, Texas Christian University, Fort Worth [1]
  19. "A portrait of a banking calamity", par Paul Kosmetatos, Université de Cambridge [2]
  20. a, b, c, d, e et f (en) « Résultats des élections de 2003 (BBC) »
  21. a et b (en) « Résultats des élections de 2007 (BBC) »
  22. (en) « Résultats des élections de 2011 (BBC) »
  23. (en) « Les îles d'Écosse »
  24. (en) « Statistiques du Met Office »
  25. (en) « Carte interactive du Met Office »
  26. (en) « Faune et flore d'Écosse »
  27. (en) D'après le Scotland Census Results Online (SCROL)
  28. (en) "The SCOTS Corpus contains documents in Scottish Standard English, documents in different varieties of Scots, and documents which may be described as lying somewhere between Scots and Scottish Standard English.", Scottish Corpus of Texts and Speech, accédé le 19 mai 2009.
  29. Stuart-Smith J. (2008) Scottish English: Phonology in Varieties of English: The British Isles, Kortman & Upton (Eds), Mouton de Gruyter, p. 48
  30. McMahon, April M. S. (2000) Lexical phonology and the history of English Cambridge University Press p. 143
  31. McMahon, April M. S. (2000) Lexical phonology and the history of English Cambridge University Press p. 145
  32. GEO no 398 d'avril 2012 p. 6
  33. Voir la presse écossaise des 25, 26 et 27 juillet 2009.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laure Angélis, Le Saphir étoilé, éditions Téqui. (ISBN 2-7403-1050-1)
  • Jacques Leruez, L'Écosse. Vieille Nation, jeune État, Crozon, Éditions Armeline, 2000, (ISBN 2-910878-10-4)