Viol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Viol (homonymie).
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir viole.
Icône de paronymie Cet article possède des paronymes ; voir : violation et violence.
Viol
Classification et ressources externes
Tizian 094.jpg
Le Titien, Viol de Lucrèce, ce qui la conduit au suicide.
CIM-9 E960.1
MedlinePlus 001955
MeSH D011902
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Le viol est un « rapport sexuel imposé à quelqu'un par la violence, obtenu par la contrainte, qui constitue pénalement un crime »[1]. Une définition plus restrictive édicte que ce rapport sexuel doit comporter une pénétration[2] ; l'ancienne définition du Littré précisait qu'il s'agissait d'une « violence faite à une femme que l'on prend de force »[3]. Dans le droit français, c'est une agression sexuelle impliquant, selon l'article 222-23 du Code pénal, « tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu'il soit, commis sur la personne d'autrui par violence, contrainte, menace ou surprise »[4]. Dans certains pays comme l'Allemagne et le Canada, des définitions plus larges sont adoptées. Au Canada, l'infraction de viol a été abolie et remplacée par le crime d'agression sexuelle, notamment pour mettre l'accent sur la dimension violente de l'acte et pour inclure toute forme d'attouchement sexuel non consenti. Les Nations unies définissent le viol comme un coït sans consentement valide[5].

Au XXIe siècle, le viol constitue un crime dans la plupart des législations ; la tromperie ou le dol constituent en général, comme la violence, un élément appréciateur du viol. En France, le criminel s'expose à une peine allant de 15 ans de prison ferme jusqu'à la prison à perpétuité (par exemple en cas de récidive ou si le viol est accompagné de tortures). Le viol n'a pas toujours été puni, et il existe toujours des sociétés où il est toléré, voire non juridiquement défini. Même lorsqu'il est reconnu comme un crime, il n'est pas toujours défini par la violation du consentement de la victime. Ce qui a longtemps été puni (et ce qui l'est encore dans certaines sociétés), c'est plutôt le fait de prendre la femme d'un autre, ou une femme non encore mariée.

Le viol est un sujet peu médiatisé eu égard à l'ampleur du phénomène. Ainsi, en 2010, Le Parisien s'est fait l'écho d'un mouvement spontané de soutien à des collégiens soupçonnés d'avoir violé une camarade de 14 ans. Des adolescentes s'étaient rendues en cours avec des tee-shirts portant ce message : « On les aime. Sortez-les de prison[6],[7] ». Dans l'époque moderne, le viol par contrainte physique est punissable par la loi dans la plupart des sociétés. Quant à la contrainte psychologique, peu de législations la retiennent pour définir le viol. L'agression sexuelle par contrainte psychologique peut être considérée comme un crime fréquent dont la prévention comme la répression connaissent des difficultés dans tous les pays.

Approche socio-historique[modifier | modifier le code]

Cette section doit être recyclée. Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion.
Scène de viol, Utagawa Kuniyoshi (1797-1861).

Antiquité[modifier | modifier le code]

La première mention écrite du viol est dans le Code d'Hammourabi, qui distingue viol et adultère. La loi 129 établissait que si une femme mariée et un homme étaient surpris ensemble « en flagrant délit », les deux devaient être noyés. Le mari pouvait cependant pardonner sa femme. La loi 130 établissait, en revanche, que si une jeune fille vierge était trouvée avec un homme, seul l'homme devait être mis à mort[8].

Chez les Hébreux le viol de la femme d'autrui est interdit dans le dernier des 10 commandements : Tu ne convoiteras ni la femme, ni la maison, ni rien de ce qui appartient à ton prochain. Dans le Code deutéronomique, la punition était infligée si : une femme mariée ou fiancée était surprise avec un homme, il était considéré qu'il y avait eu adultère et la mort par lapidation était exécutée pour les deux individus ensemble ; si, en revanche, une femme mariée ou fiancée était prise par un homme à l'extérieur de la ville, le viol était supposé et seul l'homme était lapidé ; si la victime était une jeune fille non fiancée, l'homme devait payer une amende au père de la fille et épouser la jeune fille sans possibilité de divorce. C'est une des premières attestations du mariage réparateur, conçu comme une forme de dédommagement et de protection pour la femme, qui avait perdu son honneur et n'aurait probablement pu trouver d'autre mari.

« …si l'homme couchant avec une femme mariée est pris sur le fait, tous deux mourront. Tu feras disparaître d'Israël le mal. Si une jeune fille vierge est fiancée à un homme, qu'un autre homme la rencontre dans la ville et couche avec elle, vous les conduirez tous deux à la porte de cette ville et vous les lapiderez jusqu'à ce que mort s'ensuive : la jeune fille parce qu'elle n'a pas appelé au secours dans la ville, et l'homme parce qu'il a usé de la femme de son prochain. Tu feras disparaître le mal du milieu de toi. Mais si c'est dans la campagne que l'homme a rencontré la jeune fille fiancée, qu'il l'a violentée et a couché avec elle, l'homme qui a couché avec elle mourra seul ; tu ne feras rien à la jeune fille, il n'y a pas en elle de péché qui mérite la mort. Le cas est semblable à celui d'un homme qui se jette sur son prochain pour le tuer : car c'est à la campagne qu'il l'a rencontrée, et la jeune fille fiancée a pu crier sans que personne vienne à son secours. Si un homme rencontre une jeune fille vierge qui n'est pas fiancée, la saisit et couche avec elle, pris sur le fait, l'homme qui a couché avec elle donnera au père de la jeune fille cinquante pièces d'argent ; elle sera sa femme, puisqu'il a usé d'elle, et il ne pourra jamais la répudier [9] »

.

Dans la mythologie de la Grèce antique, les dieux femmes comme hommes recourent très souvent au viol notamment contre les humains mais en utilisant rarement la violence. Dans certains cas il est question de mariage par enlèvement, qui est encore actuellement pratiqué par certaines cultures traditionnelles. Par exemple, l'enlèvement de Perséphone par Hadès ; de Daphné par Apollon ; de Cassandre par Ajax ; d'Andromaque par Hector ; de Polyxène par Achille ; de Clymène par Acamant ; pour ne pas mentionner la liste de femmes et de nymphées aimées par la force ou la tromperie par Zeus. Dans la Grèce antique, l'adultère de la femme était puni mais l'homme pouvait légalement entretenir des concubines. Dans la société romaine primitive, le pater familias dispose du droit de vie et de mort sur ce qui lui appartient et notamment les femmes placées sous son autorité. Le développement du droit romain leur donnera un statut et une liberté exceptionnelle tout en restant sous l'autorité du père.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le début du christianisme est marqué par la promotion de la chasteté et le respect des vierges. L'Église s'attache d'abord à condamner le rapt des veuves et des vierges consacrées (conciles de Chalcédoine et de Lérida au VIe siècle) puis en précise l'interdiction pour toutes les femmes : un pénitentiel du XIe siècle condamne les ravisseurs de femmes mariées à l'anathème, ceux de jeunes filles ou de veuves à l'excommunication.

Si le viol est un pseudo viol arrangé par l'homme et la femme dans le but d'obtenir le consentement des parents, il bénéficie d'une certaine indulgence[10].

Viols de guerre[modifier | modifier le code]

Le viol en temps de guerre est un moyen d'humilier le vaincu ou de provoquer un adversaire lorsque le conflit est latent. Dans l'histoire de l'Antiquité, Augustin (cf. La Cité de Dieu) note que le viol est une pratique habituelle lors des pillages de villes, au même titre que le massacre des hommes. Selon lui, on ne trouve guère plus d'un ou deux contre-exemples, et encore seraient-ils douteux. Un exemple notable inclut le cas d'Alexandre le Grand dont le comportement semble avoir parfois témoigné d'une volonté de protéger certaines femmes de la violence masculine.

Épargnez cette horreur à votre foyer : poster de propagande américain de la Seconde Guerre mondiale exploitant les informations sur les exactions de l'armée impériale japonaise par un rejet du viol de la part de la société civile américaine ; pour éviter cela, il faut financer les forces aériennes en acquérant des obligations de guerre.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, des militaires de toutes nations se livrèrent au viol. Le cas de l'armée impériale japonaise utilisant de 20 000 à 200 000 femmes de réconfort enlevées est un cas extrême dans lequel le commandement lui-même a organisé le viol, alors que dans l'immense majorité des armées, il est totalement interdit par le règlement. Pendant la chute du IIIe Reich en 1945, le nombre de femmes allemandes violées par l'armée soviétique a été estimé à 2 millions[11], une estimation du même ordre s'applique à l'invasion nazi en URSS en 1941-1944[réf. nécessaire].

Lors du débarquement des soldats alliés en Europe, de nombreuses plaintes ont été portées sans grands résultats contre les soldats américains par des femmes françaises. L'historien américain J. Robert Lilly dans son ouvrage « La Face cachée des GI’s » rapporte que plus de 17 000 viols ont été commis par les GIs au Royaume-Uni, en France et en Allemagne[12]. Il y a eu, selon Susan Brownmiller, 971 condamnations pour viol par les cours martiales américaines entre janvier 1942 et juin 1947 dont 57 exécutions capitales.

Pendant la guerre d'Algérie, l'armée française aurait, selon l'historienne Raphaëlle Branche, régulièrement utilisé le viol comme arme de guerre[13].

Durant la guerre de libération du Bangladesh en 1971, les militaires pakistanais ont commis environ 20 000 viols[14].

À Chypre, durant la période d'Enosis (annexion à la Grèce) déclenchée par le régime des colonels grecs, les milices chypriotes grecques se livrèrent jusqu'à l'intervention de l'armée turque à de nombreux viols, non dénoncés par les Turcs désireux de cacher cette humiliation[réf. nécessaire]. Au Congo-Brazzaville, des milliers de femmes qui fuyaient la capitale ont été violées dans la région du Pool, qui entoure celle-ci, durant les guerres de 1998-2000[15] ; en Irak, selon Amnesty International, au moins 10 000 femmes, jeunes filles et fillettes, rien qu'à Abu Ghraib, auraient été violées pendant la guerre, depuis avril 2003[16]. En Algérie, pendant les années noires (1992-1999), selon les sources officielles, plus de 10 000 femmes ont été violées, essentiellement par les généraux et la GIA.[réf. nécessaire]

Le viol de guerre, qu'il soit opportuniste ou prémédité[17], est un instrument d'épuration ethnique, les nombreuses naissances qui s'ensuivent brisant la cohésion ethnique du groupe victime. Ainsi lors de la guerre de Bosnie-Herzégovine et de Croatie[18] ou encore au Darfour où les chefs de village disent des enfants nés de viols par les Djandjaouids qu'ils pourront rester dans leurs villages « s'ils se conduisent bien ». Ces viols systématiques contribuent très fortement à la propagation du sida et d'autres MST. Enfin, pour affaiblir leurs victimes, les tortionnaires violent souvent[réf. nécessaire] leurs victimes. Les traumatismes physiques et psychologiques « facilitent l’interrogatoire ».

En 2001, le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie qualifie et condamne pour la première fois le viol comme crime contre l’humanité[19].

Pétition de cinq millions de femmes contre le viol de guerre[modifier | modifier le code]

Une pétition contre le viol de guerre signée par cinq millions de femmes des États-Unis a été remise le 15 avril 1919 à Georges Clemenceau président de la Conférence de paix de Paris. Cette pétition demandait notamment que les victimes de viols de guerre ne soient plus considérées comme des personnes « déshonorées », mais comme des « blessées de guerre ».

Cette démarche de masses contre le viol est la plus importante jamais vue à ce jour par le nombre des protestataires impliqué. Elle n'a pas connu de suites effectives.

Viol des esclaves[modifier | modifier le code]

La pratique du viol des esclaves n'a jamais été punie, excepté quand la victime esclave était la propriété d'autrui [20],[21],[22],.

Lutte contre le viol[modifier | modifier le code]

Article connexe : Patriarcat (sociologie).

Dès 1950, ce sont les intellectuels de France pendant la guerre d'Algérie qui, dans leur lutte pour dénoncer la torture, tentent aussi de lever le voile sur les innombrables viols commis par l'armée française. Parmi les nombreuses victimes, seulement quelques-unes ont eu le courage de dénoncer ce crime devant une cour ; notamment Djamila Boupacha, une combattante du FLN torturée par le contingent de parachutistes sous les ordres du général Massu. Son avocate Gisèle Halimi et l'auteur féministe Simone de Beauvoir créeront le comité à son nom pour plaider sa cause devant la Cour. Gisèle Halimi défendra d'autres victimes de viol, notamment l'affaire Bobigny. Plus tard, ce sont les féministes américaines qui, dès le début des années 1970, dénonceront aussi les violences sexuelles.[réf. nécessaire] Leurs études ont eu un large écho dans les pays anglo-saxons, puis en France, où le Collectif féministe contre le viol s'est constitué en 1985[23]. Ce sont les luttes féministes qui ont contribué à faire évoluer les lois[réf. nécessaire].

En prison[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, entre 22 et 25 % des hommes en prison seraient victimes de viols[24]. Les détenus condamnés pour des crimes sexuels (les « pointeurs ») ne sont pas nécessairement les plus exposés, car ils sont souvent isolés des autres détenus[25]. D'autre part les violences auxquelles ils sont exposés ne sont pas, le plus souvent, de nature sexuelle. Selon une étude américaine de 2006, seuls 3 % des détenus condamnés pour viol subiraient des violences, contre 22 % des détenus de droit commun[24].

À l’armée[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, en 2012, 26 000 militaires (hommes et femmes confondus) ont fait part avoir été victimes d'un contact sexuel non sollicité (pouvant aller de l'attouchement sexuel au viol, soit 70 actes par jour) ; ce chiffre est d'un tiers plus élevé qu'en 2010, en notant que tous les abus ne sont pas rapportés. La moitié des femmes militaires sont victimes de harcèlement sexuel et un quart de viol selon une étude du département des Anciens combattants ; 50 % des vétérans victimes de traumatisme sexuel sont des hommes. Pour certains, ces chiffres pourraient être réduit en promouvant des femmes à des postes importants (elles représentent 14,5 % des effectifs et 14,2 % des officiers) et en ne laissant pas à la justice militaire ces crimes sexuels, souvent minimisés voire impunis[26]. Le département des Anciens combattants désigne ces contacts par le terme de Military Sexual Trauma (en) (qui peut être traduit par Traumatisme sexuel militaire en français).

Analyse féministe du phénomène[modifier | modifier le code]

Le viol occupe une place importante dans l'analyse féministe, pour laquelle il est une violence masculine à l'égard des femmes. En France, d’après les statistiques du CFCV, entre 2003 et 2005, plus de 90 % des victimes de viols étaient des femmes et environ 96 % des agresseurs, des hommes [27].

Selon des autrices féministes, le viol n'est pas qu'une violence masculine : c'est aussi un puissant moyen pour maintenir les femmes dans une position subordonnée. Ainsi, Susan Brownmiller considère que le viol « n’est rien de moins qu’un processus d’intimidation, conscient ou inconsciemment, par lequel tous les hommes maintiennent toutes les femmes dans la peur»[28]. Il a été montré dans une étude de 1981 que la peur du viol, – particulièrement présente chez les femmes pauvres, âgées, ou appartenant à des minorités ethniques – est corrélée à des comportements d’auto-restriction (notamment celui d’éviter de sortir seule)[29],[30]. Par ailleurs, une femme agressée ou violée après avoir osé sortir seule, entendra des reproches du type « Une femme ne doit pas sortir seule la nuit ». En effet, les mythes sur le viol, ces croyances généralement fausses, mais répandues et persistantes, qui permettent de nier et de justifier l’agression sexuelle masculine contre les femmes[31], sont extrêmement répandues puisque des études ont pu montrer qu'entre 25 % et 66 % des gens adhèrent à la majorité de ces mythes[31], [32]. Ainsi, pour les féministes, le viol servirait de punition pour celles qui aurait bravé l’interdit, celui d’utiliser librement l’espace public.

Le viol figure en bonne place parmi les féminicides[33].

D'après la féministe Andrea Dworkin[34], le viol fait partie des quatre crimes qui balisent la condition des femmes, avec la violence conjugale, l'exploitation économique et l’exploitation reproductive.

En droit[modifier | modifier le code]

Au monde[modifier | modifier le code]

La définition du viol varie d'un pays à l'autre et la définition a également changé plusieurs fois dans l'histoire[35]. Dans de nombreux pays, le statut juridique du viol et le traitement que la justice réserve aux victimes a évolué notamment grâce aux féministes[réf. nécessaire]. Les viols échappent dans certains pays à tout contrôle et toute sanction : la législation est souvent imparfaite. Mais même avec une législation adéquate, aucun pays n’applique la loi en totalité (UNIFEM, Nations unies, 2003).

Le viol est, dans la plupart des juridictions, un crime défini comme relation sexuelle ou pénétration sans consentement valide des deux parties. Dans certaines juridictions, le viol est défini par une pénétration de l'anus ou du vagin par un pénis, [réf. nécessaire] tandis que dans d'autres juridictions, la pénétration que ce soit du vagin ou de l'anus n'ont pas besoin d'un pénis : un doigt ou un godemichet suffisent.[réf. nécessaire] Certaines juridictions étendent la définition du viol pour inclure d'autres activités sexuelles sans consentement valide, incluant la fellation, le cunnilingus et la masturbation.[réf. nécessaire] L'absence de consentement valide ne signifie pas nécessairement que la victime a explicitement refusé de donner son consentement; généralement le consentement est considéré invalide :

  • quand le consentement a été obtenu par la force physique, menace ou pression, ou
  • quand le consentement a été donné par une personne dont l'âge était en dessous de la maturité sexuelle, ou
  • par une personne intoxiquée par des drogues ou de l'alcool, ou
  • par une personne mentalement déficiente.

La plupart des juridictions considèrent qu'un enfant en dessous de l'âge de la majorité sexuelle, ne peut valablement consentir à un rapport sexuel. L'âge de cette majorité sexuelle varie selon les pays.Quand l'acte sexuel implique une personne dont l'âge est en dessous de la majorité sexuelle, le crime est nommé « viol » même si certaines juridictions utilisent l'expression « acte sexuel non autorisé par la loi ». L'âge de cette majorité sexuelle varie selon les pays : c'est ainsi qu'en France, la législation interdit les rapports sexuels entre un mineur de quinze ans et un majeur civil[36]. Dans la plupart des pays européens, la majorité sexuelle est acquise entre quatorze et seize ans; dans d'autres États, elle l'est à dix-huit ans. (voir Majorité sexuelle sur le continent européen).

Certains États ne considèrent pas que le viol puisse exister entre époux. Alors que certaines civilisations ou religions considèrent que la femme doit être soumise sexuellement à son époux, la législation ou la jurisprudence de certains pays admettent l'accusation de viol d'une femme par son mari, parfois de l'inverse. En 2006, l'ONU a estimé que le viol entre époux pourrait être poursuivi dans au moins 104 États (dans 4 de ces pays, le viol conjugal peut être poursuivi seulement si les époux étaient séparés)[37], et depuis 2006, plusieurs autres pays ont interdit le viol conjugal. En général, les pays islamiques qui appliquent le loi islamique du Charia (charî'a) n'acceptent pas le concept du viol conjugal.

En 2008, une résolution du Conseil de Sécurité de l'ONU a défini le viol comme une « arme de guerre[38] ».

Législation française[modifier | modifier le code]

Viol
Territoire d’application Drapeau de la France France
Classification Crime
Réclusion de 15 ans à perpétuité
Prescription 10 ans
Compétence Cour d'assises

En France, le viol est un crime depuis 1810 (article 331, puis article 332 du Code pénal de 1810), bien que la répression ait autrefois été incertaine. Depuis 1980 un violeur est passible de quinze ans de réclusion criminelle, d'un suivi socio-judiciaire (loi Guigou de 1998) et d'une surveillance de sûreté, pouvant être accompagnée d'une injonction de soins (loi Guigou) qui peut inclure la castration chimique (voir débats autour du projet de loi tendant à amoindrir le risque de récidive criminelle). La loi française apporte une définition précise du viol. L’article L.222-23 du Code pénal dispose que : « Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui, par violence, contrainte, menace ou surprise, est un viol ».

Depuis 1992, la qualité de conjoint est retenue comme circonstance aggravante en cas de violences conjugales, et la jurisprudence reconnaît le viol conjugal. Selon l'article article L.222-23 du Code pénal, le viol est puni de quinze ans de réclusion criminelle, vingt en cas de viol aggravé (article L.222-24).

Législation suisse[modifier | modifier le code]

Le Code pénal suisse classe les actes de contrainte sexuelle en deux catégories : viol et contrainte sexuelle (le premier étant un cas particulier du second)[39] :

  • Commet un viol (art. 190[40]) celui qui, notamment en usant de menace ou de violence, en exerçant sur sa victime des pressions d’ordre psychique ou en la mettant hors d’état de résister, contraint une personne de sexe féminin à subir l’acte sexuel. L’acte sexuel désigne ici la pénétration du vagin, même partielle, par le pénis[41] (qu'il y ait ou non éjaculation ne joue aucun rôle[39],[42]). La peine est la privation de liberté pour 10 ans au maximum et, dans les cas graves, de trois ans au moins.
  • Commet une contrainte sexuelle (art. 189[43]) celui qui, notamment en usant de menace ou de violence envers une personne, en exerçant sur elle des pressions d’ordre psychique ou en la mettant hors d’état de résister l’aura contrainte à subir un acte analogue à l’acte sexuel ou un autre acte d’ordre sexuel. L’acte doit être qualifié d’ordre sexuel par une personne raisonnable et équilibrée (c'est donc un terme soumis à l'appréciation du juge)[39]. Sont ainsi notamment des actes d'ordre sexuel : la sodomie[44], la fellation, la pénétration par des objets, les attouchements et même un baiser lingual donné par un adulte à un enfant[45],[46]. L'art. 189 prévoit la même peine maximale que l'art. 190.

Ces deux dispositions sont aussi applicables en cas de viol sur une personne mineure. Elles entrent alors en concours[47] avec l'article 187[48] : en conséquence, la peine possible est de 15 ans de privation de liberté[49]. En l'absence de viol ou de contrainte sexuelle, l'acte sexuel sur des mineurs de moins de 16 ans est réprimé exclusivement par l'article 187[50].

En cas de commission en commun (tournante), le juge peut alourdir la peine en application de l'article 200[51].

Le viol entre époux est condamnable en Suisse depuis 1992[52]. Depuis le 1er avril 2004, le viol et la contrainte sexuelle entre époux ou partenaires enregistrés sont poursuivis d'office. Auparavant, l'infraction n'était poursuivie que sur plainte[53].

Les victimes d'actes de contrainte sexuelle bénéficient dans la procédure pénale de conseils, de prestations financières et d'une protection particulière, en vertu de la loi fédérale sur l'aide aux victimes d'infractions (LAVI)[54].

Statistiques[modifier | modifier le code]

D'une façon générale, peu de données statistiques sur cette criminalité qui n'est étudiée que depuis quelques dizaines d'années sont disponibles. Les pays qui poursuivent avec le plus de succès les criminels sexuels semblent avoir le plus fort taux de violeurs, tandis que les pays où le viol est généralement ignoré par la société ne tiennent aucun compte de cette criminalité. De même, les chiffres sur les fausses accusations de viols varient beaucoup selon les sources. Le FBI Uniform Crime Reports (UCR), 1996, montre que 8 % des accusations de viol se révèlent fausses, mais cela n'inclut pas les situations où les plaignantes refusent de coopérer avec la police[55].

Une enquête controversée de 1994 aux États-Unis menée par Eugene J. Kanin aurait abouti, après 9 ans (1978-1987), à un chiffre de 41 % (avec des variations de 25 % à 85 % selon la date). Ce chiffre n'inclurait que les accusations reconnues fausses par les plaigantes elles-mêmes, ce qui donne à penser que le véritable chiffre pourrait être plus élevé.

Cependant, cette étude a été critiquée. Des organisations qui travaillent avec les victimes de violences sexuelles ont accusé la police dans la petite ville où Kanin a fait son enquête d'utiliser le polygraphe pour intimider les victimes et refuser d'enquêter sur certaines réclamations[56]. Selon David Lisak, cette étude n'en est pas réellement une, puisqu'elle ne fait que relater les opinions des policiers en adoptant leur propre méthodologie. Selon l'étude de Lisak publiée en 2010 dans Violence Against Women le taux de fausses accusations serait plus proche de 5,9 %[57].

Une proportion élevée de viols n'est jamais comptabilisée dans les statistiques puisque non juridiquement reconnue comme crime dans le pays, et aussi très souvent parce qu'il est difficile pour les victimes de porter l'accusation.[réf. nécessaire]

Dans le monde[modifier | modifier le code]

Réunion de victimes de violences sexuelles en République démocratique du Congo

En moyenne dans le monde, si rien ne change, près d’une femme sur cinq sera victime de viol ou de tentative de viol au cours de son existence[58].

En Afrique du Sud 
la violence sexuelle en Afrique du sud serait la plus élevée au monde (en l'an 2000). 147 femmes sont violées chaque jour selon un rapport de 2003[59]. Le taux de condamnation pour viol reste bas, de 7 % en moyenne. Un tiers du nombre de viols estimé aurait été signalé en 2003[60].
En République démocratique du Congo 
dans les années 2000-2010, dans l'est du pays la prévalence et l'intensité de viols et d'autres violences sexuelles sont décrites comme les pires au monde [61]. Il y avait en 2007 selon le journal The Guardian au moins 200 000 survivants victimes de viol vivant dans ce pays , mais selon une nouvelle étude plus de 400 000 femmes y sont été violées en une année[62]. Le viol y serait pratiqué comme arme de guerre selon divers commentateurs dont le gynécologue Mukwege[63]. Selon Louise Nzigire, travailleuse sociale locale, cette violence a été conçue « pour exterminer la population », comme une arme « pas chère, utilisée par toutes les acteurs de cette guerre, plus faciles à obtenir que les balles ou les bombes ». Selon une étude du journal américain "The American Journal of Public Health" (4 mai) 1152 femmes sont violées chaque jour, soit 48 viols par heure, chiffre 26 fois plus élevé que celui avancé par l'ONU[64] qui reconnait 14 viols par jour dont 1/3 dans les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu. En 2013, après l'accusation par l'ONU de pillages, viols et meurtres par deux bataillons de l'armée congolaise près de Minova, et après deux ultimatums de l'ONU au gouvernement de la République démocratique du Congo (en février, puis en mars 2013 avec menace de perdre le soutien de l'ONU), douze militaires haut-gradés (commandants et responsables de 10 unités armées) ont été suspendus et devraient répondre de leurs crimes[65].
Dans l’Est de la RDC (comme en Somalie), l'ONU estime que 14 groupes armés et les autorités congolaises (la police et armée) utilisent cette arme. L'ONU dénonce aussi le viol d'enfant et de bébés (59 enfants de 1 à 3 ans et 182 de 5 à 15 ans violés en 2012 selon le rapport)[66].
En Arabie saoudite 
les auteurs d'un viol sont passibles de la peine de mort[67]. Le 22 novembre 2007, une chiite violée par sept hommes près de Qatif a été condamnée par un tribunal à recevoir 200 coups de fouet et à 6 mois de prison. La femme avait cependant été surprise en compagnie d'un homme n'appartenant pas à sa famille[67], ce qui constitue une infraction de la loi locale. Au Pakistan, la loi religieuse, introduite en 1979 et en vigueur jusqu'en 2006, fixait que le viol devait être attesté par quatre témoins masculins, sans quoi la plaignante pouvait être poursuivie pour relation extra-conjugale. Désormais, la preuve du viol se fera sur la base d'expertises médicales et d'une enquête sur les circonstances[68]. En Turquie, 35,6 % des femmes subissent des viols conjugaux parfois, et 16,3 % souvent[69].
En Australie 
une étudiante australienne sur six affirme avoir été victime d'un viol durant sa vie (17 % ont été victimes de viol et 12 % de tentative de viol) et plus d'une sur deux a subi du harcèlement sexuel, selon une enquête réalisée par l'Union nationale des étudiants australiens auprès de 1.500 femmes étudiant à l'université. Selon l'étude, 67 % des étudiantes affirment avoir connu une expérience sexuelle non consentie, tandis que 31 % n'étaient pas en état de donner leur accord. Dans 57 % des cas, l'auteur des actes était un ami ou une connaissance et dans 22 % des cas, les femmes connaissaient très bien l'auteur. Seules 2 % des femmes victimes ont saisi la police, la plupart estimant que les faits n'étaient pas assez graves pour justifier qu'elles en fassent état auprès des policiers. En 2005, le Bureau australien des statistiques montrait que 19 % des femmes avaient été victimes de violences sexuelles depuis l'âge de 15 ans[70].
Aux États-Unis 
en 2004-2005, 64 080 personnes ont été victimes d'un viol, 51 500 d'une tentative de viol[71],[72], soit une personne toutes les deux minutes et demie[71] ; 50 % des viols déclarés ont été commis au domicile de la victime. Seuls 41 % des viols sont signalés à la police[71]. Le nombre de viols diminue de façon continue depuis plusieurs années[73] : le taux est passé de 2,8 pour mille personnes de plus de 12 ans en 1979 à environ pour 800 en 2004[71]. Entre 1993 et 2005, les viols ou tentatives de viol ont diminué de 68 % aux États-Unis[72].
En Allemagne 
les statistiques criminelles de la police ont recensé pour l'année 2010, 46 869 cas de crimes contre l'autodétermination sexuelle, dont 7 724 cas de viol ou d'agression sexuelle grave. Le pourcentage d'affaires résolues étant d'environ 82%.

France[modifier | modifier le code]

Le viol est un phénomène de société considérable dont l'ampleur commence à être reconnue. Des données chiffrées officielles sont disponibles depuis l'enquête nationale menée en 1999 (ENVEFF)[74]. Selon un rapport d'Amnesty International publié en 2007, 50 000 à 90 000 femmes ont été violées en France en 1999[75],[76] et, selon l'Observatoire national de la délinquance, entre 50 000 et 75 000 femmes, année après année (données de 2012)[77]. En 2010, les enquêtes de victimation révèlent que 75 000 personnes sont victimes de viols et 198 000 de tentatives de viols, il y a plus de 1 200 000 femmes en France et 206 viols chaque jour, 90 % des violeurs ne présentant aucune pathologie mentale et 90 % des condamnés venant des classes populaires[78]. 96 % des auteurs de viol sont de sexe masculin et 91 % des victimes sont de sexe féminin (statistiques concordantes du ministère de la Justice et du CFCV, Collectif Féministe Contre le Viol). Les viols collectifs (« tournantes ») représentent 10 % du total selon le docteur Emmanuelle Piet, du Collectif féministe contre le viol[77].

Cependant, le nombre réel de victimes de sexe masculin reste inconnu, les hommes révélant rarement ces crimes.[évasif]

Selon les statistiques de la permanence téléphonique nationale Viols Femmes Informations :

  • 74 % des viols sont commis par une personne connue de la victime ;
  • 25 % des viols sont commis par un membre de la famille ;
  • 57 % des viols sont commis sur des personnes mineures (filles et garçons) ;
  • 67 % des viols ont lieu au domicile (de la victime ou de l'agresseur) ;
  • 45 % des viols sont commis de jour.

Les statistiques du ministère de la Justice ne sont pas révélatrices de l'ampleur du phénomène, puisqu'elles ne prennent en compte que les viols faisant l'objet d'un procès sous cette qualification (il arrive aussi que la justice qualifie un viol, qui est un crime, comme délit d'« agression sexuelle » afin qu'il soit jugé en correctionnelle donc sans jury, et non devant les assises pour des raisons de coût et parce que la preuve est plus facile à apporter)[78]. Or seul 1 viol sur 11 fait l'objet d'une plainte (ENVEFF). Le nombre de plaintes pour viol est en constante augmentation ; il a plus que doublé entre 1985 et 1995, avec un ralentissement de l'augmentation depuis. Cette évolution est attribuée, selon certains, à une augmentation des faits commis, tandis que, pour d'autres, elle révèle plutôt que les femmes portent plainte de plus en plus souvent.[réf. nécessaire]

Canada[modifier | modifier le code]

11,6 % des Canadiennes disent avoir été victimes de violence sexuelle de la part de non-partenaires dans leur vie[79]. Au Québec, d'après son gouvernement 1 femme sur 3 a été victime d’au moins une agression sexuelle depuis l’âge de 16 ans, 1 homme sur 6 sera victime d’une agression sexuelle au cours de sa vie (au total, 82 % des victimes d’agression sexuelle sont des femmes) et les 2/3 des victimes sont âgées de moins de 18 ans[80],[81].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Traumatisme physique et biologique[modifier | modifier le code]

Toute pénétration non désirée et violente peut être source de plaies, déchirure et saignements et source de risques d'infection notamment en présence du VIH ou d'autres maladies sexuellement transmissibles chez le violeur (qui peut aussi être contaminé par un pathogène lors d'un viol).

Traumatisme psychique[modifier | modifier le code]

Le viol et notamment l'inceste[82],[83],[84] engendrent aussi pour ses victimes des conséquences sociopsychologiques et neurologiques graves, pouvant aller jusqu'à un état de sidération avec pertes de mémoire pouvant empêcher le dépôt d'une plainte. La probabilité d'être victime de stress post-traumatique de 80 % en l'absence de soins adaptés. Ces conséquences peuvent conduire à un fort sentiment de honte et d'autoculpabilité [85] mener à leur tour à l'organisation[86] de conduites dissociantes entrainant une inadaptation sociale et un mal-être dans les situations impliquant la séduction[87] et la sexualité[88], avec a contrario des périodes de souffrance intense lorsque les mécanismes d'évitement sont mis en défaut[89]. Des situations d'échecs répétés sont fréquentes[90] Le traumatisme psychologique peut être exacerbé par les vulnérabilités personnelles de la personne violée (jeune âge[91], dépendance…) et dans certains contexte (ex : quand le violeur fait partie de la famille ou des proches, ou qu'il a un statut social élevé, qu'il représente l'autorité ou la morale (religieux) et/ou en cas de grossesse consécutive au viol ;

L'individu violé n'est pas le seul à supporter les conséquences du viol, l'enfant qui peut en naître et les proches en pâtiront souvent aussi, avec parfois la constitution de secrets de familles pathogènes sur une ou plusieurs générations [92].

Certains auteurs plaident pour que l'on reconnaisse la spécificité et la gravité du trauma sexuel [93] (parmi d'autres traumatismes psychologiques).

Soins[modifier | modifier le code]

Les soins médicaux qui sont d'abord ceux d'ordre général appliqués aux personnes blessées ou victimes de traumatismes physiques, se complètent d'attitudes médicales particulières à la sphère sexuelle et uro-génitale, car le trauma se complique de conséquences psychologiques propres aux personnes abusées, plus particulièrement encore dans les cas d'inceste ou de viol d'enfant. Le personnel hospitalier est encore insuffisamment sensibilisé et attentif à ces particularités, mais des réunions ou des stages de sensibilisation se mettent en place, grâce à la prise de conscience générale du problème de la fragilité particulière de la personne violée, et à la compassion du personnel médical qui veut améliorer et optimiser sa réponse dans la prise en charge de la victime de viol.

Tolérance sociale du viol[modifier | modifier le code]

Mythes sur le viol[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mythes sur le viol.

Lonsway et Fitzgerald (1994) ont défini les mythes sur le viol comme les « attitudes et croyances généralement fausses, mais répandues et persistantes, permettant de nier et de justifier l’agression sexuelle masculine contre les femmes »[31]. On peut les regrouper en trois catégories[94] :

  • « Il ne s’est rien produit » : Un certain nombre de mythes promeuvent l’idée que les femmes accusent souvent les hommes à tort de viol.
  • « Elle l’a voulu ou elle a aimé » : Ce sont les mythes prétendant qu’une femme qui dit « non » pense « oui » ; que la violence est sexuellement excitante pour les femmes ; que la victime aurait pu résister si vraiment elle n’était pas consentante.
  • « Elle l’a mérité » : Ce sont les mythes comme « Elle était habillée de manière trop sexy » ou « Elle marchait seule la nuit ».

Médias[modifier | modifier le code]

Si le viol fait partie de bon nombre de films de guerre et d'action, certains longs métrages l'évoquent comme thème principal en en dénonçant ses conséquences. C'est notamment le cas des films Les Accusés, Vivante, Thelma et Louise, Les Oubliées de Juarez, Baise-moi, L'Amour violé, Millénium ou Irréversible.

Le film City of Life and Death le met aussi en scène durant la prise de Nankin par les troupes japonaises en 1937.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Viol. CNRTL.
  2. « Acte de violence par lequel une personne (violeur) impose des relations sexuelles avec pénétration à une autre personne, contre sa volonté. En droit français, le viol est un crime ». Dictionnaire culturel en langue française sous la direction d'Alain Rey, page 1931, 2006
  3. Viol. Littré.
  4. Article 222-23 à 222-26 du code pénal sur le site Légifrance
  5. UNECE STATISTICAL DATABASE. Convictions by Type of Conviction , Sex, Country and Year.
  6. Tournantes : treize ans après, peu de choses ont changé, francetv info
  7. (en) Owen Jones, Sexual violence is not a cultural phenomenon in India - it is endemic everywhere, The Independent, Consulté le 31 décembre 2012.
  8. Code d'Hammourabi, traduction en anglais par L. W. King (1910)
  9. Bible de Jérusalem, Code deuteronomique, 22,23-29
  10. Michel Rouche, Mariage et sexualité au Moyen Âge
  11. They raped every German female from eight to 80 par Antony Beevor
  12. La Face cachée des GI’s par J. Robert Lilly
  13. Branche Raphaëlle , « Des viols pendant la guerre d'Algérie » , Vingtième Siècle. Revue d'histoire, 2002/3 no 75, p. 123-132. DOI : 10.3917/ving.075.0123
  14. « L'aide des Nations unies dans le cadre d'enquêtes menées par le Bangladesh sur des crimes de guerre est bienvenue », sur amnesty.org, Amnesty International,‎ 7 avril 2009 (consulté le 10 octobre 2010)
  15. Sidonie Matokot-Mianzenza, Viol des femmes dans les conflits armés et thérapies familiales, l'Harmattan, 2003.
  16. source Amnesty International, 2004
  17. Raphaëlle Branche, Viols en temps de guerre (avec Fabrice Virgili et al.), Payot, 2011
  18. Véronique Nahoum-Grappe et Beverly Allen, Rape Warfare : The Hidden Genocide in Bosnia-Herzegovina and Croatia, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1996
  19. Viol tactique de guerre
  20. Veyne, Paul (1984). «Familia y amor durante el alto Imperio Romano». Amor, familia, sexualidad. Barcelona, editorial Argot. ISBN 978-848-586-009-8
  21. Victoria Rodríguez Ortiz (2000). Historia de la violación. Su regulación jurídica hasta fines de la Edad Media. Valparaíso, Revista de estudios histórico-jurídicos número 22. ISBN ISSN 0716-5455
  22. Esclavage en Grèce antique
  23. Le Collectif Féministe Contre le Viol, sur le site asso.fr
  24. a et b La lutte contre le viol en France, sur le site wordpress.com du 27 mai 2011
  25. Pour la France, l'isolement est permis par les articles 1, 2 et 3 de la loi n°79-587 du 11 juillet 1979 et la circulaire JUSE9840065C du 14 décembre 1998
  26. Alexandra Geneste, « Viols dans l'US Army, une épidémie silencieuse », in M, le magazine du Monde, semaine du 1er juin 2013, pages 54-59.
  27. Bulletin 2006. Collectif Féministe Contre le Viol; 2006.
  28. Brownmiller S. Against Our Will: Men, Women, and Rape. 1975
  29. Buss DM, Malamuth NM. Sex, power, conflict: evolutionary and feminist perspectives. Oxford University Press; 1996.
  30. Riger S, Gordon MT. The Fear of Rape: A Study in Social Control. Journal of Social Issues. 1981;37(4):71–92.
  31. a, b et c Lonsway KA, & Fitzgerald LF. Rape Myths. In Review. Psychology of Women Quarterly. 1994;18:133-164
  32. Buddie AM & Miller AG. Beyond rape myths: A more complex view of perceptions of rape victims. Sex roles. 2001;45(3-4):139-160.
  33. Christine Gamita, Journal ethnologique féministe du Net
  34. Andre Dworkin, Les femmes de droite, 1983
  35. Rapport sur les violences faites au femmes
  36. « Un mineur de quinze ans » est une personne âgée de moins de quinze ans, un « majeur civil » est une personne âgée de plus de 18 ans ; l'expression fréquemment employée « mineur de moins de quinze ans » est donc un pléonasme.
  37. [PDF]+(en) Ending violence against women, sur le site un.org, consulté le 6 novembre 2013
  38. [PDF] Résolution 1820 (2008) - Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5916e séance, le 19 juin 2008, sur le site viol-tactique-de-guerre.org
  39. a, b et c [PDF] Infractions contre l’intégrité sexuelle: art. 187-200 CPS, sur le site unifr.ch
  40. Art. 190 CPS, sur le site admin.ch
  41. Que faire specifiquement en cas de viol ou de contrainte sexuelle, sur le site centrelavi-ge.ch
  42. ATF 123 IV 49, sur le site bger.ch
  43. Art. 189 CPS, sur le site admin.ch
  44. ATF 119 IV 309
  45. [PDF] ATF 123 IV 49, sur le site bger.ch
  46. Infractions contre l’intégrité sexuelle: art. 187-200 CPS, sur le site unifr.ch
  47. Art. 49 CPS
  48. Art. 187 CPS, sur le site admin.ch
  49. ATF 123 IV 49, sur le site bger.ch
  50. Cf. Majorité sexuelle en Suisse)
  51. Art. 200, sur le site admin.ch
  52. [PDF] non trouvé le 8 novembre 2013, sur le site rcne.com
  53. [PDF] FF 2003 1750, sur le site admin.ch
  54. Loi sur l’aide aux victimes, LAVI, RS 312_5
  55. Données du FBI
  56. Kanin Study
  57. (en) Lisak, David; Gardinier, Lori; Nicksa, Sarah C.; Cote, Ashley M. (December 2010). "False allegations of sexual assualt: an analysis of ten years of reported cases". Violence Against Women 16 (12): 1318–1334
  58. María José Alcalá, L’état de la population mondiale 2005. La promesse d’égalité : égalité des sexes, santé en matière de procréation et objectifs du Millénaire pour le développement, UNFPA, 2005, p. 65
  59. South African Institute for Race Relations, 2003
  60. rapport annuel de la police pour l’année se terminant en mars 2003
  61. (en) Stephanie McCrummen (2007), Prevalence of Rape in E.Congo Described as Worst in World (Prévalence des viols dans l'est du Congo décrite comme la pire au monde), Washingtonpost.com du 9 septembre 2007, consulté le 31 décembre 2010
  62. "400 000 rapes in Congo in one year". The Independent. 2011-05-12
  63. Annick Cojean (2012), Viols en RDC : la croisade du Dr Mukwege, Le Monde du 27 novembre 2012
  64. BBC News
  65. Douze militaires ont été suspendus par l'armée de la République démocratique du Congo en lien avec 126 viols commis en novembre dernier, Radio Canada, 12 avril 2013, consulté 2013-04-25
  66. Leïla Harzalli (2012), RDC/Somalie : l’ONU dénonce le viol des bébés comme arme de guerre, Afrik.com, 2013-04-19, consulté 2013-04-26
  67. a et b Pauline Maisonneuve, « La condamnation par un tribunal saoudien d'une jeune femme violée provoque un tollé » dans Le Monde du 24-11-2007, [lire en ligne], mis en ligne le 23-11-2007
  68. Alternatives international
  69. études publiées en 2000, Women and sexuality in Muslim societies Femmes et sexualité dans les sociétés musulmanes, Éditions WWHR, Istanbul, 2000
  70. 1 étudiante australienne sur 6 violée , AFP, 10 juin 2011
  71. a, b, c et d (en) « Statistics. Key Facts », RAINN (consulté en 16-12-2007)
  72. a et b (en) « Criminal Victimization 2005 », Bureau of Justice Statistics Bulletin,‎ septembre 2006 (consulté en 16-12-2007)
  73. Nicolas Bourcier, « États-Unis : remontée de la criminalité », dans Le Monde du 28-09-2007, mis en ligne le 27-09-2007, [lire en ligne]
  74. Rapport de l'ENVEFF
  75. « Quelques statistiques sur la violence contre les femmes », Amnesty International (consulté en 16-12-2007)
  76. (en)« MCT observes the International Day for the Elimination of Violence Against Women », OMCT (consulté en 08-03-2012)
  77. a et b francetv info : Tournantes : treize ans après, peu de choses ont changé - francetv info
  78. a et b Audrey Guiller et Nolwenn Weiler, Le viol, un crime presque ordinaire, Le Cherche Midi, 2011, 208 p.
  79. « La violence contre les femmes – Faits et chiffres », Ouvre les yeux (consulté en 16-12-2007)
  80. Agression sexuelle - Des chiffres qui parlent. Ministère de la santé et des services sociaux. Gouvernement du Québec.
  81. Non aux agressions sexuelles, sur le site brisonslesilence.com
  82. Ayoun P (1995), Inceste, violence et culture, in Gabel (M.) et al., Le traumatisme de l’inceste, Paris, P.U.F., p. 33-52.
  83. Balier C (1994), L'inceste : un meurtre d’identité, Psychiatrie de l’enfant, XXXVII, no 2, p. 333-351
  84. Daligand L (1995), Le trauma de l’inceste, in Gabel (M .), Lebovici (S.), Mazet (Ph.)(dir), Le traumatisme de l’inceste, Paris, P.U.F., 254 p.
  85. Ciccone A et Ferrant A. (2009), Honte, Culpabilité et Traumatisme, Paris, Dunod, 249 p
  86. ASSEO (R.), 2005, Le traumatisme dans ses fonctions organisatrices et désorganisatrices, Monographies de la revue française de psychanalyse, Paris, P.U.F., p. 57-68.
  87. 2008, Malaise dans la séduction. Point de vue de la psychanalyse sur la séduction, la déviance, le crime, Activités scientifiques, Bulletin d’information du Quatrième Groupe, no 45, automne 2008, O.P.L.F., p. 55-61
  88. Balier C (1993), Viols et incestes. Auteurs et victimes, inFine (A.), Le Guen (A.), A.Oppenheimer (A.), Les troubles de la sexualité, Monographie de la Revue française de psychanalyse, p. 159-182.
  89. M. Salmona (2009), Conséquences des troubles psychotraumatiques et de leurs mécanismes neurobiologiques sur la prise en charge médicale et judiciaire des victimes de viols [1] [PDF]
  90. Ciccone A (1997), Répétition d’échecs et rencontre traumatique avec le handicap, dans la perspective de la transmission psychique, Dialogue, no 137, p. 25-30.
  91. Bailly (L.) (1996), Les catastrophes et leurs conséquences psychotraumatiques chez l’enfant, Paris, E.S.F., 135 p.
  92. Benzazon M et Chere A (1996), Réflexions à propos de la technique de travail avec les secrets de famille pathogènes, Groupal 2, p. 135-148
  93. Calamotte Eric Pierre (2011), L’informité du traumatisme. Plaidoyer pour une clinique et une topique dynamiques du traumatisme sexuel thèse en Sciences de l'éducation et psychologie, Département "Psychologie et Psychopathologie Clinique" ; Centre de Recherches en Psychopathologie et Psychologie Clinique à l'Université Lumière Lyon 2), soutenue le 28 juin 2011
  94. Koss M. No safe haven : male violence against women at home, at work, and in the community. 1er éd. Washington D.C.: American Psychological Association; 1994.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, « Le viol », Le Torchon brûle, no 4, juin 1972.
  • Raphaëlle Branche et Fabrice Virgili (dir.), Viols en temps de guerre, Paris, Payot, 2011 (ISBN 978-2-228-90703-3).
  • Émilie K., Viol, un crime particulier Témoignage d'une victime du viol jusqu'au procès et à la reconstruction, augmenté et commenté par le Médecin Légiste Dr Bernard Marc, Éditions Demos, 2012, 248 pages, (ISBN 2-36241-050-1) ;
  • Sidonie Matokot-Mianzenza, Viol des femmes dans les conflits armés et thérapies familiales : cas du Congo Brazzaville, L'Harmattan, 2003 (ISBN 2-7475-3690-4) ;
  • Catherine Morbois, Marie-France Casalis, L'Aide aux femmes victimes de viol, L'Esprit du Temps, 2002, 131 pages (ISBN 2-913062-92-X) ;
  • Randy Thorpe Hill, Craig T. Palmer, Histoire biologique du viol : comprendre pour mieux se défendre, Favre, 2002, dossiers et témoignages, 325 pages (ISBN 2-8289-0693-0) ;
  • Samira Bellil, Dans l'enfer des tournantes, Gallimard, coll. « Folio documents », 2003, 307 pages (ISBN 2-07-042990-3) ;
  • Georges Vigarello, Histoire du Viol, XVIe - XXe siècle, Seuil, coll. « Univers Historique », 1998, 287 pages (ISBN 2-02-026266-5) ;
  • Anne Poiret, L'ultime tabou. Femmes pédophiles, femmes incestueuses, Patrick Robin, 2006, 188 pages (ISBN 978-2-35228-000-2) ;
  • Gérard Lopez et Gina Piffaut-Filizzola, Le viol, Que sais-je ?, PUF, 1993, 127 pages ;
  • Twagiramariya C, Turshen M. “Faveurs à accorder” et “victimes consentantes” : les politiques de survie au Rwanda. In : Turshen M, Twagiramariya C, éditeurs. Ce que font les femmes en temps de guerre : Genre et conflit en Afrique. Paris : L’Harmattan 2001.p. 139-162 ;
  • K. Guenivet, Violences sexuelles - La nouvelle arme de guerre, Michalon, 2001, 206 pages ;
  • Véronique Cormon, psychologue, psychothérapeute, Journal international de victimologie : « Viols et métamorphoses » ;
  • Alixe Loane Vivre, enfin et ne plus survivre, récit-témoignage du combat d'une victime de viols incestueux, 112 pages, ISBN 2-912807-13-1, éditions guillemain (diffusion GE29), 2004.
  • Fabrice Virgili, « Histoire du viol », dans Michela Marzano (dir.), Dictionnaire de la violence, Paris, PUF, 2011.
  • Daniel Welzer-Lang, Lilian Mathieu, Michaël Faure, Sexualités et violences en prison, ces abus qu'ont dit sexuels. Observatoire international des prisons Aléas éditeur (1996) (ISBN 2-908016-78-8)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]