Doctrine Monroe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La doctrine de Monroe a caractérisé la politique étrangère des États-Unis durant le XIXe et le début du XXe siècle. Tirée du nom d'un président républicain des États-Unis, James Monroe, elle condamne toute intervention européenne dans les affaires « des Amériques » (tout le continent) comme celle des États-Unis dans les affaires européennes.

Le discours de Monroe[modifier | modifier le code]

Le 2 décembre 1823, lors de son septième message annuel au Congrès, le président américain républicain James Monroe prononce quelques phrases plus particulièrement destinées aux puissances européennes :

  • l'Amérique du Nord et du Sud ne sont plus ouvertes à la colonisation ;
  • toute intervention européenne dans les affaires du continent sera perçue comme une menace pour la sécurité et la paix ;
  • en contrepartie, les États-Unis n'interviendront jamais dans les affaires européennes.

Le journal American Rationalist écrit[1]:

«  In 1823, the Monroe Doctrine pronounced that the United States would no longer interfere with existing European colonies in the New World and proclaimed that European powers were to leave American colonies alone. Then the U.S. took Florida from the Spanish and forged westward disputing with Great Britain over Oregon’s border, taking Texas in 1837, and New Mexico, Arizona, and California in 1848. When the Spanish-American war broke out in 1898, America leveraged Manifest Destiny to annex Guam, Puerto Rico, and the Philippines. »

Le Corollaire Roosevelt[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, Theodore Roosevelt (1901-1909) prononce « le corollaire de la doctrine de Monroe ». Ce discours ne prône plus une neutralité absolue, en affirmant que le pays ne souffrirait pas que l'on s'oppose frontalement à ses intérêts. Il permet aussi de justifier les désirs d'expansion américaines vers les Philippines et Cuba. Ce corollaire a provoqué l'indignation des dirigeants européens, notamment l'Empereur allemand, Guillaume II.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • http://www.universalis.fr/encyclopedie/doctrine-de-monroe/
  • Sous la direction de Pierre Renouvin, Histoire des Relations Internationales, tome cinquième, Paris, Hachette, réed. 1994
  • Jean-Michel Lacroix, Histoire des États-Unis, Paris, PUF, 2006
  • Julien Claude, L'empire américain, Éd. Livre de poche, 1968
  • (it) Nico Perrone, Il manifesto dell'imperialismo americano nelle borse di Londra e Parigi, Belfagor (revue), 1977, III
  • (es) German A. de la Reza, El Congreso de Panamá de 1826 y otros ensayos de integración en el siglo XIX. Estudio y fuentes documentales anotadas, UAM-Eon, México, 2006 (ISBN 970-31-0656-0)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michael Paulkovich, "Manifest Genocide", The American Rationalist, 2012, LVIII, 6 (5-6).