Kana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kana (homonymie).
Écritures du japonais
Image illustrative de l'article Kana
kanji (漢字)
Lectures on’yomi (音読み) et kun’yomi (訓読み).
kana (仮名)

Emplois spécifiques :

rōmaji

Aide à l’affichage

Les kanas[1] (仮名, kana?, le mot kana devient souvent le suffixe -gana dans un mot composé) sont des caractères de l’écriture japonaise qui notent chacun une more (unité de rythme différente de la syllabe). Ils ne sont donc pas similaires aux lettres de l’alphabet latin qui, elles, notent théoriquement des phonèmes. Les kanas s’utilisent conjointement aux kanjis (les caractères d'origine chinoise). Ils permettent de noter phonétiquement la langue, ce qui n’est pas possible avec les kanjis.

Description[modifier | modifier le code]

Il existe deux types principaux de kana en japonais moderne :

Les kanas peuvent être utilisés pour aider à la lecture de kanji : on les appelle alors furigana.

Les kanas, bien que visuellement différents des kanjis (consulter l’article sur l’extension géographique et linguistique des sinogrammes pour un exemple en image), proviennent bien, comme le bopomofo, de simplifications du tracé de quelques sinogrammes appelés man'yōgana (simplifications qui n'ont rien à voir avec celle des caractères dits « simplifiés », qu’ils soient chinois ou japonais).

Ils ont conservé de cette origine une caractéristique importante : ils se tracent eux aussi dans un carré virtuel de format invariant (voir Composition d'un sinogramme pour plus de détails).

Tableau[modifier | modifier le code]

Chaque case contient à gauche l’hiragana (écriture syllabique cursive) et à droite le katakana (écriture syllabique « carrée », principalement pour les emprunts, transcriptions étrangères et toponymes), et au-dessus la romanisation rōmaji selon la méthode Hepburn. Pour connaître la prononciation, croiser la colonne de la voyelle avec la ligne de la consonne : par exemple, ka s'écrit [か] en hiragana.

Voyel­les
d’al­lon­ge­ment
No image.svg ‹-a› No image.svg ‹-i›   No image.svg ‹-u› No image.svg ‹-e› No image.svg ‹-o›
Voyel­les
ini­tia­les
a i   u / ‹w-› e o
No image.svg
Syl­la­bes
con­son­nan­ti­ques
No image.svg ka No image.svg ki kya kyu kyo No image.svg ku No image.svg ke No image.svg ko
きゃ キャ きゅ キュ きょ キョ
ga gi gya gyu gyo gu ge go
ぎゃ ギャ ぎゅ ギュ ぎょ ギョ
No image.svg
No image.svg sa No image.svg shi sha shu sho No image.svg su No image.svg se No image.svg so
しゃ シャ しゅ シュ しょ ショ
za zi ja ju jo zu ze zo
じゃ ジャ じゅ ジュ じょ ジョ
No image.svg
No image.svg ta No image.svg chi cha chu cho No image.svg tsu No image.svg te No image.svg to
ちゃ チャ ちゅ チュ ちょ チョ
da di ‹dya› ‹dyu› ‹dyo› du de do
〈ぢゃ〉 〈ヂャ〉 〈ぢゅ〉 〈ヂュ〉 〈ぢょ〉 〈ヂョ〉
No image.svg
No image.svg na No image.svg ni nya nyu nyo No image.svg nu No image.svg ne No image.svg no
にゃ ニャ にゅ ニュ にょ ニョ
No image.svg
No image.svg ha / a- No image.svg hi hya hyu hyo No image.svg fu No image.svg he / e- No image.svg ho / o-
ひゃ ヒャ ひゅ ヒュ ひょ ヒョ
ba bi bya byu byo bu be bo
びゃ ビャ びゅ ビュ びょ ビョ
pa pi pya pyu pyo pu pe po
ぴゃ ピャ ぴゅ ピュ ぴょ ピョ
No image.svg
No image.svg ma No image.svg mi mya myu myo No image.svg mu / ‹-n› No image.svg me No image.svg mo
みゃ ミャ みゅ ミュ みょ ミョ
No image.svg
No image.svg  »»» No image.svg * -ya -yu -yo No image.svg ««« No image.svg * No image.svg «««
ya yu yo
No image.svg
No image.svg ra No image.svg ri rya ryu ryo No image.svg ru No image.svg re No image.svg ro
りゃ リャ りゅ リュ りょ リョ
No image.svg
No image.svg wa No image.svg (wi)   No image.svg * No image.svg (we) No image.svg wo / o-
() () () ()
No image.svg
No image.svg   No image.svg   No image.svg -n No image.svg   No image.svg  
Autre représentation possible (simplifiée).

Notes :

  • Certaines combinaisons rares ou anciennes (hors de l’écriture de base la plus courante) sont marquées entre ‹chevrons› (et sur fond bleu pour les kanas correspondants) dans le tableau ci-dessus.
  • Le syllabaire comprend aussi certaines mores sous deux variantes : normale ou minuscule (les variantes normales sont toujours en attaque de syllabe ou constituent la syllabe entière ; les minuscules sont de même forme, seulement réduites en hauteur, et servent à allonger une autre syllabe d’attaque pour en former une autre plus complexe).
  • Les kanas entre parenthèses pour wi et we ne sont pratiquement plus utilisés aujourd’hui (ces combinaisons sont montrées dans le tableau ci-dessus sur fond rouge).
  • Certaines consonnes peuvent être modifiées avec un signe diacritique supplémentaire (commun aux hiragana et katakana) de voisement [゛] (dakuten) ou de dévoisement [゜] (handakuten), placé dans l’angle supérieur droit, pour former des consonnes supplémentaires ; ces combinaisons sont montrées dans le tableau ci-dessus (sur fond vert).
    • Les syllabes avec une consonne « mouillée » s’obtiennent avec un kana du deuxième groupe de colonnes (kana en -i, éventuellement modifiés par un diacritique) suivi d'un kana de la ligne en y- (normalement dans sa forme minuscule).
    • Les syllabes avec voyelles longues sont allongées en ajoutant après le kana de la syllabe d’attaque (avec la voyelle courte) le kana de la voyelle u (normalement dans sa version minuscule), sauf pour le kana de la voyelle initiale o qui est parfois redoublé (car son allongement moderne en ō traduit en fait un ancien ‹owo›).
    • Les autres diphtongues sont représentées en complétant le kana d’attaque, avec soit des voyelles 'katakana supplémentaires (dans leur variante minuscule), soit les syllabes en y- (ces dernières aussi en minuscule, comme montré dans le tableau ci-dessus dans les colonnes -ya, -yu, -yo) ou en ou w-.
Hiragana
k s t n h m y r w
a
i ()
u
e ()
o
Katakana
k s t n h m y r w
a
i ()
u
e ()
o
  • (*) Le japonais n’a pas de kana pour représenter les sons:
    • yi (remplacé le kanas pour les voyelles i et -i, la seconde en minuscule, principalement dans les emprunts hors du japonais),
    • ye (remplacé par les kanas pour les voyelles i et -e, la seconde en minuscule, principalement dans les emprunts hors du japonais) et
    • wu (remplacé par les kanas pour les voyelles u et -u, la seconde en minuscule, principalement dans les emprunts hors du japonais).
  • Les autres voyelles ou consonnes non japonaises sont normalement (le plus souvent) exprimées par une des lettres du syllabaire katakana.
  • Toutefois le syllabaire katakana contient en plus :
    • la syllabe supplémentaire [ヴ] (vu) non représentée en hiragana, qui s’écrit comme la voyelle u avec le diacritique de voisement [゛] (dakuten),
    • et les mores minuscules [ヵ] (-ka) et [ヶ] (-ke) elles aussi destinées à former des syllabes complexes après un autre kana'normal en -a (mais dont le a ne se prononce normalement pas).
  • Le kana -n est une ancienne syllabe mu et n’est employé qu’en finale d’un mot ; devenue une simple more (et non une syllabe complète), il prolonge la syllabe de base (qui peut être elle-même composée de plusieurs mores dont la more initiale dans le syllabaire normal).
  • Les syllabes ha, he et wo se transcrivent en rōmaji respectivement a, e et o (et non ō ou oo selon la méthode Hepburn, car ce dernier s’écrit en kana avec une syllabe en -o et la voyelle u, donc transcrite ou en wāpuro rōmaji standard.) quand elles sont employées en tant que particules clitiques, conformément à leur prononciation (et alors se détachent du mot dans la romanisation Hepburn, avec un trait d’union pour les distinguer de la voyelle initiale associée).

Codification[modifier | modifier le code]

Le code ISO 15924 des kanas est « Hrkt ». Ce code concerne les textes contenant uniquement des caractères hiragana ou katakana, mais pas les textes contenant d'autres caractères.

Les caractères des deux écritures syllabaires japonaises sont encodés séparément dans Unicode, puisqu’en dépit de leur similiture et leur utilisation dans la même langue, ils permettent distinguer certains mots, morphèmes ou usages qui en réalité ne se prononcent pas nécessairement de la même façon, les kanas dans une seule des deux écritures ne suffisant pas à les transcrire complètement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le mot kana est mentionné dans au moins deux dictionnaires usuels francophones et s'accorde donc comme tous les noms communs français.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Blocs de caractères Unicode pour les syllabaires japonais[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]