Corée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hangul, Hanja.png Cette page contient des caractères coréens. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Chorée.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corée (homonymie).
Corée
La Corée à l'échelle du monde.
La Corée à l'échelle du monde.
Localisation
Pays Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Coordonnées 38° 19′ 00″ N 127° 14′ 00″ E / 38.316667, 127.23333338° 19′ 00″ Nord 127° 14′ 00″ Est / 38.316667, 127.233333  
Mers Mer Jaune, Mer du Japon, Détroit de Corée
Géographie
Superficie 223 348 km2
Longueur 1 100 km
Largeur 150 km
Altitude 2 744 m

Géolocalisation sur la carte : Asie

(Voir situation sur carte : Asie)
Corée

La Corée est une péninsule et un pays d’Asie de l’Est de 223 348 km2 située entre le Japon, la Chine et la Russie. Elle est surnommée le Pays du Matin calme (litt. : le pays du Matin Frais : Han-guk (한국, ) ou Joseon (ou Chosǒn) (조선, ). La Corée peuplée de plus de 75 000 000 d’habitants presque exclusivement Coréens, est divisée en deux États depuis la fin des années 1940 :

Les relations entre les deux États sont très tendues, au point que cette mésentente débouche sur un conflit qui déchire la péninsule pendant trois ans, de 1950 à 1953.

Les deux Corées ont la même langue officielle, le coréen, supposée d’origine altaïque. Jusqu’au XVe siècle, la langue coréenne n’avait pas d’écriture propre et utilisait les sinogrammes chinois par les systèmes Idu et Hyangchal. Aujourd’hui, le coréen s’écrit avec l’alphabet hangeul.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de Coree.png

Topographie[modifier | modifier le code]

Le paysage se compose à 70 % de zones montagneuses partiellement couvertes de forêts à l’est et séparées par des vallées profondes et étroites. Dans l’ouest et le sud, on trouve des plaines côtières peuplées et cultivées. La chaîne principale est constituée par les monts T’aebaek, qui occupent le versant oriental de la péninsule. De plus, il existe également une cinquantaine de montagnes dépassant les 2 000 m d’altitude qui sont, pour la plupart situées, dans le Hamgyong au nord, dont le point culminant est le mont Paektu (2 744 m).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Yalou et le Tuman sont les deux fleuves les plus importants (790 km et 520 km respectivement), ils marquent la frontière avec la République populaire de Chine et la Russie. Tandis que le Han (514 km), qui traverse Séoul, et le Nakdong (506 km) assurent aussi bien les besoins en eau des villes que ceux de l’agriculture.

Littoral et îles[modifier | modifier le code]

Ses côtes sont très découpées, et on y compte plus de 3 000 îles dont la principale est Jeju-do (제주도), située à 85 km au sud de la péninsule.

Le cas des Rochers Liancourt (appelé aussi « Dokdo » ) est particulier : bien qu’ils soient administrés par la Corée du Sud depuis 1954, ils sont toujours revendiqués par le Japon.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat local est typique des façades orientales des continents, mais avec des nuances selon les zones. La côte sud a un climat subtropical humide et est touchée par le régime des moussons appelé localement le jangma, permettant notamment la culture du riz. En remontant vers le nord, le climat devient très vite continental avec des hivers de plus en plus rudes car plus influencé par la Sibérie. Les hivers sont relativement secs.

La péninsule reste exposée aux aléas climatiques : ainsi, les inondations en Corée du Nord ont causé, en août 2007, plus de 600 morts et disparus et touché plus d’un million de personnes[1], entraînant une demande d’aide internationale du gouvernement nord-coréen et des appels à dons d’ONG[2].

Culture et arts[modifier | modifier le code]

Dans les textes chinois antiques, la Corée est désignée sous le nom des « fleuves et des montagnes brodés dans la soie » (錦繡江山) et « la nation orientale du décorum » (東方禮儀之國). Pendant les VIIe et VIIIe siècles, la route de la soie a relié la Corée à l’Arabie. Dès 845, les commerçants arabes ont écrit, « au-delà de la Chine est une terre où l’or abonde et qui est appelée Silla. Les musulmans qui y sont allés ont été charmés par le pays et tendent à s’y installer et à abandonner toute idée de partir. »

.

Voir également : art coréen, céramique coréenne, arts martiaux coréens, trésors nationaux de Corée du Sud, trésors nationaux de Corée du Nord.

Administration[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Relations inter-Corées.
Drapeau proposé pour la Corée réunifiée.

La péninsule est aujourd’hui divisée, à peu près au 38e parallèle (휴전선, 休戰線) en deux États indépendants antagonistes :

De fortes tensions ont toujours existé entre les parties depuis la guerre froide, celles-ci trouvant son paroxysme durant la guerre de Corée de 1950 à 1953. Depuis, la zone tampon située le long de la frontière entre les deux États dite « zone démilitarisée » (DMZ) concentre le plus grand nombre de forces armées au monde. Le village de Panmunjeom, lieu de signature du cessez-le-feu de 1953, est l’endroit où se déroulent traditionnellement les négociations entre les deux Corée.

La déclaration conjointe Nord-Sud du 15 juin 2000 est la pierre angulaire des nouvelles relations qu’entretiennent les deux États, en vue d’une réunification de la péninsule.

Le 12 mars 2013, la Corée du Nord annonce qu'elle met fin aux accords de non agression avec la Corée du Sud et qu'elle coupait par la même occasion le téléphone rouge entre Pyongyang et Séoul.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la Corée.
  • En 2333 av. J.-C. : fondation mythique de la Corée par un homme nommé Dangun, fils de Hwanung et d’une ourse transformée en femme. Plus tard, Gaya apporte les éléments d’une civilisation de Chine (culture du riz, tissage et élevage des vers à soie) ; la Corée est alors appelée Go-Joseon.
  • Présence chinoise de 108 avant J.-C. à 313 après J.-C.
  • Les trois royaumes : Silla (신라), Baekje (백제) et Goguryeo (고구려) de 57 avant J.-C. à 668. Confédération de Gaya (가야).
  • Période Silla (신라) : la Corée est unifiée en un seul royaume, de 668 à 935.
  • Royaume de Balhae (발해) : (698-926)
  • Royaume de Goryeo (고려) (918-1392).
  • Invasion mongole en 1231.
  • Période Joseon (조선) (la dynastie fondée par le général Yi Seong-gye) (1392-1910).
  • Tentatives d’invasion japonaises en 1592 et 1597-98, repoussées par l’amiral Yi Sun-sin (이순신), héros national.
  • Défaite et vassalisation de la Corée aux Chinois mandchous en 1637, dynastie des Qing, la Corée est surnommée le Royaume ermite et les étrangers qui entrent sont interdits d’en sortir. C’est cette époque qui a été choisie pour la série Damo.
  • 1894 : Les paysans coréens sont très mécontents et réclament des réformes économiques et sociales, à cause de l’augmentation des impôts et de l’inflation du prix des biens de première nécessité. Ne pouvant gérer la crise, la Corée demande de l’aide à la Chine.
  • Fin août 1894 : La Corée signe une alliance militaire avec le Japon.
  • 1905 : La Corée devient protectorat japonais.
  • Annexion par le Japon en 1910.
Portrait d’une mère et de sa fille (entre 1910 et 1920)
  • 1945 : Libération et division du pays en deux zones, séparées par le 38e parallèle.
  • Guerre de Corée de 1950 à 1953 : le Nord, sous influence de l’Union soviétique cherche à annexer le Sud sous influence américaine.
  • 1953, fixation de la frontière entre les deux États.

Comme pont et point de passage entre la Chine et le Japon, depuis ses origines, la décolonisation de la Corée a été un échec où le Nord, se rapprochant de la République populaire de Chine a adopté une politique communiste basée sur le culte de la personne (Juche) et le Sud sous celle, de fait, des États-Unis par l’irruption de la guerre de Corée qui a rendu ces deux parties dépendantes de leur parrainage. Le Sud est en coopération compétitive économique avec le Japon pour s’affirmer. Le Nord s’affirme vis-à-vis du parrain chinois en se faisant plus communiste encore. L’Union soviétique et les États-Unis se sont affrontés par pays interposés, évitant un conflit direct qui, à l’époque aurait pu mener vers une escalade atomique (le limogeage de MacArthur en était une preuve). Très vite préoccupée par la situation en Europe, l’Union soviétique s’est désengagée du conflit, laissant la place à la République populaire de Chine.

Un accord de paix historique a été signé le 4 octobre 2007 entre les deux présidents, Roh Moo-hyun sud-coréen et Kim Jong-Il nord-coréen. Il met officiellement fin à la guerre de Corée, débutée en 1950. En effet, un simple armistice avait été signé en 1953[3]. Mais depuis peu, la Corée du Nord devenu le neuvième pays à posséder l'arme atomique, multiplie les "provocations", notamment avec les essais nucléaires et des bombardements délibérés du territoire sud-coréen, dont celui de Yeonpyeong le 23 novembre 2010 est l’incident le plus sérieux depuis la fin de la guerre en 1953. Pour certains analystes[4], par son attitude belliqueuse le régime de Pyongyang chercherait à maintenir sa population dans un semi-état de guerre permanent permettant de faire accepter à cette dernière les privations qu’elle subit, d’autant plus que la situation alimentaire de la Corée du Nord s’est aggravée de façon catastrophique ces dernières années, dont les menaces récurrentes de famine sont l’illustration[5]. Cependant, cette dictature adopte un comportement paradoxal. En effet, un mois avant le bombardement de Yeonpyeong, elle réclamait encore une aide humanitaire à sa voisine du sud qui ne lui avait jamais refusée jusqu’ici[6], attitude qui trahit néanmoins un affaiblissement significatif du régime communiste.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Corée.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Gi-Wook Shin/Michael Robinson (Ed.). Colonial modernity in Korea, Cambridge, Mass. [u.a.] : Harvard University, Asia Center; Distributed by Harvard Univ. Press 1999, (ISBN 978-0-674-14255-8)
  • Patrick Maurus, La Corée dans ses fables, Actes Sud.
  • Pascal Dayez-Burgeon, Les Coréens, Tallandier, 2011
  • Li Ogg, La Corée, des origines à nos jours, 1996
  • Li Ogg, Histoire de la Corée, 1969
  • Li Ogg, La mythologie coréenne et son expression artistique, 1995