Mitsubishi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mitsubishi

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de Mitsubishi

Création 13 mai 1870 (144 ans)
Fondateurs Iwasaki Yatarō
Personnages clés

Takashi Nishioka (PDG de Mitsubishi Motors)

Michio Kariya (PDG de Nikon) Nobuo Kuroyanagi (PDG de The Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ
Forme juridique Entreprises indépendantes partageant pour certaines la marque Mitsubishi[1]
Siège social Drapeau du Japon Tokyo (Japon)
Produits Conglomérat
Filiales Mitsubishi Motors, Nikon, The Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ,Mitsubishi Electric,Mitsubishi Corporation, Mitsubishi Heavy Industries, Mitsubishi Chemical Holdings, Mitsubishi atomic industry, Freecom,Verbatim, Mitsubishi Estate Co.
Site web www.mitsubishi.com
Chiffre d’affaires 1 815 milliards de yens (17,28 milliards d’euros) en 2013
Stable
Résultat net en augmentation 38 milliards de yens (362 millions d’euros) en 2013
+ 59% vs 2012
Siège de Mitsubishi dans le quartier Marunouchi, années 1920

Mitsubishi (三菱?) est un important conglomérat (keiretsu) japonais, composé de plus de 300 sociétés[1].

Fondation[modifier | modifier le code]

Créée en 1869 par Iwasaki Yatarō, elle est d'abord une entreprise de transport maritime exploitant des bateaux à vapeur. Le nom Mitsubishi, vient du pavillon des bateaux de la société, qui représente trois diamants (Mitsu- Trois et -bishi mâcre nageante, macle ou losange)[2].

C'est en 1873 que la compagnie prend le nom de Mitsubishi Shokai et commence à investir dans l'exploitation minière avec l'achat de la mine de cuivre de Yoshioka, de l'importante mine de charbon de Takashima en 1881, qui représentera 91,6 % des bénéfices totaux du groupe en 1885[3], et de la mine d'argent d'Ikuno en 1896. Sous l'impulsion de son fondateur, Mitsubishi deviendra un des zaibatsu les plus puissants du Japon.

À partir de la fin du XIXe siècle, la compagnie (qui gère à elle seule la moitié du trafic maritime japonais) entre dans une phase de diversification qui aboutira à la création de diverses entités dont[4] :

Pendant les guerres menées par le Japon en Asie l'entreprise, en symbiose avec l'armée japonaise, s'occupait du commerce entre le Japon, la Chine et le Manchoukouo, et en particulier de l'importation de l'opium persan, participant ainsi à l'intoxication massive du continent chinois[5].

Démilitarisation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Occupation du Japon.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Japon est occupé par les Américains. Le Général MacArthur gouverne le pays. Les États-Unis veulent éliminer les zaibatsu, les principaux groupes du complexe militaro-industriel japonais, tels Mitsubishi (qui avait produit, entre autres, les fameux chasseurs Zero). L'administration prononce donc la dissolution du groupe, avec interdiction de se reformer, le 30 septembre 1946. D'autres groupes, tel Sumitomo, subiront le même sort. Les différentes sociétés du groupe Mitsubishi ont interdiction de conserver des liens financiers, et leur emblème est même interdit. Ce dernier reviendra progressivement.

Officiellement, depuis cette époque, les sociétés n'ont plus qu'un seul lien : une ancienne maison, où se retrouvent régulièrement les présidents pour distribuer des subventions (autorisées) aux partis politiques et décider des filiales autorisées ou non à porter le nom et l'emblème Mitsubishi. Mais de fait, très lentement, on assiste, de ci, de là, à des regroupements, ou rapprochements.

Situation contemporaine[modifier | modifier le code]

Les sociétés Mitsubishi sont considérées comme traditionnelles, plutôt productrices de biens et services haut de gamme. Elles sont en général très attentives à leur image de marque. Beaucoup travaillent en grande partie pour les administrations.

Liste des entreprises Mitsubishi[modifier | modifier le code]

Mitsubishi T-2 et Mitsubishi F-1, les premiers avions de combat de conception japonaise construit après la seconde guerre mondiale.

Selon le site officiel, en août 2005:

  • Asahi Glass Co., Ltd.
  • Mitsubishi Fuso Truck & Bus Corp.
  • Mitsubishi Research Institute, Inc.
  • The Bank of Tokyo-Mitsubishi, Ltd.
  • Mitsubishi Gas Chemical Company, Inc.
  • Mitsubishi Shindoh Co., Ltd.
  • Kirin Brewery Co., Ltd.
  • Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
  • Mitsubishi Steel Mfg. Co., Ltd.
  • Meiji Yasuda Life Insurance Co.
  • Mitsubishi Kakoki Kaisha, Ltd.
  • The Mitsubishi Trust and Banking Corp.
  • Mitsubishi Aluminum Co., Ltd.
  • Mitsubishi Logistics Corp.
  • Nikon Corp.
  • Mitsubishi Cable Industries, Ltd.
  • Mitsubishi Materials Corp. Nippon Oil Corp.
  • Mitsubishi Chemical Corp.
  • Mitsubishi Motors Corp.
  • Nippon Yusen Kabushiki Kaisha
  • Mitsubishi Corporation
  • Mitsubishi Paper Mills, Ltd.
  • P.S. Mitsubishi Construction Co., Ltd.
  • Mitsubishi Electric Corp.
  • Mitsubishi Plastics, Inc.
  • Tokio Marine & Nichido Fire Insurance Co., Ltd.
  • Mitsubishi Estate Co., Ltd.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) About Mitsubishi - mitsubishi.com
  2. Les noms de marque et leur origine, Edito-Service SA, Genève, 1979
  3. http://books.google.fr/books?id=RMbjHG1za0UC&pg=PA59&lpg=PA59&dq=mine+de+Yoshioka+Takashima&source=bl&ots=x2Jd2wZ22e&sig=H3M2pqiZ-6YdBwqiybivOGoQw3Q&hl=fr&sa=X&ei=jKRHUbT_FseUtAbG8ICwCQ&ved=0CFgQ6AEwBg#v=onepage&q=mine%20de%20Yoshioka%20Takashima&f=false
  4. (en) Mitsubishi Public affairs Committee, Mitsubishi Profile, Japon, Mitsubishi Public Affairs Committee,‎ novembre 2009 (lire en ligne)
  5. Jean-Louis Margolin, L’armée de l’empereur : Violence et crimes du Japon en guerre 1937-1945, Armand Colin,‎ 2007 (ISBN 978-2-2002-6697-4), p. 377

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]