Rhodésie du Sud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rhodésie.

19° 01′ S 30° 01′ E / -19.017, 30.017 ()

Rhodésie du sud

Southern Rhodesia (en)

1923 – 1964
1979 – 1980

Drapeau Blason
Description de l'image  LocationZimbabwe.svg.
Informations générales
Statut Colonie autonome britannique
Capitale Salisbury
Langue Anglais
Monnaie Livre rhodésienne
Démographie
Population 6 930 000 hab. (est. 1978)
Superficie
Superficie 350 580 km²
Histoire et événements
1890 Administration du Matabeleland par la BSAC
1923 Colonie de Rhodésie du Sud
1953 Fédération de Rhodésie et du Nyassaland
31 décembre 1963 Scission de la fédération
11 novembre 1965 Déclaration d'indépendance
3 mars 1970 République de Rhodésie
1er juin 1979 Zimbabwe-Rhodésie
12 décembre 1979 Colonie britannique
17 avril 1980 Indépendance du Zimbabwe

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Cecil Rhodes (1853-1902)
Répartition géographique de la Rhodésie par groupe de population, distinguant les zones européennes, les zones tribales, les terres indigènes et les parcs nationaux (1965)
L'avenue Jameson à Salisbury dans les années 70

La Rhodésie du Sud, en forme longue colonie de Rhodésie du Sud (en anglais Southern Rhodesia), était une colonie autonome britannique, sans accès à la mer, située en Afrique australe, entourée par le protectorat britannique du Bechuanaland (actuel Botswana), par la Rhodésie du Nord (actuelle Zambie), par le Mozambique et par l'Afrique du Sud.

La capitale était Salisbury (actuelle Harare), la langue officielle était l'anglais et la monnaie locale était la Livre rhodésienne, remplacée par le dollar rhodésien après que la Rhodésie du Sud se fut auto-proclamée indépendante sous le nom de Rhodésie en novembre 1965. Sa population était très majoritairement noire (90-95 %) bien que le gouvernement de la colonie ait toujours été dominé par la minorité blanche d'origine britannique ou sud-africaine (5-10 % de la population totale).

Appelé officiellement Rhodésie du Sud en 1895 avant de devenir une colonie britannique en 1923, le pays fut intégré dans la fédération de Rhodésie et du Nyassaland (1953-1964). Après la proclamation de l'indépendance de la Rhodésie du Nord sous le nom de Zambie (1964) et la déclaration unilatérale d'indépendance de la Rhodésie du Sud en 1965 proclamée par la minorité blanche au pouvoir (Front rhodésien), le pays rompit ses derniers liens avec la Grande-Bretagne en 1970 pour devenir une république. Il prit le nom officiel de république de Rhodésie.

En décembre 1979, après avoir été provisoirement appelé Zimbabwe-Rhodésie avec pour la première fois un gouvernement à majorité noire, le pays repasse sous tutelle britannique et reprend son statut colonial et son nom de Rhodésie du Sud.

En avril 1980, le pays est rebaptisé Zimbabwe lors de la nouvelle proclamation d'indépendance du pays.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Quand les colons et salariés européens de la British South Africa Company (BSAC) s'établissent dans le bassin du Limpopo-Zambèze à partir de 1890, ces territoires sont alors connus sous les noms de Mashonaland, Matabeleland et Barotseland. Plusieurs noms sont proposés pour désigner ces territoires, notamment "Zambesia" (ou Zambézie en français), "Charterland" pu territoires de la BSAC. Le nom de Rhodésie (Rhodesia en anglais), utilisé à partir de 1892 par la plupart des premiers colons pour désigner les possessions de la BSAC en Afrique australe[n 1], est officialisé par la compagnie britannico-sud-africaine en mai 1895 et par le Royaume-Uni en 1898[2]. Le nom rend hommage à Cecil Rhodes, homme d'affaires britannique, premier ministre de la colonie du Cap, fondateur et administrateur de la BSAC (le nom faillit être celui de Cecilia, en l’honneur de la marquise de Salisbury).

Plus particulièrement, les territoires jusque là divisés en Zambézie du Nord et Zambézie du Sud en amont et en aval du fleuve Zambèze, sont baptisés Rhodésie du Nord (actuelle Zambie) en 1911 et Rhodésie du Sud en 1901.

En octobre 1964, au lendemain de l'indépendance de la Rhodésie du Nord sous le nom de Zambie, le gouvernement de Salisbury fait valoir auprès de la métropole britannique, qu'étant privé de Rhodésie du nord, la terminologie géographique de Rhodésie du Sud est devenue obsolète. Une loi adoptant le nom de Rhodésie pour désigner la colonie britannique est alors adoptée par le parlement de Salisbury mais non validée par le gouvernement du Royaume-Uni lequel estime que la dénomination d'une colonie britannique est de la seule prérogative de Whitehall et non de la colonie elle-même. Néanmoins, les autorités de Salisbury n'utilisent dès lors plus que la dénomination Rhodésie dans tous ses actes officiels[3]. Si la plupart des médias internationaux utilisent également dès lors la terminologie de Rhodésie pour parler de la Rhodésie du Sud, le gouvernement britannique continue à désigner le territoire sous ce dernier vocable, même après la déclaration unilatérale d'indépendance en 1965 et la proclamation de la République de Rhodésie en 1970.

En décembre 1979, quand le Zimbabwe-Rhodésie revient sous le giron du Royaume-Uni, la Rhodésie est de nouveau désigné officiellement comme Rhodésie du Sud par les autorités britanniques en charge du territoire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la Rhodésie du Sud.
  • XVIe siècle : Les Portugais explorent l'actuel Zimbabwe.
  • 1855 : Les chutes Victoria sont cartographiées par David Livingstone
  • 1890 : Lobengula cède à la BSAC de Cecil Rhodes des territoires dans le Matabeleland.
  • 1893 : Bataille de la Shangani
  • 1895 : Administration par la BSAC du territoire de Zambézie rebaptisé Rhodésie. Division administrative entre les territoires du nord du fleuve Zambèze baptisés Rhodésie du nord et ceux au sud, baptisés Rhodésie du sud.
  • 1896 : Révolte des Ndebeles puis des Shonas.
  • 1902 : Mort de Cecil Rhodes, enterré près de Bulawayo
  • 1923 : Fin de l'administration de la BSAC. La Rhodésie du sud devient une colonie britannique autonome alors que Londres conserve la mainmise sur l'administration de la Rhodésie du nord et le Nyassaland.
  • 1933 : Lord Malvern, 1er ministre de Rhodésie du sud
  • 1953-1964 : La Rhodésie du Sud intègre la Fédération de Rhodésie et du Nyassaland au côté de la Rhodésie du nord et du Nyassaland. Le territoire de Rhodésie du Sud conserve son gouvernement responsable.
  • 1964 : Indépendances de la Rhodésie du nord et du Nyassaland. La Rhodésie du Sud demeure la seule Rhodésie.
  • 1965 : Déclaration unilatérale d'indépendance de la Rhodésie du sud par le Gouvernement du Front rhodésien dirigé par Ian Smith.
  • 1966 : Début de la guérilla noire, divisée en deux mouvements, ZAPU (Ndebeles) et ZANU (Shonas)
  • 1968 : Début de l'imposition de sanctions internationales obligatoires contre la Rhodésie
  • 1970 : Proclamation de la République de Rhodésie
  • 1972 : Échec du plan anglo-rhodésien et début de la Guerre du Bush.
  • janvier 1973 : fermeture par la Rhodésie de sa frontière avec la Zambie, finalement rouverte un mois plus tard.
  • 11 décembre 1974 : Sous la pression du premier ministre sud-africain John Vorster, le premier ministre rhodésien Ian Smith annonce la libération de tous les prisonniers politiques emprisonnés pendant 10 ans au camp de restriction de Gonakudzingwa à la frontière entre la Rhodésie du Sud et le Mozambique, assuré selon lui de la fin des actes de terrorisme en Rhodésie et de l'organisation prochaine d’une conférence constitutionnelle avec des chefs nationalistes noirs modérés, mais les libérations de prisonniers furent assez rapidement ajournées en raison de nombreuses violations du cessez-le-feu.
  • 1975 :
  • 1976 :
    • septembre : Ralliement de Ian Smith au principe du gouvernement dirigé par la majorité noire, sous la pression de John Vorster et du secrétaire d'État américain Henry Kissinger.
    • octobre à décembre : Conférence de Genève entre le gouvernement de Ian Smith et des représentants des nationalistes africains.
  • 1977 :
    • mars : la chambre des représentants annule l’amendement Byrd et rétablit l’embargo sur le chrome et le nickel sud-rhodésien.
    • mai : Rencontre à Vienne (Autriche) entre John Vorster et le vice-président américain Walter Mondale qui aboutit à une impasse.
    • septembre : sans consulter son cabinet, Ian Smith se rend à Lusaka en Zambie pour rencontrer Kenneth Kaunda et tenter de l'amener à le soutenir dans sa démarche de règlement interne. C'est un échec.
    • octobre : une proposition conjointe anglo-américaine de règlement négocié, passablement compliqué, est rejetée par toutes les parties au conflit
    • 24 novembre : lors d’une réunion publique à Bulawayo, Ian Smith annonce son ralliement au principe du « one man, one vote ».
  • 1978 :
    • février : échec des négociations tentées à Malte par David Owen, le secrétaire britannique au Foreign Office, Cyrus Vance, le secrétaire d’état américain, et Andrew Young, l'ambassadeur américain aux Nations-Unies qui avaient tenté de convaincre les leaders du Front patriotique, Joshua Nkomo et Robert Mugabe d’accepter le plan anglo-américain de règlement négocié.
    • mars : Accords internes entre le gouvernement rhodésien et les mouvements nationalistes noirs modérés pour la mise en place d'une nouvelle assemblée et d'un gouvernement multiracial.
    • septembre : Un avion civil d'Air Rhodesia est abattu par la guérilla.
    • octobre : Ian Smith se rend aux États-Unis à l'invitation de 27 sénateurs conservateurs ; la tournée de Smith fut plutôt fructueuse. S’il ne rencontra officiellement aucun membre de l’administration en place, ses entretiens avec d’importantes personnalités républicaines, Ronald Reagan, l'ancien président Gerald Ford, l'ancien vice-président Nelson Rockefeller, l’ancien secrétaire d’état Henry Kissinger et l’ancien gouverneur démocrate du Texas puis secrétaire républicain au Trésor, John Connally furent considérés comme une reconnaissance de facto de son gouvernement.
  • 1979 :
    • février : Second avion d'Air Rhodesia abattu par la guérilla.
    • avril : Premières élections multiraciales remportées par l'UANC de Muzorewa
    • juin : Abel Muzorewa devient premier ministre de la république de Zimbabwe-Rhodésie.
    • septembre : début des négociations tripartites entre Londres, Salisbury et le Front patriotique de Robert Mugabe et Joshua Nkomo.
    • 12 décembre : La Rhodésie du Sud redevient une colonie du Royaume-Uni.
    • 21 décembre : Accords de Lancaster House préparant l'indépendance du Zimbabwe.
  • 1980 :

Jours fériés[modifier | modifier le code]

Vendredi Saint

Lundi de Pâques

Jour de l'An

Whit Monday - 1er lundi de juin

Rhodes Day - 1er lundi de juillet

Founders Day - 1er mardi de juillet

Pioneer Day - 12 septembre

Republic Day - 24 octobre

Independence Day - 11 novembre

Noël - 25 décembre

Boxing Day - 26 décembre

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

blason de Rhodésie (1968-1979)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les premiers usages connus de ce nom en référence au pays se trouvent dans les titres des journaux Rhodesia Chronicle et Rhodesia Herald publiés pour la première fois respectivement à Tuli et Fort Salisbury en mai et octobre 1892[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Brelsford 1954.
  2. Galbraith 1974, p. 308-309.
  3. Claire Palley, The Constitutional History and Law of Southern Rhodesia 1888–1965, with Special Reference to Imperial Control, Clarendon Press, 1966, pages 742–743

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • W. V. Brelsford, « First Records-No. 6. The Name 'Rhodesia' », The Northern Rhodesia Journal, Lusaka, Northern Rhodesia Society, vol. II, no 4,‎ 1954, p. 101-102 (lire en ligne)
  • W. V. Brelsford, Handbook to the Federation of Rhodesia and Nyasaland, Londres, Cassell,‎ 1960 (OCLC 445677)
  • John S. Galbraith, Crown and Charter: The Early Years of the British South Africa Company, Berkeley, Californie, University of California Press,‎ 1974 (ISBN 0-520-02693-4)
  • George Lory : Afrique australe, Autrement no 45, 1990, 265p

Liens externes[modifier | modifier le code]

Documents multimédias[modifier | modifier le code]