Offensive de Belgrade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Offensive de Belgrade
Théâtre des opérations lors de l'offensive.
Théâtre des opérations lors de l'offensive.
Informations générales
Date 14 septembre - 24 novembre 1944
Lieu Belgrade (Yougoslavie)
Issue Victoire des Alliés
Belligérants
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Partisans
Drapeau de la Bulgarie Royaume de Bulgarie
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Commandants
Flag of the Soviet Union (1923-1955).svg Fiodor Tolboukhine
Flag of the Soviet Union (1923-1955).svg Vladimir Zhdanov
Flag of the Democratic Federal Yugoslavia.svg Savo Drljević
Flag of the Democratic Federal Yugoslavia.svg Peko Dapčević
Flag of the Democratic Federal Yugoslavia.svg Danilo Lekić
Drapeau de la Bulgarie Vladimir Stoychev
Flag of German Reich (1935–1945).svg Maximilian von Weichs
Flag of German Reich (1935–1945).svg Wilhelm Schneckenburger
Flag of German Reich (1935–1945).svg Hans Felber
Flag of German Reich (1935–1945).svg Alexander Löhr
Forces en présence
580 000 hommes
3 640 pièces d'artillerie
520 chars
1 420 avions
80 navires
150 000 hommes
2 100 pièces d'artillerie
125 chars
350 avions
70 navires
Pertes
Flag of the Soviet Union (1923-1955).svg 4 350 tués ou disparus
14 488 blessés[1]
inconnues
Campagne des Balkans,
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Campagne des Balkans

Bataille d'Albanie · Guerre italo-grecque · Invasion de la Yougoslavie · Opération Châtiment · Bataille de Grèce · Opération Abstention · Bataille de Crète · Campagne de Yougoslavie · Opérations anti-partisans en Croatie · Massacre de Domenikon · Campagne du Dodécanèse (Bataille de Kos · Bataille de Leros) · Massacre de Distomo · Offensive de Belgrade · Bataille de Poljana


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Front d'Europe de l'ouest


Front d'Europe de l'est


Bataille de l'Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise

L’offensive de Belgrade (en serbo-croate : Beogradska ofenziva/ofanziva, Београдска офензива/офанзива; en russe : Белградская стратегическая наступательная операция, Belgradskaya strategicheskaya nastupatel'naya operatsiya) est une opération militaire menée par l'Armée rouge et les Partisans de Yougoslavie du 14 septembre au 24 novembre 1944 qui aboutit à la libération de Belgrade, jusque là alors tenue par les troupes de la Wehrmacht lors de la Seconde Guerre mondiale. Une fois Belgrade libérée, le 3e front ukrainien est redéployé en Hongrie afin de soutenir le 2e front ukrainien dans le cadre des préparatifs de l'offensive sur Budapest.

Déroulement de l'offensive[modifier | modifier le code]

Chars soviétiques T-34 dans les rues de Belgrade (octobre 1944).

Le 14 septembre 1944, après le succès des contre-offensives soviétiques en Roumanie et en Bulgarie, le 1er Groupe d'Armée de partisans yougoslaves, le 3e front ukrainien (y compris la 2e armée bulgare nouvellement formée en septembre-octobre 1944 après la déclaration de guerre de la Bulgarie à l'Allemagne) et des éléments du 2e Front ukrainien attaquent les positions du Groupe d'armées E (Korpsgruppe « Schneckenburger » et « Stern »), qui comprenait également des Tchetniks et la Garde nationale serbe près de Belgrade. L'objectif principal était de détruire les forces de l'armée allemande dans les régions de Suva Planina et de Velika Morava afin de lancer un assaut sur Belgrade. Par ailleurs, l'offensive consistait à couper la retraite des forces allemandes d'Albanie et de Grèce, en coupant notamment le chemin de fer Salonique-Belgrade afin d'empêcher le Groupe d'Armées E de renforcer les troupes allemandes en Hongrie.

L'assaut sur Belgrade proprement dit débute le 14 octobre. Appuyés par un important soutien aérien, les Soviétiques et Yougoslaves pénètrent dans la ville. Le 20, les Allemands sont encerclés entre Belgrade et Smederevo. Le 24 novembre, Belgrade et ses alentours est déclarée sécurisée après d'âpres combats sur la Tisza (Danube) et pour le contrôle de Pančevo et de Kraljevo près de Belgrade. L'offensive stratégique sur Budapest pouvait commencer. Une médaille « Pour la libération de Belgrade » est créée par décret par le Præsidium du Soviet suprême le 19 juin 1945.

Conséquences : le front de Syrmie[modifier | modifier le code]

Le Front de l'Est en avril 1945 avec le front de Syrmie au sud-est.

Les Allemands battent en retraite en Bosnie, en Macédoine, en Croatie, au Kosovo et en Slovénie. La campagne de Yougoslavie était à sa fin. C'est le front de Syrmie (en serbo-croate : Srijemski front, Сремски фронт). Les Allemands établissent une ligne de défense reposant sur des fortifications sur la Syrmie et dans l'est de la Slavonie. Avec l'aide de leurs alliés soviétiques et bulgares, les Partisans yougoslaves (comprenant par ailleurs des partisans italiens) mènent une campagne d'hiver difficile sur le front (13 000 partisans, 1 100 Soviétiques et 630 soldats bulgares tués pour 30 000 Allemands tués) avant de le percer le 12 avril 1945, marquant la fin de la libération de la Yougoslavie. Selon l'historien serbe Srđan Cvetković, les Partisans firent monter au front durant cette campagne les collaborateurs et les ennemis du peuple au lieu de les exécuter dans le cadre des purges communistes en Serbie de 1944-1945.

Les 14 mai et 15 mai 1945, alors que l'Allemagne a déjà capitulé depuis une semaine, des troupes de Tito coupent la retraite d'une colonne de soldats allemands et de collaborateurs : la bataille de Poljana, remportée par les Partisans, est le dernier combat de la Seconde Guerre mondiale en Europe.

Commémoration de la libération[modifier | modifier le code]

Médaille Pour la Libération de Belgrade, décernée à environ 70 000 Soviétiques et personnels alliés ayant pris part à la libération de la ville.
Le président russe Dmitri Medvedev avec des vétérans yougoslaves lors du 64e anniversaire de la libération de Belgrade (20 octobre 2009).

La libération de Belgrade est célébrée chaque année. Le 68e anniversaire de la libération a eu lieu le 20 octobre 2013.

Ordre de bataille[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. When Titans Clashed: How the Red Army Stopped Hitler, Glantz, p.299

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) David M. Glantz et Jonathan House, When Titans Clashed: How the Red Army Stopped Hitler. Lawrence, Kansas: University Press of Kansas. (ISBN 0700608990).
  • (en) Albert Seaton, The fall of Fortress Europe 1943-1945, B.T.Batsford Ltd., London, 1981. (ISBN 0713419687)
  • (en) Boro Mitrovski, Venceslav Glišić et Tomo Ristovski, The Bulgarian Army in Yugoslavia 1941-1945, Belgrade, Medunarodna Politika, 1971.
  • (en) Samuel W. Mitcham, The German Defeat in the East, 1944-45. Stackpole Books. (ISBN 978-08-117-3371-7).
  • (en) Earl F. Ziemke, Stalingrad to Berlin: The German Defeat in the East. Government Printing Office. (ISBN 978-01-600-1962-3).

Liens externes[modifier | modifier le code]