Yō-ga (peinture)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paravent avec cavaliers (vers 1600), détail
Takahashi : Corbeille de fleurs, 1879
Harada : « Le vieux cordonnier »
Kuroda : « Maiko », 1894
Kishida : « Ginza » (une rue de Tōkyō), 1911

Le yō-ga (洋画?) désigne la peinture japonaise de style occidental qui apparaît après la restauration de Meiji en 1868.

Cette nouvelle école s'oppose à la peinture de style japonais nihonga. La séparation, introduite à l'ère Meiji, entre le genre yō-ga et le genre nihonga avec chacun son répertoire différent de l'autre, subsiste encore de nos jours.

Usage du terme[modifier | modifier le code]

Le yō-ga, au sens large, comprend la peinture à l'huile, l'aquarelle, le pastel, les esquisses à la plume, la lithographie, l'eau-forte et les autres technique développées dans la culture occidentale. Dans un sens plus restreint cependant, le yō-ga renvoie souvent plus spécifiquement à la peinture à l'huile.

Périodes antérieures de l'art occidental[modifier | modifier le code]

Sous l'égide des Jésuites arrivés au Japon après 1547 à la fin de l'époque de Muromachi, apparaissent des images chrétiennes de style occidental ainsi que des paravents représentant des scènes de cour profanes. Cette période se termine avec la fermeture du pays mais un certain nombre d'images de cette époque est conservé en secret.

Une deuxième vague d'étude de l'art occidental commence après 1720 lorsque l'utilisation des livres occidentaux (sauf ceux ayant un contenu chrétien) est de nouveau autorisée. Certains peintres, comme Maruyama Ōkyo par exemple, reprennent des éléments de la peinture occidentale comme l'usage des ombres ou expérimentent la perspective centrale, mais ils restent profondément japonais. D'autres peintres s'aventurent plus avant et produisent dans les styles qu'il est convenu d'appeler « yōfuga » ou « ranga », styles très imprégnés de réalisme européen. L'un des premiers de ces peintres est Hiraga Gennai, dont seulement une peinture à l'huile nous est parvenue, mais qui introduit l'art occidental au domaine d'Akita. Les peintures issues de ce domaine sont connues sous le nom akita ranga. À côté de Satake Yoshiatsu (1748–1785), le prince d'Akita, il convient de nommer Odano Naotake (1749–1780) qui plus tard illustre la première traduction d'un manuel médical. Shiba Kōkan (1747–1818) et Aōdō Enzen (1748–1822)[1] font partie de cette génération d'artistes. Sans oublier Kawahara Keiga (1786–?), peintre et dessinateur auprès de Franz von Siebold à Nagasaki.

En 1861, l'Anglais Charles Wirgman (1832-1891), journaliste et illustrateur de bande dessinée, arrive au Japon. Outre son activité principale, il enseigne également la technique de la peinture à l'huile à des élèves tels que Takahashi Yuichi (1828–1894), Kobayashi Korechika et Goseda Yoshimatsu (1855–1915). Goseda poursuit sa formation à Paris et devient le premier peintre japonais admis à exposer au salon de Paris.

Ère Meiji[modifier | modifier le code]

Après la restauration Meiji de 1868, une vague de modernisation traverse toute la société japonaise, y compris les arts en général et la peinture en particulier. C'est d'abord le ministère de l'industrie (« Kōbu-shō ») responsable des arts visuels considérés alors comme un artisanat, qui se saisit de la question et fonde en 1876 une école d'art appelée « Kōbu bijutsu gakkō ». Celle-ci base son enseignement sur l'art italien et nomme le peintre Antonio Fontanesi (1818–1882), le sculpteur Vincenzo Ragusa (1841–1927) et plus tard l'architecte Giovanni Vincenzo Cappelletti (1847–1887) professeurs. Fontanesi enseigne la peinture en plein air telle que la pratique l'école de Barbizon. Son élève le plus connu est Asai Chū (1856–1907). Au début de 1883 l'école est fermée, probablement par manque d'argent.

En 1887, après une interruption de quatre ans, sur l'insistance d'Okakura Kakuzō et d'Ernest Fenollosa, le ministère de la culture créé l'école supérieure d'art de Tōkyō (Tōkyō Bijutsu Gakkō) qui durera jusqu'en 1949[2]. Le premier directeur de l’École des Arts est Hamao Arata (1849-1925) à qui succède Okajkura en 1890. Tandis que la peinture de style japonais nihon ga est d'abord le principal centre d'intérêt, la création en 1896 d'un département de peinture de style occidental appelée « yō-ga » est à l'origine de tensions qui amènent Okakura à démissionner de son poste de directeur en 1898 et à fonder avec ses partisans un groupe appelé Nihon Bijutsuin.

Pour les peintres du style yō-ga, la France est à présent la première destination à l'étranger mais l'Allemagne ainsi que l'Italie reçoivent la visite de ces peintres japonais qui viennent s'y former ou perfectionner leur apprentissage. Hōsui Yamamoto (1850–1906) et Seiki Kuroda (1866–1924) font partie de ceux qui ont choisi Paris tandis qu'Harada Naojirō (1863–1899), ami de Mori Ōgai résident en Allemagne. Après avoir terminé ses études à Munich, Harada retourne au Japon où il fonde une école d'art privée, mais il meurt prématurément. Son tableau, peint en Allemagne, d'un cordonnier reste célèbre au Japon. Après son retour, Yamamoto fonde une école de peinture que fréquente entre autres Fujishima Takeji (1867–1942), qui devient plus tard professeur à l'école d'art de Tōkyō.

Postérité[modifier | modifier le code]

La génération suivante de peintres, déjà entièrement formés au Japon, comprend notamment Kumagai Morikazu (1880–1977), Aoki Shigeru (1882–1911), Yumeji Takehisa (1884–1934), Fujita Tsuguharu (1884–1968), Tetsugorō Yorozu (1885–1927), Narashige Koide (1887–1931), Sōtarō Yasui (1888–1955), Umehara Ryūsaburō (1888–1955), Kishida Ryūsei (1891–1929) et Koga Harue (1895–1931).

Depuis cette époque, le yō-ga et le nihon-ga sont les deux principaux genres de la peinture moderne au Japon. Cette division se retrouve dans l'éducation et les expositions ainsi que par l'identification des peintres eux-mêmes à un genre ou à un autre. Mais dans de nombreux cas cependant, les artistes nihon-ga ont aussi adopté les techniques réalistes de la peinture occidentales, telles que la perspectives et l'ombrage. À cause de cette tendance à la synthèse, bien que le nihon-ga forme une catégorie distincte au sein des expositions annuelles (nitten) organisées par l'Académie japonaise d'art, il est devenu de plus en plus difficile ces dernières années d'établir une séparation nette entre les techniques et les matériaux des genre yō-ga et nihon-ga.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Meiji no toō gaka (Maler, die in der Meiji-Zeit nach Europa gingen). In: Nihon no bijutsu. 350/1995.
  • Michiaki Kawakita: Modern Currents in Japanese Art. Band 24 des Heibonsha Survey of Japanese Art. 1974, (ISBN 0-8348-1028-X).
  • Keene, Donald. Dawn to the West. Columbia University Press; (1998). (ISBN 0-231-11435-4)
  • Mason, Penelope. History of Japanese Art . Prentice Hall (2005). (ISBN 0-13-117602-1)
  • Sadao, Tsuneko. Discovering the Arts of Japan: A Historical Overview. Kodansha International (2003). (ISBN 4-7700-2939-X)
  • Schaarschmidt Richte. Japanese Modern Art Painting From 1910 . Edition Stemmle. (ISBN 3-908161-85-1)
  • Weisenfeld, Gennifer. MAVO: Japanese Artists and the Avant-Garde, 1905-1931. University of California Press (2001). (ISBN 0-520-22338-1)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Uki-e - « images flottantes », estampes sur bois utilisant la perspective linéaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aōdō créé son nom d'artiste de A = Asie, Ō = Europe et Dō = Salle, Atelier.
  2. L'école se perpétue depuis son regroupement avec l'école supérieure de musique sous le nom Tōkyō Geijutsu Daigaku, abrégé en « Geidai »