Ère Meiji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ère Meiji (明治時代?)

Empire du Japon (大日本帝國?)

18681912

Description de cette image, également commentée ci-après

Rue de Tokyo, 1905

Informations générales
Statut Monarchie absolue de droit divin (1868-1888)
Monarchie constitutionnelle de droit divin (1889-1947)
Empereur
3 février 1867 - 30 juillet 1912 Meiji

Entités précédentes :

Entités suivantes :

L'ère Meiji (明治時代, meijijidai?) est la période historique du Japon entre 1868 et 1912. Initiée par la restauration de Meiji, elle est comprise entre l'ère Keiō (fin de l'époque Edo) et l'ère Taishō. Cette période symbolise la fin de la politique d'isolement volontaire appelée Sakoku et le début de politique de modernisation du Japon.

Le Japon de l’ère Meiji était en perpétuel état de crise, il recherchait un certain équilibre intérieur difficile à acquérir face à la complexité du monde extérieur et avait la nostalgie du temps passé, mais son désir de changement le pousse à se révolter contre son passé. Ce fut une lutte épique qu’il livra pendant des années de bouleversement social, politique et culturel. Il tira parti de cette « lutte » en rêvant et réalisant de grandes entreprises, des avancées dans les domaines de l’industrie, de l’économie, de l’agriculture et en matière d’échanges commerciaux.

Origine du terme Meiji[modifier | modifier le code]

L'empereur Mutsuhito (睦仁?) a pris pour l'occasion le nom posthume de Meiji (明治?) qui signifie « gouvernement éclairé » (composé de lumière/clarté (, mei?) et gouvernement (, ji?)).

Historique[modifier | modifier le code]

Restauration de l'empereur[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Sakoku, Bakumatsu et Restauration de Meiji.

Avant l'ère Meiji, le Japon était un pays fermé. Entrer ou revenir dans l'archipel, sans autorisation expresse, était puni de mort immédiate, ceci était valable autant pour les Japonais que pour tout étranger. Mis à part certains voyages très officiels vers la Corée et la Chine, les seuls contacts avec l’extérieur se faisaient à Nagasaki. Cet isolationnisme appelé « Sakoku » a coïncidé avec 250 ans de paix intérieure, de relative prospérité économique et a permis d’affiner et de perfectionner les arts. Mais le système féodal rigide de classe sclérosa lentement les Han et plus particulièrement l'administration Tokugawa.

L’empereur était le représentant spirituel, « descendant » de la déesse du soleil, Amaterasu. Le pouvoir réel était détenu par le shogun. La famille Tokugawa, depuis le shogun Iemitsu Tokugawa a fourni tous les shoguns du sakoku. L’empereur « régnait » depuis son palais de Kyoto (qui existe toujours aujourd'hui), tandis que le Shogun dirigeait le pays depuis Edo, aujourd’hui Tokyo (500 km séparent les deux villes).

En 1853 le commodore Perry, fut envoyé par le gouvernement des États-Unis d'Amérique et porta une lettre du président Millard Fillmore avec, pour mission, l'ouverture des routes commerciales. Il amène alors l'escadron des Navires noirs au large d'Uraga dans la baie de Tokyo. Devant le refus par le shogun d'ouvrir les ports de la ville, le commodore menace de bombarder la ville, à l'aide des canons embarqués sur son navire.

Le pays fut ensuite soumis à la pression d'ouverture par d’autres puissances étrangères. Devant la menace réelle de la technologie militaire occidentale, le Bakufu céda devant les exigences américaines et signa les Traités inégaux de la Convention de Kanagawa, puis du Traité d'amitié anglo-japonais en 1854. La période qui suit est marquée par des rébellions Anticolonialistes, des assassinats politiques et, de façon générale, d'une perte de confiance dans le régime shogunal.

En novembre 1867, le 15e shogun Tokugawa régnant, Yoshinobu Tokugawa, abdiqua volontairement, en refusant de nommer un successeur, déclarant que son devoir était de laisser le pays s’ouvrir pour permettre son évolution. De plus, la mort de l'empereur Kōmei en janvier de la même année, donna l'occasion au jeune prince Mutsuhito, devenu le successeur de son père, d'abattre définitivement les partisans du shogunat (Guerre de Boshin) et devenir ainsi le représentant de cette Réforme. Cette Restauration a donc été inspirée « par le haut » et n’était ainsi pas due à une révolution populaire. Après son accession au trône, l'une des premières décisions symboliques du jeune souverain fut le transfert officiel de la capitale impériale du Heian-kyō (Kyōto) à l'ancienne résidence des shoguns (qui est encore aujourd'hui le Palais impérial), à Edo, ville qui fut aussitôt rebaptisée « Tokyo », c'est-à-dire la « Capitale de l'est ».

C'est ainsi que l’ère Meiji commença officiellement le 23 octobre 1868, permettant ainsi l’entrée organisée et volontaire du Japon dans l’ère industrielle – quoique parfois soumis aux pressions étrangères - et donc l'abandon d’un régime essentiellement féodal. Il s'agissait pour le Japon de se moderniser au plus vite, afin de traiter d'égal à égal avec les Occidentaux pour éviter de tomber sous leurs dominations (comme ce fut le cas pour la Chine durant la même période avec les « traités inégaux »). C'est pourquoi l'archipel fut l'une des rares contrées d'Asie à n’avoir jamais été « colonisée » par aucun autre pays. Bien au contraire, l'Empire japonais deviendra à son tour, quelques années plus tard, une « puissance coloniale » importante : la première guerre sino-japonaise en 1894-1895, permettra à l'Empire du Soleil Levant (par le traité de Shimonoseki) de mettre la main sur Taïwan, l'archipel des Pescadores et la presqu'île du Liaodong, ainsi que de placer la Corée sous sa sphère d'influence (signature d'un traité d'alliance militaire).

La première réforme a été la promulgation de la Charte du serment en 1868, un exposé général des objectifs des dirigeants Meiji pour remonter le moral du pays et gagner un soutien financier pour le nouveau gouvernement.

  • Mise en place d'assemblées délibérantes
  • La participation de toutes les classes dans les affaires politiques
  • L'abrogation des lois somptuaires et des restrictions de classe sur l'emploi
  • Remplacement des «mauvaises coutumes du passé» avec les «justes lois de la nature»
  • La recherche de la connaissance internationale afin de renforcer les fondements de la domination impériale

La fin de la domination politique exclusive du Bakufu était implicite dans la Charte, ainsi qu'un mouvement vers la participation démocratique. Pour la mettre en œuvre, une constitution en 1889 avec onze articles a été élaborée. En plus de fournir un nouveau Conseil d'État, les organes législatifs et les systèmes de rangs pour les nobles et les fonctionnaires, elle a limité la tenure de bureau à quatre ans, a permis le scrutin public, un nouveau système de taxation et a ordonné de nouvelles règles administratives locales.

Tukioka Yositoshi, Kagosima boto syutuzinzu (Guerre japonaise à Kagoshima), ukiyo-e représentant une scène de la rébellion de Satsuma, 1879

Autre réforme importante, l’abolition de la classe guerrière des samouraïs. Les hans ont été remplacés par les préfectures en 1871. Un certain nombre de samouraïs prirent alors le parti d'abandonner volontairement le métier des armes pour se reconvertir dans le monde des affaires. Beaucoup furent ainsi placés à la tête d'entreprises créées par le pouvoir impérial, devenant donc des acteurs importants dans les débuts de l'industrialisation du pays. D'autres se mirent au service de l'État en entrant soit en politique (les premiers Premiers ministres sont quasiment tous issus de cette ancienne classe guerrière), soit en participant à la création de l'Armée impériale japonaise qui fut confiée à des officiers instructeurs britanniques, français et allemands.

Mais cette réforme radicale ne fut pas acceptée par tous et provoqua en 1877 une révolte : la rébellion de Satsuma menée par l'un des fondateurs de la nouvelle ère, Takamori Saigō, et qui fut aussi alimentée par des réflexes xénophobes et conservateurs de la société japonaise d'alors. Celle-ci sera rapidement matée au bout de six mois par les forces impériales.

Politique[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Gouvernement de Meiji et Oligarchie de Meiji.

Les fonctionnaires des anciens clans vainqueurs contre le Bakufu des domaines de Satsuma, Chōshū, Tosa et Hizen prennent place dans les ministères, et ceci pour des décennies à venir. Le "triumvirat" de l'alliance Satcho, Ōkubo Toshimichi, Saigō et Kido Takayoshi détient des postes clés autour du jeune empereur.

L'un des principaux partisans du gouvernement représentatif était Itagaki Taisuke (1837-1919), un leader puissant de Tosa qui avait démissionné du Conseil d'État après l'affaire coréenne en 1873. Itagaki a cherché pacifiquement les moyens de se faire entendre au sein du gouvernement. Il a commencé une école et un mouvement visant à établir une monarchie constitutionnelle et une assemblée législative. Itagaki et d'autres ont écrit le Mémorial de Tosa, en 1874, critiquant le pouvoir illimité de l'oligarchie en place et appelant à la création immédiate d'un gouvernement représentatif.

Entre 1871 et 1873, une série de lois foncières et fiscales ont été adoptées comme base pour la politique fiscale moderne. La propriété privée a été légalisée, les actes ont été publiés et les terres ont été évaluées à la juste valeur marchande des impôts payés en espèces, plutôt qu'en nature comme à l'époque féodale, et à des taux légèrement inférieurs.

En 1873, le Japon bascule du calendrier luno-solaire chinois au calendrier grégorien[1]. Les dates des fêtes chinoises lunaires, comme la Tango (端午) passent également du calendrier chinois au calendrier solaire.

Insatisfait du rythme de la réforme, après avoir rejoint le Conseil d'État en 1875, Itagaki organisa ses disciples et les autres promoteurs de la démocratie dans le pays Aikokusha pour inciter la création d'un gouvernement représentatif en 1878. En 1881, il fonde l'Jiyuto (Parti libéral), influencé par les doctrines politiques françaises.

Shigenobu Okuma en 1882 établit le Kaishintō, parti inspiré à l'exemple d'une démocratie constitutionnelle de type britannique. En réponse les bureaucrates du gouvernement, les élus locaux et d'autres conservateurs établissent le Teiseitō, un parti pro-gouvernemental. De nombreuses manifestations politiques suivirent, certaines d'entre elles violentes, entraînant des restrictions supplémentaires des gouvernements. Ces restrictions entravent les partis politiques et conduisent à des divisions en leur sein. Le Jiyuto, qui s'était opposé au Kaishinto, fut dissous en 1884 et Okuma démissionna en tant que président du Kaishinto.

Les chefs de gouvernement, longtemps préoccupés par les menaces violentes à la stabilité et la scission du leadership après l'affaire de Corée, sont généralement convaincus que le gouvernement constitutionnel devrait un jour être mis en place. Le chef de file Chōshū, Kido Takayoshi, favorisa une forme de gouvernement constitutionnel dès 1874 et plusieurs propositions de garanties constitutionnelles furent rédigées. Cependant, tout en reconnaissant les réalités des pressions politiques, l'oligarchie était déterminée à garder le contrôle. Ainsi, seules des mesures modestes ont été prises.

La Conférence d'Osaka en 1873 aboutit à la réorganisation de l'administration d'un système judiciaire indépendant et d'une chambre des anciens, Genrōin, chargée d'examiner les propositions de la législature. L'empereur déclare que «le gouvernement constitutionnel doit être mis en place par étapes progressives», il ordonne au Conseil des Anciens de rédiger une constitution.

Trois ans plus tard, la Conférence des gouverneurs préfectoraux établit des assemblées préfectorales élues. Bien que limités dans leur autorité, ces ensembles représentent une évolution dans le sens d'un gouvernement représentatif au niveau national, et, en 1880 des assemblées sont également formées dans les villages et les villes. La même année, les délégués de vingt-quatre préfectures tiennent un congrès national pour établir la Kokkai Kisei Domei (Ligue pour la mise en place d'une Assemblée nationale).

Bien que le gouvernement ne s'opposait pas au parlementarisme, confronté aux «droits du peuple» il continua à contrôler la situation politique. De nouvelles lois en 1875 interdisent la presse de critiquer le gouvernement et l'examen des lois nationales. La loi sur les réunions publiques (1880) limite sévèrement les rassemblements publics en interdisant la participation des fonctionnaires et nécessitant une autorisation de la police.

Dans le cercle dirigeant, cependant, et en dépit de l'approche conservatrice de la direction, Okuma continue solitairement de promouvoir le style britannique. Un gouvernement avec des partis politiques et un cabinet organisé par le parti majoritaire, responsable devant l'assemblée nationale. Il appelle à des élections pour 1882 et une assemblée nationale en 1883. Ce faisant, il précipite une crise politique qui se conclut par un édit impérial en 1881, déclarant l'établissement d'une assemblée nationale en 1890.

Rejetant le modèle britannique, Iwakura Tomomi et d'autres conservateurs empruntent beaucoup au système constitutionnel prussien. Un membre de l'oligarchie Meiji, Ito Hirobumi, originaire Chōshū longtemps impliqué dans les affaires du gouvernement, fut chargé de rédiger la constitution japonaise. Il mena une mission d'étude à l'étranger en 1882, passant le plus clair de son temps en Allemagne. Il rejeta la Constitution des États-Unis comme «trop libérale» et le système britannique comme trop lourd avec un parlement ayant trop de contrôle sur la monarchie, les modèles français et espagnol ont été rejetés comme tendant vers le despotisme.

Ito est nommé responsable du nouveau Bureau d'Investigation des systèmes constitutionnels en 1884 et le Conseil d'État est remplacé en 1885 par un cabinet dirigé par Ito comme Premier ministre. Les postes de chancelier, ministre de la gauche, et le ministre de la droite, qui existaient depuis le septième siècle ainsi que les postes de conseillers de l'empereur sont abolis. À leur place, le Conseil privé a été créé en 1888 pour évaluer la future constitution et conseiller l'empereur.

Afin de renforcer l'autorité de l'État, le Conseil suprême de guerre est créé sous la direction de Yamagata Aritomo, originaire Chōshū, qui est crédité de la fondation de l'armée japonaise moderne et qui allait devenir le premier ministre du gouvernement constitutionnel. Le Conseil suprême de guerre met au point un système de style allemand avec un général, chef de cabinet, ayant un accès direct à l'empereur et qui pourrait fonctionner indépendamment du ministre des armées et des fonctionnaires civils.

L'empereur Meiji vers la fin de son règne

Lorsque finalement accordée par l'empereur comme un signe de partage de son autorité et de don de liberté à ses sujets, la Constitution de 1889 de l'Empire du Japon (la Constitution de Meiji) instaure la Diète impériale (Teikoku Gikai). Composée d'une Chambre des représentants élue populairement par une partie très limitée de citoyens de sexe masculin, de plus de vingt-cinq ans et payant une taxe, soit environ un pour cent de la population, de la Chambre des pairs, composée de la noblesse et de personnes nommées par l'empereur, et un cabinet responsable devant l'empereur et indépendant du pouvoir législatif. Néanmoins, en dépit de ces changements institutionnels, la souveraineté résidait encore en l'empereur sur la base de son ascendance divine.

La nouvelle constitution spécifie une forme de gouvernement qui était encore de caractère autoritaire, avec l'empereur qui détient le pouvoir ultime et n'accorde que des concessions minimes aux droits du peuple et aux mécanismes parlementaires. Les partis sont reconnus comme faisant partie du processus politique. La Constitution de Meiji devait durer en tant que loi fondamentale jusqu'en 1947.

Dans les premières années du gouvernement constitutionnel, les forces et les faiblesses de la Constitution de Meiji sont révélées. Les réflexes ancestraux de clans sont toujours présents, une petite élite de Satsuma et Choshu continuent de gouverner le Japon, s'institutionnalisant comme un organe extra-constitutionnel de Genrōs (État aux aînés). Collectivement, les Genrōs prirent des décisions réservées à l'empereur et gouvernent de facto.

Tout au long de la période, cependant, les problèmes politiques sont en général résolus grâce à des compromis. Les partis politiques ont progressivement augmenté leur pouvoir sur le gouvernement et tenu un rôle de plus en plus important dans le processus politique. Entre 1891 et 1895, Ito fut Premier ministre d'un gouvernement composé majoritairement de Genrōs qui voulait établir un parti de gouvernement pour contrôler la Chambre des représentants. Même si elle n'est pas pleinement réalisée, la tendance à la politique des partis a été bien établie.

Religions[modifier | modifier le code]

Dans la mesure où la restauration de Meiji avait cherché à retourner l'empereur à une position prééminente, des efforts ont été faits pour rétablir un état shinto comme mille ans auparavant. Le shinto et le bouddhisme s'étaient depuis moulés en une croyance syncrétique. Le bouddhisme ayant été étroitement lié au shogunat, il s'agissait de séparer les deux (shinbutsu Bunri), ce qui s'exprima par la destruction de temples bouddhistes et d'autres actes violents (haibutsu kishaku).

En outre, un nouvel État shintoïste devait être construit à cet effet. Le Bureau du culte shinto fut établi, se classant même au-dessus du Conseil d'État en importance. Les idées kokutai de l'école Mito furent adoptées, et l'ascendance divine de la maison impériale soulignée. Bien que le Bureau de culte shinto fut rétrogradé en 1872, en 1877 le ministère de l'Intérieur contrôlait tous les sanctuaires shintoïstes et certaines sectes shintoïstes furent reconnues par l'État. Le Shintoïsme fut libéré de l'administration bouddhiste et ses propriétés restaurées. Bien que le bouddhisme ait souffert du parrainage d'État de la religion Shinto, il avait sa propre renaissance. Le christianisme fut également légalisé et le confucianisme resta une doctrine éthique importante.

Paradoxalement, les penseurs japonais s'identifièrent de plus en plus avec les méthodes et idéologies occidentales.

Économie et société[modifier | modifier le code]

Dès 1870, les chemins de fer se sont développés avec l’aide là aussi d’ingénieurs britanniques. En 1894, 3 380 km de voies étaient déjà en exploitation, 13 ans plus tard, on en comptait 4 524 km[2].

La marine militaire et civile s’est très fortement développée par l’achat de navires à l’étranger et la construction de nouveaux ports. L'organisation de la marine de guerre fut, notamment dans un premier temps, inspirée par de celle de la Royal Navy britannique, avant d'être confiée à l'ingénieur naval français Louis-Émile Bertin[réf. nécessaire].

Enfin, une première monnaie étatique, le yen, a été créée par une loi du 10 mai 1871[3], pour remplacer le Ryō (両), ce qui permit l’installation d’un système de taxes à l’échelon national pour le budget de l'État japonais.

Une réforme spectaculaire a été la création du système d’éducation nationale, inspiré du modèle américain.

En 1885, le Japon a rejoint une convention internationale à propos du système métrique et, petit à petit, a adopté ce système (devenu complètement officiel et obligatoire dans les années 1950).

Les contacts avec les autres pays du monde se sont développés. Des négociations ont conduit à un traité des frontières avec la Russie en 1875 (Traité de Saint-Pétersbourg réglant provisoirement le problème de l'île de Sakhaline et des îles Kouriles), puis en 1894, un traité d’égalité a été signé avec la Grande-Bretagne.

Le christianisme, qui avait été confiné à Nagasaki, puis interdit dans cette ville en 1614 au début du shogunat, a de nouveau été autorisé sous l'ère Meiji, bien que les chrétiens fussent encore persécutés au début du règne. Le sentiment religieux au Japon est plutôt dilué et très tolérant. Le nombre de chrétiens japonais est de moins de 8 %.

L'essor du commerce international et l'industrialisation du Japon, ainsi que son passage de la féodalité (abolition) à la « modernité » occidentale (course aux technologies nouvelles et expansion de l'empire colonial, dans une perspective de partage du monde par l'Occident).

Résolument tourné vers la modernité, l'empereur Meiji invita, à grands frais, de nombreux spécialistes européens, en fonction du domaine où excellait leur nation : militaires, chimistes et médecins prussiens, puis plus globalement allemands ; fonctionnaires, juristes, géomètres, recenseurs et ingénieurs navals[4] français ; ingénieurs industriels britanniques ; agronomes néerlandais ; etc. Cette époque est aussi caractérisée par l'expansion du territoire japonais, calquée sur le modèle occidental.

Durant cette ère, de nombreux mots ont été créés pour enrichir la langue japonaise de termes désignant essentiellement des objets ou concepts occidentaux. Contrairement aux mots créés dans la deuxième moitié du XXe siècle, transposés directement depuis l'anglais, les mots créés durant l'ère Meiji l'ont été à partir des racines chinoises et des kanji. C'est le cas par exemple de 電話 (denwa), qui signifie téléphone (électricité - parole).

Chronologie[modifier | modifier le code]

L’ouverture du pays[modifier | modifier le code]

  • 1853 : le commodore Matthew Perry qui dirige l'expédition américano-européenne (bateaux noirs) pénètre dans la baie de Tokyo. Son but est d’ouvrir le Japon au commerce avec l’Occident. Au Japon deux courants se forment, l’un plutôt pour le commerce avec l’Occident et l’autre totalement opposé. Le premier courant l'emporte finalement et le Japon signe le Convention de Kanagawa avec Perry 31 mars 1854.
  • Septembre 1864 : la flotte occidentale composée de navires américains, britanniques, hollandais et français tente de forcer le détroit de Chōshu en bombardant les côtes.
  • Juillet 1866 : un nouveau traité ramène les droits d’importations à 5 % ce qui condamne les extrémistes et renforce le parti loyaliste.
  • Printemps 1867 : l’agitation et les idées de réformes sont si importantes que le shogun Yoshinobu du clan des Tokugawa est contraint de renoncer au pouvoir.

Début et fin de l'ère Meiji : 1868-1912[modifier | modifier le code]

  • 1868: début de l'ère Meiji et date symbolique d'entrée du pays dans la modernité, notamment politique et économique.
  • 3 janvier 1868 : les troupes loyalistes s’emparent du palais impérial à Kyōto. Un conseil impérial réuni sur le champ abolit le bakufu. Le règne de l’empereur Mutsuhito qui n’a que quinze ans va commencer ici.
  • 6 avril 1868 : à Kyōto, l’empereur Mutsuhito prête un serment en cinq articles qui annoncent les changements prévus par le nouveau régime et l’ouverture officielle du Japon.
  • Entre 1868 et 1869 : une guerre civile éclate au Japon. Guerre entre les armées des clans de Satsuma, de Chōshu, de Tosa et leurs alliés et, d’autre part, les troupes appartenant au gouvernement shogunal d’Edo et les clans qui lui restèrent fidèles.
  • 1871 : le yen remplace l’ancienne monnaie du Japon. Le Shinto (religion caractérisée par une quasi-divination de l’empereur) redevient une religion d’État.
  • 23 décembre 1871 : début de la mission Iwakura, mission diplomatique japonaise envoyée dans les pays occidentaux. Les membres de cette ambassade avaient pour tâche d'observer certains domaines scientifiques et sociaux.
  • 1872 : un système scolaire obligatoire est instauré. Une ligne ferroviaire reliant Tôkyo à Yokohama est ouverte.
  • 1er janvier 1873 : le calendrier grégorien remplace le calendrier luni-solaire chinois[1].
  • 13 septembre 1873 : fin de la mission Iwakura.
  • 1874 : Chōmin Nakae, membre de la mission Iwakura resté en France, revient au Japon et traduit en chinois classique une partie du Contrat social de Jean-Jacques Rousseau, afin d'en faire profiter les Japonais et les autres peuples d'Asie[5].
  • 1876 : le port du sabre est interdit ce qui va provoquer une année plus tard la révolte du clan de Satsuma.
  • 1877 : création de l'université de Tokyo.
  • 10 octobre 1882 : le Nihon Ginkō est créé (la banque du Japon).
  • 11 février 1889 : la première Constitution de l'histoire du pays donne à l'empereur des pouvoirs très importants et institue un régime représentatif. Elle établit deux chambres l’une élue au suffrage censitaire, l’autre la Chambre des pairs.
  • Entre 1894 et 1895 : la guerre éclate entre la Chine et le Japon (sino-japonaise). Le conflit est dû aux problèmes d’expansion territoriale. Le Japon remportera facilement cette guerre.
  • 1890 : première session parlementaire sous la constitution Meiji.
  • 1895 : Taïwan est annexé.
  • 1900 : le Japon participe, aux côtés des puissances occidentales à la répression de la révolte des Boxers en Chine.
  • 1902 : le Japon s’allie à la Grande-Bretagne rivale de la Russie en Asie.
  • 1904 et 1905 : le Japon entre en conflit avec la Russie (guerre russo-japonaise).
  • 5 septembre 1905 : Traité de Portsmouth, qui met fin à la (guerre russo-japonaise).
  • 1907 : accords franco-japonais et russo-japonais.
  • 1910 : colonisation de la Corée.
  • 1912 : fin de l’Ère Meiji avec la mort de l’empereur Mutsuhito. Son fils Yoshihito lui succède.

Modernisation[modifier | modifier le code]

Les principales réformes et leurs conséquences[modifier | modifier le code]

La pression d’autres pays (États-Unis, France, Royaume-Uni et Russie) menaçait une colonisation du Japon. Le Japon décida alors de copier les nations occidentales et de s’industrialiser.

  • L’ouverture du pays vers l’étranger
Conséquences : l’ouverture du pays amena de nouvelles maladies comme le choléra, la dysenterie, la typhoïde ou encore la vérole. Les maladies, elles, vont créer une grande panique au sein de la population japonaise. Celle-ci va devenir très hostile aux étrangers.
L’ouverture du Japon vers l’étranger montre la fin d’une protection, dont ils avaient pu bénéficier contre les épidémies.
  • L’abolition des privilèges
Conséquences : les seigneurs doivent rendre leur domaine à l’empereur, les samouraïs se font interdire le port du sabre, et les clans militaires sont brisés.
L’empereur gouverne en « souverain absolu ».
  • Une armée nationale
Conséquences : une armée nationale est créée et le recrutement militaire est élargi.
L’armée devient une armée de métier et n’est plus une armée basée sur des clans (castes) économiques.
  • Le développement des moyens de transport
Conséquences : les moyens de transport, comme le train (chemin de fer), facilite le déplacement au sein même du pays. Ainsi, les populations rurales viennent plus facilement travailler dans les villes, où la demande de main-d'œuvre est importante.
  • La création du Yen (nouveau système bancaire -monnaie unique-)
Conséquences : le Yen va fortement faciliter les échanges commerciaux entre le Japon et l’Occident (mais aussi avec les autres pays asiatiques).
  • Le Shintoïsme, religion d’État
Conséquences : l'empereur devient le grand prêtre du shinto d'État (kokka shintō) et chaque citoyen doit adhérer à un sanctuaire shinto.
Conséquences : l’enseignement devient obligatoire. L’État crée des écoles publiques très rapidement.
Grâce à l’enseignement et à une philosophie compétitive, une nouvelle forme d’élite apparaît.
  • Le statut personnel
Conséquences : Pour la population, la « Restauration de Meiji » a permis une grande liberté dans la promotion sociale de l'individu. L'accès aux professions et aux carrières qui, auparavant, étaient réservées à certaines classes, fut facilité.
  • Le statut de la femme
Conséquences : bien que le droit de vote n'ait été accordé aux femmes que bien plus tard lors de l'occupation du Japon en 1946, leur statut, qui au Japon n’était pas aussi contraint qu’ailleurs, s’est encore libéralisé.

Économie[modifier | modifier le code]

La mine de charbon Mitsubishi d'Ōyūbari et son chemin de fer, à Yūbari sur Hokkaidō en 1912

Technique[modifier | modifier le code]

  • création d'une ligne télégraphique entre Tokyo et Yokohama en 1869
  • création d'une ligne de chemin de fer entre Tokyo et Yokohama en 1872
  • premier pont en fer sur la rivière Sumida en 1887
  • création de l'unité monétaire japonaise en 1871, introduction de la monnaie fiduciaire (yen) sous forme de billets de banque convertibles en argent (1885), et mise en place d'un système bancaire (1882). C'est le point de départ pour l'industrialisation du Japon.

Politique, religion et société[modifier | modifier le code]

Masayoshi Matsukata, quatrième premier ministre de l'Empire du Japon sous l'ère Meiji.
  • Mot d'ordre : « esprit japonais et méthodes occidentales »
  • restauration du pouvoir de l'empereur, le Shogun étant discrédité après l'accord passé lors de l'expédition américaine Perry.
  • séparation du pouvoir législatif et exécutif
  • organisation administrative et territoriale sur le modèle français (abolition du système han et création des préfectures en 1871)
  • constitution en 1889, d'inspiration allemande (monarchie parlementaire donnant de larges pouvoirs à l'exécutif et un rôle limité au parlement)
  • le calendrier luni-solaire d'origine chinoise est remplacé par le calendrier grégorien en 1873
  • reconstitution du shintoïsme qui devient la religion nationale, séparée clairement du bouddhisme
  • mise en place d'un nouveau système éducatif, d'inspiration américaine.

Expansion militaire[modifier | modifier le code]

Autres faits marquants[modifier | modifier le code]

  • Déplacement de la capitale de Kyōto à Tokyo le 6 novembre 1868
  • Serment des cinq articles (avril 1868).
    • Art. 1: Nouvelles décisions prises par voie de discussion publique
    • Art. 2: Affaires du gouvernement réglées par les supérieurs et inférieurs ensemble
    • Art. 3: Chacun doit pouvoir accomplir sa vocation
    • Art. 4: Coutumes pernicieuses abolies
    • Art. 5: Le Savoir sera recherché dans le monde entier

Débute alors une lutte contre le temps perdu et contre la fin de l'isolement volontaire

  • L'instruction devient obligatoire (1871)
  • 1889 : Promulgation de la Constitution Meiji

Impact Global[modifier | modifier le code]

Au prix d'une guerre civile, l'empereur Meiji a atteint à la fin de son règne son but principal : amener le Japon à la hauteur des puissances occidentales en établissant un pouvoir central fort. Ce sont tous les efforts menés durant l'ère Meiji, véritable révolution politique, sociale, industrielle, et militaire, qui permirent au pays du soleil levant d'obtenir une victoire éclatante durant la guerre russo-japonaise (1905). Cette première victoire d'une puissance orientale sur une puissance occidentale dans l'Histoire contemporaine fit apparaître dans l'opinion publique le spectre du « péril jaune », et dans une certaine mesure, la politique expansionniste du Japon sous l'ère Shōwa est en continuité avec la politique de l'ère Meiji. Pour le gouvernement japonais, au début du XXe siècle les alternatives sont: étendre son influence sur l'Asie ou passer sous l'influence de l'Occident, autrement dit coloniser ou être colonisé. C'est dans l'optique de rester une grande puissance que sera mis en place la sphère de coprospérité de la grande Asie orientale.

Un grand nombre des mesures prises durant l'ère Meiji perdurent dans le Japon moderne (devenu néanmoins pacifiste après la Seconde Guerre mondiale) : instruction obligatoire, institution du yen comme monnaie nationale, ouverture sur l'Occident, administration centrale s'appuyant sur des préfectures, entre autres. Le Japon n'a pas renoncé à son statut de grande puissance, et a longtemps possédé le deuxième PIB au monde derrière les États-Unis (8,05 % du PIB mondial, en 2007)[7] jusqu'à ce que la Chine le rattrape en 2010[8].

En guise de reconnaissance, un temple portant le nom de Meiji Jingū a été construit à Tokyo.

L’ère Meiji dans l'art[modifier | modifier le code]

  • Rurôni Kenshin (Kenshin le vagabond), anime en 95 épisodes de 25min de Watsuki Nobuhiro, années de production: 1996 - 1998, Studio Gallop.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Jacques Tschudin, Claude Hamon, La nation en marche; études sur le Japon impérial de Meiji, Picquier,‎ 1999
  • Dufourmont Eddy, Histoire politique du Japon (1853-2011), Presses universitaires de Bordeaux,‎ 2012
  • Babicsz Lionel, Le Japon face à la Corée à l’époque Meiji, Maisonneuve et Larose,‎ 2002
  • Lozerand E, Galan C dir., La Famille japonaise moderne. Discours et débats (1868-1926), Picquier,‎ 2011
  • Kôtoku Shûsui, L’Impérialisme, le spectre du XXe siècle, CNRS Editions,‎ 1907, 2008
  • Nakae Chômin, Dialogues politiques entre trois ivrognes, CNRS Editions,‎ 1887, 2008
  • Nakae Chômin, Un an et demi, Un an et demi suite, Les Belles Lettres,‎ 1901, 2011
  • Fukuzawa Yukichi, Plaidoyer pour la modernité : Introduction aux oeuvres complètes, CNRS Editions,‎ 2008

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.guimet-photo-japon.fr/presentation/japon.php Le Japon des années 1870-1880]
  2. (en) Steven J. Ericson, The Sound of the Whistle : Railroads & the State in Meiji Japan, Harvard University Press,‎ 1996, 523 p. (ISBN 067482167X, lire en ligne), p. 361
  3. A. Piatt Andrew, Quarterly Journal of Economics, "The End of the Mexican Dollar", 18:3:321-356, 1904, p. 345
  4. Voir Louis-Émile Bertin, qui menèrent la reconstruction/réorganisation de la marine japonaise.
  5. Évelyne Pieiller, Le Monde diplomatique, octobre 2012, lire en ligne
  6. [PDF] G. HARTMANN, « L'Acier historique », Hydroretro, p. 15
  7. D'après rapport de la Banque mondiale, gross domestic product 2007
  8. Voir http://data.worldbank.org/indicator/NY.GDP.MKTP.CD