1930

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de redirection Cette page concerne l'année 1930 (MCMXXX en chiffres romains) du calendrier grégorien. Pour les autres significations, voir 1930 (Chronologie de Dada et du surréalisme).

Années :
1927 1928 1929  1930  1931 1932 1933

Décennies :
1900 1910 1920  1930  1940 1950 1960
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique, Amérique (Canada (Alberta, Colombie-Britannique, Île-du-Prince-Édouard, Manitoba, Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick, Ontario, Québec, Saskatchewan, Territoires du Nord-Ouest et Yukon) et États-Unis (Louisiane)) et Europe (Belgique, France, Italie et Suisse)


Chronologies thématiques :
Aéronautique Architecture Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Économie Fantasy Football Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Radio (France) Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Événements[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]


  • Fondation du Comité universel de l'Institut nègre de Paris[5].
  • Le ministre britannique des Colonies, Sidney Webb, adresse aux gouverneurs des colonies une circulaire leur demandant d’autoriser la création de syndicats africains.
  • Essor du culte bamucapi en Afrique centrale et sud-orientale (1930-1935).
  • Développement au Mali de la secte musulmane des Wahabi, surnommés «les bras croisés».
  • Création de l’Église du Seigneur (Church of the Lord), de mouvance aladura, au Nigeria. Le prophète Mayange prêche au Cabinda.
  • 1205 écoles franco-arabes en Algérie française. 5,4 % des musulmans sont scolarisés. Parallèlement, il existe un enseignement privé en langue arabe, celui des 6 000 écoles coraniques et zaouïas, qui enseignent le Coran à 100 000 musulmans avec la bienveillance de l’administration. L’administration considère par contre avec méfiance les 150 medersas qui enseignent une véritable instruction en arabe à 45 000 enfants[6].

Amérique[modifier | modifier le code]

Getúlio Vargas pendant la révolution au Brésil le 31 octobre. Júlio Prestes, choisit comme successeur par Washington Luis, gagne la présidentielle contre Getúlio Vargas désigné par les mécontents du régime (son programme proposait l’amnistie pour les révolutionnaires de 1922 et 1926, de nouvelles lois électorales, une législation sociale, la réorganisation de la justice et de l’éducation et un développement économique accéléré). Le congrès refuse alors aux députés de l’opposition le droit de siéger, et le 26 juillet, João Pessoa, second de Getúlio Vargas, est assassiné. Les partisans de Vargas prennent les armes : Recife, Salvador et São Paulo sont prises, les États de Rio de Janeiro et d’Espírito Santo sont envahis. Les « lieutenants » appuient les rebelles. Les généraux, jugeant la situation perdue pour le président prennent le pouvoir le 24 octobre et créent une junte de trois officiers pour assurer l’intérim. Vargas, reçu triomphalement à São Paulo atteint Rio le 31 octobre.
  • 3 novembre : début de la présidence de Getúlio Vargas au Brésil[7]. Il entreprend dès son arrivée au pouvoir de s’opposer à l’influence grandissante des communistes sur les syndicats brésiliens en créant un ministère du Travail et un ministère de l’Éducation et en faisant approuver une législation soumettant la reconnaissance des syndicats à de strictes conditions concernant leur idéologie. Entre 1930 et 1935, il met surtout l’accent sur la répression.
  • 27 novembre : le prix Nobel de la paix pour 1929 est attribué à l'américain Frank Billings Kellogg[8].


  • Mexique : le Partido Laboristo Mexicano (PLN) et le Partido Nacional Agrarista (PNA), deux partis populaires, refusent de s’intégrer au PNR de Plutarco Elías Calles et forment une Alliance nationale révolutionnaire (ANR).
  • Fondation de la Confédération générale du travail (CGT) en Argentine, dominée par les communistes.
  • Les États-Unis renoncent au corollaire Roosevelt.

Asie[modifier | modifier le code]

29 décembre : Muhammad Iqbâl se rend à la session annuelle de la ligue musulmane d'Allāhābād
  • Inde : les Musulmans se tiennent à l’écart du mouvement de désobéissance civile. Premières émeutes intercommunautaires entre Hindous et Musulmans.
  • En Birmanie, Saya San mène une rébellion paysanne contre l'administration britannique. Il est exécuté le .
  • Création du soviet de Bao'an en Chine (fin en 1935).

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

  • 1er janvier (Royaume d'Égypte) : les élections législatives donnent une nouvelle majorité au Wafd, dirigé par Nahhas Pacha, qui forme le gouvernement. Après l’échec des négociations pour l’indépendance, les Britanniques laissent le roi renvoyer le gouvernement wafdiste (juin).
  • 28 mars : en Turquie, la ville de Constantinople prend le nom d'Istanbul et la ville d'Angora prend le nom d'Ankara.
  • 31 mars[9] : rapport de la commission Shaw chargée d’étudier les causes des affrontements entre Juifs et Arabes en Palestine mandataire. Il insiste sur les causes profondes : l’émigration juive a dépassé les capacités d’absorption du pays, les personnes expulsés des terres achetées par les sionistes ne trouvent plus de terres de rechange en raison de la pression démographique et constituent une catégorie de gens sans terres, revendicatifs et porteurs de futures violences. Le rapport propose une intensification des cultures, mais celle-ci est déjà partout à l’œuvre. La commission insiste sur l’absence de droits politiques des Arabes, qui ont refusé de former un conseil législatif en 1922. Elle préconise de reconsidérer la politique britannique en limitant l’immigration, en adoptant une nouvelle politique foncière et en favorisant un nouveau projet constitutionnel associant les Arabes.
  • Mai :
    • En Syrie mandataire, le haut-commissaire Henri Ponsot décide de promulguer les textes constitutionnels de tous les États syriens, reprenant la Constitution de 1928. Ces dispositions seront appliquées après les prochaines élections.
    • En Palestine mandataire, l’exécutif arabe envoie une délégation à Londres qui réclame une évolution constitutionnelle devant mener à l’indépendance et l’élection d’une assemblée par l’ensemble de la population juive et arabe de Palestine. Les Britanniques refusent et proposent l’élection d’un conseil seulement arabe dont les fonctions ne seraient que consultatives.
  • 20 juin (Royaume d'Égypte) : le pouvoir est confié à Imaïl Sidqi, ancien wafdiste rallié au souverain.
  • 30 juin : fin du mandat britannique sur le Royaume d'Irak, prélude à l’indépendance, promise pour 1932. Le pays reste lié au Royaume-Uni par une alliance de 25 ans : coopération en matière de politique étrangère, maintien de deux bases aériennes britanniques, disposition du territoire irakien en cas de guerre, encadrement britannique de l’armée nationale.
  • 21 octobre : les conclusions de la commission Shaw sont reprises dans le Livre Blanc de 1930. Les sionistes doivent faire des concessions sur la question de l’immigration et sur l’acquisition de terres. En retour les Arabes doivent accepter la présence juive en Palestine et coopérer avec celle-ci.
  • 16 novembre (Royaume d'Irak) : le traité avec le Royaume-Uni est ratifié par le parlement, issus des élections de l’automne. Une opposition au traité, jugé trop favorable aux intérêts britanniques, se constitue au sein du parti de la fraternité arabe, dirigé par Yasin al-Hashimi, ancien officier supérieur de l’armée ottomane pendant la guerre.
  • 22 novembre[10] : le Premier ministre égyptien Imaïl Sidqi promulgue une nouvelle constitution qui renforce les pouvoirs du roi et du gouvernement. Il doit faire face à la crise économique mondiale, et édicte des réformes économiques et sociales et encourage le développement de l’industrie.
  • 30 novembre : la commission des Mandats de la SDN adresse des recommandations en vue de préparer l’indépendance de l'Irak : respect des droits des minorités (Kurdes, Assyriens), droits d’usage plus importants du nouvel État sur les ressources pétrolières. L’Irak prend tous les engagements demandés en matière de respect des minorités, ce qui relance l’agitation. Le mouvement kurde est réprimé avec l’aide britannique tandis que les Assyriens réclament un État autonome au sein de l’Irak.
  • Le nombre d’écoles de garçons en Irak est passé de 238 en 1921 à 1863 en 1930.

Europe[modifier | modifier le code]


Allemagne[modifier | modifier le code]

  • 11 mars : le Reichstag adopte le plan Young.
  • 25 mars : le paquebot allemand Europa remporte le Ruban bleu qui récompense la meilleure vitesse moyenne réalisée dans l’Atlantique Nord.
  • 27 mars : démission du gouvernement social-démocrate Hermann Müller. Le régime parlementaire entre dans une période de turbulences.
  • 30 mars : gouvernement Heinrich Brüning (fin en octobre 1931, puis octobre 1931-mai 1932), sans majorité stable.
  • 31 mars : plus de trois millions de chômeurs en Allemagne.
  • 30 juin : la Rhénanie est totalement évacuée par les Alliés.
  • 5 août : l’architecte Ludwig Mies van der Rohe prend la tête de l’école du Bauhaus.
  • 11 septembre : élections législatives ; forte participation (82 %). Écroulement des partis de Weimar. Poussée communiste (14,3 %). Le parti nazi (NSDAP) dirigé par Adolf Hitler, obtient 18,3 % des voix (6 410 000 voix) et remporte 107 sièges au Reichstag (Parlement allemand).
    • La dure crise économique qui sévit, permet aux nazis (Parti National Socialiste) qui depuis 1920 allient démonstrations de force et démagogie, d'offrir par l'idée de l'établissement d'un État fort, une voie d'espérance, à la finance, aux industriels et au petit peuple (notamment chez les chômeurs).
  • Novembre : Hitler confie aux SS la police interne du parti national-socialiste.

Chronologies thématiques[modifier | modifier le code]

Deux marins urinant, aquarelle de Charles Demuth.

Sur les autres projets Wikimedia :

Prix Nobel[modifier | modifier le code]

Naissances en 1930[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Naissances en 1930.

Décès en 1930[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Décès en 1930.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Emmanuel Decaux, Les formes contemporaines de l'esclavage, Martinus Nijhoff Publishers,‎ (ISBN 9789004179080, présentation en ligne)
  2. Siegbert Uhlig, Encyclopaedia Aethiopica : He-N, vol. 3, Otto Harrassowitz Verlag,‎ (ISBN 9783447056076, présentation en ligne)
  3. Edmundo Rocha, Angola: contribuição ao estudo da génese do nacionalismo moderno angolano (período 1950-1964), testemunho e estudo documental, E. Rocha,‎ (présentation en ligne)
  4. Albert Adu Boahen, Histoire générale de l'Afrique. L'Afrique sous domination coloniale, 1880-1935, vol. 7, UNESCO,‎ (ISBN 9789232017130, présentation en ligne)
  5. (fr) Google books - Des tranchées de Verdun à l'église Saint-Bernard : 80 000 combattants maliens…, Bakari Kamian
  6. Marc Ferro, Histoire des colonisations : des conquêtes aux indépendances, XIIIe-XXe siècle, Seuil,‎ (ISBN 9782020293716, lire en ligne)
  7. a, b, c et d Armelle Enders, Nouvelle histoire du Brésil, Éditions Chandeigne,‎ (ISBN 9782915540345, présentation en ligne)
  8. Jeffrey J. Matthews, Alanson B. Houghton : Ambassador of the New Era, Rowman & Littlefield Publishers,‎ (ISBN 9780742569713, présentation en ligne)
  9. Chronology 1930
  10. Al-Ahram Weekly | Chronicles | The Sidqi constitution
  11. a, b, c et d Monica Dorange, Civilisation espagnole et hispano-américaine, Hachette Éducation,‎ (ISBN 9782011402158, présentation en ligne)