1946

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de redirection Cette page concerne l'année 1946 (MCMXLVI en chiffres romains) du calendrier grégorien. Pour l'année -1946, voir -1946. Pour les autres significations, voir 1946 (Chronologie de Dada et du surréalisme).

Années :
1943 1944 1945  1946  1947 1948 1949

Décennies :
1910 1920 1930  1940  1950 1960 1970
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada (Alberta, Colombie-Britannique, Île-du-Prince-Édouard, Manitoba, Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick, Nunavut, Ontario, Québec, Saskatchewan, Terre-Neuve-et-Labrador, Territoires du Nord-Ouest, Yukon), États-Unis) • Asie • Europe (Belgique, France (Paris), Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Aéronautique Architecture Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Économie Fantasy Football Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Événements[modifier | modifier le code]

Nations unies[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

Amériques[modifier | modifier le code]

  • Début de l'orientation du Chili vers une nouvelle politique d'industrialisation avec l'aide des États-Unis.

Canada[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Asie[modifier | modifier le code]

Occupation alliée du Japon. Défilé du 5th Royal Gurkha Rifles en mai
  • 1er janvier :
    • l’empereur du Japon Hirohito renonce à son ascendance divine;
    • la Thaïlande conclue un traité avec le Royaume-Uni et l’Inde par lequel elle renonce, entre autres, à ses prétentions sur les territoires malais qui lui avaient été cédés pendant la guerre[8]. Les relations diplomatiques du pays avec les États-Unis sont renouées le même mois.
  • 5 janvier : signature d’un traité d’aide mutuelle entre la Chine et l’Union soviétique et reconnaissance de l’existence de la Mongolie-Extérieure par la Chine. Le commerce et les relations sont rétablis entre les deux nations. La rupture sino-soviétique de la fin des années 1950 y met un terme.
  • 7 janvier : retour des français au Cambodge. Norodom Sihanouk se contente de l’autonomie interne. Il instaure un régime constitutionnel (1947), mais garde le pouvoir.
  • Janvier - mai, puis 1947 : échec des conférences américano-soviétiques pour l’unification de la Corée[9] (1946 et 1947).
  • 1er avril : les Britanniques tentent de créer une Union malaise, rassemblant Malacca, Pulau Pinang et les neuf États malais de la péninsule, en transférant la souveraineté des sultans à la couronne britannique. La proposition déclenche une réaction violente au sein de la population malaise. L’opposition à l’union amène la formation de l’United Malays National Organization (UMNO). Les souverains locaux boycottent le nouveau système et les Britanniques sont obligés d’entamer des pourparlers, surtout avec les souverains et l’UMNO, qui conduiront à la création de la fédération de Malaisie en 1948.
  • 11 avril : reprise de la guerre civile chinoise.
    • Échec des négociations de Tch'ong King pour la création d’un programme gouvernemental commun. Echec de la médiation du général américain Marshall. Suspension de l’aide américaine aux nationalistes.
  • 3 mai :
    • fin de la campagne de Birmanie avec la prise de Rangoon par les Britanniques. Le mouvement Thakin a profité de la faiblesse du gouvernement installé par les Japonais pour résister à la domination nippone à travers la Ligue antifasciste pour la liberté du peuple (AFPFL). Après la guerre, les Britanniques découvrent que l’AFPFL, dirigée par Aung San, a la mainmise sur le pouvoir politique indigène;
    • début au Japon du procès de 28 anciens dirigeants (jusqu'au 12 novembre 1948) : 7 condamnés à mort, et 16 à la prison à vie : procès de Tokyo.
  • 13 mai (Protectorat français du Laos, en Indochine française) : les troupes françaises reprennent Luang Prabang. Le gouvernement indépendantiste antifrançais Lao Issara prend la fuite devant le corps expéditionnaire français[11].
  • Mai :
    • Le gouvernement hollandais admet l’existence d’une « République d’Indonésie » limitée à Java dans le cadre d’un « Commonwealth d’Indonésie ».
    • Processus de décolonisation en Inde au printemps. Les Britanniques envoient des missions pour préparer une constitution. Un projet d’État fédéral est rejeté par les musulmans.
  • 1er juin : la décision du haut-commissaire français Thierry d'Argenlieu de constituer à Saigon un « gouvernement provisoire de la Cochinchine », présidé par Nguyễn Văn Thinh, provoque la protestation du gouvernement de Hanoi.
  • 9 juin : début du règne de Rama IX, mineur, roi de Thaïlande (couronné le 5 mai 1950).
  • 18 juin (Indonésie) : le premier ministre Sjahrir formule des contre-propositions : cessation des hostilités, maintient des troupes sur leurs positions actuelles, reconnaissance du gouvernement républicain à Java et à Sumatra, création d’un État libre d’Indonésie qui conclurait une alliance avec les Pays-Bas et participation à la formation de cet État libre des représentants des territoires des autres îles. Les Hollandais qui veulent reprendre pied dans les autres îles, les refusent.
  • 30 juin : reprise des combats entre les nationalistes et les communistes chinois. Les adversaires engagent une course de vitesse pour récupérer les territoires laissés par les japonais (1946-1948).
  • 2 septembre (Inde) : Nehru et ses collègues, sortis de prison, acceptent de faire partie du conseil exécutif du vice-roi.
  • 11 octobre : réforme agraire au Japon scindant les grands domaines pour les redistribuer aux paysans sans terres.
  • 14 octobre : après l’intervention de la Grande-Bretagne, un armistice est signé entre les Hollandais et la guérilla indonésienne.
  • Japon : dissolution de l’armée, destruction des stocks de matériel militaire et des forteresses et arsenaux. Démembrement des zaibatsu (combinats industriels) de 1946 à 1949.
  • Plan d’industrialisation de l’Indochine française.

Océanie et Pacifique[modifier | modifier le code]

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

22 juillet : attentat de l’hôtel du roi David
  • 22 janvier : éphémère république kurde de Mahabad (fin en avril 1947).
  • Janvier : la Grande-Bretagne accepte l’ouverture de négociations en vue de son retrait d'Égypte.
  • Janvier - avril : commission Bevin (chef de la diplomatie britannique) sur le sort des Juifs d’Europe. Elle conclut à la nécessité du Mandat ou à la tutelle de l’ONU en Palestine. Elle propose l’annulation des principales résolutions du Livre blanc de 1939, dont les quotas à l’immigration, et estime qu’il faut favoriser le développement économique pour que les Arabes rattrapent le niveau de vie des Juifs. Le rapport est rejeté par les deux parties. La tension monte entre Washington et Londres durant l’été en raison du refus britannique de favoriser l’immigration juive d’Europe.
  • 10 février : émeutes antianglaises au Caire et à Alexandrie qui provoquent la démission du gouvernement égyptien. Le nouveau cabinet demandera le 26 février aux Britanniques d’évacuer les deux villes, qui le seront le 16 mai.
  • 28 février : départ des dernières troupes britanniques d’Iran.
  • 22 mars :
    • Annonce du retrait du Liban de la plupart des troupes françaises avant le 31 août. Les dernières seront évacuées le 25 décembre.
    • La Grande-Bretagne reconnaît l’indépendance de la Transjordanie, placé sous mandat depuis 1922. La présence militaire britannique reste inchangée.
  • 3 avril : crise irano-soviétique. Accord entre l’Iran et l’Union soviétique prévoyant le départ de toutes les troupes soviétiques, la création d’une compagnie mixte chargé de l’exploitation du pétrole dans le nord et des négociations entre les autorités iraniennes et les provinces autonomistes d’Azerbaïdjan et du Kurdistan.
  • 4 avril : l'Armée rouge quitte l'Iran.
  • 7 avril : retrait des dernières troupes françaises de Syrie. Élections législatives : le Bloc national disparaît pour laisser place à deux nouveau partis, le parti national (partisans du président Shukri al-Kuwatli, pour l’indépendance à l’égard des autres pays arabes) et parti du peuple (favorable aux projets d’union). Le parti national conserve le pouvoir en s’alliant avec des indépendants, mais l’absence de majorité claire paralyse le pouvoir. Cette situation favorise le développement du parti populaire syrien (PPS) à droite et du Ba’th (parti socialiste arabe) à gauche. La première mesure du gouvernement est de réduire les effectifs de l’armée syrienne.
  • 29 avril : une commission anglo-américaine déconseille un partage de la Palestine.
  • 3 mai : environ un million de personnes font la grève en Palestine pour dénoncer l'arrivée de 100 000 réfugiés et colons juifs.
  • 26 mai : l’émir Abdallah (Abdallah ibn Hussein) est proclamé roi de Transjordanie.
  • 29 juin : opération Agatha menée par les autorités britanniques contre les groupes sionistes en Palestine mandataire.
  • 22 juillet : l’organisation sioniste Irgoun Zvaï Leumi de Menahem Begin fait sauter une aile de l’hôtel du roi David à Jérusalem qui abrite le quartier général des forces britanniques, faisant 92 morts. La violence s’installe entre soldats britanniques et population juive. Les Arabes, divisés, restent calme. Le roi Abdallah propose un partage à l’amiable de la Palestine.
  • 31 juillet : publication du plan Morrison-Grady qui préconise la division de la Palestine en trois zones, juive, arabe et britannique.
  • 5 août : l’Agence juive rejette le plan Morrison.
  • 8 août : Moscou demande à Ankara la révision de la convention de Montreux sur les Détroits. Le gouvernement turc, appuyé par les Alliés occidentaux, accepte le principe d’une révision, mais refuse la présence de navires soviétiques dans les détroits.
  • 4 octobre : conférence de Londres avec les Arabes et les Sionistes. Attlee propose une nouvelle forme de coopération fondée sur le soutien à l’indépendance des pays arabes. Les représentants arabes proposent la création d’un État arabe de Palestine avec une organisation politique confessionnelle sur le modèle libanais. Les Britanniques espèrent parvenir à un compromis lorsque Truman affirme être favorable au partage, entraînant le retrait des délégations arabes.
  • 15 novembre : publication d’un accord par lequel les Britanniques s’engagent à évacuer immédiatement l’Égypte et avant trois ans le canal de Suez. L’opinion publique refuse l’accord, qui est enterré avec la démission du gouvernement égyptien en décembre.
  • 31 décembre : les derniers soldats français quittent le Liban.
  • Campagne de rapatriement de réfugiés vers l’Arménie Soviétique : de 100 à 150 000 Arméniens s’installent en 1946-1947. Les réfugiés trouvent des conditions difficiles, devant travailler plus de 12 heures par jour pour un niveau de vie sensiblement inférieur à celui qu’ils avaient atteint dans les pays refuges. Dès novembre, des évasions ont lieu, puis se multiplient en 1947. Les évadés sont abattus pour la plupart, mais quelques-uns parviennent en Perse, en Turquie ou au Liban. Les candidats au rapatriement se font rares.
  • Le mufti de Jérusalem Amin al-Husseini revient en Orient et s’installe au Caire.

Europe[modifier | modifier le code]

Europe de l'Est[modifier | modifier le code]

5 mars : décrets Beneš. L’expulsion des 2,5 millions d’Allemands des Sudètes met fin à une présence vieille de sept cents ans et permet à la Tchécoslovaquie d’avoir une population à 95 % tchèque ou slovaque.
Inflation en Hongrie en août. Pendant plusieurs mois après la création de la république, la Hongrie est au bord de la faillite. Pénurie de produits alimentaires, inflation, détérioration de l’infrastructure des transports et d’autres dislocations économiques nuisent gravement au redressement national. En outre, le pays doit subvenir aux besoins de l’armée d’occupation soviétique et payer 300 milliards de dollars à l’Union soviétique, à la Yougoslavie et à la Tchécoslovaquie.
Union soviétique[modifier | modifier le code]
  • 1er janvier : début du IVe plan quadriennal.
  • Mars :
    • remplacement du NKVD par le MVD;
    • en réponse à l’attitude des Américains liant l’octroi d’un prêt pour la reconstruction de la Russie à l’acceptation par ses dirigeants de la « Porte Ouverte » et à leur participation à la BIRD et au FMI, Staline réplique par le lancement d’un plan quinquennal et par deux initiatives destinées à tester la détermination des États-Unis : il refuse de retirer en même temps que la Grande-Bretagne ses troupes du Nord de l’Iran, réclamant des concessions pétrolières comparables à celles obtenues par les Anglo-Saxons (crise irano-soviétique) ; il exerce une pression sur la Turquie pour obtenir la disposition de bases dans les Dardanelles (8 août). Rappelé à l’ordre par Washington, Staline bas en retraite.
  • L'usine de camions Malyshev 75 à Kharkov, deuxième ville de l'Ukraine, entreprend la production en série du char T-44, un engin de 35 tonnes équipé d'un canon de 85 millimètres, et supérieur au char Sherman américain, le meilleur dont ils disposent alors avec ses 28 tonnes et son canon de 76 millimètres.

Europe de l'Ouest[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : 1946 en France, 1946 en Italie et 1946 en Suisse.
  • 22 octobre : création au Portugal du PIDE, Police internationale de défense de l’État (1945-1969). L’instruction des procès politiques est officiellement enlevée au juge pour être confiée à la police politique. Des tribunaux spéciaux (plenarios) sont créés à Lisbonne et à Porto.
  • Novembre : la Suède devient le 54e membre des Nations unies.
  • 12 décembre : une résolution de l’ONU condamne le gouvernement franquiste et recommande le rappel des ambassadeurs.
Allemagne[modifier | modifier le code]
Procès de Nuremberg

Au premier rang (de gauche à droite) : Goering, Rudolf Hess, von Ribbentrop, Keitel ;
Au second rang (de gauche à droite) : Doenitz, Raeder, von Schirach, Sauckel
Royaume-Uni[modifier | modifier le code]
  • National Insurance Act : le principe de l’assurance sociale établit en 1906 est étendu à toute la nation (allocations chômage, maladie et vieillesse, prestations familiales et pensions de veuvage).
  • Loi sur le logement apportant l’aide de l’État aux programmes de reconstruction des collectivités locales : 900 000 logements nouveaux sont construits entre 1947 et 1950.
  • Loi sur l’aménagement du territoire.

Chronologies thématiques[modifier | modifier le code]

Arts et culture[modifier | modifier le code]

Naissances en 1946[modifier | modifier le code]

Premier trimestre[modifier | modifier le code]

6 juillet : George W. Bush. Ici avec ses parents en 1947

Deuxième trimestre[modifier | modifier le code]


Troisième trimestre[modifier | modifier le code]

Quatrième trimestre[modifier | modifier le code]

Décès en 1946[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Agier, Jean Copans et Alain Morice, Classes ouvrières d'Afrique noire, Karthala,‎ 1987, 296 p. (ISBN 2-86537-168-9, lire en ligne), p. 89
  2. Richard A. Joseph, Le mouvement nationaliste au Cameroun : Les Origines sociales de l'UPC (1946-1958), Karthala,‎ 1986, 414 p. (ISBN 2-86537-157-3, lire en ligne), p. 93
  3. Amady Aly, Les premiers pas de la Fédération des Etudiants d'Afrique Noire en France (1950-1955) : de l'Union française à Bandoung, L'Harmattan,‎ 2003, 374 p. (ISBN 978-2-7475-4464-1, lire en ligne)
  4. (en) Claude Emerson Welch, Anatomy of rebellion, State University of New York Press,‎ 30 juin 1980, 400 p. (ISBN 978-0-87395-441-9, lire en ligne)
  5. (es) Simón Espinosa Cordero, « Biographie de José María Velasco Ibarra », sur www.edufuturo.com (consulté le 25 août 2009)
  6. (en) « "Word Has Just Been Received": Truman Speaks on the Railroad Strike », sur historymatters.gmu.edu (consulté le 25 août 2009)
  7. [PDF] (en) Atomic Energy Act of 1946 : Public Law 585, 79'h Congress, Washington, US Atomuic Energy Commission,‎ 1965, 22 p. (lire en ligne)
  8. [PDF] « Traités et accords internationaux enregistrés ou classés et inscrits au répertoire au Secrétariat de l'Organisation des Nations Unies », sur untreaty.un.org, Organisation des Nations unies,‎ 1951 (consulté le 25 août 2009)
  9. « La guerre de 1950-1953 et les deux Corée », Chronologie Corée, sur www.clio.fr (consulté le 25 août 2009)
  10. « Dirigeant Kim Il Sung », sur www.korea-dpr.com, International Trade Office of Korea (in Switzerland) (consulté le 25 août 2009)
  11. « La Première guerre d'Indochine », sur une page personnelle (consulté le 25 août 2009)
  12. (en) Christopher Southworth, « Crown Colony of Sarawak 1946-1963 (Malaysia) », sur www.crwflags.com,‎ 15 juin 2005 (consulté le 25 août 2009)
  13. [PDF] « Accord de règlement (avec Protocole, déclaration et échange de lettres). Signé à Washington, le 17 novembre 1946 », sur untreaty.un.org, Organisation des Nations unies,‎ 1959 (consulté le 25 août 2009)
  14. « Afghanistan », sur perspective.usherbrooke.ca, Université de Sherbrooke (consulté le 25 août 2009)
  15. Agnès Granjon, « Biographie de Tchang (Jiang Jieshi) Kaï-Chek », La Première Guerre mondiale (1902 - 1932), sur www.grande-guerre.org, Éditions Anovi (consulté le 25 août 2009)
  16. (en) Ernest Zebrowski, Perils of a Restless Planet : Scientific Perspectives on Natural Disasters, Cambridge, Cambridge University Press,‎ juillet 1999, 324 p. (ISBN 0-521-65488-2, lire en ligne), p. 293
  17. (en) Laurence Marcus, June 21st 2005, « John Cura'S Tele-Snaps », sur www.teletronic.co.uk,‎ juin 2005 (consulté le 26 août 2009)
  18. (en) « National Health Service Act », British Medical Journal, vol. 2, no 4485,‎ 21 décembre 1946, p. 962 (lire en ligne)